AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 Les errances du capitaine.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Leoden
Prince des Vertueux

Prince des Vertueux
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 24/06/2016
▌VOTRE AGE : 28
▌MESSAGES : 245
▌RACE : Eotheod
▌VOTRE RANG : Roi de l'Eomark
▌CITATION : A vaincre sans péril, on vainc. C'est déjà pas si mal."

Carnet personnel
PE: 36.651,15 PE
PO: 3.825 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Les errances du capitaine.   Mar 30 Aoû - 15:36

Les Eotheods étaient connu de par le monde pour leurs chevaux et par extension pour leur cavalerie, capable de charge dévastatrice même contre les formations les plus serrés. Mais même au sein de leur pays couvert de vaste plaine et de petite colline, il était des missions que l’on ne pouvait que difficilement confier à des cavaliers.

Et c’est là qu’intervenait Havard et ses hommes. Il était le capitaine des Rangers de l’Eomark, une unité d’infanterie comme bien peu s’attendait à en trouver dans le petit royaume du nord. Bien qu’ils sachent tous monter à cheval, ces combattants polyvalents ne se déplacer presque qu’exclusivement à pied. Capable de combattre aussi bien à l’épée qu’à l’arc, ils étaient maîtres dans l’art du déplacement furtif et de la reconnaissance. Et c’était justement une mission requérant ce genre de compétence qu’Havard s’était vu confier. Après une entrevue avec son roi, il avait choisi ses 30 meilleurs hommes et s’était mis en route pour un lieu que les Eotheods connaissaient tous, et dont ils parlaient avec nostalgie : Jorvik, l’ancienne capitale du royaume. Elle se trouvait à l’ouest de Nausburg et à l’est des Monts Brumeux, dans une bande de terre que le peuple des chevaux n’exploiter plus depuis longtemps. En effet les orques y descendaient en nombre depuis les Mont Brumeux, si bien qu’un ancêtre de Leoden avait préfère s’éloigner des montagnes plutôt que de continuer dans une lutte stérile, une guerre perpétuelle qui ne faisait que provoquer mort et destruction.

Même s’ils avaient reconnu la sagesse de la décision, bien des héritiers de ce seigneur avait entreprit de reconquérir le Vestfold, le nom qu’ils donnaient à cette région. Hélas toutes s’était solder par un échec ayant couté plus ou moins de vie. Et dans l’esprit si fier des cavaliers, il restait un gout amer de n’avoir su défendre ce qui leur revenait de droit. Mais bien des choses avaient changé sous le règne de Leodas et plus encore sous celui de son fils, Leoden. De nombreux pactes commerciaux avaient été négociés, l’armée royale s’était vu grandement renforcer alors que les Eotheods forger des alliances sérieuses et puissantes avec leurs voisins et même avec la lointaine Arnor. L’Eomark n’avait jamais était aussi puissant qu’en cette année 1091 et ce n’était pourtant que les premiers signes visibles de la nouvelle politique de la maison royale.

Par-dessus tout, Leoden n’avait jamais caché ses vues sur le Vestfold. Son peuple s’étendait et grandissait mais les terres n’étaient pas extensible. A l’est, il n’y avait qu’une petite bande de terrain séparant la forêt des elfes et les montagnes des nains. C’était déjà ça mais cela ne serait pas suffisant. Il n’avait donc jamais caché son ambition :
reconquérir les terres à l’ouest de Nausburg et, pourquoi pas, reconstruire l’ancienne capitale pour en faire le chef-lieu de cette région. Il avait lui-même posait les yeux sur les ruines de la ville, bien des années auparavant, alors que nul ne l’avait fait en trois siècle. Mais, sur les conseils avisés d’un magicien plein de sagesse, il avait alors fait demi-tour. L’heure n’était pas venue.

Mais elle approchait désormais. Et c’était pour cela qu’Havard posait en cet instant ses yeux sur l’antique cité. Du haut de ses 45 ans, c’était un traqueur expérimenté. Sa vue était perçante malgré ses tempes blanchit par le temps. Il était vêtu, comme tous ceux venu avec lui, d’une cape de couleur verte et brune, imitant au mieux possible les couleurs naturelles de la plaine. Sous cette cape, des vêtements simples et une cotte de maille légère. Les rangers frapper fort et se replier vite, ils n’avaient pas besoin de protection lourde.

Le capitaine resta un instant à observer les ruines, ressentant un curieux mélange de crainte et de plaisir. Il était un homme de tradition, l’un de ceux pour qui le départ du Vestfold était encore une cicatrice douloureuse. Aussi il avait dû cacher sa joie devant les ordres qu’il avait reçu.

Officiellement, il devait se contenter d’explorer les anciennes caves du palais de l’époque. Une légende tenace voulait que les Eotheods d’antan n’ai pas pris le temps d’emporter toutes leurs richesses, aussi il revenait aux rangers de récupérer le trésor. Dans les faits, Leoden se doutait bien que si ce magot existait, les gobelins avaient fait main basse dessus depuis longtemps. Ce qu’il voulait, c’était un rapport sur la ville elle-même ainsi qu’une estimation des forces nécessaires pour la réoccupée.

Et c’est ainsi que les rangers investirent la ville à la nuit tombée. D’autres guerriers que ceux-là auraient attendu le plein jour mais les habiles éclaireurs s’étaient divisés en petite groupe, arc au poing, se faufilant en silence. Ils voulaient savoir si des orques vivaient actuellement dans les ruines et ces créatures peureuses ne sortaient que rarement le jour.
Au bout de plusieurs heures de fouilles, ils trouvaient les traces évidentes de campements gobelin. Mais ils semblaient tous être abandonner depuis un certain temps, comme si les créatures nocturnes ne descendait plus si loin dans l’est depuis un moment. Au bout du compte, ils accomplirent également leur mission officielle, fouillant les vestiges du palais. Alors qu’ils cherchaient l’entrée des souterrains, un bruit retentit alors qu’un groupe de gobelin surgissait d’une cache secrète. Ils devaient être une dizaine et se jetèrent sur les rangers, heureusement à l’affut. Dès la première seconde de leur assaut des volées de flèches prirent les airs, frappant les ennemis des hommes un par un.

Havard se rua aussitôt vers l’endroit d’où avait surgit l’ennemi. Remarquant que l’un d’entre eux était encore vivant bien que blessé, il le saisit à la gorge et sa puissante voix retentit.

- Dis-moi créature, ou sont tes semblables ? La ville grouille de vos nids infects à l’abandon ! Pourquoi ? Parle, ou tu regretteras que cette flèche ne t’ai point tué sur le coup !


Le snaga était terrorisé par ces grands yeux gris qui semblaient jeter des éclairs. Il essayait de se dégager de la prise qui lui enserrait le cou mais la poigne de l’Homme était trop puissante.

- Partiit ! Ils sont partiiit dans les montagnes. Il y a un seigneur de guerre qui rassemble les clans, on ne peut plus venir et aller à notre gré. Piti…


Il n’eut pas le temps de finir sa phrase, le poignard d’Havard lui ôta la vie aussi facilement qu’il aurait tranché du pain. L’information était d’importance, aussi bonne que mauvaise. Jetant le corps sans vie plus loin, le capitaine termina son exploration.

La cache des orques était un véritable dédale de couloir et de salle. Mais au plus profond, ils trouvèrent effectivement ce qu’ils étaient venu chercher. De l’or, des pièces frappées à l’image d’un ancien roi de la marche. Sans doute il y en avait-il eu bien plus autrefois mais cela était toujours ça de prit. De l’or et des nouvelles, voilà qui comblerait le roi.


"Des chefs de guerre, il y en a de toutes sortes. Des bons, des mauvais, des pleines cagettes, il y en a. Mais une fois de temps en temps, il en sort un. Exceptionnel. Un héros. Une légende. Des chefs comme ça, il y en a presque jamais. Mais tu sais ce qu'ils ont tous en commun ? Tu sais ce que c'est, leur pouvoir secret ? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles"
Revenir en haut Aller en bas
 
Les errances du capitaine.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Loronak du Rohan - Capitaine de Gil-Estel
» Le vocabulaire du Capitaine Haddock
» capitaine et veteran de minas tirith en "nmm"
» Furibard (capitaine nain customisé...)
» Capitaine Flam au cinema... en 3D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux - Le Tiers Âge :: Administration :: Corbeille - Archives générales du Forum-
Sauter vers: