AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 Pour un peu plus de Po's

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Aaren Besgat
Roi du royaume des neiges

Roi du royaume des neiges
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 11/08/2016
▌VOTRE AGE : 30
▌MESSAGES : 45
▌RACE : Humain
▌CITATION : Du rhum des femmes et d'la bierre non de dieu

Carnet personnel
PE: 2.100 PE
PO: 9.400 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Pour un peu plus de Po's   Lun 5 Sep - 23:33

C'était un jour comme les autres, ou presque dans la ville de Pitkaränta. Le ciel était bleu, d'un bleu insondable. Le soleil quant à lui, réchauffer les coeurs et les corps de tous ceux qui le regardaient. Les températures, bien que basse pour la plupart des peuples de la terre du milieu, semblaient plutôt bonnes pour le peuple Lossoth. Cette journée avait tout pour être une journée merveilleuse. Cependant, lorsqu'on se déplaçait dans la rue, les visages étaient fermés et froid. Aussi froid qu'un vent glacial qui parcourt de temps en temps les plaines de la baie de Forochel. Malgré les visages fermés, ça et là on pouvait entendre des rires d'enfant s'amusant à différent jeu.

Aaren était comme tous ses habitants, lui qui était enjoué en temps normal, ne montrait qu'une mine renfermé. Ce n'était pas le souvenir de son père, décédé peu de temps avant, qui le rendait morose. D'ailleurs depuis son ascension au trône, il n'avait pas réellement eut le temps d'y faire attention. Entre la menace grandissante de se soit disant Bjorn et le développement de son pays, la tête du roi Besgat avait été plutôt bien occupée.  Sur son balcon le jeune souverain pencha la tête vers le bas et y vit un petit homme. Ce n'était pas la hauteur qui donnait cette impression, mais belle et bien le fait, qu'il n'était pas très grand. À ses côtés se trouvaient quatre garde royaux, tous plus grand que lui d'une bonne tête et demi. L'homme était barbu, pas la petite barbichette qui descend un peu, non quand je dis barbu, je parle de la barbe qui descend jusqu'au niveau du ventre. Bien que celle-ci était grande elle n'en demeurait pas moins bien entretenue. Après avoir fait un salut à leur roi, les cinq hommes partirent en direction des quartiers habitables.

Sur aucun des visages de la petite troupe un sourire faisait son apparition. Aucun des soldats accompagnant le petit homme n'appréciait cette journée. Même la demi-portion, comme il l'appelait en secret, ne semblait plus joyaux qu'eux. Pourtant, ce travail ingrat devait être fait malgré tout. Malgré les regards noirs lancés à l'encontre de la petite troupe. Les cinq hommes arrivèrent devant la maison, c'était une hutte modeste ou loger une famille. L'homme travaillait surement en tant que chasseur tandis que la femme tenait la maison propre et s'occupait des enfants. La main du petit être humain s'écrasa lourdement sur la porte de la maison. Il le savait, depuis maintenant les nombreuses années qu'il faisait ça si son coup était trop faible personne ne viendrait-lui ouvrir faignant de ne pas avoir entendue l'homme frapper. La porte de la maison s'ouvrit au bout de quelque instant, dans un bruit sourd. Derrière elle se trouvait un homme grand, pour le petit homme qui venait de frapper à celle-ci, il semblait aussi grand qu'une montagne, mais ce dernier ne se laissa pas impressionner pour autant. Peut être était-il confiant, car les hommes du roi se tenaient derrière lui. Peut être était-il courageux ou même tout simplement fou. Toujours est-il qu'il s'avança d'un pas, puis dit d'une voix plus grave qu'il n'y parraissait:


-Bonjour citoyen, nous venons collecter l'impôt de sa majesté le roi. Je sais que cela ne vous plait guère, mais sachez que le roi à conscience des efforts de son peuple et fera tout ce qui est en son pouvoir pour que celui-ci soit satisfait de sa vie.

À dire vrai l'homme avait son texte préparé à l'avance. Être percepteur du roi n'était pas chose aisée, il le savait. Il fallait supporter le regard d'autrui, supporter les injures et même les couvrir quand elles touchaient la royauté. Car, bien que passible de la peine de mort le petit homme savait que la plupart des gens qui en arrivaient à pester contre leur souverain était des gens qui étaient dans des situations limites pour faire vivre leur famille. Il avait donc préparé un petit discours pour faire passez plus facilement le fait qu'il demandait le peu de choses que ces gens avaient gagné honnêtement. La plupart du temps les gens bien que peu heureux de donner des deniers, ne cherchait pas à enfreindre la loi. Certain, bien entendu essayait d'amadouer le percepteur par des histoires touchantes et il arrivait, parfois, que celui-ci se laisse attendrir. Cependant, cela restait rare. Au-delà de cela, il y avait une autre classe de gens issue du peuple, qui n'appartenait ni aux gens attendrissant, ni aux bons payeurs qui s'acquittait de leurs impôts juste en grimaçant. Cette catégorie là, le petit homme aimait les faire payer plus que tous. La plupart avaient la verve bien plus rapide que l'intelligence. Et en plus d'être malpolie, il avait tendance à vouloir intimider le petit bonhomme afin d'échapper à la collecte de fond. C'est à ce moment-là que les quatre gaillards derrières lui avaient leurs importances et intervenaient. À la base, l'impôt était juste une somme identique au foyer à quelque chose près, mais ces hommes étant de mauvais bougre le percepteur n'hésitait pas à les faire payer plus qu'il ne le devrait.

La journée d'un percepteur était une journée bien remplie en soit. Aussi, l'homme ne se plaignait pas de son travail. Lorsque ce dernier finissait la tournée des maisons de la ville, ce qui pouvait durer de longue heure. Ce dernier regagnait le château afin d'y déposer son butin. Il passait de longue heure à compter chaque denier gagné. Afin de vérifier si le compte y était bien. Bien qu'il tenait à jour une feuille de route durant son passage, il préférait vérifier malgré tout qu'il n'avait pas  commis d'impair. Lorsque cela fut fini, l'homme monter voir le roi. Après diverse  salutations, celui-ci annonçait la récolte définitive qu'il avait réalisé pour ce mois-ci. Il le savait, le roi en prendrait surement une partie pour lui. Mais comment pouvait-il lui en vouloir, lui qui faisait tant de choses pour justement changer la situation des Lossoth. Aaren écouta l'homme lui annonçait ce qu'il avait rapporté. Il n'aimait guère cela, mais cette action était nécessaire. Le roi ne prendrait que rarement une pièce dans le trésor pour son intérêt personnel. Renvoyant d'un geste son serviteur lorsque celui-ci eut fini le décompte de ce qu'il avait rapporté, Aaren commença à planifier l'utilisation de son impôt.
Revenir en haut Aller en bas
 
Pour un peu plus de Po's
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux - Le Tiers Âge :: Administration :: Corbeille - Archives générales du Forum-
Sauter vers: