AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 La forge rugit toujours même dans la nuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Sauronne
Puissance Maléfique de Dol Guldur

Puissance Maléfique de Dol Guldur
avatar


Féminin
▌INSCRIT LE : 10/03/2016
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 866
▌RACE : Maia
▌CITATION : Ash nazg durbatulûk, ash nazg gimbatul, ash nazg thrakatulûk, agh burzum-ishi krimpatul

Carnet personnel
PE: 15.251,25 PE
PO: 10.833, 75 PO
Troupes armées:

MessageSujet: La forge rugit toujours même dans la nuit   Mar 6 Sep - 16:21

Angsûl était constamment en alerte, maintenant que la construction de la cité, était achevée et que le Roi-Sorcier d’Angmar avait rencontré celui qui allait semer la terreur sur les Peuples Libres. Assurément, l’Angmar se joindra aux forces de Björn le Briseur de Crânes et à son armée gigantesque. Cependant, Er Murazôr n’était pas satisfait. L’armée dont il disposait pouvait certes, être encore agrandie et de plus, les Gobelins de Gram et de Gundabad se joindraient de toute façon à eux. Ce qui ne le satisfaisait pas, le concernait lui directement. Il lui manquait quelque chose…

Un soir, alors que les habitants d’Angsûl regagnaient doucement leurs maisons et que la ronde et les relève de guet pour la nuit se mettaient en place, Er Murazôr lui, réfléchissait. Dans ses quartiers personnels, près d’une fenêtre ouverte sur le blizzard du Nord accentué par la froideur glacée de la nuit, le spectre scrutait tout ce qu’il se passait à quelques mètres de lui, que ce soit à côté ou en-dessous de lui. Son visage se tourna lentement de la droite vers la gauche lorsque son regard invisible finit par se poser sur un petit bâtiment d’où s’échappaient encore lumière par les fenêtres et fumée par la cheminée. Une idée terrible germa dans son esprit, ce qui le fit quitter ses quartiers et se rendre vers ce bâtiment qu’il observait.

Ce bâtiment était en réalité l’une des deux forges que comptait Angsûl, le reste des armes et armements divers étant approvisionnés par les forges en constante activité de Gram et de Gundabad. Sur son chemin, tous s’écartaient, baissaient la tête et le saluaient d’un « [i[Mon Seigneur[/i] » empreint de respect et de crainte. Une bouffée d’air glacial entra avec lui dans la forge lorsque la porte s’ouvrit en grinçant sur son passage. A l’intérieur, il ne restait plus qu’un forgeron venu des Landes d’Etten et son apprenti, tous deux affairés à ranger la forge pour la nuit. Ils s’arrêtèrent net dans leur besogne lorsqu’ils virent QUI était entré dans leur forge, mais se reprirent bien vite, se mettant à genoux devant l’Aîné des Neufs. Le garçon tremblait à tel point qu’il lui était impossible de relever légèrement la tête. Son maître lui, prit son courage à deux mains et bafouilla :

Mon Seigneur…. Nous….Nous ne vous attendions pas ici si tard… Si nous avions sur notre venue, nous…

Il suffit, coupa sèchement le Roi d’Angmar, je recherche un alliage.

Lequel, mon Seigneur ?

Du Fer Noir.

Le forgeron semblait hésité quant à la réponse qu’il allait lui donner :

Mon Seigneur… nous ne pouvons forger un tel alliage. Nous…


En avez-vous ou pas ?

Er Murazôr commençait à s’impatienter et il n’avait jamais été doté d’une grande patience.

Mais….cert…certainement oui. Nous en avons reçu, mais la quantité est loin d’être suffisante pour une forge d’ampleur. Je dirais que cela devrait suffire pour une arme… pas plus…

C’est tout ce qu’il me faut. Laissez-moi ; vous rangerez quand j’en aurais terminé. Pour ce que je m’apprête à faire, il me faut être seul.

Certainement, mon Seigneur… Nous partons…

Le maître ramassa son apprenti et l’aida à gagner la porte lorsqu’ils furent rappelés par Er Murazôr :

Le garçon reste.

L’apprenti lança un regard terrifié à son maître. Ce dernier le planta là, dans un regard désolé et sortit dans le blizzard où il allait attendre… et absolument tout enendre ce qui allait se passer.

Er Murazôr avait entretemps remit des braises dans le feu de la forge. Les flammes emplirent la salle de leur lumière orangée et de leur chaleur tandis que le spectre s’employait déjà à la fonte du Fer Noir. L’apprenti le regardait, médusé et rongé par la terreur. Er Murazôr regardait le métal lentement fondre et soudain, il s’adressa au jeune garçon :

Voici une chose que ton maître ne pourra jamais t’enseigner et qui est réservée aux forgerons les plus expérimentés… Le Fer Noir, est un minerai rare et précieux. D’aucuns pensent qu’il est l’égal du Mithril des Nains. Balivernes que cela… Le Fer Noir est bien plus résistant… Surtout lorsque le forgeron n’est autre que le bras droit du Seigneur des Ténèbres… Approches.

Le garçon fit deux pas vers le spectre avant de s’arrêter, incapable d’aller plus loin. Dans le sceau où fondait le Fer Noir, une odeur terrible s’élevait, une odeur qui, jadis, avait littéralement embaumé le Mordor, lorsque Barad-Dûr et la Morannon avaient été érigés. L’apprenti fut pris d’un haut-le-cœur mais se retint toutefois de dégobiller son maigre repas du soir par terre, devant le Roi-Sorcier d’Angmar. Celui-ci était parti à la recherche de l’enclume et du marteau pour en commencer la forge. Mais avant cela, il tendit la main vers l’apprenti et une sorte de traction invisible attira ce dernier en plein dans la poigne de fer du Nazgûl. Les yeux exorbités de terreur, le jeune garçon mouilla ses chausses de peur tandis que le spectre parlait :

N’aies pas peur, ta mort n’est pas encore venue. J’ai juste besoin… de ton sang…


Aussi vite que la traction avait eu lieu, Er Murazôr prit le petit couteau qui se trouvait attaché à la ceinture du garçon et lui entailla le bras droit. Le garçon émit un cri strident tandis que le spectre pressait la blessure saignant abondamment au-dessus du sceau contenant cette fois du Fer Noir qui était passé de l’état solide à l’état liquide. Le sang alla se mêler au liquide noir et l’odeur n’en fut que plus terrible. Er Murazôr lâcha le garçon qui alla s’étaler par terre et lui ordonna de déguerpir, ce que l’apprenti ne se le fit pas répéter deux fois. Alors, la forge en elle-même commença.

De l’extérieur, des bruits de martèlements assourdissants commencèrent d’abord à se mêler à une voix grave, proférant des mots incompréhensibles des gens d’Angmar et d’Etten… des mots en Noir Parlé. Mais ce qui était encore plus effrayant, c’est que bientôt, il sembla que plusieurs voix avaient rejoint celle d’Er Murazôr, toutes parlant dans cette même langue gutturale et terrifiante. Les martèlements se firent plus forts, les voix plus puissantes… Un bruit de chaîne se fit ensuite entendre, combiné aux voix et aux martèlements… L’apprenti et son maître étaient paralysés de peur. Soudain, tout s’arrêta et la nuit ne fut plus que silence… L’apprenti et son maître se regardèrent, paniqués à l’idée de ce qui pourrait suivre de tels évènements… Des bruits de pas lourds se firent alors entendre, qui se rapprochaient dangereusement de la porte, de même que des bruits de chaînes, comme si quelque chose se balançait au bout d’une chaîne… Soudain, la porte s’ouvrit, et le Roi-Sorcier d’Angmar en sortit, tenant à la main un long manche ouvragé avec soin, duquel pendant une lourde chaîne terminée par une masse hérissée de piques, le tout en Fer Noir. Mais il était une chose que ni le maître forgeron, ni l’apprenti ne purent voir, dans l’obscurité de la nuit : des inscriptions. Il s’y trouvait graver de multiples inscriptions en Noir Parlé et, aux extrémités du manche, l’on pouvait voir des signes encore plus étranges que toutes les autres inscriptions… Des runes d’un autre temps… Le maître forgeron et son apprenti regardèrent avec effroi la nouvelle arme de leur Roi. Ce dernier se retourna alors vers eux :

J’ai terminé ; vous pouvez poursuivre vos tâches.

Et il s’en retourna vers ses quartiers privés, impatient de voir et de tester sa nouvelle arme sur le champ de bataille…

Objet : Masse d’arme du Roi-Sorcier d’Angmar
Rune(s) : Rune de Terreur (100 pts) + Rune Destructrice de Morgoth (400 pts)
Alliage : Fer Noir
Type de lègue : Cette merveilleuse arme est pour mon Er Murazôr
Niveau de puissance de votre personnage : Niveau 5
Puissance en runes utilisée : 500 pts






Personnages joués sur BtDD : Sauron Le Grand (x3), alias Sauronne // Legolas Vertefeuille (alias Leggy) // Denethor II (alias DD)

Personnages joués sur Le Tiers Âge
: Le Nécromancien (alias Sauronne)

DC sur le Tiers Âge : Gandalf le Gris
Revenir en haut Aller en bas
 
La forge rugit toujours même dans la nuit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une mélodie dans la nuit [LIBRE]
» « L'hiver s'installe doucement dans la nuit, la neige est reine, à son tour. » - Panthère des Neiges.
» Une ombre dans la nuit [ Ne pas répondre, merci. ]
» Le chant de la forge dans la nuit. | PV
» J'ai toujours voulu courir dans un champs de blé. [Geekeuse ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux - Le Tiers Âge :: Administration :: Corbeille - Archives générales du Forum-
Sauter vers: