AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 Un problème de brigands.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Arthurus
Commandeur d'Isengard, Le séraphin

Commandeur d'Isengard, Le séraphin
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 26/06/2016
▌VOTRE AGE : 18
▌MESSAGES : 213
▌RACE : Numenor
▌VOTRE RANG : Seigneur
▌CITATION : Nouvelle technique : on passe pour des cons, les autres se marrent, et on frappe.

Carnet personnel
PE: 4.061 PE
PO: 11.000 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Un problème de brigands.   Dim 24 Juil - 13:06

La jour se levait comme à son habitude sur la tour d'Orthanc. Les premiers rayons tapant sur les pointes noires qui pointaient le ciel de manière élégante surplombées le chantier. La garde semblait de bonne humeur en ce jour car le ravitaillement n'allait pas tarder apportant avec lui les lettres familiales et divers victuailles. Karadoc et Perceval n'attendaient plus que le saucisson et le bon pain du Sud. Alors que tout le monde attendait le chariot celui-ci n'était toujours pas aux portes de la forteresse. Soucieux de savoir où pouvait bien être le convoi, le commandant envoyait deux patrouilles pour vérifier la position. Ainsi les portes s'ouvrirent ne laissant passé que vingt cavaliers portant des arcs et des épées dans leur dos. Ils chevauchaient sur un pont surplombant un énorme trou encore vide d'eau. Les portes se refermaient lentement masquant le bruit des sabots au grand galop. Après deux jours de recherche les cavaliers étaient de retour. Mais malheureusement il n'y avait pas le convoi de ravitaillement avec eux. Un sentiment de désolation semblait se faire sentir auprès du groupe qui franchissait une nouvelle fois les portes de fer. Au niveau des écuries, pied à terre l'officier en charge du ravitaillement s'avançait vers eux pour recevoir leur rapport.

Officier : Et bien où en est le ravitaillement, faîtes votre rapport soldat.

Patrouilleur : Et bien dès lorsque nous avions quitté le cercle en direction du Sud, tout semblait normal. Cependant une légère pluie nous avait ralentie à l'aller. Dans la forêt au Sud Est d'ici à environ une trentaine de lieux nous arrivâmes. Cependant avec la brume locale retrouver la route nous avait pris un peu de temps. La nuit tombait alors au loin nous avions pu apercevoir comme une sorte de flamme. Il s'agissait d'un feu de camp, en nous rapprochant il n'y avait que deux hommes. L'un de nous s'approcha alors pour savoir si il était possible de parlementer avec eux.  A son approche les deux individus se levèrent et directement ils avaient dégainés leurs lames. Par deux traits ils tombèrent sans l'ombre d'un souci, en fouillant les corps nous avons pu découvrir qu'ils étaient originaires du Pays de Dun.

Officier : Encore ces brigands de grands chemins, mais qu'en est-il du convoi ?

Soldat : Et bien …. en continuant au lendemain notre recherche nous sommes tombé sur ce qu'il en restait. Un chariot avec une roue cassait, des chevaux morts et surtout des nombreux combattant morts qu'ils soient du Gondor ou deux Dun sur les lieux. Une fois fait nous avons récupérer ce qui pouvait l'être et nous nous sommes empresser de rentrer vous rapporter l'information.

Officier : Encore un autre convoi qui se retrouve isolé face à ces pillards. Je vais devoir en informer le commandant sinon nous ne pourrons pas survivre très longtemps dans cette situation.


Alors que les soldats s'en allaient en direction de la caserne l'officier lui semblait partir en direction de la tour. Après plusieurs étages à grimper, il arrivait enfin face à la porte du bureau d'Arthurus. Il frappa une fois, puis deux et enfin trois fois  mais sans succès. Sans doute le commandant se trouvait à la table ronde se dit l'officier. Alors il descendait seulement d'un étage pour rejoindre la grande salle. Frappant à la porte une voix familière l'autorisait à entrer. Une fois dans la salle se trouvait autour de la table le seigneur Léodagan, Perceval, Karadoc, Arthurus et le scribe. Puis après avoir fait une simple révérence il interrompait le silence régnant dans la salle :

Officier : Sire, je suis navré de vous interrompre durant l'une de vos réunions. Néanmoins il s'agit là d'un problème important.


Arthurus : Je vous écoute, un bon souverain doit savoir écouter ses hommes.

Léodagan : Pour ce qu'il vaut notre souverain.

Arthurus : Non mais si vous avez quelques choses à redire allez y. On va pas y passer une plombe.

Léodagan : Et bien moi je trouve qu'il faudrait peut être penser un peu plus à la défense et notamment à l’installation de tourelle plutôt qu'à organiser des événements culturels.

Arthurus : Vous allez pas vous y remettre aussi, bon allez y officier effectuer votre demande.

Officier : Et bien il s'agit d'un sujet délicat. En effet depuis à présent plusieurs mois les brigands pillent nos ravitaillement. En plus d'engendrer des pertes financières, nos hommes se retrouvent en manque de vivre.


Léodagan : Vous voyez avec des tourelles on pourrait se défendre de ce genre d'attaque.

Arthurus : Il est vrai que cela est assez dérangeant. Veuillez m'excuser mais j'ai une lettre à écrire. Officier je vous félicite de venir me prévenir mais vous n'aurez aucune récompense à cela car vous avez tardé à venir auprès de moi. De plus il est de votre devoir d'assurer la sécurité de ces convois.


Sur ces mot Arthurus se leva pour se diriger vers son bureau. Une fois installé convenablement il commençait à écrire une lettre qui allait s'adresser à l'intendant du Gondor lui même. Il utilisait alors sa plus fine plume et sa meilleure encre. A la fin du message il y apposa le sceau d'Orthanc. Lorsque l'intendant ouvrirait le parchemin il pourrait y lire la chose suivante :


Je m'adresse à vous avec une grande humilité, car voyez-vous le cercle de l'Isengard se trouve actuellement dans une position délicate. Depuis à présent plusieurs mois les hommes et femmes du Pays de Dun ne cessent d'attaquer nos convois de ravitaillement. Provoquant une pénurie de vivres et autres ressources nécessaires au bon développement du fort. Bien que le Pays de Dun soit un protectorat du Gondor son peuple lui ne semble pas s'en soucier. Le dirigeant de ce royaume semble peut-être avoir oublié son rôle qui est de maintenir la sécurité et l'ordre en plus de son devoir d'impôt. Les actes de son peuple alors sa demeure porte nos bannière ternissent la réputation du Gondor ainsi que ses intérêts économiques. Je vous adresse donc cette missive en vue d'obtenir et cela avec votre accord et celui du roi l'autorisation de purger le Pays de Dun de ces brigands ne souhaitant pas rentrer dans le droit chemin. Malheureusement il se trouve que le territoire sur lequel ils se trouvent ne soit pas une province du Gondor il m'est donc impossible d'y imposer quoi que ce soit. Pour remédier à cela je souhaiterai donc vous proposer la chose suivante. Le Pays de Dun perdrait son titre de protectorat pour passer à celui de province, au vue des distances avec la capitales il serait alors favorable de rattacher le territoire à la province de l'Isengard faisant ainsi passer les obligations des lieux sous l'autorité direct du gouverneur. En dehors d'une vague de mécontentement en provenance des brigands le Pays de Dun et le Gondor auraient alors des gains que cela soit au niveau politique, économique et militaire. De plus la sécurité des convois serait alors assuré et son nombre réduit grâce aux produits issu des fermes de Dun. Le gouverneur d'Isengard prendrait alors en charge les devoirs et responsabilité des lieux. Je prie donc à ce que vous étudiez ma proposition dans les meilleures conditions.

Commandant Pendragon, au service de sa majesté.



Sloubi un, Sloubi deux, Sloubi trois, Sloubi quatre, …
Revenir en haut Aller en bas


Furdin Ier
Descendant de Durin ¤ Détenteur d'un Anneau de Pouvoir

Descendant de Durin ¤ Détenteur d'un Anneau de Pouvoir
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 09/03/2016
▌VOTRE AGE : 18
▌MESSAGES : 262
▌RACE : Naugrim
▌VOTRE RANG : Roi du Peuple de Durin
▌CITATION : "Khayamu !"

Carnet personnel
PE: 60.962,50 PE
PO: 8.725 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Un problème de brigands.   Sam 30 Juil - 20:47

MJ

Comment vous dire que l'Empereur n'était pas très très content de recevoir une telle missive. Alors comme ça y a des brigands qui pensent se mesurer à la Grande Puissance qu'est le Gondor. QUE NENNI ! Quelques semaines après l'envoi de la lettre d'Isengard, un cavalier en apporta la réponse à Arthurus.

Citation :

Salutations Commandeur,

Alors comme cela certains osent encore défier la puissance du Gondor ? Il n'en est pas question, je refuse de rester les bras croisés face à de vulgaires brigands. C'est pour quoi je vous autorise à envoyer une force réduite dans ces contrées pour demander à ceux-ci une rédition. Si jamais ils refusent, revenez avec une plus grosse armée et terrassez les durant une bataille. Vous êtes de fiers soldats du Gondor, la défaite n'est pas envisageable.

Vous avez toute ma confiance.

Ainsi donc, Arthurus devra vaincre les ennemis du Gondor par les mots ou les armes, saura t-il trouver les paroles nécessaire à la rédition sans combattre ou bien devra t-il tirer l'épée pour protéger les siens du danger des brigands, voire même d'une rébellion. Car depuis l'indépendance du Dorwinion, nombreux sont les hommes qui veulent se libérer des chaînes de l'Arbre Blanc !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


Arthurus
Commandeur d'Isengard, Le séraphin

Commandeur d'Isengard, Le séraphin
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 26/06/2016
▌VOTRE AGE : 18
▌MESSAGES : 213
▌RACE : Numenor
▌VOTRE RANG : Seigneur
▌CITATION : Nouvelle technique : on passe pour des cons, les autres se marrent, et on frappe.

Carnet personnel
PE: 4.061 PE
PO: 11.000 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Un problème de brigands.   Dim 31 Juil - 10:46

La réponse était fort plaisante à lire sur le parchemin emprunt à l'humidité. Satisfait des mots de l'intendant il prépara dans les moments qui suivirent une petite délégation. Elle allait prendre la route impérial pour s'en aller vers la plus grande ville du Pays de Dun, une sorte de capitale pour ce peuple.
Le commandeur de l'Isengard était seul maître de cette affaire, après tout c’est ce qu’il avait souhaité, cependant il faudrait surmonter les épreuves avenirs pour que cela puisse servir les intérêts du Gondor. Il fallait penser à l’avenir, il ne pouvait pas cesser de penser à de nombreuses zones d’ombre qui subsistaient en ce qui concernait les forces du Mal. Si bien qu'il allait devoir se préparer à n'importe quels éventualités. Ses liens avec les nains des monts de fer pouvaient être utiles si jamais le Mal se dirigeait vers l'Arbre Blanc. Cela ne ferait que renforcer de manière rapide une future alliance pour les peuples souhaitant se défendre. La priorité était en premier lieu de sécuriser le royaume et d'unir les hommes, car de simples bandits pouvaient très bien planter les graines du chaos.
Bien que le rapport envoyé à l'intendant du Gondor semblait être l'incarnation d'une simple insulte envers ce peuple. La vérité était tout autre, en effet le plus grand clan des terres voisines semblait être en réalité l'investigateur des pillages. Ce seigneur souhaitait jouer un double jeu en gardant la protection du Gondor, mais en alimentant les désirs de liberté de son peuple.
Certes l’armée de l'empire était puissante, expérimenté et avait su prouver l'emploi de tactiques meurtrières. Cependant la garnison de l'Isengard n'allait pas suffire pour vaincre plusieurs clans. Les soldats fort dans la pratique ne pourrait infliger que plusieurs milliers de pertes à l’ennemi, mais elle finirait par céder face au surnombre. Il fallait donc faire en sorte que le vent tourne en faveur d'Arthurus, il fallait donc diviser les clans pour qu'ils ne se battent plus qu'entre eux ou alors trouver les bons mots pour une paix durable.

Traiter avec les hommes de Dun permettrait de se fixer quant à leurs intentions, Arthurus se devait de montrer sa neutralité et sa non-belligérance vis-à-vis des actes commis à l'encontre du Gondor. Il avait donc décidé d'envoyer Bohort avec quelques chevaliers pour démarrer les pourparlers. Il espérant que rien n'arriverait et qu'en recevant les négociateurs le chef de clan mettant son honneur en jeu pour éviter toute effusion de sang.

Une missives avait été envoyée vers la capitale du Gondor, pour annoncer que la rencontre aurait lieu dans la grande demeure du chef. Des patrouilles avaient été organisés, car on ne saurait être trop prudent en cas d'un manque d'honneur. Bien que cette missive ne semblait pas nécessaire avec les grandes autorisations accordaient, une procédure administrative devait avoir lieu en cas de conflit interne. Au total trente cavaliers s'en allèrent cinq vers Osgiliath et vingt-cinq vers Dunburg. Bohort avait demandé au commandeur l'autorisation d’emprunter son cheval pour ce voyage. Après plusieurs jours de cheval Bohort arrivait avec son escorte face à la cité. Peu accueillant les gardes laissèrent passer sans problème les émissaires du Gondor. Après plusieurs heures à attendre le grand chef de clan Uldùr hache rouge il arrivait enfin. Le message pouvait enfin être délivré après l'échange de quelques courtoises.

Bohort : Uldùr je suis heureux car nous pouvons enfin nous entretenir. Voyez-vous le message que j'ai à vous délivrer sera sans nul doute assez amer à entendre néanmoins il provient de la capitale. Dernièrement et je suis sûr que vos éclaireurs ont su vous faire parvenir cette information, nos convois de ravitaillement semblent être une cible fréquente pour les barbares locaux. Bien que la majorité du temps ceux-ci semblent être mis en déroute par l'escorte de la caravane, la perte de certains hommes et intolérable. Après une enquête approfondie, nous avons pu découvrir qu'une grande partie si ce n'est l'intégralité de ces pillards semblent être originaire de votre domaine. Ainsi donc le commandeur m'a chargé de transmettre la demande suivante. Par autorité de l'intendant du Gondor et sa majesté, le seigneur de guerre Uldùr hache rouge se doit ramener l'ordre sur ses terres dans les plus bref délais. Il se voit donc recevoir l'autorisation de mener une campagne d'assainissement du crime, tout les moyens pourront être utilisés. A cela s'ajoute l'aide si nécessaire de la garnison en Isengard. Le Gondor a une grande confiance en ce qui concerne vos actes et ceux de vos hommes. Ce message et celui de l'intendant bien qu'il semble vous imposer une chose mon commandeur vous offre une autre option. Il ne vois là aucun intérêt à tuer le peuple de Dun et à détruire votre royaume. C'est pourquoi il vous offre l’occasion suivante qui est de réunir tout les clans s'opposant au Gondor avec vos mots et la confiance qu'ils ont en vous. Après quoi vous négocierais avec eux le fait de faire passer le Pays de Dun du statut de protectorat à celui d'état fantoche. Le nom n'est qu'une chose dans ce procédés car les chefs de clan garderont les terres qui sont à eux. Ils pourront bénéficier d'un statut de noble au sien du Gondor d'après l'importance de leur population, venir assister au réunion de la province en Isengard comme il le désir. Si jamais il ne peuvent pas venir ils pourront envoyer un représentant. L'autre avantage de cela et d'augmenter la sécurité interne comme extérieur. De plus les demandes en bien et en argent de la capitale s’arrêteront ne laissant place qu'à un faible impôt militaire. Bien évidement vous Uldùr serait encore le chef local du Pays de Dun avec comme supérieur le gouverneur d'Isengard qui sait et saura écouter votre avis. En faisant cela vous serez donc élevé au titre de noble et d'intendant au sein de l'empire. Vous offrant des avantages financiers, militaires et politiques. Mon seigneur à pris soin de vous mettre tout cela sous une forme écrite il ne vous reste plus qu'à signer si vous acceptez l'offre. Bien évidement si vous refusez l'offre du commandeur Arthurus ne sera pas renouvelable et son supérieur le Gouverneur d'Isengard perdra patience et devra obéir aux ordres de la capitales. Alors qu'en dîtes-vous ? Je sais qu'il beaucoup vous demander cependant de nombreux rapports font état d'une menace plus grande en terre du milieu. Et dans ces temps incertains les hommes doivent s'unir.



Sloubi un, Sloubi deux, Sloubi trois, Sloubi quatre, …
Revenir en haut Aller en bas


Furdin Ier
Descendant de Durin ¤ Détenteur d'un Anneau de Pouvoir

Descendant de Durin ¤ Détenteur d'un Anneau de Pouvoir
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 09/03/2016
▌VOTRE AGE : 18
▌MESSAGES : 262
▌RACE : Naugrim
▌VOTRE RANG : Roi du Peuple de Durin
▌CITATION : "Khayamu !"

Carnet personnel
PE: 60.962,50 PE
PO: 8.725 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Un problème de brigands.   Mar 9 Aoû - 19:29

Ainsi donc le Gondor vient sur les terres du grand chef Uldùr, soit, le Grand Chef les écoutera? Lui qui a une grande foi en l'arbre blanc ne se dérobera pas. Ledit chef est un grand homme barbu avec un morceau de hache dans le crâne (d'ou son nom) et un tatouage tribal sur la joue gauche. On dit de lui qu'il ne parle que très peu et que son regard sème la mort. Mais c'est un homme intelligent qui sait qu'il a intérêt d'obéir au Gondor pour avoir des aides et la protection de son territoire. Car ne nous voilons pas la face, le pays de Dun subi de nombreuses attaques d'Orques et c'est surtout grâce au Gondor qu'ils peuvent les repousser. Le soir de la rencontre le Grand Chef écouta l'envoyé de l'arbre blanc et fut déçu de ne pas voir quelqu'un de plus "capable" à son niveau mais qu'importe.

"Vos paroles sont sages, je vois dans votre proposition beaucoup de points positifs c'est certain. Mon peuple et mes terres seraient sauves, en effet actuellement le Gondor nous aide à tenir les Orques des montagnes à l'écart mais il y a toujours des problèmes. Je n'accepterais votre offre qu'à la seule condition de toucher huit mille pièces d'or (8.000 PO) une fois le traité signé. Après quoi nous accepterons vos conditions."
Revenir en haut Aller en bas


Arthurus
Commandeur d'Isengard, Le séraphin

Commandeur d'Isengard, Le séraphin
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 26/06/2016
▌VOTRE AGE : 18
▌MESSAGES : 213
▌RACE : Numenor
▌VOTRE RANG : Seigneur
▌CITATION : Nouvelle technique : on passe pour des cons, les autres se marrent, et on frappe.

Carnet personnel
PE: 4.061 PE
PO: 11.000 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Un problème de brigands.   Sam 13 Aoû - 19:16

Bohort : Très bien l'offre semble tou à fait raisonnable c'est pourquoi nous acceptons volontiers de payer ce tribu. Mais comme vous le savez il nous faut du temps pour payer. Car en premier lieu nous devons remplir des fiches auprès de l'administration après quoi il y a un délais afin d’accéder à ce genre de requête assez inhabituel voir unique dans toute l'histoire du Gondor. De plus il faut rassembler l'or est l'acheminer jusqu'à votre cité avec une bonne protection. Au vu de tout cela je vous propose un payement d'ici un mois. En attendant ne allons commencer à déployer nos forces sur ces terres ne vous en faîtes pas que cela soit avant ou après le paiement il n'y aura aucun abus de confiance envers votre peuple. Mon commandant va y vieller il est juste comme les rois d'antan. Dès à présent vos terres sont sous une protection totale du Gondor, et comme précisé sur le papier elle est sous la juridiction du gouverneur d'Isengard. Je vous en remercie de bonne grâce.

Après quoi il salua le chef locale et continua avec quelques formules de bonne politesse, puis il s'en alla au galop en direction d'Isengard. Bohort arriva enfin au cercle d'Orthanc après plusieurs jours à cheval. Au même moment Arthurus baissa les yeux du haut de la tour pour examiner du regard le nouvel arrivant. Celui-ci devait déborder de confiance en lui pour oser l'interrompre durant l'une de ces réunions habituelles. Arthurus n'était pas du genre sévère mais il lui fallait parfois et par devoir affirmer son autorité. Malgré un lourd équipement militaire destiné à d’éventuels guerres totale dont il était vêtu suffisait en général à effectuer cela. L'homme était grand d'esprit, et il était aimé de tous ses soldats. Bohort se présenta à lui afin de transmettre son rapport. Durant les explications Arthurus fut à l'écoute et quelques déçu de son diplomate qui n'avait pas su faire preuve de respect au Pays de Dun. Mais l'annonce d'un tel débouchement ne pouvait que rendre heureux le commandant. Après quoi il demanda une nouvelle à Bohort et son escorte de partir cette fois-ci en direction de la capitale pour commencer le transfert de pouvoir. Le voyage serait long mais moins périlleux qu'auparavant grâce à l'accord et il ne faudrait guère longtemps avant que Bohort n'en revienne.



Sloubi un, Sloubi deux, Sloubi trois, Sloubi quatre, …
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un problème de brigands.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un problème de brigands.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les mailles brunies du Rohan - problème de traduction
» [problème] fraps et adobe ne marche pas ensemble, normal ?
» Problème Ripway
» « Le problème d’Haïti ce n’est pas le tremblement de terre. Ce n’est pas l’argen
» Problème forumactif

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux - Le Tiers Âge :: Administration :: Corbeille - Archives générales du Forum-
Sauter vers: