AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 Le Premier conseil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Elrond Peredhel
Seigneur d'Imladris, la Dernière Maison Simple

Seigneur d'Imladris, la Dernière Maison Simple
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 29/05/2016
▌VOTRE AGE : 25
▌MESSAGES : 118
▌RACE : Semi-Elfe
▌VOTRE RANG : Seigneur d'Imladris
▌CITATION : "Let him not vow to walk in the dark, who has not seen the nightfall"

Carnet personnel
PE: 32.250 PE
PO: 14.225 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Le Premier conseil   Mar 16 Aoû - 22:45

Un vent mauvais glissait du Nord pour s'engouffrer dans la vallée d'Imladris. L'été naissant avait une teneur particulière et tirait déjà étrangement sur l'automne. L'air était frais et triste, les bêtes inquiètes. On apercevait déjà à l'orée des bois environnant la cité quelques fleurs se fanant et, tandis que les sources continuaient de s'écouler selon leur cycle éternel, une émotion discrète semblait ralentir leur chute, comme si la nature se retenait de verser ses larmes. Une immense mélancolie s'était emparée de Fondcombe, maintenant que le sol était jonché de feuilles embrasées par les rayons du soleil déclinant. Les oiseaux se taisaient. La végétation se balançait faiblement au rythme des souffles, grelottante et comme affaiblie par quelque sortilège. Les mois de mai et d'avril agonisaient encore en juin. Il y avait dans l'eau et la terre quelque chose de froid. Elrond assis à sa table de travail contemplait depuis l'arcade l'immensité de la vallée, silencieux. Il flottait sur son visage fermé un air soucieux. Cela faisait un certain temps maintenant que des nouvelles inquiétantes venaient du Nord et contaient la venue d'un grand danger. Les premières rumeurs n'avaient guère attiré l'attention des elfes, tout entière focalisée sur l'avénement d'un Nécromancien au sud de Vert-Bois, mais à mesure que le temps passait et que les murmures enflaient, l'air semblait s'être alourdi. Elrond pressentait en son coeur que des forces malsaines dépassant sa science étaient à l'oeuvre dans l'ombre. Lentement, elles tramaient leurs toiles de malheur dans le fil du destin, dans le but secret de prendre les Gens Libres au piège de leur propre ignorance. L'obscurité qui noyait ses pensées et tarissait sa prescience se déchira enfin comme un voile trop pesant. Maintenant, il était clair que quelque chose se jouait à leurs dépens Quelque chose de grave, et ce d'autant plus que le danger s'était profilé masqué jusqu'à leurs portes, prêt maintenant à faire tomber son masque alors qu'il bondissait, les griffes en avant et la gueule ouverte pour les saisir à la gorge.


La dureté du mal vient de ce qu'on ne le prévient point, ou trop tard, alors que ses mâchoires féroces se referment sur soi dans l'intention de se régaler de sa proie. Les elfes avaient des yeux et des oreilles partout en Eriador. L'Eregion était sous leur contrôle, Le Lindon leur appartenait ; ils patrouillaient en Arnor et plus au Sud, mais leur vision se heurtait toujours aux murs de pierre de l'Angmar. Au-delà de ses gouffres et de ses pics, là où s'étend l'infini des plaines désertes rongées par la glace, leur regard ne portait plus, et tout n'était que brouillard. Pour anticiper le coup qui se préparait dans la nuit et qui pointait un peu plus chaque jour, Elrond avait instamment besoin d'informations. Mais d'informations, il n'en disposait point ; et il ne pouvait pas même espérer en obtenir, sinon par le secours et la bonne volonté des Gens libres, amis de toujours. Aussi était-il tenu, lui, gardien de la Terre du milieu, de partager les signes inquiétants que sa sagesse lui inspirait. Les peuples libres devaient savoir que quelque chose se préparait, que quelque chose avançait... bien qu'il ne sache point encore en quoi consistait cette menace ni même comment elle frapperait, il était clair qu'elle frapperait. Très bientôt...

Le Semi-Elfe décida donc de réunir à sa table un conseil réunissant les différents seigneurs régnant au Nord de la Terre du Milieu. Cette réunion devant se tenir au plus vite, elle fut fixée pour la fin de l'été. Elrond envoya donc ses cavaliers les plus rapides mander les chefs du Lindon, de l'Arnor et des différentes colonies naines qui résidaient dans les Monts Brumeux ou à proximité. Des messagers partirent également en Lorien et à Vert-Bois. Enfin, le Gondor fut également convoqué, quoi qu'il soit lointain et secoué par quelques difficultés intérieures. Les émissaires avaient pour mission de solliciter la présence des invités en soulignant dès l'abord la gravité de la situation. Mais ils devaient également, dans la mesure de leurs prérogatives diplomatiques, hâter au plus vite leur venue. Enfin, ils avaient pour ordre de revenir au plus vite dans la Maison simple en cas de refus. Dans le cas inverse, ils devaient rester auprès des seigneurs pour revenir en leur compagnie, et ce afin de les conduire tous à bon port à travers la vallée secrète jusqu'à Imladris, par des sentiers connus d'eux-seuls. Les messagers partirent à l'aube, légèrement équipés et comme portés par le vent. Car il soufflait toujours, là où résidait Vilya, quelque vent bénéfique donnant des ailes à qui va courir le monde.
Revenir en haut Aller en bas


Leoden
Prince des Vertueux

Prince des Vertueux
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 24/06/2016
▌VOTRE AGE : 28
▌MESSAGES : 245
▌RACE : Eotheod
▌VOTRE RANG : Roi de l'Eomark
▌CITATION : A vaincre sans péril, on vainc. C'est déjà pas si mal."

Carnet personnel
PE: 36.651,15 PE
PO: 3.825 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Le Premier conseil   Sam 20 Aoû - 12:14

Ils arrivèrent à Imladris après une longue chevauchée à cadence soutenue. Le voyage avait durée près de 20 jours durant lesquels ils avaient appris à se connaître et à s’apprécier. Alors qu’ils entraient dans la vallée d’Imladris, le jeune roi fut subjugué. Dès qu’il traversa les frontières Elfique ce fut comme si sa lassitude le quitter pour ne plus revenir. Il leva les yeux au ciel et resta immobile de longue seconde, admirant ce spectacle comme s’il le découvrait pour la première fois. Car la puissance de Vilya était à l’œuvre et rendait toute chose plus belle encore qu’elle ne l’était déjà.

Ils chevauchèrent encore quelques heures, atteignant la demeure d’Elrond. L’aurore pointait lorsqu’ils arrivèrent et le soleil baignait les lieux d’une douce lueur dorée, si bien qu’on aurait dit que la lumière des arbres de Valinor elle-même était descendue sur les lieux. Durant tout le voyage, Leoden ne parla point et son nouvel ami elfique le regardait souvent en souriant, conscient de l’effet que le spectacle avait sur le seigneur des chevaux.

Car aucun Eotheod n’étaient venu en ces lieux avant lui et malgré l’augure néfaste que cela présageait, le roi nordique était un désormais un homme heureux. Il savait qu’au plus profond de lui, plus rien ne serait comme avant car il avait vu la grandeur des Elfes telle qu’elle était avant que le monde ne se fassent vieux et que les Eldar ne commencent à s’en retourner vers l’Ouest.

Ils atteignirent enfin la dernière maison simple. Le monarque descendit de sa monture, la caressant affectueusement tout en continuant de regarder partout autour de lui avec délice. Malgré l’heure matinale, de la musique et des chants étaient audible et une odeur divine de nourriture vint réveiller ses appétits. Durant un instant, il se dit qu’il devait être mort en chemin et qu’il avait trouvé la maison de Béma, la demeure éternelle ou viennent vivre ceux qui sont mort en brave.

Puis il se reprit et continua de suivre le messager, à pied cette fois-ci. En Eomark il était le roi, décisionnaire et porteur de sagesse. Mais Leoden sentait bien au fond de lui qu’ici, il n’était qu’un enfant.


"Des chefs de guerre, il y en a de toutes sortes. Des bons, des mauvais, des pleines cagettes, il y en a. Mais une fois de temps en temps, il en sort un. Exceptionnel. Un héros. Une légende. Des chefs comme ça, il y en a presque jamais. Mais tu sais ce qu'ils ont tous en commun ? Tu sais ce que c'est, leur pouvoir secret ? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles"
Revenir en haut Aller en bas


Menethil
Gardien de la Tour

Gardien de la Tour
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 12/05/2016
▌VOTRE AGE : 18
▌MESSAGES : 346
▌RACE : Dunedain d'Arnor
▌VOTRE RANG : Seigneur
▌CITATION : La fleur en bouquet fane, et jamais ne renaît !

Carnet personnel
PE: 33.401,24 PE
PO: 11.670 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Le Premier conseil   Mar 23 Aoû - 21:28

Les quatre jours de voyages passèrent comme un seul pour Menethil. Le fait de pouvoir enfin voir la fameuse demeure des noldor ne faisait qu'accentuer l'envie de s'y trouver. Ces quatre jours passés, enfin, il pouvait apercevoir au fond de cette combe toujours sous un soleil de laer Imladris, dressée au milieu des arbres et des rioux passant au milieu des bâtiments de pierre, émergeant de l'eau dont les reflets se jetaient sur les murs. Il était vrai qu'entant que seigneur d'Amon Sûl, l'homme du Rhudaur ne voyageait que rarement, le plus souvent en mission, mais malgré cela, il n'avais jamais rien vu d'aussi pittoresque. Il en avait lu une description sommaire dans un vieux livre, mais elle ne rapportait qu'une infime partie de la réalité. Même Annúminas dont il avait vue des miniature arrivait difficilement à être plus belle.A tout ceci s'ajoutait, au fur et à mesure de l'approche des deux cavaliers, une odeur douce et sucrée, ainsi qu'un doux air aussi simple que mélodieux. Il s'agissait pour le moment, d'un paradis au milieu des limbes des hommes et des orcs.

L'arrivée fut des plus simple, et fut marquée par l'apparition progressive des elfes et de leur lieu de vie. Aucun ne s’intéressait à lui réellement, se contentant de le regarder vaguement lorsque Menethil passait à côté. Le messager qui l'avait conduit jusqu'en ces lieux l'accompagna jusqu'à ce qui serait son habitation lors de son séjour. Mais l'émerveillement laissait place aux affaires qui l'avaient amenées ici. Alors, il relu la lettre qu'on lui avait remises quelques semaines auparavant pour se remémorer ce pourquoi il était convoqué. Les rumeurs...il était le seul à s'en préoccuper au Rhudaur, avec le peuple, comme si les autres grands ne voyait pas l'importance que cela avait, ou ne voulaient pas la voir. Pour le seigneur de Mithlost, il ne s'agissait que de ragots venant du peuple pour faire réagir le pouvoir, et pour le roi, elle proviendrait d'Arthedain ou du Cardolan, et ne servirait qu'à nous déstabiliser. Donc ils avaient envoyé le serviteur de la campagne qu'était le seigneur des Monts Venteux. Il n'avaient pas aimé sa décision de construire une nouvelle ville, alors il s'agirait d'une petite punition, mais elle était bien plus agréable que n'importe quel cadeau qu'il aurait put recevoir pour avoir été le plus loyal des serviteurs du roi du Rhudaur.

Une fois l'affaire en mémoire, Menethil profita de la vue qu'il avait de sa chambre. C'était un tableau vivant avec des nuances de couleur qu'il ne pouvait imaginer. Une fois de plus, il se sentait à des milliers et des milliers de lieues de chez lui, alors que seulement une douzaine de jours de marche séparaient ces deux lieux si différents. Il était bien ici, mais il savait que cela ne pouvait duré et que les choses sérieuses devaient être bordée.


Précédemment : Hadod l''Exilé, Eaoden, Menethil, Azaghâl

Mais Menethil c'est cool, alors voilà.

Arnor contre Gondor:
 
Revenir en haut Aller en bas


Furdin Ier
Descendant de Durin ¤ Détenteur d'un Anneau de Pouvoir

Descendant de Durin ¤ Détenteur d'un Anneau de Pouvoir
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 09/03/2016
▌VOTRE AGE : 18
▌MESSAGES : 262
▌RACE : Naugrim
▌VOTRE RANG : Roi du Peuple de Durin
▌CITATION : "Khayamu !"

Carnet personnel
PE: 60.962,50 PE
PO: 8.725 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Le Premier conseil   Jeu 25 Aoû - 13:10

Les Elfes ! POUAH ! Jamais, ô grand jamais un Nain n'aurait accepté cette rencontre avec Elrond. Furdin ne quittait que rarement sa belle cité de Khazad Dûm, le Roi s'est déplacé il y a quelques mois pour reconstruire Belegost mais c'est tout. Son fils est actuellement en Dorwinion pour mener la construction d'une nouvelle forteresse et il semblerait que deux choix s'offrent au Roi. Soit il accepte cette rencontre, soit il la refuse. Je n'vais pas vous mentir, le Roi sous la Montagne n'est pas très chaud pour aller à Fondcombe MAIS... mais... Mine de rien lui aussi a entendu des rumeurs sur les mouvements dans le nord. Des « on dit » sans fondement, une énième guerre de clan rien de plus, rien de moins.

En fait, le Naugrim voit dans cette rencontre le moyen d'imposer sa vision du monde et surtout la puissance nouvelle de son peuple. Durant de longs siècles ce peuple est resté cloîtré dans les montagnes, ne sortant que pour commercer avec certains privilégiés mais aujourd'hui non seulement leurs villes sont les plus riches de la Terre du Milieu mais leur armée est également nombreuse et bien équipée. Les Nains sont devenus une puissance majeure et une rencontre avec les Peuples Libres permettra d'officialiser cette ascension en plus de chercher de nouveaux partenaires commerciaux.

Quelques jours après l'invitation du Semi-Elfe, Furdin prit la route avec une garde réduite en direction de la dernière Maison Simple. Le voyage fut calme et relativement rapide jusqu'au lieu de rendez vous. Evidemment les Nains étaient soucieux en pénétrant sur les terres Elfiques et quand des Oreilles Pointues arrivèrent pour les guider, ils gardèrent une formation défensive et ne les lâchèrent pas des yeux. Finalement une fois à Fondcombe une chambre fut préparée pour le Roi et ce dernier se changea pour revêtir ses plus beaux atours afin de rencontrer ses homologues bien qu'il était le Seigneur le plus puissant en ces lieux un certain respect était dû.
Revenir en haut Aller en bas


Glorfindel

avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 19/08/2016
▌MESSAGES : 6
▌RACE : Noldo
▌CITATION : Il ne reviendra pas sur cette terre. Son destin est loin d’être accompli, et il tombera, mais ce ne sera pas la main d’un Homme qui l’abattra !

Carnet personnel
PE: 0 PE
PO: 7125 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Le Premier conseil   Jeu 1 Sep - 11:06

HRP/ en accord avec Ronrond, je lance le conseil pour faire gagner du temps à tous. Wink/ HRP

La fin d’après-midi tombé sur Fondcombe comme la feuille tombe de l’arbre lorsque le conseil fut réuni. Il faisait bon et ils s’installèrent donc sur l’une des nombreuses terrasse de Fondcombe, autours d’une table ou l’on avait disposé des fruits et à boire.  Peu de personnes étaient présentes à la réunion mais Glorfindel avait encore l’espoir que d’autres arrivent en cours de route.

Autours de la table se trouvait Furdin, Menethil, Leoden, Elrond ainsi que Glorfindel. Ce fut ce dernier qui prit la parole.

- Bonjour à vous, Seigneurs et Rois de la Terre du Milieu. Je vous remercie d’être venu. Beaucoup d’invitation furent envoyer mais comme vous le voyez, peu ont répondu. Mais ne pensez pas que vous êtes ici en vain.

Il regarda chacun des seigneurs autours de la table, s’arrêtant quelques instants comme pour les jauger.

- Messire Furdin, je vous remercie de votre venu. Nous espérions la présence de votre peuple mais le fait d’être venu en personne nous comble. J’ai souvenir d’une époque où les Elfes et les Nains étaient de grands amis. J’espère que nous pourrons nous quitter dans cet esprit. Seigneur Menethil, nous savons que votre Roi n’est pas des plus… Ouverts actuellement. Mais nous espérons que vous pourrez lui faire entendre raison ou, à défaut, compenser par votre engagement ses propres manquements. Quelle tristesse que le descendant d’Isildur n’est point daigner venir n'y envoyer de représentant, il n’y ai que vous pour assumer le devoir des hommes de l’Ouest… Quand à vous, seigneur des chevaux. Le plus jeune de toutes les personnes se trouvant actuellement à Imladris, mais certes pas le moins sage. Par le passé la maison de Hador à démontrer qu’elle savait faire front quand le besoin s’en faisait sentir. Nous savons que vous serez digne de vos aïeuls.

Il marqua un silence, comme s’il réfléchissait à comment dire ce qu’il avait à dire. Puis il reprit.

- Si Elrond vous a demandé de venir ici, c’est pour parler d’un grave problème. Sans doute n’êtes-vous pas sans avoir entendu parler des rumeurs au nord, concernant l’avance rapide d’une grande armée de pillards. Hélas, le pire est à craindre car ces rumeurs ne sont pas vaines. Dans l’extrême nord ont longtemps vécu des adeptes de Morgoth.

Un froid passa dans l’endroit et Elrond fronça légèrement les sourcils. Il était rare que l’on prononce le nom de Sauron à Imladris. Plus rare encore celui de son maître déchu.

- Ce nom vous ne le connaissez que par légende mais Elrond et moi savons ce qu’il représente véritablement. Et Hélas, avec ses hordes fanatiques, il n’y aura pas de négociation. Contre les serviteurs du mal il n’y aura que l’union pour vaincre. Seigneur Menethil, seigneur Leoden, la position de vos terres respectives vous place hélas en première ligne. Il vous faudra être courageux et accepter de payer un lourd tribu, car vous êtes de facto le rempart des peuples libre. Lorsque l’ennemi passera vos frontières, il devra être arrêté pour le bien de tous. Il vous faudra convoquez vos amis sincères et rassemblez autant d’épées qu’il vous sera possible.

Puis le seigneur Elfe se tourna vers Furdin.

- Enfin messire… Beaucoup de l’espoir qui reste repose sur vos épaules. Le temps des elfes est passé, nous n’avons pas la force d’arrêter la tempête. Mais vous, si. Les nains possèdent de puissante citadelle si bien construite qu’une poignée peut y repousser un grand nombre. Et vos armées sont les seuls à pouvoir rivaliser avec celles du Gondor, qui est bien trop empêtrer dans ses histoires internes pour pouvoir réagir efficacement. A cette table, vous êtes le plus puissant des représentants des peuples libre. Pouvons-nous espérer l’appui du peuple nain, en mémoire de l’amitié qui jadis régner entre tous les peuples ?
Revenir en haut Aller en bas


Menethil
Gardien de la Tour

Gardien de la Tour
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 12/05/2016
▌VOTRE AGE : 18
▌MESSAGES : 346
▌RACE : Dunedain d'Arnor
▌VOTRE RANG : Seigneur
▌CITATION : La fleur en bouquet fane, et jamais ne renaît !

Carnet personnel
PE: 33.401,24 PE
PO: 11.670 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Le Premier conseil   Sam 3 Sep - 13:43

 Le conseil avait enfin lieu. Plus tôt,un elfe était venu chercher Menethil qui lisait un livre trouvé dans la splendide bibliothèque elfique retraçant les exploits et les défaites du passé, laissant présager des exploits et des défaites pour le futur. Et c'était pour cette raison qu'il était ici : espérer le meilleur tout en prévoyant le pire. Ainsi, le premier à prendre la parole n'était autre que Glorfindel, l'elfe le plus ancien encore en vie après Cirdan. Il regrettait amèrement le manque de réponse de la part des peuples libres, et très certainement l'absence de l'héritier légitime d'Isildur. L'ancien royaume d'Arnor n'était ici représenté que part un simple seigneur ce qui en disait long sur l'état d'esprit des dunedain du Nord. Étaient venus le roi Furdin Ier de Khazad-dûm que le dunandan ne connaissait pas vraiment et Leoden, roi de l'Eomark, qu'il avait rencontrer de nombreuses fois déjà avec toujours le même plaisir. Glorfindel fit un rapide replacement das le contexte actuel qui n'était pas des plus fameux. Ce n'est que lorsque l'elfe blond déclara que le nain ici présent était certainement la plus grande puissance présente que le dunadan réagit avec un léger soupir et un sourire dédaigneux.

"Ēphal ēphalak īdōn hi-Akallabēth, a écrit notre premier roi.Le passé appartient au passé et si c'est son retour que vous attendez capitaine Glorfindel, je dois vous dire que vous attendrez en vain. L'époque où les nains et les elfes travaillaient ensemble ne sera plus avant bien longtemps, si ce n'est jamais. Voyez aussi la discorde entre les hommes qui s'insultent pour des choses dérisoires, et qui se font la guerre pour un royaume en ruine. Je n'ai pas connu et espère ne jamais connaître Morgoth, mais même s'il a perdu, il a réussi une chose : semer la discorde parmi nous. Croyez-moi quand je dis que cela m'attriste de voir mes frères s’entre-tuer, mais il sera difficile de leur faire adopter mon point de vu. Ces querelles fratricides ne sont que le cadet de mes soucis c'est pour cela que je suis venu contre les envies réel de mon roi."

 Le paysage était magnifique et il ne put s’empêcher de se lever pour aller admirer ce paysage. Sur la rambarde, il posa ses avant-bras pour se pencher, puis fini par se retourner.

"Seigneur Glorfindel, vous avez un temps connu des terres aussi belles que celle-ci, à perte de vue, mais vous avez décidez de revenir parmi nous pour faire la guerre contre les innombrables serviteurs du Mal, et pour cela, je tiens à vous remercier de la part des dunedain. Mais ceux qui auraient envie de le faire sont de plus en plus rares. Vous connaissez l'histoire d'Akallabêth, cette île donnée en récompense et vous connaissez sa fin. Le fait que l'homme soit mortel n'est pas un défaut en soit, mais cela a de néfaste qu'il oublie après plusieurs générations envers qui il est redevable. Vous pourrez compter sur moi et mon peuple, mais je ne garantit pas que mes descendants seront du même avis que moi."

 A la fin de sa phrase, il se rassit. Il n'avait certainement pas fini de parler, mis il estimait qu'il avait fait son tour et que les autres avaient leur mot à dire.


Précédemment : Hadod l''Exilé, Eaoden, Menethil, Azaghâl

Mais Menethil c'est cool, alors voilà.

Arnor contre Gondor:
 


Dernière édition par Menethil le Mer 7 Sep - 22:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Nôrin Ier
Descendant de Durin ¤ Libérateur de Karak Azul

Descendant de Durin ¤ Libérateur de Karak Azul
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 12/03/2016
▌VOTRE AGE : 21
▌MESSAGES : 137
▌RACE : Nains
▌CITATION : ...

Carnet personnel
PE: 64.262,50 PE
PO: 3.088 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Le Premier conseil   Dim 4 Sep - 17:00

L'entrée de la maison d'Elrond était très exceptionnelle, l'air avait totalement changé pour Nôrin depuis qu'il avait franchit les frontières de Foncombe. Le voyage avait été très long pour le roi nain du nord, car avant de prendre la route vers les terres elfiques, il avait voyagé jusqu'au alentour du Dorwinion pour entreprendre une discussion avec le prince de Khazad Dum pour parler de leurs projets, mais hélas ils n'avaient pas pu terminer. Le roi de Karak Azul n'avait pas eu le temps, car il semblerait que le danger approche et un conseil s'imposait. Depuis maintenant quelques jours, il avait reçu une invitation d'Elrond, le seigneur d'Imladris. Les informations que le messager lui avait dites était très peu et Nôrin voulait écouter l'avis des autres seigneurs de la terre du milieu, c'est pourquoi il n'avait pas hésité à accepter.

Une fois arrivée au bout de la veille route de la forêt, Nôrin et ses soldats trouvèrent un groupe d'elfes très bien équipé en train de les attendre pour les escortés à Foncombe. La cité était connue pour être caché et c'était probablement pour cela qu'Elrond avait ordonné à ses troupes d'attendre les invités en dehors des frontières.

La maison du seigneur Elrond très splendide. Comparé aux cités naines qui étaient très grandes, construite avec les pierres les plus solides et avec des halls faisant presque un kilomètre en longueur. Foncombe était petite, mais l'atmosphère qui y regnait était très spécial. En dirait qu'avec chaque bouffé d'air que prenait Nôrin quelque chose de magique entrait et sortait de ses poumons.

Une fois arriver dans la grande salle du conseil, Nôrin remarqua que beaucoup de monde était déjà arrivé. Il y avait Elrond, Glorinfindel et Furdin et les autres il ne les connaissait pas, mais il avait l'air d'être de grands seigneurs humains. Il semblerait que le conseil avait déjà commencé, le Roi nain prit donc place aux côtés de Furdin en le saluant respectueusement tout en d'excusant auprès des autres pour son retard.


Précédemment sur BTDD: Derathor, Thranduil, Le Roi sorcier d'Angmar.

Précédemment: Varon

Revenir en haut Aller en bas


Mallor Ier d'Arthedain
Roi de l'Arthedain ¤ Seigneur de Fornost

Roi de l'Arthedain ¤ Seigneur de Fornost
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 10/08/2016
▌VOTRE AGE : 19
▌MESSAGES : 11
▌RACE : Humain
▌VOTRE RANG : Roi d'Arthedain
▌CITATION : Un homme qui ressent le besoin de dire qu'il est le Roi n'est pas Roi.

Carnet personnel
PE: 30.000 PE
PO: 6.300 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Le Premier conseil   Lun 5 Sep - 22:24

Mallor et l'envoyé d'Imladris avaient voyagé durant plusieurs jours, mais une attaque de brigands les avait ralenti dans les vallons séparant la Comté et Imladris. Le descendant d'Isildur cependant espéra ne pas arriver trop tard pour assurer au Conseil sûrement le plus crucial depuis les cinquante dernières années. Il avait donc accélérer la cadence, et ils étaient bientôt parvenus aux bois entourant la Vallée Cachée. L'émissaire le mena lui et ses quatre hommes à travers les terres des Hauts-Elfes. Ici, le temps semblait plus clément, la flore plus épanouie et la vie semblait avoir une place prédominante. Le calme de cet endroit résonnait dans le cœur du Roi, lui rappelant les trois jours qu'il avait passé, seul, dans la tour d'Elostirion. Il aspirait au calme plus que tout pour son dernier voyage. Mais son dernier voyage n'était pas arrivée, et son épée ressortirait bientôt du fourreau. Les vents de la guerre soufflaient sur l'Arthedain, ainsi que sur le Rhudaur et sur toutes les terres des Peuples Libres. Et c'était pourquoi les Peuples Libres aujourd'hui s'assemblaient, afin de se protéger les uns les autres. Du moins, cela était dans la théorie. Tous tiendraient-ils leurs engagements ? Mallor le verrait bien assez tôt.
Ils passèrent le majestueux pont de pierre qui menait à Fondcombe et pénétrèrent dans la cour du palais. Un palefrenier s'approcha à pas légers, souhaita la bienvenue en Sindarin au roi qui lui répondit dans la même langue. Tout homme du Nord connaissait la langue des Elfes. Il dessella, et à grandes enjambées pris la direction de la véranda dont disposait Elrond au flanc de la montagne abrupte pour ses réunions formelles et informelles. Deux gardes royaux Dunedains restèrent au bas de l'escalier tandis que les deux autres montèrent aux côtés du Roi. Pendant cinq minutes, ils gravirent les marches de pierre finement ciselées avant d'arriver au lieu de rendez-vous. Avant de se montrer, Mallor fit un signe de tête aux gardes qui déposèrent leurs armes à l'entrée et se postèrent plus bas dans l'escalier. Prudence était mère de sûreté, même sur le territoire des Elfes. Mallor aperçut rassemblés en train de parlementer Elrond Peredhel, le maître des lieux, mais aussi le Roi Nain Furdîn Ier, qui s'était forgé une solide réputation de meneur d'hommes ainsi que le Général Menethil du Rhudaur, avec qui Mallor entretenait des relations saines sans être amicales. Il restait un partisan de l'Usurpateur du Rhudaur. Mais ces considérations politiques n'avaient pas leur place ici. Mallor vit aussi un homme qu'il reconnut comme un Eotheod et que l'émissaire lui avait dit être Leoden, leur Roi. Un homme passablement en dehors de la scène géopolitique de l'Arnor, mais qui avait l'air d'être un homme honnête. Mais l'armure ne faisait pas le guerrier. Se trouvait là aussi le Seigneur Glorfindel, Guerrier éminent et que Mallor respectait presque autant que le Seigneur Elrond. Il attendit qu'un silence se fasse dans les discours pour pénetrer dans la pièce, droit et fier, et dire d'une voix calme mais décidée :

- Salutations mes Seigneurs. Gîl síla na lû govaded. Je vous prie de m'excuser pour me retard, mais les contretemps sont nombreux sur les routes de l'Ouest.

Il prit le temps de s'incliner devant Elrond, avant de continuer sur sa lancée, tant qu'il avait la parole.

- Je me suis hâté afin de participer au Conseil qui règlera le destin de l'Arnor, des Terres Elfiques ainsi que de toute la Terre du Milieu. Les nouvelles qui me sont parvenues, notamment avec l'aide des clans du Nord glacé, m'ont alarmées au plus haut point, et l'invitation du Seigneur Elrond tombait à pic. Je suis là pour organiser notre défense et mettre une partie de mes forces à la disposition du plan que nous mettront en place contre ce Björn. Mes cités sont prêtes à soutenir des sièges, même si le dernier printemps ne fût pas particulièrement clément. Mes hommes sont prêts à la bataille, et pourtant ce n'est pas chez moi que l'ennemi frappera le premier. Il frappera là où il arrivera.

Mallor se tourna vers le Général Dunàdan, et son expression se durcit. Il était dur d'oublier un ennemi de toujours et de le protéger de son bouclier. Mais il fallait aussi savoir comparer deux menaces et laquelle serait la plus destructrice. Pour aujourd'hui, les deux hommes partageaient le même combat.

- Général, hier nous étions ennemis, et demain nous le serons de nouveau. Mais pour aujourd'hui, je serait prêt à me battre à vos côtés. Car en dépit de tout et même si votre Roi refuse de l'entendre, le peuple du Rhudaur, du Mont Venteux aux Landes d'Etten, ils sont tous mes enfants, et le sang qui coule dans mes veines me crie le devoir que j'ai de les protéger de toute menace. Alors je joindrai mon épée à la vôtre.

Et il tendit un bras vers le Seigneur d'Amon Sûl.
Revenir en haut Aller en bas


Leoden
Prince des Vertueux

Prince des Vertueux
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 24/06/2016
▌VOTRE AGE : 28
▌MESSAGES : 245
▌RACE : Eotheod
▌VOTRE RANG : Roi de l'Eomark
▌CITATION : A vaincre sans péril, on vainc. C'est déjà pas si mal."

Carnet personnel
PE: 36.651,15 PE
PO: 3.825 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Le Premier conseil   Mer 7 Sep - 14:10

Lorsque Mallor fit son apparition, Leoden ne sut pas immédiatement qui il était. Néanmoins on ne pouvait pas se tromper sur le caractère royal de cet homme dont le visage portait la noblesse presque autant que celui d’Elrond ou Glorfindel. Le roi du nord comprit rapidement qu’il s’agissait du seigneur d’Arthedain, héritier légitime de la couronne d’Arnor.
Néanmoins la façon dont l’homme parla ne plus guère au seigneur des chevaux. Que ce fut volontaire ou non, il y avait une condescendance et une animosité dans sa façon de parler à Menethil qui hérissa les poils de l’Eotheod. Aussi il se leva brusquement, prenant la parole.

- Voilà des paroles qui jettent le chaud et le froid, votre Altesse ! Menethil  ne reconnais aucune allégeance ni aucune légitimité, si ce n’est les seuls qui valent : son allégeance envers son peuple et la légitimité de ceux qui font passé l’intérêt d’autrui avant le leur propre. Il n’est point votre ennemi, n’a jamais voulu l’être et pourrait fort bien même être votre ami dès ce jour, si seulement vous preniez le temps de comprendre sa façon de voir les choses. Il est de meilleur façon d’entamer un plan d’entraide qu’en disant à l’un d’entre nous que sitôt cette affaire finie, il sera à nouveau sur votre liste noir. La maison d’Elendil a donc véritablement perdue sa sagesse, si elle ne sait plus voir les occasions de se rapprocher de ses voisins, de les comprendre et de les accepter pour ce qu’ils sont : des amis loyaux qui périront plutôt que de voir les leurs subir les affres du monde des ténèbres. Et reconnaissait le pour ce qu’il est, le seigneur d’Amon Sûl comme tous ses ancêtres avant lui, au temps même ou la bannière d’Isildur trôné sur cette partie du monde. Pas le vulgaire général de je ne sais quelle armée, aux ordres de je ne sais quel seigneur de guerre. Un roi ne gouverne jamais que s’il a le soutiens de tous ses liges, il serait fort regrettable de l’oublier.

Il prit une inspiration et l’on pu très clairement voir qu’il faisait de son mieux pour ne point s’emporter plus avant. Il avait défendu un ami contre ce qu’il estimait être une injustice. Puis il balaya l’assemblée du regard, écartant les bras en signe de paix.

- Néanmoins je béni ce jour qui vois tant de seigneurs réuni au même endroit. Tant pis si cela doit être pour affronter une tempête. Sachez que quoi qu’il advienne, les nordiens combattront à vos côtés comme ce fut toujours le cas. Et je dis bien les nordiens et non les Eotheods car ici je parle aussi au nom de Maelor, seigneur du Val et précieux ami de mon peuple. A nous deux, nous rassemblerons 25.000 épées, lances et arcs, et les mèneront dans la plaine à la rencontre de ce Bjorn s’il ose passait Ered Mithrim pour saccager l’Eomark. Voilà tout ce que je peux promettre. Quand à ce qu’il résultera de cette rencontre, seul le temps nous le diras. Mon peuple se prépare à quitter ses terres pour chercher refuge en Gondor si besoin. Mais il ne le fera pas tant que ses braves n’auront pas fait couler le sang sur la lande. Mais hélas mes forgerons manquent de métaux pour nos armes et nos préparatifs ont déjà engloutis un large pan de notre trésorerie. La guerre se gagne autant par le glaive que par les talents d’or, aussi je propose que nous nous entendions ici sur un grand traité d’échange afin que nos marchands respectifs puissent circuler librement entre nos royaumes, nous apportant moult bénéfices mutuels. Bjorn pourrait n’être qu’un début, il nous faut être prêt à soutenir une longue campagne si la venue du géant du nord réveil les ombres de Gundabad et de Gram.


Et ayant fini, il regagna son siège et fit silence, laissant la place à plus sage que lui.


"Des chefs de guerre, il y en a de toutes sortes. Des bons, des mauvais, des pleines cagettes, il y en a. Mais une fois de temps en temps, il en sort un. Exceptionnel. Un héros. Une légende. Des chefs comme ça, il y en a presque jamais. Mais tu sais ce qu'ils ont tous en commun ? Tu sais ce que c'est, leur pouvoir secret ? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles"
Revenir en haut Aller en bas


Elrond Peredhel
Seigneur d'Imladris, la Dernière Maison Simple

Seigneur d'Imladris, la Dernière Maison Simple
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 29/05/2016
▌VOTRE AGE : 25
▌MESSAGES : 118
▌RACE : Semi-Elfe
▌VOTRE RANG : Seigneur d'Imladris
▌CITATION : "Let him not vow to walk in the dark, who has not seen the nightfall"

Carnet personnel
PE: 32.250 PE
PO: 14.225 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Le Premier conseil   Mer 7 Sep - 19:37


Assis sur son siège de bois blanc, le seigneur Elrond avait l'air pensif, et tandis qu'il écoutait les interventions de chacun, son visage s'était fermé. Il était en vérité bien surpris que les nains aient daigné lui répondre tandis que le Gondor gardait silence, plus surpris encore qu'ils aient quitté leurs montagnes pour siéger à quelques pas de lui. Elrond ne connaissait pas Furdin, mais il avait eu vent de son tempérament et de son impétuosité. Il savait que les Naugrim gardaient rancoeur aux Eldar pour les guerres de jadis, et il souhaitait répondre à leur venue, c'est-à-dire à leur générosité, par un gage de diplomatie. Aussi avait-il préféré que le Conseil s'ouvre sous l'autorité de Glorfindel, en sa qualité d'émissaire des Valar. De la sorte, l'orgueil des Nains n'auraient pas à souffrir de se voir rabaissés au rang de vassaux ou de subsides : les Gens libres se réunissaient certes à Fondcombe, mais sous le signe des dieux, et non sous celui du seul fils d'Eärendil.

Après que tous les seigneurs aient rejoint le Conseil, alors que le seigneur de l'Arthedain finissait de parler, le corps puissant de l'immortel se raidit. La tension sous-jacente à la réalisation même de cette réunion, celle-là même qui motivait les relations entre des seigneurs indifférents les uns aux autres - quand ils n'avaient pas coutume de s'opposer comme c'était actuellement le cas en Arnor – devenait de plus en plus palpable. Or il était évident qu'une telle situation menaçait déjà de dégénérer, précipitant le Conseil dans un échec dont les conséquences ne manqueraient pas d'être néfastes pour tous. Préserver la fragilité de l'unité actuellement réalisée autour d'un danger commun imminent, malgré les querelles et les rancunes, les egos et les manœuvres, était une absolue priorité. Aussi le seigneur Elrond se leva-t-il lentement. Son corps droit et fort était ferme comme un arbre qui, sans âge, s'élevait au sommet d'une clairière après avoir tant de fois défié le vent. Sa voix forte et grave s'éleva à son tour, chantante comme un clairon, sage aussi, et comme animée d'une autorité lucide et nécessaire

« Peuples Libres, Amis de toujours. Nous sommes aujourd'hui réunis en ces lieux pour répondre au commandement des Valar qui nous intime de peupler la terre et de la protéger du mal. Cette mission, qui fut donnée à chacun de nos ancêtres, aux jours où toutes les races ont commencé d'être, doit aujourd'hui être observée plus que jamais. Les motifs qui nous imposent de nous réunir ici dépassent absolument ceux qui motivent habituellement nos querelles. L'occasion qui est la nôtre est unique et ne se représentera plus. Il faut nous allier ensemble ou échouer chacun. Il n'y a pas d'alternative ».

Elrond pesa de son regard l'assistance et croisa les mains dans son dos.
Revenir en haut Aller en bas


Furdin Ier
Descendant de Durin ¤ Détenteur d'un Anneau de Pouvoir

Descendant de Durin ¤ Détenteur d'un Anneau de Pouvoir
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 09/03/2016
▌VOTRE AGE : 18
▌MESSAGES : 262
▌RACE : Naugrim
▌VOTRE RANG : Roi du Peuple de Durin
▌CITATION : "Khayamu !"

Carnet personnel
PE: 60.962,50 PE
PO: 8.725 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Le Premier conseil   Lun 12 Sep - 13:00

Jusqu'ici les Nains restèrent silencieux, le Roi de Khazad Dûm écoutait d'une oreille distraite les paroles des Seigneurs présents. Seul le Nordiens trouva grâce à ses yeux avec sa proposition de libre échange... Le commerce, c'est une des raisons de la venue du Nain et si tout se passait comme il faut alors ce conseil aura servit. D'ailleurs son cousin arriva certes en retard mais il arriva, Furdin inclina légèrement la tête avec un sourire et quand Nôrin prit place il posa sa main sur le bras de l'intéressé et lui murmura quelques mots avant de la retirer.

« Bienvenue à toi cher cousin, j'espère que le voyage ne fût pas difficile. Espérons que ce pseudo conseil serve à quelque chose. »

Après ces quelques mots il se remit à écouter le débat. Cela semblait mal commencer et fidèle à sa réputation, Furdin possédait toutes les cartes en main pour pourrir encore plus le débat mais à quoi cela servait au final ? Certes il n'aimait pas vraiment les autres peuples mais imposer sa vision du monde et sa puissance sera utile pour plus tard. Et puis entendre de la bouche de Glorfindel que les Nains ont davantage de puissance que les Elfes... Cela ne pouvait que l'enjouer ! Aussi quand vînt son tour le Roi vêtu d'or et de son précieux Anneau laissa passer quelques secondes avant de se lever et de passer la main gauche dans sa barbe.

« Mes Seigneurs, j'ai accepté de me déplacer. J'ai accepté de poser le pied en ces terres. Vous vous en doutez ce ne fût pas chose aisée mais malgré l'appréhension que je porte envers les Elfes et les peuples de l'Ouest j'ai choisis de prendre place parmi vous. Pourquoi ? Pour plusieurs raisons, j'y reviendrais plus tard. Tout d'abord laissez moi vous poser une question, comment pouvez vous être sûr de ce pseudo chef de guerre par delà les montagnes ? Ce doit certainement être une guerre de clan sans plus, les rumeurs que nous avons entendu viennent de nos garnisons à nos frontières qui discutent avec des marchands Arnoriens. L'Arnor craint depuis toujours les Terres Gelées au nord, quoi de plus normal donc ? »

Le Roi Nain laissa passer quelques secondes, comme un tic il trifouillait son anneau avec ses doigts tout en regardant l'assemblée de ses yeux inquisiteurs. Finalement après une dizaine de seconde Furdin se racla la gorge et reprit.

« Ceci étant dit passons aux raisons. Comme l'a si bien souligné Glorfindel notre Royaume a gagné en puissance, ce fût un travail commun entre mon cher cousin Nôrin et moi même mais nous avons renforcé notre armée, nos citadelles et notre influence. Nos richesses sont immenses et notre armée, entraînée... A titre indicatif si il fallait lever une trentaine de milliers de soldats nous pourrions le faire sans problème. Depuis peu nous nous sommes lancé dans la reconstruction de nos anciennes cités et la création de nouvelles et afin de mieux répartir notre influence et nos armées nous avons scindé le Royaume en deux entités distinctes une au Nord et une au Sud. Vous l'aurez compris nous nous activons. Aujourd'hui je reviens sur les paroles de Leoden et je vous propose à tous ici présent un accord commercial de libre échange reliant les deux entités du Royaume Naugrim aux vôtres. »
Revenir en haut Aller en bas


Leoden
Prince des Vertueux

Prince des Vertueux
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 24/06/2016
▌VOTRE AGE : 28
▌MESSAGES : 245
▌RACE : Eotheod
▌VOTRE RANG : Roi de l'Eomark
▌CITATION : A vaincre sans péril, on vainc. C'est déjà pas si mal."

Carnet personnel
PE: 36.651,15 PE
PO: 3.825 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Le Premier conseil   Sam 17 Sep - 15:54

HRP/
Bon l'event commence et le conseil est au point mort... Je me doute que c'est par manque de temps de tous mais perso j'ai pas envie que mon PJ soit à fondcombe quand ca va être l'heure de se battre. Aussi je quitte fondcombe séance tenante.
Néanmoins je laisse une porte ouverte pour tout ceux n'ayant pas de traité commercial avec moi et voulant en fait un. Histoire que ça n'est pas servit a rien non plus.
/HRP

Cela faisait des jours que le conseil trainait en longueur. Il y avait au sein des peuples libres bien trop de tension exacerbé par les ans pour que même une menace de si grande ampleur suffise à soudainement les unir. Néanmoins Leoden n’estimait pas être venu pour rien. Il avait trouvé en la personne de Furdin un allier de poids pour sa proposition de libre commerce et il s’était empresser d’autorisé les nains à venir faire du profit sur les terres Eotheods. En échange, les mines naines fourniraient les précieux métaux qui faisaient défaut au peuple des chevaux.

Mais le seigneur nain laisser un sentiment étrange à Leoden. Il ne parlait que de richesse et tripoter souvent l’anneau qu’il avait au doigt. Norin semblait moins atteint par cette fièvre de l’or. Pour un nain, du moins.

En matière militaire, rien ne se faisait vraiment. Les elfes ne disposaient pas de troupe suffisant pour marcher à la bataille comme autrefois. Les nains interviendraient peut être mais ils n’avaient point dit quand. Mallor et Menethil avait bien du mal à passer outre leur méfiance respective. Et les jours s’écouler.

Si bien qu’un matin, Leoden prit la parole en premier.

- Mes amis. Nous discutons mais rien ne se fait. J’ai peur que l’ennemi ne soit bientôt là. Aussi je pars séance tenante pour regagner Nausburg. Je vous fais tous serments ici que si l’un d’entre vous me demande de l’aide, je viendrais avec autant de renfort que possible. J’essayerais de convaincre Maelor que le Val et l’Eomark doivent se porté au secours de l’Arnor en cas de nécessité. Je laisse ici des documents autorisant chacun de vous à venir faire commerce sur mes terres car je crois plus que jamais que l’union est notre force. Mais je me suis absenté trop longtemps et je redoute de ne point être chez moi quand viendra l’orage.

Il se tourna vers Elrond et Glorfindel.

- Mes seigneurs, je vous remercie de votre hospitalité. Je chanterais les louanges de Fondcombe au sein de mon peuple et je louerais votre grande sagesse. Même si je ne suis rien face à vous, sachez que je vous fais le même serment qu’aux autres : si l’ennemi marche par ici et que j’en suis avisé, je viendrais vous soutenir.

Puis il se dirigea vers la sortie.

- Je vous dis à bientôt, dans cette vie ou dans la suivante. Car je lie mon destin à celui de mon peuple et s’il nous faut mourir, alors nous mourrons bien.
Et posant la main sur le cœur en se penchant en avant à titre de salut, il quitta les lieux.



"Des chefs de guerre, il y en a de toutes sortes. Des bons, des mauvais, des pleines cagettes, il y en a. Mais une fois de temps en temps, il en sort un. Exceptionnel. Un héros. Une légende. Des chefs comme ça, il y en a presque jamais. Mais tu sais ce qu'ils ont tous en commun ? Tu sais ce que c'est, leur pouvoir secret ? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles"
Revenir en haut Aller en bas


Nôrin Ier
Descendant de Durin ¤ Libérateur de Karak Azul

Descendant de Durin ¤ Libérateur de Karak Azul
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 12/03/2016
▌VOTRE AGE : 21
▌MESSAGES : 137
▌RACE : Nains
▌CITATION : ...

Carnet personnel
PE: 64.262,50 PE
PO: 3.088 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Le Premier conseil   Sam 17 Sep - 17:44

La discussion entre les différents seigneurs avaient commencé depuis quelques jours maintenant, mais malgré tout ce temps les personnes ici présents ne sont pas arrivés à conclure quelque chose. Le danger approchait de jour en jour et malgré les tentatives des elfes de calmer le jeu, les seigneurs humains n'avaient pas arrêté de discuter de n'importe quoi au lieu de parler des choses importantes.

Nôrin était du genre silencieux de ce type de situation, il ne connaissait pas toutes les personnes ici présente et ne voulait pas prendre la parole avant d'écouter minutieusement la discussion. Il voulait connaître chacun d'entres eux en les fixants des yeux et essayant de connaître le vrai sens de leurs mots.

Un certain Mallor qui semblait être le roi de l'Arthedain était entrer en force dans la discussion, il avait des problèmes avec Menethil. Nôrin n'avait jamais pu comprendre comment marche la cervelle de ces êtres humains. Ils étaient tout deux des Dunedains du nord, partageant le même territoire, le même ennemi, le même peuple et malgré tout cela ils étaient ennemis. Il savait que cela était un point faible pour les peuples libres de terre du milieu et que face à un ennemi de taille, ce genre de détail pouvait leur faire perdre la guerre.

<< Mes salutations chèrs membres du conseil ! Pour ceux qui ne me connaissent pas encore, je suis Nôrin seigneur de Karak Azul et je suis le cousin de Fûrdin. Je ne vais pas perdre du temps dans des sujets qui n'ont pas leur place ici et je vais essayer d'entrer directement dans le vif du sujet. >> Dit-il en regardant les seigneurs Dunedains.

<< Notre ennemi est pendant ce temps en train de marcher en direction de nos portes et sachez qu'il sera d'aucun répit. D'après mes sources, j'ai entendu dire que les principaux et premieres cibles de notre ennemi sont le peuple des Dunedains du nord. J'ai voulu vous dire que cette bataille ne concerne pas les nains directement et que si les humains ne réussissent pas à trouver un terrain d'entente j'ordonnerai à mes troupes de se retirer, car cela risque de causer notre perte. >>

<< Comme l'a déjà mentionné mon cher cousin, les nains sont devenus très fort aujourd'hui et cela ne nous posera aucun problème de nous défendre tout seul contre l'ennemi, mais vous vous ne le pouvez malheureusement pas. J'imagine qu'en continuant dans ce chemin l'ennemi vous anéantira sans aucun problème. Il grand temps de vous mettre d'accord et d'oublier votre passer avec le peuple du général Menethil, ainsi vous mériterez d'avoir tout notre soutien. >>

Selon les dernières nouvelles de ses patrouilles, il semblerait que les troupes ennemis étaient déjà en route et le temps commencait à être de plus en plus précieux pour Nôrin et les autres Seigneurs. Le roi Nain devait quitter ce conseil, préparer son armée et ses généraux pour la guerre à venir.

<< Hélas chers membres du conseil il est grand temps de vous quitter et je vous conseille de faire de même de votre côté. On doit préparer nos armées dès maintenant, car l'ennemi n'attendra pas. >>

<< Seigneur Leoden, c'est un plaisir de vous rencontrer enfin. J'ai entendu beaucoup parler de vous et de votre peuple. Et sache que j'ai déjà lu des livres d'histoire parlant des Eotheods et votre culture m'intéresse beaucoup, mais malgré la petite distance qui sépare nos terres, on a pas eu encore l'occasion d'entreprendre des relations commerciales qui pourraient beaucoup nous aider dans l'avenir. Je voudrais bien entreprendre un accord commercial avec vous dès aujourd'hui, ainsi nous pourrons échanger nos biens. >> Dit Nôrin à Leoden en lui tendant la main.

<< Je vous remercie de votre écoute et à bientôt ! >> Dit le seigneur nain en quittant la salle.


Précédemment sur BTDD: Derathor, Thranduil, Le Roi sorcier d'Angmar.

Précédemment: Varon

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Premier conseil   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Premier conseil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Premier Conseil d'Hobbitebourg
» Premier conseil réunifié ...
» Premier Conseil de Dor-Lomin
» Redemarrage du Conseil National d'Equipement
» [CONSEIL] Nains

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux - Le Tiers Âge :: Administration :: Corbeille - Archives générales du Forum-
Sauter vers: