AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 Au Poney Friguant [PV Dalos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Cirion
L’Égaré - Le Voleur d'Âme - Commandant de l'Œil

L’Égaré - Le Voleur d'Âme - Commandant de l'Œil
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 11/04/2016
▌VOTRE AGE : 20
▌MESSAGES : 151
▌RACE : Humain
▌CITATION : En cas de Guerre Mondiale je files à l'étranger

Carnet personnel
PE: 0 PE
PO: 2.195 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Au Poney Friguant [PV Dalos   Dim 31 Juil - 18:52

Immobile au milieu de l'allée, Cirion contempla l'auberge à sa droite. Il était en proie à une profonde hésitation. Si il avait dû choisir lui même un endroit ou dormir, jamais il ne se serait dirigé là. Il ne doutait pas que le Poney Fringuant, réputé dans tout le nord pour sa bière de qualité et son ambiance joyeuse était une bonne enceinte. Lui même y avait passé quelques nuits par le passé, mais il était alors de meilleure réputation et sans doute, la taverne la plus populaire d'Arnor n'était pas le bon refuge pour un fugitif communément recherché. Non, si il avait dû choisir, il ne se serait pas arrêté ici, et pourtant, il était à présent suspendu au bord de la route, et il doutait. La douce musique qui s'évadait par les fenêtres ouvertes avait happé son attention. Les hommes de Bree étaient des rustres. Qui donc pouvait faire quelque chose de si distingué ? Au delà de la simple curiosité, Cirion avait toujours été passionné par la musique et en ce soir d'automne, sans doute sa passion allait le conduire à un nouvel écart.

Cette nuit, le Poney Fringuant était étrangement calme. Même la lumière semblait plongée dans un calme confortable. Rougeoyante, elle projetait des ombres dansantes sur la façade d'en face. Les rues étaient silencieuses. Cirion hésitait encore. Il tentait désespérément de résister à l'appel de la voix mélodieuse et mystérieuse qui chantait une chanson depuis longtemps oubliée en Arnor. Tentant de résister à la magie des mots, Cirion ferma les yeux mais la tentation était de plus en plus forte, si bien qu'il céda. Il était sur les routes d'Arnor depuis si longtemps qu'il ne pouvait résister à la perspective d'une soirée tranquille et reposante. Surtout, quand celle ci était proposée par une chanteuse si envoutante.

Dès qu'il passa la porte cependant, il sentit qu'il commettait une erreur. Durant une demi seconde, le doute revint mais cette fois ci, il était trop faible pour faire hésiter le fugitif, la soirée semblait trop belle pour ne pas s'abandonner aux rêves et aux charmes. En entrant, le fugitif rabaissa son capuchon. Il conservait toute sa raison, les gardes pouvaient encore être présents. Il commanda un verre de vin et s'installa dans un coin sombre de la salle commune.

Elle était pleine, et chaque invité semblait suspendu aux lèvres de la chanteuse. Elle aussi était masquée. Dans la salle, quelques feus de cheminée avaient été allumés mais ils ne suffisaient pas à éclairer le visage de l'inconnue. Elle chantait en une langue étrange que Cirion ne connaissait pas et pourtant, il semblait distinguer le sens de la chanson. C'était d'une beauté surnaturelle mais la timidité de la voix rendait le chant mystérieusement accessible. Sous le charme, Cirion se laissa bercer par les paroles. Durant un moment qui lui sembla être une éternité, le chant se prolongea, puis dans une dernière note de harpe, ce fut la fin. Il fallut un moment à l'assemblée pour reprendre son souffle, puis un tonnerre d'applaudissement vint saluer la performance. Quelques rougeurs apparurent sur les joues de la jeune femme. Elle salua, et d'une démarche gracieuse, se dirigea vers le comptoir. Les hommes hésitaient encore à l'approcher. Elle paraissait plus majestueuse, plus lointaine. Son chant fini, elle était redevenue inaccessible. Il faudrait pourtant peu de temps avant que les hommes ne se jettent sur elle songea Cirion.

Libéré de l'envoûtement cependant, le fugitif retrouva ses esprits. Il avait commandé à boire, mais n'avait pas encore de quoi payer. Profitant de la confusion des spectateurs, il se faufila entre les tables. Sa main rasait les tables et faisait main basse sur tout ce qu'elle pouvait. Il lui fallut dix minutes pour récupérer une petite fortune. Ce n'était pas que des pièces d'or ou d'argent, il y avait aussi divers objets dont Cirion ignorait encore ce qu'il en ferait, mais qu'il gardait tout de même en réserve. Parmi eux, une petite dague, une figurine d'argent et un foulard. Satisfait, il reprit place à sa place, rabaissa plus encore son capuchon et attendit l'aubergiste. Ce dernier vint tout juste après. Il semblait que lui même avait été suspendu aux lèvres de la chanteuse et qu'il avait pris beaucoup de retard. Il se confondit en excuses et lui servit une cruche de vin accompagné d'un verre. Cirion paya, argent comptant, deux pièces d'or et goûta sa boisson. Un soupire de joie s'évada d'entre ses lèvres. Il posa son regard vers la chanteuse. Des hommes l'abordaient à présent et elle leur répondait poliment. Perdu dans sa contemplation, il ne vit pas un étranger arriver à sa table.


[HRP : Je t'ai laissé une porte ouverte, Cirion peut t'avoir subtiliser quelque chose si ça t'inspire, sinon, trouves donc un autre motif pour me rendre visite Wink]
Revenir en haut Aller en bas


Dalos Alfehim
La lance implacable

La lance implacable
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 09/07/2016
▌MESSAGES : 28
▌RACE : Humain
▌CITATION : Meme l'homme le plus fort du monde ne peux tenir debout avec le genoux brisé

Carnet personnel
PE: 0 PE
PO: 15 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Au Poney Friguant [PV Dalos   Jeu 11 Aoû - 14:15

Le poney fringant... Voilà une auberge qui n'était pas commune, Dalos avait envoyé Itarillë et Gabranth un peu plus en avant sur la route. Il avait préféré se séparer d'eux afin qu'ils n'attirent plus l'attention, depuis les derniers évènement. Dalos le savait rester dans alentour alors qu'il était recherché ne joueait pas en sa faveur. Les risques étaient nombreux pour lui, mais cela diminuait drastiquement les risques que prennait son frère et sa soeur. La musique qui émanait de ceux lieu était douce, mais également ennivrante et plusieurs instant passèrent alors que Dalos écoutait celle-ci accoudait au comptoire.

L'auberge était propre et bien tenue dans l'ensemble et malgrès quelque poivrot présent, la plupart de la clientèle ne semblait venir ici que pour se détendre après une dure journée de l'abeur. Dalos était l'un des rares hommes armées, portant sa longue lance à ses côtés, il disuadait ainsi nombre de voyageur à l'approcher de trops près. La portes de l'auberge s'ouvrie alors, la plupart des client ignorèrent le nouvelle arrivant, trop absorbé par la voix envoutante de la chanteuse. Cependant, le jeune guerrier avait les sens à l'affut de la moindre chose qui se passait d'inhabituelle autour de lui.  L'homme n'était pas bien grand, ni forcément petit, mais tout simplement de taille modéré. Ses cheveux pas vraiment long coupé au carré ne semblait pas avoir vue de bain depuis un moment déja, enfin Dalos s'emblait un peu dans le meme cas. Sa peau bronzé et ses yeux marron n'étaient pas particulièrement différent de celle que le jeune homme avait pu voir à Annuminas. L'homme semblait venir d'un lieu proche de l'eau, mais rien n'était sur. Après avoir suivi du regard ce dernier, allez s'assoir à un bout de la salle, le jeune homme reporta son attention sur la chanteuse. Sa voix mélodieuse envoutait toujours l'assistance. Ce ne fut que par chance que Dalos pu voir un mouvement furtif du coin de l'oeil, l'homme s'était déplacé entre les clients, charpadent tout et n'importe quoi. Retournant s'assoir à sa place il commanda une cruche de vin. Alors que nombre de client portèrent leur attention sur la jeune fille, l'attention de Dalos elle se tourna vers l'étranger. Attrapant sa lance d'une main ferme, il alla se placer devant la table de l'homme et appuya son arme sur celle-ci avant de prendre une chaise et de se planter devant l'homme. Il le regarda quelque instant, puis d'une voix calme dit:

"Bonsoir, désolé de vous dérangez, mais patageriez-vous un petit verre de ce délicieux brevage?? Que vous avez gagné durement??"

Dalos regarda l'homme qui se trouvait en face de lui, calme et souriant, il attendit la réponse.
Revenir en haut Aller en bas


Cirion
L’Égaré - Le Voleur d'Âme - Commandant de l'Œil

L’Égaré - Le Voleur d'Âme - Commandant de l'Œil
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 11/04/2016
▌VOTRE AGE : 20
▌MESSAGES : 151
▌RACE : Humain
▌CITATION : En cas de Guerre Mondiale je files à l'étranger

Carnet personnel
PE: 0 PE
PO: 2.195 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Au Poney Friguant [PV Dalos   Sam 13 Aoû - 12:43

Cirion leva les yeux pour examiner du regard le nouvel arrivant. Celui-ci devait déborder de confiance en lui pour oser l'interrompre durant un tel festin. Cirion n'était pas intimidant de corps, mais l'attirail de guerre dont il était vêtu suffisait en général à éloigner les curieux. L'homme était grand, immensément grand, si grand qu'a coté de lui Cirion paraissait être un gamin. Qu'importe la taille ceci dit, on ne se fait que plus mal en tombant, songea Cirion avec un sourire mesquin. Son corps était vêtu d'habits miteux, délavés par les intempéries. Ce n'était pas un habitant de Bree donc, Cirion en avait la certitude. Devant lui se dressait un homme que la nécessité avait du pousser sur les routes, qui avait voyagé dans la hâte et dont l'escale à Bree ne devrait être que temporaire. Un voyageur ? Non pas, son regard naïf laissait à penser qu'il ne connaissait pas grand chose des routes. Il avait eu une chance inouïe pour avoir survécu longtemps dans la nature, loin de la société. Aussi, par le même raisonnement, Cirion songeait que le visiteur indésirable ne savait pas bien à qui il avait à faire. Avec six décennies d'expériences, le dunedain était dans la force de l'âge. Il connaissait l'Arnor comme sa poche, pour l'avoir sillonné dans tout les sens. Un inconscient qui ne survivrait pas longtemps en Arnor. Le royaume du nord n'était pas fait pour les gens de bonnes familles qui ne savaient pas se débrouiller seul. Il avait le visage d'un enfant, trop jeune pour agir de son propre chef, en témoignait l'absence totale de rides sur son front. Cirion s'apprêta donc à congédier le gamin de façon légèrement brutale. Il n'avait pas peur de la lance que tenait l'autre dans sa main. A quoi bon avoir une arme si l'on ne sait pas s'en servir. Au moment cependant ou il allait obéir à ses vœux, l'étranger prononça quelques mots qu'il l'obligèrent à revoir sa position.

Merde. Le gamin l'avait vu. Hélas, le vieux trop sûr de lui, croit voir chez les jeunes le reflet de leurs propres erreurs. Il n'en est rien pourtant ! Le ton du nouveau venu ne laissait pas de place au doute, un soupçon de menace pesait derrière chaque mot. Dit non, et l'auberge entière saura ou sont passés les pièces d'or disparues. Merde. Cirion hésita. Il pouvait encore se débarrasser du gamin. Une feinte de corps, un geste vif, et l'autre finirait assommé sur la table. Le jeu en valait il la chandelle cependant ? Mieux valait ne pas risquer de se faire remarquer ? Avec un sourire forcé, Cirion répondit à l'autre.

"Bien entendu l'ami, un vieil homme tel que moi peut bien partager l'argent de sa retraite. Je me présente, Cirion le vagabond, pour vous servir."

L'autre prit place. Cirion commanda à l'aubergiste un autre verre et vida le sien d'une traite. Les deux hommes restèrent là un moment à se jauger, puis Cirion engagea la discussion.

"Le jeune pourrait il égayer les vieux jours de l'ancêtre. Je ne doutes pas que ta compagnie soit agréable pour tant est que tu parles. Qu'est ce qui peut t'amener à Bree, pressé comme tu es ? Excuses les suppositions d'un humble vieillard, mais il me semble que tu n'est pas un habitué des routes. Tu es trop jeune pour t'exposer aux dangers des voyages et à moins que tu ne chemine pas seul, tu trouveras sans doute trop de danger devant toi pour aller plus avant. Donc, quelle nécessité t'a poussé à prendre la route ?"
Les débats étaient ouverts. Avec ces quelques suppositions, Cirion laissait sous entendre à l'autre qu'il n'était pas le seul à faire marcher son cerveau. Peut être avait il entièrement tord sur ce qu'il avançait mais il en doutait. Ses nombreuses allées et venues l'avait fait rencontrer toutes sortes de gens et il avait appris d'eux. Dernier exemple en date, le maître nain Farim qu'il avait laissé aux portes de Bree. Il n'était pas si vieux pour un dunedain mais pour un Edaïn, passer la cinquantaine était déjà un signe de sagesse.
Son œil vif lui permit de voir dans le dos du nouveau venu quelques mouvements. Les locataires de l'auberge fouillaient leur poches. Si tout se passait comme prévu, aucun ne retrouveraient ses biens sauf le plus costaud d'entre eux. C'était un type de taille moyenne mais aux épaules larges et fortes. Cirion lui avait dérobé un médaillon d'argent et l'avait glissé dans la main de son voisin. La bagarre ne devrait pas tarder, et personne ne ferait alors attention au vieux bougre qui assis dans son coin, dégustait quelques bouteilles.

[On s'offre encore un tour de poste ? Après j'ouvres les hostilités si ça te va Wink]
Revenir en haut Aller en bas


Dalos Alfehim
La lance implacable

La lance implacable
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 09/07/2016
▌MESSAGES : 28
▌RACE : Humain
▌CITATION : Meme l'homme le plus fort du monde ne peux tenir debout avec le genoux brisé

Carnet personnel
PE: 0 PE
PO: 15 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Au Poney Friguant [PV Dalos   Dim 14 Aoû - 11:00

Bien entendu l'ami, un vieil homme tel que moi peut bien partager l'argent de sa retraite. Je me présente, Cirion le vagabond, pour vous servir."

La remarque ne masquait que très peu l'énervement du vielle homme qui se trouvait en Face de Dalos. En même temps le jeune homme pouvait bien comprendre celui, la menace à peine déguisé qu'il venait de faire, ainsi que les problèmes qu'il aurait pu renconter à cause de ce jeune fauteur de trouble, aurait de quoi irriter n'importe qui. Dalos fit signe au tavernier de lui ramener un godet, afin de pouvoir étancher sa soif. L'homme sans chercher plus loin ramena celui-ci. Le jeune vagabond pris le verre, remercia le tavernier, puis délicatement se servit un verre. Ce n'était pas le meilleur vin du monde, mais dalos du reconnaitre tout de même qu'il était bon. Après avoir étancher en partie sa soif, ce dernier se reservit un verre. L'homme pris alors de nouveau la parole:

"Le jeune pourrait il égayer les vieux jours de l'ancêtre. Je ne doutes pas que ta compagnie soit agréable pour tant est que tu parles. Qu'est ce qui peut t'amener à Bree, pressé comme tu es ? Excuses les suppositions d'un humble vieillard, mais il me semble que tu n'est pas un habitué des routes. Tu es trop jeune pour t'exposer aux dangers des voyages et à moins que tu ne chemine pas seul, tu trouveras sans doute trop de danger devant toi pour aller plus avant. Donc, quelle nécessité t'a poussé à prendre la route ?"

La réplique du vieille homme fit lever un sourir à Dalos. Trop jeune pour prendre la route seul, en effet il ne connaissaot pas le jeune homme. Ces supposition bien que tenant la route dans la plupart des cas n'avait pas lieu d'être ici, car malgré son jeune age cela faisait maintenant environ 9 années que le jeune homme se trouvait sur les routes pour échapper au Roi Mallor, bien sur il n'avait été que rarement seul. Son frère et sa soeur l'accompagnant presque toujours. Sauf à l'heure actuelle, ou ces derniers était partie plus avant.  Cependant avec cette tirade du vieille homme Dalos se rappela qu'il ne s'était pas présenté. Cependant, il ne pouvait pas donner sa véritable identité au premiers venue si cet homme décidé de le dénoncer il finirait surement sa vie au bout d'une corde ou dans une prison. Deux perspective qui ne l'enchenté guère. Dalos s'essuya la bouche en posant son godet, puis prie son plus beau sourire et répondit:

"En effet je manque de politesse, pardonnez-moi. Je me présente Léon Donself. Effectivement je ne suis pas seul, mais, mes compagnons on pris la route plus avant je dois les rejoindre demain. Le fait que j'ai pris la décision de voyager est quant à elle bien triste. C'était un jour ou j'était absent du domicile familial, des bandits ont attaquées la maison de mes parents. Je fut le seul survivant. Avec la vente de mes terres j'ai décidé de partir à l'aventure, j'ai donc acheté cette équipement avec mes amis et me suis mis en route."

Dalos avait raconter cette histoire tellement de fois, qu'elle était devenue naturelle. Tellement naturelle, que même l'intonation de sa voix était triste à l'évocation de son malheur. Bien que le mensonge n'était pas total, le mélange avec la vérité suffisait à donner de la consistance à cette histoire. Cependant une chose contraria légèrement Dalos, pensait que malgré son jeune age il était incapable de se défendre seul était une erreur. Portant la main à son arme il préféra ajouter:

"Cependant, ne faite pas l'erreur de croire que ceci n'est présent que pour la décoration. Je sais très bien m'en servir."

Dalos tournant le dos à la salle ne pouvait y voir se qui se tramais dans son dos. Par contre le jeune homme parvenait à ressentir une légère agitation. Cependant,  celle-ci ne l'inquièter pas plus que ça, car dans se genre d'endroit l'agitation était monnaie courante. Il pouvait s'agir d'un tricheur à un jeu, d'une femme ou juste d'un visage qui ne revenait pas à certain. Enfin, tout était possible. Après avoir pris une autre gorgée de ce sympathique nectar, Dalos s'adressa au vieille homme:

"Et vous mr, vous ne semblait pas sortie de Bree, ni même du coin vraiment. Cela fait longtemps que vous parcourrez les routes?"
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au Poney Friguant [PV Dalos   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au Poney Friguant [PV Dalos
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Poney Fringant
» Arrivée d'un etranger au Poney
» Arrivée au Poney Fringant après un périlleux voyage
» poney
» Poney ou Dragon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux - Le Tiers Âge :: Administration :: Corbeille - Archives générales du Forum-
Sauter vers: