AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 [ Flashback 1088 ] Les Origines d'une relation de respect (Durzog)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Mordaken
Le Boucher Noir

Le Boucher Noir
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 07/08/2016
▌VOTRE AGE : 26
▌MESSAGES : 18
▌RACE : Homme
▌VOTRE RANG : Soldat
▌CITATION : Peuples Libres. Je suis là.

Carnet personnel
PE: 0 PE
PO: 160 PO
Troupes armées:

MessageSujet: [ Flashback 1088 ] Les Origines d'une relation de respect (Durzog)   Mer 10 Aoû - 2:50

Mordaken avait froid. Très froid. Depuis maintenant des semaines, il voyageait seul dans les terres désolées d’Angmar. Au départ, lorsqu’il avait quitté son père il y a un an, c’était la meilleure décision qu’il avait pu prendre. Maintenant, il en doutait. Tout allait de mal en pis depuis. Il avait connu la famine, la déshydrations et des bandits de grand chemin à la recherche d’un peu de richesse à se mettre sous la main. Par chance, le futur Boucher Noir réussi sans mal à se cacher d’eux. Normalement guerrier d’une grande force, il n’était cette fois qu’une pauvre loque humaine.

Une tempête faisait rare depuis quelques jours et Mordaken était au bout du rouleau. Ses vivres étaient presque à sec et il n’avait pas mangé depuis deux jours. Par la grâce d’un dieu quelconque, ou encore par le fruit d’un miraculeux hasard, l’Homme aperçu, à travers la tempête, une très légère lueur au loin. Ignorant s’il s’agissait d’une simple hallucination ou d’une réalité, le Numénoréen n’avait d’autre choix que d’aller voir. Sa survie en dépendait et il se refusait à lui-même de mourir d’une façon aussi bête. Reprenant le restant de ses forces, il se mit à courir du mieux qu’il le pouvait en essayant de ne pas tomber dans un fossé ou sur une pierre coupante. Il savait que s’il tombait, son corps ne réussirait pas à se relever. À mesure qu’il se rapprochait, une forme prenait sens devant lui.
La forme se révéla être une très petite hutte. Très ressemblante à celle qu’il habitait enfant avec son père adoptif. Sans faire de cérémonie, Mordaken frappa de toutes les forces qu’il lui restait.

‘’ Oh ! Il y a quelqu’un ? ‘’

Personne ne semblait être là. Sortant le poignard qu’il avait volé à son père lors de son départ, Mordaken détruisit à grand coup la serrure. Au bout d’un moment, alors que ses forces étaient presque à plat, celle-ci tomba en morceau. Entrant dans la hutte, l’Homme découvrit un vieillard assis sur le lit, canne à la main. Un bon feu brulait dans l’âtre du petit foyer.

‘’ Bonjour étranger.  Pardonnez ma lenteur… je ne suis plus dans mes jeunes années…’’

Mordaken le regarda, remplit de mépris. Un être faible se ‘’tenait’’ devant lui. Un être, qui peinait à se tenir debout alors que lui, un Homme dans la force de l’âge devait être dehors dans le froid ? La colère le gagna et sans la moindre pitié, il s’approcha du débris, le saisis par la nuque avec ses deux mains puis lui asséna un puissant coup de genou qui fit éclater ce qui restait de dent au propriétaire de la hutte. La bouche en sang, ce dernier tenta avec peine et douleur de se relever mais Mordaken lui planta son couteau dans le dos. Hasard ou expertise, la lame lui transperça le cœur et l’homme mourut sur le coup. La respiration haletante, Mordaken regarda le vieillard. Son premier meurtre de sang-froid. Il venait de tuer un homme sans la moindre raison valable. Essuyant son arme sur les loques du mort, il transporta son corps encore chaud à l’extérieur.

Revenant près du feu, le Numénoréen remarqua une assiette contenant un ragoût. Sans faire ni une ni deux, il dévora le plat puis se servis encore quelques rations dans le chaudron près du feu. Exténué, Mordaken s’endormi dans le lit de sa victime, trouvant le sommeil paisible qu’il n’avait pas eu depuis des semaines.

À son réveil, la tempête était finie. Le calme était revenu dans la région comme si le meurtre de la veille avait apaisé les esprits d’Angmar. Prenant toutes les provisions que pouvait contenir son sac, Mordaken se prépara à retourner à l’extérieur sans attendre quand unun attira son attention. Il l’a pris puis remarqua qu’il s’agissait d’une carte. Une carte montrant un petit Temple, caché dans les montagnes. L’habitation du vieillard semblait être une sorte d’arrête pour pèlerin, d’où le grand nombre de provision. Le Temple semblait n’être qu’à quelques lieux seulement et, selon toute vraisemblance, sans aucuns gardes pour protéger les moines et les richesses qui s’y trouvait peut-être. Fourrant la carte dans son sac, Mordaken sortit de la hutte pour s’arrêter net. Un gobelin. Un immense gobelin, entourer d’une dizaine de ses congénères le fixait, chacun avec un sourire maléfique. Le plus grand d’entre eux le pointa, cria des mots inconnus à l’homme puis ses soldats foncèrent.

Le Numénoréen, bien qu’affaibli par son voyage retrouva toutes ses forces, dopé à l’adrénaline. Il lança son sac sur le premier gobelin, le faisant tomber sous le poids, et tenta de tuer le second qui venait sur sa gauche mais, Mordaken ne remarqua jamais le fourbe qui, juste avant qu’il ne sorte dehors, se tenait sur le toit. Ce dernier sauta puis donna un lui puissant coup sur la tête. Juste avant de s’évanouir, Mordaken eut le temps de voir le gobelin géant s’approcher de lui, son arme à la main…


PS : Désolé je sais que j'ai changé un peu notre début de rencontre mais j'aime mieux cette version  tongue




Ex-perso sur BtDD :
Mordaken, Numénoréen Noir, Alias, le Fléau du Rohan
Erobag, Uruk Hai, Alias, Le Dévoreur
Revenir en haut Aller en bas


Elrond Peredhel
Seigneur d'Imladris, la Dernière Maison Simple

Seigneur d'Imladris, la Dernière Maison Simple
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 29/05/2016
▌VOTRE AGE : 25
▌MESSAGES : 118
▌RACE : Semi-Elfe
▌VOTRE RANG : Seigneur d'Imladris
▌CITATION : "Let him not vow to walk in the dark, who has not seen the nightfall"

Carnet personnel
PE: 32.250 PE
PO: 14.225 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: [ Flashback 1088 ] Les Origines d'une relation de respect (Durzog)   Jeu 11 Aoû - 15:13

Suite à la demande de Durzog, faite ici : http://dagordagorath-rpg.forumactif.org/t514-exploration-1-durzog-une-nouvelle-amitie, je refais le lancé de dé qui a précédemment donné un 2 en adaptant les gains au rang de ton personnage.

1 : Gain de 500 PO
2 : Gain de 1000 PO
3 : Gain de 1500 PO
4 : Gain de 2000 PO
5 : Arme runique
6 : Bénédiction des Valar, les points 5 et 6 étant identiques à ceux déterminés dans le Règlement, chapitre "Missions exploration".

Maaagie des dééééés
Revenir en haut Aller en bas


Manwë Sulimo
Dieu Protecteur d'Arda

Dieu Protecteur d'Arda
avatar


Féminin
▌INSCRIT LE : 28/02/2016
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 122
▌RACE : Dieu
▌VOTRE RANG : Un Dieu n'a guère besoin d'un rang.
▌CITATION : Arda est mienne et sous ma protection.

Carnet personnel
PE: PE illimités
PO: PO illimités
Troupes armées:

MessageSujet: Re: [ Flashback 1088 ] Les Origines d'une relation de respect (Durzog)   Jeu 11 Aoû - 15:13

Le membre 'Elrond Peredhel' a effectué l'action suivante : La destinée des Héros


'Dé basique' : 6
Revenir en haut Aller en bas
http://dagordagorath-rpg.forumactif.org


Elrond Peredhel
Seigneur d'Imladris, la Dernière Maison Simple

Seigneur d'Imladris, la Dernière Maison Simple
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 29/05/2016
▌VOTRE AGE : 25
▌MESSAGES : 118
▌RACE : Semi-Elfe
▌VOTRE RANG : Seigneur d'Imladris
▌CITATION : "Let him not vow to walk in the dark, who has not seen the nightfall"

Carnet personnel
PE: 32.250 PE
PO: 14.225 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: [ Flashback 1088 ] Les Origines d'une relation de respect (Durzog)   Jeu 11 Aoû - 15:15

6 ! Te voilà béni des Valar (on se demande bien lesquels Laughing). Je détermine maintenant au dé la durée de la bénédiction :

1 - 2 : 5 jours IRL
3 - 4 : 10 jours IRL
5 - 6 : 15 jours IRL.

Morgoth sera-t-il de nouveau avec toi ?
Revenir en haut Aller en bas


Manwë Sulimo
Dieu Protecteur d'Arda

Dieu Protecteur d'Arda
avatar


Féminin
▌INSCRIT LE : 28/02/2016
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 122
▌RACE : Dieu
▌VOTRE RANG : Un Dieu n'a guère besoin d'un rang.
▌CITATION : Arda est mienne et sous ma protection.

Carnet personnel
PE: PE illimités
PO: PO illimités
Troupes armées:

MessageSujet: Re: [ Flashback 1088 ] Les Origines d'une relation de respect (Durzog)   Jeu 11 Aoû - 15:15

Le membre 'Elrond Peredhel' a effectué l'action suivante : La destinée des Héros


'Dé basique' : 1
Revenir en haut Aller en bas
http://dagordagorath-rpg.forumactif.org


Durzog
¤ Le Créateur ¤

¤ Le Créateur ¤
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 16/03/2016
▌VOTRE AGE : 21
▌MESSAGES : 218
▌RACE : Gobelin
▌CITATION : L'âge des Hommes est terminé. Le temps des Orcs est arrivé.

Carnet personnel
PE: 0 PE
PO: 11.305 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: [ Flashback 1088 ] Les Origines d'une relation de respect (Durzog)   Jeu 11 Aoû - 15:21

« Eh bah… qu’est-ce qu’on a là ? » demandais-je à mes guerriers, derniers d’un clan en perdition et probablement à l’aube de leur propre mort. « Un homme ?... »
« Chef, y en a un autre dans la hutte. Il est mort poignardé. Y a du sang partout ! » balança Borg, le gobelin ayant sauté depuis le haut de la hutte sur l’étrange individu.
« Fais voir un peu. » dis-je alors que Borg ouvra la porte de fortune de l’habitation qui offrait tout le confort possible pour un voyageur égaré en ces lieux. « … Y a du sang partout. C’est des malades ces sauvages. Enfin, on n’aura pas besoin de le faire nous-même. Taillez-vous des parts dans l’vieillard et foutez trainez l’autre dans la neige, on peut pas s’arrêter comme ça. Allez en route ! »

Reprenant alors notre route depuis le sud vers le nord des Monts d’Angmar, au-delà, jusqu’au désert, nous avions de nouvelles rations de viande bien tendre et du gibier encore vivant, au cas où. Après avoir fouillé la hutte du vieillard, ce fut donc un long trajet à travers l’Angmar qui commença. Heureusement pour l’homme, le fait d’être inconscient le protégerait sûrement du froid et du blizzard incessant, caractéristique de ces montagnes. En revanche, tout cela ne serait que bien pire une fois à destination. Une terre stérile et vide de végétation.. mais pas de vie : le désert du nord.

Trois jours passèrent avant que l’homme ne se réveille finalement. Il fut nourri de viande cuite venant du vieillard qu’il avait probablement tué pour le peu de sécurité qu’offrait sa demeure, on lui donna aussi un peu d’eau, puis à nouveau il fut sonné d’un coup sur la tête. En revanche, cela ne fonctionna pas comme prévu. Il ne perdit pas connaissance comme la première fois. Déçus, les orcs qui rigolaient sans cesse sur le sort de ce pauvre voyageur arrêtèrent de rire.

« Hm.. Durzog ? Il est réveillé, l’homme. » dit Vorg.
« Rendors-le. » répondis-je immédiatement.
« On a essayé… il nous regarde bizarre. Il doit avoir mal. En plus il a bouffé une cuisse du vieux ! T’aurais dû voir ça ! »
« Bon, amenez-le. » demandai-je à mes guerriers.

Lorsque l’homme fut devant moi, allongé dans un traîneau de bois de fortune tiré par mes compagnons, il se trouva confronté à une question qui définirait peut-être son avenir. Nulle réponse correcte, nulle réponse fausse, il s’agissait là d’utilité, de compétences, et l’égaré devrait alors faire preuve d’imagination pour convaincre un orc d’épargner son corps qui serait bien plus précieux sans vie.

« Qu’est-ce que tu sais faire, homme ? »



Revenir en haut Aller en bas


Mordaken
Le Boucher Noir

Le Boucher Noir
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 07/08/2016
▌VOTRE AGE : 26
▌MESSAGES : 18
▌RACE : Homme
▌VOTRE RANG : Soldat
▌CITATION : Peuples Libres. Je suis là.

Carnet personnel
PE: 0 PE
PO: 160 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: [ Flashback 1088 ] Les Origines d'une relation de respect (Durzog)   Ven 12 Aoû - 3:35

Les quelques jours suivant l’attaque des gobelins sur Mordaken se passèrent à la fois rapidement et d’une lenteur presque insupportable. Le Numénoréen se réveillait parfois que pour quelques minutes, tout cela que pour ne voir les engeances se nourrir de viande parsemée de poil blanc. Il ne fallait pas être un génie pour comprendre qu’il s’agissait du vieillard qu’il avait lui-même tué.

Mordaken, toujours l’esprit embrumé, tenta de ce redresser pour avoir une meilleur vision de l’endroit où il se trouvait. Sa tentative fût arrêtée par une grosse corde épaisse autour de son torse. Ses poignets et ses chevilles étaient également liés de la même façon. Il était prisonnier et complètement à la merci de bêtes assoiffées de sang et de viande humaine. Deux grosses brutes, presque aussi grande que leur chef le trainait et se chuchotait entre eux. Par chance ou malheur, le vent portait leurs voix vers Mordaken.

- Tu crois qu’on va pouvoir le bouffer bientôt ? Le vieux goutait la merde. Celui-là est plus jeune et sa chair à l’air bien plus savoureuse et juteuse.

- Le chef veut le garder. Ce que Durzog veut, il ne veut mieux pas le contrarier. Il veut surement le garder pour des informations d’un village qu’il a prévu d’attaquer j’imagine ou quelque chose du genre. Quand Durzog aura fini avec lui, il souhaitera ne jamais être né !


Les deux gobelins éclatèrent d’un rire bien gras et sonore. Ainsi, son sort était déjà tracé. Lui qui rêvait de gloire et de sang, il ne serait plus que plusieurs tas de merde expulsés par des gobelins. L’un de ses bourreaux se trouvait derrière lui offrit un peu d'eau et lui lança un bout de viande cuite. Une cuisse. Une cuisse humaine. Ses gobelins voulaient lui faire bouffer une cuisse humaine. Voyant qu’il ne voulait pas en manger, le monstre prit la chair et força Mordaken a en manger. Le goût était ignoble. Sans attendre, ce dernier cracha et vomi le peu qu’il avait pu avaler. Humilié par les rires gras de ses gardiens, il ne reçut que pour toute réponse un violent coup de poing sur le visage, sans doute dédié à lui faire perdre connaissance. Le Numénoréen regarda son agresseur avec haine et mépris. Intérieurement, il se promis de le tuer lentement. Chaque minute lui semblera une éternité.

Les orcs le trainèrent par la suite vers leur chef. Ce dernier, toujours aussi immense, se pencha vers lui. Mordaken vit ses nombreuses cicatrices, clairement récoltées aux combats. Son corps était fait pour le combat. Il respirait la confiance et le respect.

- Qu’est-ce que tu sais faire, homme ?

La question surpris Mordaken. Voulait-il le garder en vie s’il jugeait sa réponse satisfaisante ? Allait-il vraiment l’épargné ou s’agissait-il encore d’une ruse pour se moquer de lui. Quelle utilité aurait-il à rire d’un prisonnier qu’on voudrait dévorer ? S’il posait la question, Durzog avait clairement une intention pour lui mais laquelle ? Jamais Mordaken n’avait ressenti autant de pression à répondre à une simple question. Une question qui sans le moindre doute, avait la lourde conséquence de le laissé vivre ou le faire tuer. Prenant son souffle, il parla.

- Je suis Mordaken du Nord. Fils de Capitaine d’un détachement de l’Arnor. Mon père m’a entrainé dès mon plus jeune âge à manier l’épée. Je ne cherche rien en particulier. Juste des alliés du Mal pour me montrer la voie. On dirait que le destin s’en ai occupé d’une drôle de façon…

Mordaken ne sut dire si sa réponde était la bonne. Durzog sourit. Que voulait-il dire ? L’homme n’était pas vraiment sûr de vouloir le savoir mais il était prêt à subir sa fin si tel était le cas.





Ex-perso sur BtDD :
Mordaken, Numénoréen Noir, Alias, le Fléau du Rohan
Erobag, Uruk Hai, Alias, Le Dévoreur
Revenir en haut Aller en bas


Durzog
¤ Le Créateur ¤

¤ Le Créateur ¤
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 16/03/2016
▌VOTRE AGE : 21
▌MESSAGES : 218
▌RACE : Gobelin
▌CITATION : L'âge des Hommes est terminé. Le temps des Orcs est arrivé.

Carnet personnel
PE: 0 PE
PO: 11.305 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: [ Flashback 1088 ] Les Origines d'une relation de respect (Durzog)   Sam 27 Aoû - 19:14

L’homme répondit après quelques instants seulement, réfléchissant probablement à comment se sortir d’une telle situation. Il avait déjà eu bien de la chance de nous avoir fourni assez de viande pour ne pas avoir à servir lui-même de repas. Toutefois, lorsqu’il énonça être le fils d’un gars de l’Arnor, cela piqua ma curiosité. Il errait là, à la recherche de quelque chose dont il ignorait l’existence… mais je savais de quoi il s’agissait. Il me cherchait moi, et je l’avais désormais trouvé.

« Un homme d’Arnor. Voyez-vous ça. » dis-je en ricanant. « Tu viens de gagner ta vie, homme. Il se peut que tu me sois d’une utilité plutôt intéressante dans un avenir proche. Mais si tu cherches le Mal, et j’ignore ce que tu veux dire par là, sache qu’il se trouve partout, en chacun de nous, en chacun des hommes aussi. Depuis que le Maître a disparu, son empreinte se répand dans les cœurs de toutes les créatures de ce monde et se diffuse comme la chaleur d’un feu. »

Suite à ces paroles bien sages, nous devions reprendre la route, avec peut-être un nouvel allié. Il nous suivrait volontiers jusqu’à notre destination : un village humain dans le grand désert du nord. Des éclaireurs nous avaient rapporté que des dizaines de pêcheurs, de chasseurs et d’autres villageois Lossoths y vivaient en paix depuis plusieurs années. Cela devait cesser. Même s’ils n’avaient pas tant de richesses que ça, c’était-là un bon moyen de s’approvisionner en nourriture et esclaves.

« Tu viendras avec nous au nord, Mordaken d’Arnor. Là-bas, si tu es encore en vie, tu iras détruire un village humain de l’intérieur, tu tueras tous les jeunes et tous les vieillards, puis tu nous appelleras. Là, on fera un tri et on prendra ce dont on a besoin. Et si tu réussis, alors on te ramènera plus au sud en veillant à ce que tu restes en vie. Ca nous évite de nous battre et puis ça risque d’être drôle. Qu’en dis-tu ? »

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [ Flashback 1088 ] Les Origines d'une relation de respect (Durzog)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[ Flashback 1088 ] Les Origines d'une relation de respect (Durzog)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Suivre ses origines
» Relation entre Haiti et Saint Domingue :Point de vue d'un américain
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» Relation Homme-Femme: l'amour serait-elle chimique???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux - Le Tiers Âge :: Administration :: Corbeille - Archives générales du Forum-
Sauter vers: