AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 Mordrin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Mordrin

avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 05/01/2017
▌VOTRE AGE : 18
▌MESSAGES : 3
▌RACE : Naugrim
▌CITATION : Baruk Khazâd! Khazâd ai-mênu!

Carnet personnel
PE: 0 PE
PO: 0 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Mordrin   Jeu 5 Jan - 19:47


 
Dwalin
 

 

 
Infos personnage

  Nom : ***
  Prénom : Mordrin
  Age : 250 ans
  Race : Naugrim
  Localisation : Khazad-Dûm
  Lieu de naissance : Khazad-Dûm
  Titre ou surnom : Capitaine de Khazad-Dûm ¤ Le Sévère
  Rang spécial : Seigneur des Runes et Gardien des forges.
  Allégeance : Envers Khazad-Dûm, envers son Roi

  ---------------------------------------------------

  Mon âge : 17 ans
  Je fais du RP depuis... Mes 9-10 ans je crois.
  Mes suggestions pour le forum : Je sais pas, faudra voir avec la guilde des maçons
  Une chose sur vous : J'ai de la vrai barbe
  Ai-je besoin d'un tuteur ? Pour faire ma fiche, oui
  Avez-vous lu les règles ? Oui
 



 


 
Caractère et physique


  Mordrin, ah ce bon vieux Mordrin. Il a vécu pendant bien des années, et il en vivra bien d'autres encore. Il n'est pas prêt à mourir, du moins tant qu'un orque souillera la demeure de ses aïeuls et de ses ancêtre. Il possède une volonté de faire qui se voit à la fois dans ses décisions que dans son regard ou sur son visage. Deux grands yeux caverneux, érodés par l'âge, reflétant une lumière, un feu à la teint de ses yeux gris argent. Sur un visage de marbre blanc qui se craque de plus en plus au fur et à mesure que le "Jour de Durin" se renouvelé chaque année. Une barbe aussi blanche que la neige tressé en une unique et longue tresse de plusieurs dizaine de centimètre d'épaisseur qui descend le long de son ventre, ornée d'un anneau d'or recouvert d'une fine pellicule d'olivine au centre, portant en son centre une ambre de la taille d'un œuf.
Son corps, bien que vieillit à conserver sa vigueur d’antan, que se soit par sa constitution naturel; ses exorcises physique ou encore sa volonté qui lui interdit tout faiblesse, les muscles sont encore bien préserver pour à peu prêt les même raison que cité précédemment. Il est du moins affublé d'une couche de graisse, du fort probablement à la consommation de bière et de viande grasse. Et ses cicatrices, devenus assez courantes en vue des nombreux combat qu'il a menés, une seule lui à graver l'esprit, celle qui lui fend tout le côté gauche du visage et qui a miraculeusement épargné son œil.
Parmi tant de nains en terre du milieu, Mordrin est parmi des plus loyaux, il n'a peut être pas tout l'amour que peut amener une femme à son mari, mais il a dû moins gagné le respect de cette dernière. Une "Grande Barbe" comme on les nomme est toujours respecté à la fois pour la longueur de sa barbe et par son âge. Lui ! force le respect par sa voix roque et ferme, une voix qui peut se faire telle un écho de marteau sur l'enclume, et aussi forte que le tonnerre qui s'abat avec fureur sur sa proie.
Malgré tout les qualités du peuple de Durin, il lui incombe la responsabilité de porter les défauts. La colère se manifeste à chaque fois que le vent lui apport l'écho d'un orque ou encore son rire. la haine lui bat les tempes chaque fois qu'il se remémore du passé. Son dédains pour la faiblesse lui dicte des actes déraisonnables, mais il nan reste pas moins assez sages pour écouté les siens et leurs conseils et ainsi revenir vers le droit chemin. L'avarice est belle et bien présent, mais moins que sa passion pour les rancunes du passé. Il rêve depuis toujours du temps où lui et les seins reprendront Gundabad, le lieu sacré qui à vue l'éveil de son ancêtre Durin Ier, celui qui a trompé la mort pendant plus de décennie qu'aucun autre nain.
De cette passion lui viens sa haine et sa colère. Mais sa Loyauté envers son roi lui empêchera de commettre mainte erreur, et guidera son bras vers les jours de demain.

 





 
Histoire


  Mordrin est un nain originaire de Khazad-Dûm. Pendant sa jeunesse qu'il passa auprès de sa famille et de la guilde des forgerons, il apprit l'art de la forge à ses quinze ans. Du fait que son père était un des nombreux gardien du trône, sa famille posséder donc une demeure spacieuse dans les entrailles de la montagne, il reçus la visite d'un précepteur d'Eregion, un Elfe du nom de Haldor, ce dernier était payer un dixième de son poids en or chaque mois, en échange il instruisait le jeûne nain et lui appris donc la lecture et l'écriture des langues communes de la terre du milieu, ainsi qu'un bout de la langue elfique, dont Mordrin sembler ne point avoir d’usage, mais pousser par son père qui lui disait que cela lui serait utile pour plus tard, il continua d'apprendre donc. L'arithmétique s'ajoutant de paire avec son éducation, car si on ne sait point compter son or, on fini par le perdre. À ses trente ans, le percepteur quitta le service de la famille avec un souvenir des plus originale, une coffret emplie d'or certes, mais s'ajouta à ce dernier un poème composer par Mordrin lui même.
(je ne souviens plus des propos du poème, cela fait fort longtemps)
Ainsi arriver à ses trente ans, Mordrin s'orienta d'abord vers une carrière d'artisan, mais ses compétence en forge laisser à désirer et alors qu'il aller laisser tomber, un vieux nain vint lui apporter son aide, sa barbe touché le sol et sa blancheur était ternit par la poussière des forges. Cette Grande Barbe ce nommé Kragg d'après les rumeurs, il serait le fils de Gamil Zirak l'ancien. Le légendaire maître de Telchar. Et pour vérifier si cela est vrai, Mordrin accepta l'offre du nain, et en effet il lui enseigna l'art de la forge, mais avant tout pratique, la Grande barbe le conduit dans la Chambre de Mazarbul, où il reçus de plus ample enseignement, dont le Khuzdul, la langue des nains, ainsi que le Khuzdul Ancien, la langue des nains de jadis et qui n'est pratiqué encore seulement par quelque érudit en Arda. Il reçus instruction pendant deux décennie avant de pouvoir pratiqué la forge. Il commença en temps qu'apprenti à ses côtés, au bout d'une décennie il devint compagnon. Là il commença la fabrication d'arme et d'armure et son maître quand à lui continua de l'instruire, car il aller lui apprendre un art que les elfes avaient enseigner jadis à son ancêtre, l'art des gardien des runes, la forge runique. Malgré la passion qu'il avait pour plié le métal à sa volonté pour former des objets de grand calibre, la gravure de rune de pouvoir était pour Mordrin un art difficile. il lui fallut plusieurs décennie pour lui permettre de réaliser son premier chef-d’œuvre. Son épée, Makaz, qui se traduit par "arme" ou "outil" en commun. Il y grava les runes que son maître lui enseigna et lui dit que cela serait son dernier cadeau, car malgré tout la vigueur que possède un nain, il arriva le moment où le temps finis par nous rattrapait. Kragg rejoignit ses ancêtres, et comme il n'avait aucun héritier, il désigna Mordrin comme telle et lui confia son marteau et son enclume tout en ajoutant:
"-Tu ne dois point pleurer ma mort Mordrin ! Durin m’appela à ses côtés, il me conjure à rejoindre son sommeil. Continue de t’exerce mon garçon, tu finira par devenir un véritable maître parmi les gardiens des runes..."
(Je m'excuse, la mémoire me fait défaut, je regrette de ne point pouvoir vous raconter la fin.)
Ainsi, celui que l'on nomma Kragg, le Maître du Savoir, le Gardien des Runes, il rejoignit le sommeil de Durin à l'âge de 300 ans, un âge vénérable pour les Naugrim.
***
Après de nombreuse années en tant que forgeron, Mordrin devient Maître-artisan et rejoignit les rang de la guilde de Khazad-Dûm. Un honneur pour sa famille, donc au final il était fils unique. Il se maria à sa cent et quarante et unième années. Et eu près d'un ans plus tard son premier fils, qu'il appela Kraggi en hommage à son maître. Il prit grand soin de sa famille pendant près de onze années. Au yeux de sa femme il paraissait trop simplet et miséricordieux. Il est vrai qu'à cette époque, la joie d'un enfant le berça d'illusion, il distribua autant que possible les enseignements de son ancien maître à son fils, mais un moment comme j'ai dit, le temps vous rattrapes. Et à ce moment là, tout illusions vous sont balayés. Le temps était venus pour Mordrin de prendre les armes. La guerre qu'il avait trop longtemps ignoré arriver à sa porte. Le roi de Khazad-Dûm leva l'armée pour repousser une Horde d'orc venant du Mont Gundabad. Prenant son arme et le reste de ses affaires, il rejoignit l’infanterie pour partir à la guerre.
***
Sur le champs de bataille, les cris fessaient écho, alors que Mordrin marchait en compagnie de ses frères et amies d'enfance qu'il avait croisé pendant la marche de l'armée naine. Sur le champs de bataille où tout se confond et se mélange, le fer et et la chair, le sang et la boue. À la fin de cette bataille, Mordrin resta face vers ciel pendant un long moment, tant de cadavre, tant de mort. De ses amis de jadis de il ne restait plus que des corps éventrés, tête coupés et des barbes couverte de boue. Et une profonde balafre vint se figé sur son visage, traversant le long de sa joue gauche, partant du haut de l'arcade sourcilière jusqu'à son menton, épargnant l’œil avec un miracle digne de Mahal. Il quitta le champs de bataille avec les survivants, sur tout l'armée de naugrim il ne resté plus qu'une centaine, voir plus avec un optimisme certain. Une fois à Khazad-Dûm une fête fut organisé pour rendre hommage aux innombrables morts. Cette bataille l'avait changer, non seulement physiquement, mais au plus profond de son être également. Il se replia sur lui même pendant un bon nombre de temps avant de ressortir de sa torpeur, l'élément qui la sortie de cette torpeur n'était point la bière, car l'alcool ne vient pas à bout de tout les problèmes, certes il aide à soigné les blessures de l'esprit, mais pour une durée très courte. Ce fut la naissance de son deuxième fils, et de sa sœur jumelle. Un jour de fête pour les nains de Khazad-Dûm. Mordrin put retrouver un semblant de joie de vit à travers eux, et grâce à se souffle d'espoir il reprit le marteau pour rebattre le fer sur l'enclume. Il décida de forger de quoi protéger ses enfants et créa la hache Zharraz pour sa fille Siggid, une hache gravé de la Rune du Feu. Pour son deuxième fils Orzad il sculpta dans du chêne le bouclier Durak dont le cerclage fut fait avec du vrai-argent de la montagne et où se trouve en son centre, fait d'or et d'argent, la Rune Brisante, qui détruit tout arme qui rentrerait en son contacte. Et pour son Premier fils Kraggi, il lui façonna un marteau de guerre, qui porte sur son manche la rune de vol, celle-ci permet de lancer son marteau qui serait guidé par le vent, afin de percuter sa cible et de revenir dans la main de son lanceur après l'assaut de l'arme, il l'appela Grundtraz.
Mordrin consacra cinquante années de sa vie afin de façonner ces armes. Et alors qu'il atteignit ses deux cents et un ans. Il put enfin prendre une pause des plus brève car encore une fois il dû partir pour la guerre, car les orques continuer leurs méfaits. Et cela ne pouvait resté impunie ! Dans l'esprit de Mordrin, la mort de ses frères d'armes le hanté chaque nuit et depuis ce jour fatidique, une haine sans borne l'anime. Il repartit donc pour combattre, enchaînant escarmouche sur escarmouche, bataille après bataille, se recouvrant le corps de multiple cicatrice, et continuer à s'éroder avec l'âge. Et lorsque tout bataille furent livré, que tout escarmouche touchèrent à leur fin. Il regagna sa demeure en Khazad-Dûm et ne bougea point du lieu pendant de nombreuses années. Il reçu en récompense des services rendu au siens, le titre de Gardien des forges, lui donnant accès a tout ce dont il aurait besoin pour concevoir ses chefs-d’œuvre. À présent, vous pourriez trouver ce vieux nain au cœur de la Montagne, battant du marteau sur l'enclume, ressassent les souvenirs des batailles dans son esprit, déversant sa magie au travers des puissantes runes qui orne les armes et les armures des plus grands guerriers du Royaume de Durin. Mais prenez garde, il peut encore prendre les armes si nécessaire, si vous parvenez à ranimer la flamme de la haine qu'il porte envers les orques.

 



 
(C) Amasys pour Le Seigneur des Anneaux - Le Tiers Age
 

 
 
Revenir en haut Aller en bas


Arthurus
Commandeur d'Isengard, Le séraphin

Commandeur d'Isengard, Le séraphin
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 26/06/2016
▌VOTRE AGE : 18
▌MESSAGES : 213
▌RACE : Numenor
▌VOTRE RANG : Seigneur
▌CITATION : Nouvelle technique : on passe pour des cons, les autres se marrent, et on frappe.

Carnet personnel
PE: 4.061 PE
PO: 11.000 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Mordrin   Sam 14 Jan - 15:26

Bonjour je viens vers toi en tant que validateur occasionnel, donc pour commencer:

-A la question avez-vous lu les règles il y a un code à chercher dans le règlement. Ne t'inquiète pas il n'est pas si dur à trouver.

-Il y a malheureusement beaucoup de fautes comme par exemple avec le participe passé ou encore l'orthographe de certains mots. A cela s'ajoute des phrases à non sens pour au moins corriger une grande partie des fautes je te conseille d'utiliser des sites comme Bonpatron ainsi qu'une relecture.

-Dans ton histoire tu dis qu'il reçoit un titre spécifique "Gardien des forges" mais cela n'a rien avoir avec le fait de devenir capitaine. De ce fait tu peux avoir le titre si ton seigneur estime que tu puisses l'avoir, mais tu n'explique pas comment tu es devenu capitaine.

-Avec toutes les créations présentes dans ta fiche, je me demande si tu ne préfère pas être forgeron au final. Après rien ne t'empêche d'un point de vue rp et règlement d'être forgeron et capitaine.

Je te propose donc de revoir les fautes et de trouver le code après quoi ta fiche pourra être validée. Je te souhaite bon courage et que Durin soit avec toi.



Sloubi un, Sloubi deux, Sloubi trois, Sloubi quatre, …
Revenir en haut Aller en bas
 
Mordrin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux - Le Tiers Âge :: Avant de renter :: Présentations-
Sauter vers: