AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 [Flashback]L'Histoire de la maison de Leod.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Leoden
Prince des Vertueux

Prince des Vertueux
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 24/06/2016
▌VOTRE AGE : 28
▌MESSAGES : 245
▌RACE : Eotheod
▌VOTRE RANG : Roi de l'Eomark
▌CITATION : A vaincre sans péril, on vainc. C'est déjà pas si mal."

Carnet personnel
PE: 36.651,15 PE
PO: 3.825 PO
Troupes armées:

MessageSujet: [Flashback]L'Histoire de la maison de Leod.   Mar 19 Juil - 23:34

HRP:
 

Le feu crépité dans l’âtre de la cheminée de la pièce, apportant une chaleur réconfortante alors que la neige tombait abondamment sur la lande. Il faisait froid dans le nord à cette époque  de l’année et un épais manteau blanc s’était abattu sur Nausburg.
Chaudement blottit dans son lit, le jeune Leoden n’était guère prêt à dormir. Du haut de ses 5 ans il avait déjà la volonté et l’entêtement qui lui serait si caractéristique des années plus tard.

- Un prince devrait pouvoir choisir à quelle heure il se couche !


La nourrice le regarda avec un sourire plein de tendresse.

- Un prince se doit d’obéir à son roi. Et votre père vous veut au lit, messire.


C’est à cet instant que le roi fit son apparition. Leodas entra dans la pièce et d’un signe de la main fit sortir la nourrice. Puis il s’assit sur le bord du lit de son fils.

- Allons Leoden, comme ça tu ne veux pas dormir ? Que dirais-tu d’une histoire, alors ? Une histoire comme tu les aiment, pleine de héros et de danger
.


L’intérêt du jeune garçon fut piqué au vif. Malgré son âge, il montrait déjà un intérêt particulier pour les arts militaires et les histoires épiques. Son rêve était de devenir un grand seigneur dont tous les peuples chanteraient les louanges, à l’image d’Isildur ou d’Elendil.
Le roi de l’Eomark se lança donc.

- Je vais te conter une histoire digne d’être entendu. Et je veux que tu l’écoute attentivement car il s’agit de l’histoire de ton plus fameux ancêtre. Il se nomme Leod. Mon prénom et le tient lui rendent hommage. Tu en as déjà entendu parler ?
- Oui. Le maître d’arme m’a dit que je représentais la maison de Leod, le dernier de sa lignée. Mais il vécut il y a très longtemps.
- En effet. Il y a plus de mille ans.

Le roi sembla réfléchir quelque instant puis devant le regard curieux de son enfant, il débuta son histoire.

«  En ce temps-là, le peuple du Val et le nôtre n’en formait qu’un. Nous vivions tous ensemble près de l’Anduin. Sauron, le grand ennemi, était encore de ce monde et ses serviteurs avaient asservit notre peuple. Nous vivions comme des esclaves et les mauvais hommes user de nous comme du bétail.

Leod était un éleveur de chevaux. Il s’occupait de sélectionner les meilleurs spécimens afin de fournir nos maîtres. Car la guerre faisait rage entre la dernière alliance des Hommes et des Elfes et les serviteurs du mal. Selon les légendes, vint un jour ou un être maléfique, nul ne sait si c’était un orque ou un Homme, fut insatisfait d’une monture dresser par Leod. En punition, il massacra sa jeune épouse sous ses yeux. Alors Leod fit la promesse d’obtenir vengeance et prit les dieux en témoin. Lui qui avait toujours était un serviteur zélé, qui n’avait jamais portée une épée, il fit la promesse de rompre ses chaines et de libérer les siens. Comprends-tu mon fils ? L’ennemi était allé trop loin.

Cette même nuit, alors qu’il pleurait toutes les larmes de son corps, Leod reçu la visite de Béma, le grand cavalier. Alors Béma lui ordonna de conduire une révolte afin que son peuple ne se libère. Il lui dit qu’au nord se trouvait des terres fertiles et vierges ou il pourrait s’établir. Il le mit néanmoins en garde : au nord-ouest se trouvait des montagnes infestés d’orque et il lui faudrait combattre ardemment pour s’établir la. Puis, avant de disparaitre, Béma lui fit un cadeau. Surgissant des nuées, deux splendides chevaux apparurent comme par enchantement. Béma dit qu’ils étaient les descendants de Nahar, son propre cheval, et que leurs progénitures donneraient les meilleurs chevaux de la terre. Ils seraient aussi intelligent qu’un homme et vivrait tout aussi longtemps. Mais qu’en retour, ils seraient indomptables et chacun d’entre eux choisirait qui serait son cavalier. C’est ainsi que Béma fit cadeau des premiers Mearas au premier des Eotheods.

Le lendemain, l’assassin revint voir Leod afin d’obtenir la meilleure de ses montures. Il voulut bien entendu s’emparer des deux Mearas mais alors qu’il s’en approchait, la femelle lui donna un violent coup de sabot, le projetant à terre. Profitant de cet occasion, Leod se rua sur l’homme, s'empara de l'épée du malfaisant et le tua, obtenant justice pour sa pauvre épouse. Puis il se saisit du cor de son ennemi vaincu et en souffla un grand coup, appelant chacun à tuer son maître ou à mourir en essayant.

A partir de cet instant, les Edains du Val n’acceptèrent plus jamais aucune soumission. »


Leodas regarda son fils et sourit. Le jeune prince s’était endormi.


"Des chefs de guerre, il y en a de toutes sortes. Des bons, des mauvais, des pleines cagettes, il y en a. Mais une fois de temps en temps, il en sort un. Exceptionnel. Un héros. Une légende. Des chefs comme ça, il y en a presque jamais. Mais tu sais ce qu'ils ont tous en commun ? Tu sais ce que c'est, leur pouvoir secret ? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles"
Revenir en haut Aller en bas


Leoden
Prince des Vertueux

Prince des Vertueux
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 24/06/2016
▌VOTRE AGE : 28
▌MESSAGES : 245
▌RACE : Eotheod
▌VOTRE RANG : Roi de l'Eomark
▌CITATION : A vaincre sans péril, on vainc. C'est déjà pas si mal."

Carnet personnel
PE: 36.651,15 PE
PO: 3.825 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: [Flashback]L'Histoire de la maison de Leod.   Dim 24 Juil - 16:14

Le soir suivant, alors que Leoden attendait à nouveau sa nourrice, Leodas apparut de nouveau dans l’encadrure de sa porte. Le jeune garçon sourit de toutes ses dents alors que son père lui disait les mots suivants :

- Veux-tu connaître la suite de l’histoire de Leod, le plus grand d’entre nous ?

Devant l’assentiment de son héritier, Leodas reprit donc.

« Ainsi commença la libération du Val et l’émancipation de notre peuple. Une bataille générale éclata entre Leod soutenue par ses frères esclaves et leurs tortionnaires. Il y eut de nombreux morts de chaque côté mais à la fin, les orientaux étaient vaincus. Leod monta alors la femelle qui avait jeté le premier oriental au sol et la baptisa Frelsi, ce qui dans le langage d’alors signifie Liberté.

Les survivants le prirent pour chef et il leur parla de la venue de Béma et des paroles du grand chasseur. Mais il leur dit également que l’heure n’était pas encore venue de partir au nord. Partout dans le Val, des villages d’esclaves subissaient le joug des serviteurs de Sauron. Leod refusait de fuir sans essayer de sauver autant d’Edain que possible. Car malgré son récent statut d’esclave, il était descendant en ligne direct de Hador et il aimait équitablement chacun des habitants du Val. Sa stature était forte, ses cheveux blonds et ses yeux bleus, comme presque tout ceux de sa race, signe visible de la grandeur de son sang.

A partir de ce jour, la guerre éclata dans le Val. L’élevage de Leod était grand et tous les survivants purent avoir un cheval. Le second des Mearas se choisis pour cavalier un homme qui était aussi brun que Leod était blond. Son nom était Raelor et, s’il ne le savait pas, il descendait également de grande maison. Son destin était de prendre la tête du Val quand Leod partirait au nord mais de cela, il n’était pas encore question.

La troupe, équiper alors des armes et armures de leurs ennemis, s’élança en direction du village le plus proche. Ils l’atteignirent avant même que la nouvelle du massacre des orientaux n’atteigne les alentours, si bien qu’à nouveau l’ennemi fut pris complétement par surprise et détruit sans coup férir.

Deux autres places furent ainsi libérées avant qu’une quelconque réaction des serviteurs du mal n’arrive. A ce moment-là, le peuple libre  comptait déjà près d’un millier d’âme, homme, femme, enfant. Ils durent se cacher, de façon miséreuse durant plusieurs années. Les plus forts nourrissaient les plus faibles en pratiquant des attaques rapides sur les avant-postes ennemis. Dans l’urgence, peut importait que celui qui combat soit un homme ou une femme. Une tradition que les Eotheods ont conservé jusqu’à maintenant.
Durant ces attaques, ils libéraient autant d’esclaves que possible si bien que petit à petit, les gens du peuple libre purent faire bataille égal avec les envahisseurs.  Ils attaquèrent alors une place forte des orientaux, l’une de celles où se trouvaient les forges et le plus grand nombre d’esclave. La bataille fut terrible mais Leod et Raelor menèrent leur armée à la victoire. Cette place forte est aujourd’hui devenue Maethelbourg, capitale du royaume du Val.

C’est alors que se fit la grande scission entre les futurs Eotheods et le Val. En effet, ayant sauvé la majorité de son peuple, Leod désira partirent enfin pour le nord. Il n’avait pas oublié les conseils de Béma et savait que le Val resterait trop dangereux pour eux.
Hélas Raelor, lui, désirait par-dessus tout reconquérir l’intégralité du Val. Il décida de rester, soutenue par une foule nombreuse. Aussi les deux hommes en décidèrent ainsi : Leod guiderait les volontaires au nord. Raelor serait couronné premier roi du Val et continuerait la guerre. Durant les années de la rébellion, Leod avait continué à mettre en œuvre son savoir de l’élevage de chevaux. Si bien que lui et ses fidèles partirent avec un troupeau fort nombreux. Le Mearas de Raelor se détourna de lui et s’échappa de son enclos pour suivre sa femelle, signe que Béma ne soutenait pas cette décision mais Raelor et ses suiveurs n’en tinrent pas compte.

C’est ainsi que naquit véritablement le peuple Eotheod. D’aucun pourrait prétende que Leod agit lâchement mais il ne l’était point. Sa sagesse lui disait d’écouter les Dieux et la suite prouva que son chemin n’était pas moins dangereux que celui de Raelor.
Ils partirent donc au nord, ayant tous une monture. Du plus jeune garçon à la plus vieille femme, tous voyager à dos de cheval. Et depuis cette époque la tradition perdurent, si bien qu’en cas de guerre, n’importe qui peut être appelé à prendre les armes et à guerroyer à cheval, formant ainsi la fameuse cavalerie de l’Eomark.

Mais les meilleurs combattants, ceux qui avaient participé à la toute première bataille et s’étaient aguerris par bien des conflits, formèrent ce que l’on appelle encore la Garde de la maison de Leod. De nos jours, ils sont l’élite des combattants Eotheod. Leurs chevaux sont le fruit d’un croisement entre les Mearas et de puissants chevaux de trait. Si bien qu’ils sont capables de portée de très lourd caparaçon sans trembler. Le poids de cette armure les ralentit mais elle rend leurs charges terriblement destructrices. D’autant plus que les gardes eux même portent lances et boucliers. A leur ceinture se trouve également une épée fait dans le meilleur métal connu des Eotheods.»


"Des chefs de guerre, il y en a de toutes sortes. Des bons, des mauvais, des pleines cagettes, il y en a. Mais une fois de temps en temps, il en sort un. Exceptionnel. Un héros. Une légende. Des chefs comme ça, il y en a presque jamais. Mais tu sais ce qu'ils ont tous en commun ? Tu sais ce que c'est, leur pouvoir secret ? Ils ne se battent que pour la dignité des faibles"
Revenir en haut Aller en bas
 
[Flashback]L'Histoire de la maison de Leod.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Histoire de la Maison de la Nuit
» L'histoire d'une rebelle, perturbée par une vie douloureuse. - Essalia Dreawan.
» Histoire de Serpentard
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux - Le Tiers Âge :: Administration :: Corbeille - Archives générales du Forum-
Sauter vers: