AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 Le passé d'une elfe peu commune

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Naerys

avatar


Féminin
▌INSCRIT LE : 19/10/2016
▌VOTRE AGE : 23
▌MESSAGES : 3
▌RACE : Elfe
▌CITATION : Pour vivre heureux, vivons libres

MessageSujet: Le passé d'une elfe peu commune   Mer 19 Oct - 3:51


Naerys


Infos personnage

Nom : Aucun
Prénom : Naerys
Age : Plus de 3 milles ans
Race : supossition Elfe Sinda
Localisation : Partout où le vent la porte
Lieu de naissance : Telle est la question
Titre ou surnom : La saltinbanque
Rang spécial : /
Allégeance : Cela viendra selon ses rencontres rp

---------------------------------------------------

Mon âge : 22 printemps
Je fais du RP depuis... 3 ans
Mes suggestions pour le forum : design plus complet? Et un botin des avatars T_T
Une chose sur vous : Je suis une naine barbue
Ai-je besoin d'un tuteur ? Euh... Je sais pas, mais je connais mal cet univers, j'ai juste suivit ma soeur en fait
Avez-vous lu les règles ? CODE OK par Sauronne






Physique


 Enfant, Naerys à toujours été fluette, faiblarde, moquée de tous, par ses vêtements de seconde-main, ses cheveux blond, proche du blanc, coupés courts et indomptables. On ne peut pas dire que cela l’ait vraiment dérangée, après tout, elle s’en moquait. Elle était même incapable de comprendre l’intérêt d’une apparence soignée, aimant à jouer dans la boue, à grimper aux arbres ou encore à passer des heures a danser ou chanter.

 Avec le temps, et les problèmes qu’elle a pu rencontrer dans sa vie, la jeune enfant est devenue une femme convenable. Elle n’est pas superbe mais elle n’est pas moche pour autant. Ses cheveux sont désormais longs, lui arrivant vers les reins alors que son regard s’est affiné, plus sensuel avec cette magnifique forme amande, bien qu’il soit grand. Pas globuleux, juste… Deux magnifiques lacs où le bleu ce mêle au mordoré avec quelques teintes d'émeraude. Plus bas, sous son nez retroussé, deux lèvres, légèrement trop pulpeuses prennent place, elle aime les colorer de rouge. En fait, elle aime le rouge tout court.

 Son corps aussi a subit beaucoup de changement. Elle a grandit, frôlant le mètre soixante douze. De même, son corps s’est affiné mais surtout, musclé. Elle à tout d’une vrai petite elfe docile, du stéréotype que l’on se fait de ces créatures que l'on ce met a déifier quand on les voit, sauf qu’elle n'est pas aussi douce et délicate que n'importe quelle autre elfe.. Un ventre plat, avec des abdominaux subtilement dessinés, des cuisses musclées, un fessier rebondi, des mollets marqués, des bras élégants et pourtant puissants ainsi qu’une poitrine bien... Plate. Ou petite, au choix. Partant du contour de son sein gauche et descendant de façon continue sur le côté de son corps, une longue marque de naissance prenant la forme de ronce est visible. Certes, elle n’est pas une belle bimbo bien mince et délicate, mais pourtant, elle ne semble en rien agressive, plutôt douce même. Ce qui ne l’empêche pas de pratiquer du sport. Trop par moment.

 Pour s’entretenir, elle court beaucoup, elle danse ou escalade, cela lui permet de ne plus penser à rien. De même qu’elle adore nager. Mais cela ne fait pas tout, elle adore cuisiner. Et faire des tests culinaires, qui ne sont pas toujours… Mangeable. Cela ne veut pas dire qu’elle cuisine mal, juste qu’il ne faut pas avoir peur de ce que l’on peut trouver. Enfin, cela finit souvent bien. A part peut être cette fois là, où elle avait mit des plantes a caractères laxatifs dans des gâteaux…

 Quant à son style vestimentaire… Il n’y a pas grand chose à dire si ce n’est qu’elle adore les robes et jupes, ou encore les simples tunique en cuir souple. Non pas qu’elle se cache, mais cela est plus pratique pour bouger. Et elle est nue pied, quelque soit le temps ou le terrain sur lequel elle marche, aimant à sentir la terre sous ses pieds, se sentant vivante ainsi. Quand bien même elle est grande, elle n’hésite pas à escalade ou danser là où bon lui semble. Après… Les couleurs sont rarement assorties en fait. Elle ne cherche pas à être belle, simplement à l’aise. Dernière chose important pour la jeune femme: à son poignet droit trône un bracelet de bois scellé sur lequel on trouve son prénom : Naerys. La destruction.



Caractère


  Peut-on être à la fois impulsive et réfléchit ? Telle est la question qui obsède sans cesse la jeune elfe. Elle aime a se dire réfléchit mais la plupart du temps, tout n’est qu’impulsivité avec elle.  

  Depuis enfants, on lui a apprit à vivre en harmonie avec la nature et son environnement, ce qui rend la jeune femme invisible dans la nature et bien peu a l’aise en terrain humain. Elle est parfaitement consciente de ne pas se sentir à sa place en ville mais ceci est un passage obligé, bien peu de spectacle rapporter de l'argent en forêt, de fait,  la jeune femme apprit à se dissimuler dans l’environnement citadin bien trop présent en ce monde selon elle.

  La petite danseuse à une fâcheuse tendance à succomber a l’appel de l’alcool. Ce qui la met souvent dans des situations assez embarrassantes. Outre se réveillée au milieu d'une taverne dévastée, elle peut aussi se retrouver à devoir combattre pour avoir insulté un peu trop une personne qu’elle n’aurait pas dut.

  Malgré tout, elle est loin d’être une lâche. Ce qui fait que tout duel qu’elle aurait provoqué où qu’on lui lancerait, elle se sent obligée de le relever. Bien consciente de ses propres limites, elle aime à chercher à évoluer, souhaitant devenir plus forte pour ne pas être battue facilement. Elle avait un but en tête : retrouver sa soeur. Et pour cela, elle deviendrait forte et pourrait se présenter à elle la tête haute. Si tant est qu’elle puisse retrouver Anyanka un jour.

  Et oui, une haine profonde vit en elle vis-à-vis des orcs. Pourquoi? Parce que partout où il passent, la nature trépasse. Et que la nature est une part indissociable d'elle.

  Nae n’en est pas moins une jeune femme très fidèle. Que se soit en amitié, envers une cause ou simplement suite à une promesse, elle fera toujours tout pour tenir parole, même si sa lui cause du tors au final. De même, elle est bien trop franche, elle ne mâche pas ses mots et dit haut et fort ce qu’elle pense, sans vraiment prendre en compte le fait qu’elle puisse blesser ou non son interlocuteur. Mais elle sait avouer quand elle se trompe ou quand elle à fait une erreur, n’hésitant pas à présenter ses excuses avec beaucoup de sincérité.

  La sincérité. Sans doute jamais dans le monde vous ne trouverez une personne aussi sincère qu’elle. Elle ne sait pas mentir, ce qui la rend assez… Enfantine sur la chose. Cela ne signifie pas qu’elle est naïve!!

  Venons-en à sa plus grande faiblesse : les sucreries. A croire que le temps n’a pas eu de prise sur cet aspect de son être. Naerys adore dévorer divers gâteaux et bonbons à toutes heurs du jour et de la nuit. En plus de l’alcool, il va s’en dire qu’elle dépense des sommes folles entre ses deux vices. Mais quel être vivant n’en à pas ?

  L’amour… L’a-t-elle connu ? Oui, une fois. Souhaite-t-elle vivre ça ? Peut-être un jour, quand elle aura trouvé son âme soeur. Elle à vu son amie trop souffrir de sa peine de cœur, ce qui rend la jeune sauvage mélancolique. Mais heureusement, elle ne fini pas souvent ainsi, même saoule ! Elle aime la vie et la croque à pleine dent, cherchant simplement des compagnons de voyage avec qui partager ses aventures malgré ses airs froid et sa méfiance naturel.




Histoire


  Lorsqu’elle ouvrit les yeux, l’enfant qui venait de naître n’était en rien capable de ce défendre, de parler ou de faire quoi que ce soit par elle-même. Pourquoi ? Car personne n’avait voulu d’elle. Mais elle ne fut pas vraiment seule, à quelques pas d’elle, un autre nouveau né subissait le même sort.  A croire que la vie s’acharnait sur ces deux êtres sans défense et encore pur de toute corruption.

  Ce ne fut qu’après moult braillement, les deux petites criant leur faim au monde, qu’un Ent décida enfin d’ouvrir les yeux, cherchant la cause de ce vacarme. Quelle ne fut pas sa surprise de découvrir ses deux créatures sans défense au creux de ses racines. L’être de bois se redressa en les gardant contre lui, partant en quête des parents. Mais après plusieurs heures de fouille infructueuse, il dut se rendre à l’évidence : elles avaient été abandonnées. Il fut attendrit par les babillages des deux petites qui lui rappelèrent ceux de ses propres enfants, quand sa femme étaient encore de se monde, il y a plusieurs millénaires de cela. Aujourd’hui, avec leur disparition, la joie que procurait la présence d’enfant avait disparut des forêts. Ainsi son cœur lui souffla que ses jeunes pousses seraient une occasion de leur rappeler à tous que le cycle de la vie continuait malgré tout.

  Durant dix années, les deux jeunes femmes grandirent, ne faisant qu’un avec la nature. Elles ne portaient pas de vêtements, se prenant pour des Ents, sans comprendre pourquoi leurs corps étaient si différents de celui de leur père. Il tenta de leur expliquer qu’elles n’étaient en rien comme lui mais elles refusèrent d’entendre raison. Elles ne voulaient pas imaginer partir dans le monde des hommes et ne plus être aussi libre qu’alors. La conversation prit de l’ampleur et les deux jeunes filles commencèrent à hausser le ton contre leur père, refusant d’être autre chose qu’un Ent. Il tenta tant bien que mal de les résonner mais rien n’y fit, à tel point qu’elles explosèrent de rage et partirent chacune de son côté, se séparant et laissant un père bien triste. Lui qui était si vieux et qui avait tant vécu, il ne comprenait pas leurs acharnement à vouloir être ce qu’elles ne pouvaient être. C’était la nature des choses, immuable et éternelle. Une Elfe ne pouvait devenir Ent et un Ent ne pouvait devenir Elfe, malgré toute la bonne volonté du monde. C’était une leçon bien dure que les enfants devaient comprendre pour évoluer. En ce bas monde, on ne pouvait devenir ce que l’on voulait. On ne pouvait que prendre le chemin de ce que l’on pouvait devenir.

  Si Anyanka partit vers le Nord, ce perdant à jamais, Naerys partit vers le sud. Alors qu’elle avançait, au rythme de sa colère, la jeune enfant ne se rendit pas compte qu’elle quittait les Terres qu’elle avait toujours connues pour le royaume du Gondor, passant la frontière sans s’en rendre compte. Ce n’est qu’au bout de plusieurs heures, alors que le couvert rassurant des arbres avait laissé place à l’immensité des pleines et vallée que Naerys fit la première rencontre humaine de sa vie. Un soldat, dans la force de l’âge, s’approcha d’elle sur son puissant destrier, la toisant comme on toiserait une bête de foire. Après tout, elle ne ressemblait à rien de commun. Non pas dans son physique, il remarqua bien vite qu’elle était une petite elfe, mais sa tenue. Ou plutôt son absence de tenue. Devant lui ce trouvait une petite créature aux cheveux blancs comme neige, dans lesquels des brindilles, des fleurs et des feuilles c’étaient emmêlés. Son corps était couvert de boue et de poussière. Mais ce furent ses yeux qui happèrent l’âme de ce guerrier. Lui qui avait vécu les pires atrocités présentes en ce bas monde, il reçu de plein fouet le regard d’un être pure, d’un enfant qui n’avait jamais connu la violence, la haine, la mort ou la détresse. Un enfant qui, malgré son apparence peu commune, était la créature la plus innocente qui soit. Il en avait croisé, des enfants au cours de sa vie, mais aucun n’avait ce regard là. Dans les villes, les villages ou les hameaux, tous avaient conscience que la vie était un combat perpétuel, que la vie n’avait rien d’une partie de plaisir et que la mort les attendait au tournant. Mais chez elle, il ne ressentait rien de tout cela, comme une page vierge, à croire que les dieux restaient la main suspendu au dessus de ladite page, cherchant comment mener la vie de cette enfant.

   Tout à son contraire, l’enfant lut des choses qu’elle ne pouvait comprendre dans le regard azur de cet homme. Elle y vit un éclair de douleur, une colère fugace, la honte d’avoir osé tuer femme et enfant… Mais elle ne comprenait pas, elle eut peur, mais une part d’elle la poussa s’approcher de cet homme. Elle tira sur la jambe de son pantalon, l’obligeant à descendre. Quand il fut à sa hauteur, à genoux, elle lui offrit un sourire. Un sourire unique, comme il n’en reverrait jamais. Ce sourire effaça à lui seul toute la douleur, la honte et la haine du cœur de ce guerrier. Comme l’apaisement reçu au moment de la mort, quand la faucheuse vient s’enquérir de votre âme et que le poids de vos erreurs quitte soudainement votre corps pour vous laisser partir serein, vers ce monde invisible où vous n’aurez plus à vous soucier de rien.

  Elle vit les larmes couler sur les joues de cet homme et l’entendit parler une langue qui lui était inconnu. Elle lui parla, en entique, mais ce fut son tour de ne pas comprendre. Alors il posa la main sur son torse, disant un mot. Aladryan. Puis il posa la main sur son cheval, le désignant comme VerGris. L’enfant ne comprit pas et il recommença. Après plusieurs essais, elle comprit enfin et fit de même en prononçant son propre nom. Naerys. L’enfant poussa un cri de joie quand elle le vit sourire et ria de bon cœur, heureuse d’avoir réussit à ce faire comprendre. Lui, en revanche, ne pouvait se résigner à la laisser partir. Il n’était pas en fin de vie mais au vu du jeune âge de l’enfant, il mourrait avant qu’elle ne soit adulte. Ce qui lui brisa le cœur. Il refusait de la laisser partir, elle lui appartenait. Cette petite enfant qui lui apaisait le cœur et éveillait en lui les graine de la jalousie et de la possessivité ne pouvait partir sans son accord.

  Sans attendre, poussé par ce vice humain que de vouloir tout posséder, il remonta en scelle et prit l’enfant de force, sans lui laisser la chance de riposter. Elle ce débâtit, prenant vraiment peur pour la première fois de sa vie. Elle cria, elle hurla, elle appela son père à l’aide. Mais elle était trop loin, enfant naïve qu’elle avait été de sortir des bois. Maintenant elle comprenait pourquoi les siens restaient à l’abri là-bas… Les hommes ne respectaient en rien la nature des choses et les choix de chacun… Naerys pleura pour la première fois de sa vie alors que le guerrier la gardait contre lui, avec une tendresse et une possessivité qu’elle recroiserait bien trop souvent dans sa longue vie.

   Passons son arrivé dans la demeure de l’homme, qui s’avérait être un des générales du Gondor. La raison de sa présence dans les terres éloignées du Wold ? Elle ne le sut jamais. Les gens qui travaillaient à son service furent tous plus qu’étonné qu’il ramène une sauvageonne chez eux, mais suivant les ordres, ils s’en occupèrent, la lavèrent, la vêtirent et la coiffèrent. Elle fut portée devant lui, se sentant mal à l’aise dans ses vêtements, tombant régulièrement à cause de ses chausses. Rien en elle n’éprouvait plus la douce créature de plus tôt, il ne restait qu’une enfant terrifiée. La femme de son geôlier perçut la détresse de l’enfant et se dressa contre son époux, prenant la petite contre elle. Ils ne pouvaient pas la garder.

  Rien ne semblait pouvoir venir à bout de l’entêtement de cet homme, ainsi sa femme dut-elle se résigner et prit la petite sous son aile, lui apprenant, a force de douceur et de patience, la langue commune. Oh elle n’était pas bilingue, loin de là, et faisait encore beaucoup de faute ou de phrase bancale mais désormais, elle pouvait communiquer avec les gens. On lui apprit aussi la danse, sa grâce elfique naturelle l’aidant. Elle avait aussi arrêté de porter des chausses, incapable de n’y adapter, restant nue pied par tout temps. Et elle dansait, pour oublier qu’on l’avait privé de sa liberté. Tel un oiseau en cage, l’elfette perdit son éclat et tous purent le constater. Loin des arbres, de la nature et des siens, elle se ternissait. Elle passa près de dix ans dans cette cage dorée, chantant et dansant pour le bon vouloir de celui qui lui avait demandé de l’appeler père. Si elle retrouvait une partit de son éclat lorsque son corps et sa voix s’unissait dans une mélopée douce et entraînante, elle ne souriait plus que très peu. Son paternel, l’Ent qui l’avait élevée, lui manquait. Et sa douce Anyanka aussi. Sa sœur…

  Plus d’une fois elle avait fondu en larme en repensant à elle. Elle ne savait pas où elle était, ce qu’elle était devenue ou même si elle était en vie. Osgiliath était une ville bien vivante où plusieurs races cohabitaient entre elles. Ce fût ici qu’elle rencontra son premier elfe. Lenwë, un marchant ambulant qui rendait visite à celui que Naerys devait appeler père. Elle n’avait pas eut le droit de sortir de sa chambre, incapable de savoir pourquoi. Il va s’en dire qu’elle ne l’a pas écoutée, poussée par la curiosité, elle qui avait toujours été mise en avant devant tout un chacun avec fierté. Ce soudain changement l’étonnait.

  S’amusant un peu à escalader les murs et meubles pour passer le plus inaperçu possible, elle finit par prendre place, cachée derrière un paravent, dans la salle, espionnant par la fente entre deux panneaux. Elle le vit et son souffle se coupa un instant. Il était jeune, du moins physiquement mais à cette époque elle ne savait pas que les elfes paraissaient si jeune des siècles durant. Ses longs cheveux ébène lui descendant en cascade dans le dos alors que son regard couleur automne ne quittait pas le maître des lieux. Grand, mince mais pas fragile, elle sentit son cœur rater un battement. Elle était attirée par lui. Naerys ne put s’empêcher de sortir de sa cachette et de s’approcher de lui, parlant entique. Le père se crispa d’un coup, prêt a tout pour la garder, mais c’était trop tard, l’elfe la vit.
 
  -Comment t’appelles-tu mon enfant ? lui demanda-t-il dans la langue ancestrale des Ent.
  -Naerys… Tu es un Ent ? C’est pour ça que me comprend ? rétorqua-t-elle, curieuse.
  -Non, je suis Lenwë, un elfe… Naerys hein… ? Que fais-tu ici ? Où sont tes parents ?
  -Papa est resté dans la forêt… On c’est disputé et je suis partie. Puis lui, il ma prise et forcé de rester ici… elle avait pointé l’humain du doigt.

  Alors l’elfe c’était redressé, une colère froide prenant place sur son visage. Il s’approcha de l’enfant et lui prit la main, faisant face à l’auditoire humaine. Il ne laisserait pas un humain traiter l’une des siennes ainsi, encore moins une enfant sans défense. Alors que les gardes se mirent en demi cercle autour d’eux, l’elfe ce mit à parler d’une voix si claire et pure que l’enfant ferma les yeux, se sentant en confiance avec lui. Il menaça, demanda à ce qu’on les laisse sortir, si la femme tentait de calmer son époux, celui-ci refusa et lança l’attaque, au risque de blesser l’enfant. Ne cherchant pas à mettre Nae plus en danger qu’elle ne l’était déjà, il sortit une dague et mit hors d’état de nuire un à un tout ceux se dressant sur son chemin. L’enfant était terrifiée et l’elfe s’en voulait de lui faire connaître ceci, mais il n’avait pas le choix. Les siens n’étaient pas des esclaves ou des objets de décoration.

  Des mois durant, Lenwë garda la petite à ses côtés. Il lui apprit les bases de l’elfique, la langue natale de l’enfant, mais celle-ci eut du mal à l’intégrer, sans doute inquiète de ce qu’il risquait de lui arriver maintenant qu’elle n’avait, encore une fois, plus rien. Quelle ne fut pas sa surprise, alors que le printemps pointait timidement le bout de son nez sur les terres du Gondor, quand elle aperçut la forêt. Sa forêt. Elle poussa un cri de joie et enlaça Lenwë qui resta éberlué. Il avait bien comprit que l’enfant était unique, mais de là à être aussi tactile avec les gens, si curieuse de tout et démonstrative, il ne s’y était pas attendu.







(C) Amasys pour Le Seigneur des Anneaux - Le Tiers Age




Dernière édition par Naerys le Dim 30 Oct - 13:42, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas


Sauronne
Puissance Maléfique de Dol Guldur

Puissance Maléfique de Dol Guldur
avatar


Féminin
▌INSCRIT LE : 10/03/2016
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 866
▌RACE : Maia
▌CITATION : Ash nazg durbatulûk, ash nazg gimbatul, ash nazg thrakatulûk, agh burzum-ishi krimpatul

Carnet personnel
PE: 15.251,25 PE
PO: 10.833, 75 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Le passé d'une elfe peu commune   Mer 19 Oct - 16:32

Coucou et bienvenue chez nous ! (admire la rime Razz )

Si tu as des questions, n'hésites pas on est là pour ça. N'oublie pas de modifier la couleur du titre de ton sujet et de le mettre en bleu pour qu'on lise ta fiche et vois si y'a des soucis ou pas Wink

Comme tu envisages une Elfe et que les Elfes c'est mon rayon, c'est à moi que tu vas avoir à faire pour ta validation Wink




Personnages joués sur BtDD : Sauron Le Grand (x3), alias Sauronne // Legolas Vertefeuille (alias Leggy) // Denethor II (alias DD)

Personnages joués sur Le Tiers Âge
: Le Nécromancien (alias Sauronne)

DC sur le Tiers Âge : Gandalf le Gris
Revenir en haut Aller en bas


Naerys

avatar


Féminin
▌INSCRIT LE : 19/10/2016
▌VOTRE AGE : 23
▌MESSAGES : 3
▌RACE : Elfe
▌CITATION : Pour vivre heureux, vivons libres

MessageSujet: Re: Le passé d'une elfe peu commune   Mer 19 Oct - 18:13

Merci pour la bienvenue!

Je vais terminer la fiche avant xD mais pas de souci je n'oublierais pas!





Petit délire ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas


Naerys

avatar


Féminin
▌INSCRIT LE : 19/10/2016
▌VOTRE AGE : 23
▌MESSAGES : 3
▌RACE : Elfe
▌CITATION : Pour vivre heureux, vivons libres

MessageSujet: Re: Le passé d'une elfe peu commune   Mer 9 Nov - 8:56

Double post, je suis désolée!

Je mets ici une absence, pour la suite de ma fiche. Je déménage au Maroc et je prends l'avion Samedi matin, donc d'ici vendredi soir, je n'aurais plus d'ordinateur pendant un certain temps (il est mort et je le ferais réparer là bas!)

Du coup je poste une demande de délais rapport à tout ça!
Merci!





Petit délire ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas


Sauronne
Puissance Maléfique de Dol Guldur

Puissance Maléfique de Dol Guldur
avatar


Féminin
▌INSCRIT LE : 10/03/2016
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 866
▌RACE : Maia
▌CITATION : Ash nazg durbatulûk, ash nazg gimbatul, ash nazg thrakatulûk, agh burzum-ishi krimpatul

Carnet personnel
PE: 15.251,25 PE
PO: 10.833, 75 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Le passé d'une elfe peu commune   Lun 28 Nov - 16:28

Délai accepté ! Tiens-nous au courant assez rapidement quand tu seras à nouveau opérationnelle Wink




Personnages joués sur BtDD : Sauron Le Grand (x3), alias Sauronne // Legolas Vertefeuille (alias Leggy) // Denethor II (alias DD)

Personnages joués sur Le Tiers Âge
: Le Nécromancien (alias Sauronne)

DC sur le Tiers Âge : Gandalf le Gris
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le passé d'une elfe peu commune   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le passé d'une elfe peu commune
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Arinos, elfe
» Honneur à Paillant petite commune de miragôane.
» Le reflet du passé [Terminé]
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux - Le Tiers Âge :: Administration :: Corbeille - Archives générales du Forum-
Sauter vers: