AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 Longue journée en perspective

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Aaren Besgat
Roi du royaume des neiges

Roi du royaume des neiges
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 11/08/2016
▌VOTRE AGE : 30
▌MESSAGES : 45
▌RACE : Humain
▌CITATION : Du rhum des femmes et d'la bierre non de dieu

Carnet personnel
PE: 2.100 PE
PO: 9.400 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Longue journée en perspective   Ven 19 Aoû - 16:02

La neige tombait abondamment sur les plaines de Forochel. Ce pays laissé de côté par beaucoup d'autre nation. Du haut de l'une des tours du palais, Aaren regardait la ville Pitkaränta. Cette ville qui l'avait vu grandir et s'épanouir. Il le savait, gagner la confiance des pays du sud ne serait pas chose évidente, cependant, il n'avait guère le choix. Il fallait qu'il parvienne à rapprocher les peuples du sud avec ses sujets. La vie dans le Forochel n'était pas évidente, mais elle était possible. Ce peuple riche de diverse façon pouvait s'ouvrir aux autres nations plus grandes. La seule chose qui les retenaient étés leur peur de l'inconnue. Malgré la neige qui tombait, Aaren pouvait voir dans certaine chaumière des feux de cheminer brûler pour réchauffer ses habitants. Aaren posait son regard sur la ville endormie, pensant à ce que demain lui réserverait. Aujourd'hui il avait appris que son peuple risquait de subir une attaque. Aujourd'hui il avait essayé de convaincre ses sujets de l'importance d'ouvrir les frontières et il y était parvenue par la force des choses. Sans cette attaque, ils seraient tous encore en train de débattre.

Aaren faisait confiance à ses sujets, il sortirait grandit de cette épreuve s'il la surmontait. Cependant, la seconde serait plus compliquée... Que pourrait-il bien offrir aux autres peuples?? Les Nains confectionnaient des armures et des monuments comme personne. Ils étaient peut-être les plus grands forgerons que la terre n'ai jamais porté. Les elfes eux créaient des armures enchantées des objets et autre chose de grandes importances... Les  hommes du Gondor étaient de grands navigateurs et les hommes des Eotheods de grand cavaliers. Les hommes des Eotheod eux possédé des chevaux comme personne d'autre.  Le souverain de Pitkaränta avait beau réfléchir, il ne voyait pas comment rivaliser avec ses peuples. De plus, avec l'invasion qui approchait, rien ne lui facilitait la tâche. Il n'avait guère le choix, chercher à s'occuper de tous les problèmes en même temps n'était pas la solution. Il fallait les gérer un à un.

Quittant sa fenêtre, le jeune souverain retourna vers la table de sa chambre. Sur celle-ci une carte était déployée. Se penchant délicatement le jeune roi regarda attentivement cette dernière. La carte ne représentait pas toute la terre du milieu, mais seulement la région autour de la baie de forochel.

Spoiler:
 
Pitkaränta avait de la chance, à l'est une chaine de montagne s'élevait évitant ainsi qu'une armée importante puissent se rendre jusqu'à la ville. Seul des guerriers aguerries et habitués aux montagnes enneigé pourrait traverser celle-ci. De plus, les chemins n'étaient pas nombreux et pas forcément connue de tous. Derrière et sur le côté de la ville s'étendait la baie et la mer offrant en partie une protection naturelle. Le seul autre moyen de parvenir à Pitkaränta était par le sud. Cette zone en effet permettait à une armée importante de passer, mais ne donnais pas à celle-ci les moyens de mener un siège avec catapultes et autre arme de siège. Cependant, contre la plupart des armées cela aurait été bon, mais ici l'armée à affronter était habitué au conflit dans des terres désolées et froides. Aaren regarda la carte attentivement puis appela le garde qui se tenait devant ses quartiers. La voix du roi raisonna dans la petite pièce.

"Vas me chercher les seigneurs Agnar, Ludvig et loktar et dit leur que je veux les voir dans l'instant."

Sans demander plus l'homme quitta la pièce au pas de course. Après vingt minutes à attendre ses trois  sujets, les hommes finirent par arriver. Plus ou moins bien apprêté, vu qu'ils avaient été réveillés dans leur sommeille. Aaren ne s'offusqua pas de leur tenue et leur pardonna cette incartade au protocole qui disait qu'ils devaient se présenter devant leur souverain bien apprêté. Les trois hommes virent la carte posée sur la table. S'approchant sans dire mots, hormis la formule de politesse à leur roi, ils regardèrent attentivement celle-ci. Rapidement les trois hommes comprirent, même endormi, qu'il s'agissait d'une carte de leur royaume. Loktar comprenait comme Ludvig et Agnar qu'ils allaient parler de la défense du territoire contre l'ennemie qui approchait leur terre. Cependant, celui-ci ne voyait pas son importance. Qu'importe le roi leur faisait signe de s'asseoir et chacun d'eux se plaça sur une chaise devant leur souverain qui prit la parole:

"Messieurs, je m'excuse d'avance de vous avoir convoqué en pleine nuit, mais je vais avoir besoin de vous rapidement. Comme vous le savez comme moi, une menace approche des terres libres venant du nord, il est possible que nous ne soyons pas visés, tout comme il est possible que nous le soyons. Je vais donc envoyer des patrouilles vers les montagnes à l'est. Il y a peu de chemin permettant de venir dans nos contrés, mais il en existe. Aussi, je voudrais que tous les chemins soit surveillés par un chasseur et un traineau. Afin que l'information nous parvienne rapidement. Je veux une patrouille au sud également seulement deux hommes un traineau et un chasseur pour surveiller d'éventuelles mouvements par cet accès. À la ville je veux un homme en traineau près à partir à tout moment afin que dès que l'on sait d'où vienne les forces ennemies nous puissions rappeler tout le monde. Et je veux que 550 chasseurs de forochel et 250 traîneaux soit prêt à partir à tout instant dès que j'en donne l'ordre."

"Bien entendue votre majesté, je ferais les préparatifs nécessaires. Je donnerais à Ludvig les hommes les plus rapides en traineau pour accompagner ces chasseurs. Nos sentinelles pourront être plus efficaces si les chasseurs partagent leur secret avec nos sentinelles... Cependant, pourquoi faire quitter à nos troupes les fortifications de la ville??? Ne serait-il pas plus prudent de défendre notre ville avec toutes nos troupes?"

"Non défendre notre ville avec toutes nos troupes ne serviraient à rien. Vu que si l'ennemie vient, il sera habitué à affronter des défenses comme les nôtres. Utilisons l'avantage du terrain que nous avons. Pitkaränta est avancée dans la baie de Forochel, ce qui permettra de prendre les troupes ennemies sur deux fronts en les faisant sortir en bateau."

Les trois hommes acquiescèrent, comprenant le plan de leur roi. Attaquer Forochel était certes difficile, mais pas impossible. Par contre, si l'attaquant se retrouvait pris entre deux feux c'était une tout autre histoire. Les archers du mur harcèlerait les attaquant alors que d'autres archers venant de derrière ferait encore plus de dégâts. Les hommes d'armes auraient quant à eux un rôle de protecteur. Tous regardait la carte avec attention, le projet était faisable. Risquait, car si les troupes défensives tombaient avant que l'attaque ne puisse ouvrir un second front la ville n'aurait plus aucune chance. Cependant, le pari en valait la chandelle. Aaren regarda un à un ses conseillés. Aucun ne disait mot bien trop concentré à regarder le plan de l'armée. Soudain, Loktar leva la tête, puis dis:

"otre majesté, pardonnez mon intervention. Cependant, bien que je comprenne tout à fait la présence du seigneur Ludvig et du seigneur Agnar pour parler de la défense de la ville. Je ne parviens pas à comprendre pourquoi vous m'avez fait quérir. Tout le monde ici présent sait que je ne suis pas un grand militaire.

" Je comprends vos inquiétudes seigneurs Loktar. Sachez qu'effectivement je ne vous ais pas fait venir à moi ce soir afin d'avoir votre avie sur les affaires militaires. J'ai également une mission pour vous et plus vite vous vous mettrez au travail, plus vite les choses bougeront dans ce pays. L'invasion prochaine sur notre territoire m'oblige à revoir le développement de notre pays, mais également la protection de notre pays. Vous allez donc avoir deux tâches à accomplir. La première se sera de construire la ville qui deviendra la nouvelle capital des Lossoth. Pitkaränta est une forteresse puissante pour protéger notre peuple, mais qui ne renvoie pas à une image de grandeur du peuple Lossoth comme il le mérite. Je veux donc que vous façonniez une ville, aussi grandiose que belle où le savoir-faire Lossoth sera mis à l'honneur. La seconde, plus modeste, mais au combien tout aussi importante sera de construire un fort dans le sud du pays afin de protéger ses frontières. Je vous demande ses deux projets, car je suis persuadé en mon fort intérieur que notre peuple survivra à cette nouvelle épreuve si les barbares du nord se jetait sur lui. Vous sentez vous de taille à répondre à ses deux demandes?"


Dernière édition par Aaren Besgat le Jeu 1 Sep - 23:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Aaren Besgat
Roi du royaume des neiges

Roi du royaume des neiges
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 11/08/2016
▌VOTRE AGE : 30
▌MESSAGES : 45
▌RACE : Humain
▌CITATION : Du rhum des femmes et d'la bierre non de dieu

Carnet personnel
PE: 2.100 PE
PO: 9.400 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Longue journée en perspective   Dim 28 Aoû - 20:19

La matinée:

La neige avait fini par cesser de tomber dans la matinée. Ludvig, Agnar et Loktar avaient quittés leur souverain peu après le levé de l'aube. Le roi quant à lui c'était allongé un peu, juste le temps de s'assoupir pour récupérer un peu de force. La journée allez être longue et il le savait. Quant-tl ré-ouvrit les yeux, le jeune homme regarda la pièce où il se trouvait. Il connaissait parfaitement sa chambre. Elle semblait simple même pour une chambre de monarque, mais cela ne dérangeait pas outre mesure le chef du peuple Lossoth.

Sortant de son lit, où il avait retrouvé un peu d'énergie. Ce dernier parti faire sa toilette. Bien que la suite de son programme ne le forçait pas à rencontrer des membres de famille influente, il se refusait à se présenter mal fagoté devant quelqu'un à qui il demanderait un service. Après avoir fait un brin de toilette, le roi pris des vêtements de son rang, puis accompagné de quelque garde descendit dans le quartier des commerçant. Il ne risquait pas beaucoup de chose, voir même surement rien, car chez les Lossoth la famille royale était appréciée. Et comme la plupart des gens du sud avait depuis longtemps oublié les Lossoth,le risque d'un assassin venant de leur par était peu probable. La garde était ici plus pour permettre au roi d'avancer tranquille plus que pour vraiment le protéger.

Aaren arriva au bout de quelque minute devant une petite bâtisse d'où s'élevait une légère fumée. Elle ne semblait pas impressionnante, mais ce qui était important ici n'était pas véritablement la demeure. Non la chose importante en ce lieu était la personne qui y habitait. L'homme n'était pas très apprécié dans la ville. Certain le disait fou, d'autre le disait alcoolique et d'autre encore le disait fini, mais tous s'accorder sur un point. Même si ce vieil homme aigrît était une relique du passé, il n'en restait pas moins un forgeron de talent. Et quand l'on parle de talent à Pitkaränta on fait tout de suite référence à l'arcanion. L'arcanion était quelque chose de précieux pour le peuple Lossoth. Ce n'était ni une herbe quelconque, ni même une fête. Non c'était quelque chose de bien plus précieux. L'arcanion était un métal, un métal aussi précieux que l'argent. Ces caractéristiques étaient aussi bonnes que ceux du métal précieux. Cependant, ce minerai était bien plus dure à travailler que l'argent il y avait plusieurs raison à cela. La première était l'endroit où l'on pouvait en trouver. Seul les montagnes à l'Est de Pitkaränta réunissait les conditions pour que le minerai puissent être créé. Le métal n'y était pas rare, cependant, le pays étant refermé sur lui-même, peu de pays en avait entendu parler. C'était la première raison, mais la seconde était bien plus importante. Afin de pouvoir travailler ce métal, une technique était nécessaire. Personne, en dehors des quelques familles de forgerons du peuple Lossoth, ne connaissait toutes les conditions requises pour façonner ce métal. C'est pour cela que l'homme était respecté, car actuellement seulement trois familles à Pitkaränta connaissait le secret concernant ce métal.

Aaren s'approcha de la porte, puis d'un geste vif frappa sur celle-ci. Le coup avait été sec, pas fort son but n'étant pas de briser l'entrée de l'homme qu'il souhaitait rencontrer. Le son raisonna dans la maison, preuve que peu de meuble si trouvait. Voyant qu'aucune réponse ne venait, le roi frappa une nouvelle fois sur celle-ci. À nouveau le son se rependît dans la bâtisse sans plus de résultat. Après quelque minute d'attente un garda décida de frapper bien plus fort que son roi et vociférant que son roi se tenait devant sa porte. Après quelque instant d'attente une voix s'éleva malgré tout.


"Vous pouvez bien frapper et vociféré pendant aussi longtemps que vous le souhaitez. Je ne suis pas chez moi..."

Chacun des hommes présent se retourna. Derrière eux se tenais un petit homme, un peu trappu avec une longue barbe et des long cheveux gris. Il semblait tout droit sortie d'un pub vue l'odeur d'alcool qui se dégageait de ses vêtements qui ne semblaient pas être en meilleur état que l'homme en question. Le petit homme, appuyé contre un poteau de maison regardait la petite troupe avec curiosité. Pourquoi le roi voulais le voir? Qu'avait il bien pu faire pour s'attirer les foudre de son seigneur est d'autre question similaire lui passé par la tête, mais aucune ne trouvait de réponse. Calmement Aaren s'avancea au travers de ses gardes vers le vieille homme en lançant, au passage, un regard assassin au garde qui avait pris l'initiative de crier de bon coeur. Il alla se placer devant l'homme, puis dit d'une voix calme:

"Arzot Chorgat, je suppose? Je m'excuse dans un premier temps pour le comportement de mes hommes. Certain, se donne des droits qu'ils n'ont pas. Je viens pour vous parler d'une affaire que je voudrez que vous meniez pour moi..."

"Moi.... hahaha... n'avez-vous pas entendu parler de moi?? Je ne forge plus. Je ne souhaite plus faire quoi que se soit. Juste continuer à boire ça me suffit..."

"Je n'attends pas cela de vous. Cependant, pourrions nous entrer pour parler calmement du sujet qui m'amène à vous."

L'homme fit signe au roi et les deux hommes pénétrèrent dans la petite maison. L'intérieur était aussi miteux que le laisser pense l'extérieur. Le plancher non entretenue grincer à chaque pas que les deux hommes faisaient en marchant dessus. La porte d'entrée donnait sur un petit couloir ou plusieurs pièces se trouvaient. La première et la seul que le roi vit était une pièce plutôt vaste du fait que seul deux meubles l'occupait. Le premier était un meuble assez ancien, tout de bois, mais qui semblait pouvoir résister au temps et au  mauvaise entretiens de son propriétaire. L'autre était juste une table simple, avec trois chaises autour. L'hôte fit signe à son obligé de s'asseoir puis prit une chaise afin d'être en face de son roi. Celui-ci ne s'offusquait pas de l'accueil peu chaleureux que l'homme lui accordait. Ce fut le roi qui, le premier, brisa le silence:

"Arzot Chorgat, j'ai besoin de vous... Réellement. Le pays va mal, il souffre d'un mal bien plus profond que tout ce qu'il a affronté jusqu'à maintenant. L'isolation dans lequel nous nous sommes cloîtré doit être levé. Cependant, nous ne pouvons pas faire cela sans apporter au pays du sud quelque chose qui les fassent nous regarder comme autre chose qu'une bande de sauvage. Nous avons besoin de leur montrer que nos artisans font partie des meilleurs au monde. Nous allons jouer sur notre point fort, l'arcanion. Malgré tout le dire est bien, mais je sais que seul quelques forgerons sont capables de manier ce métal... Ce que je viens vous demander aujourd'hui c'est votre génie et vos connaissances, ce que je viens vous demander aujourd'hui est votre aide..."

"Jeune roi, laissez-moi vous compter une histoire. C'était il y a de cela deux cents ans environ. Un chasseur parcourait les terres de Forochel à la recherche de gibier pour nourrir sa famille. N'ayant rien trouvé à rapporter, il décida de s'éloigner encore plus et fini par atteindre la chaine de montagne s'élevant à l'est de la ville. C'est alors qu'une tempête de s'éleva et l'homme se perdit pour finir par rentrer dans une grotte afin de s'abriter. Il resta la durant un long moment, mais lorsque la tempête s'arrêta et que le soleil se montra la grotte se mit à briller de mille feux. L'homme, grand connaisseur de pierre et métaux ne pouvait cependant pas dire ce que c'était. Il décida donc de la ramener à une de ses connaissances, qui avait bien plus de connaissance que lui. Seulement lui non plus ne pu identifier la pierre. Le chasseur qui était alors forgerons décida de la façonner, mais il comprit bien vite que ce ne serait pas chose aisée. Il finit par arriver à la travailler au bout de plusieurs années et ne dévoila pas le secret hormis à ses trois enfants qui étaient aussi forgerons. Les trois enfants apprirent à leurs enfants et ainsi de suite. Cela dura pendant environ 150ans, mais tout fut perdu avec l'erreur d'un seul forgeron. Un jeune forgeron, qui voulait gloire et argent.   Il s'évertua à atteindre son objectif, s'acharnant à faire arme et armure pour le plus offrant, sans jamais prendre soin de sa femme et sa fille. Pourtant, un jour, où il avait encore forgé une arme pour un riche Lossothien, il rentra chez lui pour y découvrir le corps de sa femme et sa fille allongées dans une marre de sang. L'assassin se trouvait encore à côté d'eux. Alors, le forgeron attrapa la première chose qu'il avait sous la main et tua l'individu qui se trouvait en face de lui. Il reconnut l'homme du premier coup d'oeil. C'était le fils d'un riche marchand qui lui avait commandé une arme. C'était également l'arme qu'il avait forgé qui venait de prendre les vies de sa femme et sa fille... voilà pourquoi mon roi, j'ai fait le serment de ne plus forgé d'arme. Voilà pourquoi je refuse de toucher à ce métal de malheur..."

"Je comprends votre peine et je ne vous demande pas de forger des armes pour moi. Je vous demande de transmettre votre savoir à des apprentie forgeron de Lossoth. Bien sûr certain feront des armes pour l'armée, mais ce ne sera pas pour enlever la vie, mais pour défendre celle-ci. Cependant, tous ne forgerons pas des armes, ce n'est pas ce que je souhaite. Je voudrais qu'il utilise leur talent, celui que vous aurez cultivé pour qu'il confectionne des objets de grandes valeurs..."

"Admettons. Même si je venais à dire oui, il manque bien trop de choses pour réaliser un tel projet. Premièrement, il manque de nombreuse forge dans le quartier artisans, secondement même si la population venait à croitre, il n'y aurait pas assez d'habitation pour tout le monde. Votre projet pour l'instant n'est rien d'autre que du vent."

La discutons entre les deux hommes continua encore un long moment. Le jeune roi, comme disait Arzot, essayait de convaincre celui-ci de travailler à nouveau. Bien que le soleil fut bien haut dans le ciel, celui-ci ne pénétrer presque pas dans la pièce ou le souverain et son sujet étaient placés, si bien qu'aucun des deux ne vue l'heure avancer. Aaren prenait note de toutes les suggestions que le vieux forgeron lui faisait part pour améliorer la ville et le renouveau du peuple Lossoth. Dans un premiers temps le quartier résidentiel devait s'agrandir. Car bien qu'il comptait faire venir plus de population, dans l'état actuel des choses il ne pourrait pas recevoir plus de monde à Pitkaränta.

Aaren Besgat après avoir remercié son hôte quitta la maison. Ses gardes toujours en place attendait avec impatience de voir leur souverain sortir de ce lieu. Sans un mot  celui-ci se dirigea vers le château, sa garde lui emboîtant le pas immédiatement. Le jeune roi ne pensait qu'à une chose son futur quartier. Devait-il le faire grand petit ou moyen? Devait-il le changer de zone, qu'elle genre de maison devait-il construire. Après avoir passé les portes de son domaine, il se dirigea naturellement vers la petite pièce ou Loktar travaille. Rentrant sans frapper, il regarda son responsable du développement et lui dit qu'il souhaitait créer de nouvelles résidences pour que de la nouvelle population puissent s'installer tranquillement.  Loktar regarda attentivement les plans de la cité puis décrivit le projet à son roi:


"Il faudra retoucher une partie de nos quartier d'habitation. Dans un premier temps nous allons devoir revoirs les espaces de chacun. En créant des maisons identiques et simple nous devrions pouvoir optimiser la place de vos gens. Choisissons des maisons en pierre également, afin de pouvoir protéger mieux le peuple du froid encore. Il faudrait environ quarante mineurs pour extraire la pierre de la montagne, cent traîneaux pour rapatrier la pierre extraite. Je dirais que cinquante tailleurs de pierre serait les bienvenue pour faire avancer un tel projet. Et après les ouvrier qui vont démonter et remonter les maisons devraient être environ cent."
Revenir en haut Aller en bas
 
Longue journée en perspective
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 2.08 - Une Longue Journée
» Discussion après une longue journée [Alexander]
» Une longue journée en perspective... [Riri/Willy] [Terminé]
» Après une longue journée de dur labeur... [PV]
» Une très longue journée en compagnie d'un noble [Bya & Azu]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux - Le Tiers Âge :: Administration :: Corbeille - Archives générales du Forum-
Sauter vers: