AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 Rencontre avec les Orientaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Aylan Percedragon
Roi du Dorwinion ¤ Le jeune Dragon ¤ Chevalier des vignes

Roi du Dorwinion ¤ Le jeune Dragon ¤ Chevalier des vignes
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 10/03/2016
▌VOTRE AGE : 22
▌MESSAGES : 72
▌RACE : Dùnedain
▌VOTRE RANG : Roi du Dorwinion
▌CITATION : /

Carnet personnel
PE: 63.963 PE
PO: 3978.5 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Rencontre avec les Orientaux   Lun 4 Juil - 20:27

L’indépendance lui était acquise, le Dorwinion était libre, libre de tout engagement et de soumission envers le Gondor. Une grande page de l’histoire du royaume se tournait, cela faisait des siècles que les Gondoriens avaient la main mise sur le pays des Vignes, mais aujourd’hui, c’était belle et bien terminée. Son ancien « dirigeant » lui avait cependant indiqué plusieurs conditions et clauses, il avait apposé son sceau pour dire qu’il appliquerait les termes du contrat. Du moins il ferait du mieux qu’il le pouvait. La situation pourrait s’avérer forte différente en réalité, le Gondor ne viendrait pas le protéger si les Orientaux décidaient à passer la frontière. Peut-être que d’autres peuples libres lui viendraient en aide, mais rien n’était sûr en réalité.

Le Dorwinion était seul, après tout c’est ce qu’il avait souhaité, cependant il faudrait surmonter les épreuves futures pour que cela ait servi à quelque chose. Il fallait penser à l’avenir, il n’arrivait pas à se projeter pour le moment, de nombreuses zones d’ombre subsistaient encore, oui l’avenir restait bien mystérieux. Son rapprochement avec les nains l’aiderait assurément, des nombreuses richesses transitaient déjà entre leurs royaumes. Cela ne ferait que de les renforcer assurément, mais était-ce suffisant ? Il l’ignorait, les nains l’aideraient militairement si les orientaux l’agressaient, mais là encore, cela ne serait peut-être pas suffisant pour les repousser. Leur puissance était colossale et

Aylan avait dut bluffer devant Hyarmendacil pour obtenir ce qu’il souhaitait.
Certes l’armée du Dorwinion était puissante, expérimenté et capable de tenir des formations prodigieuses. Elle pourrait infliger des milliers de pertes à l’ennemi, mais elle finirait par céder face au surnombre. Il fallait donc faire en sorte que cette situation n’arrive jamais, il voulait protéger son peuple et non l’amener à la ruine. Pour cela il ferait tout ce qui est possible et envisageable.

Il devait traiter avec les Orientaux pour fixer une paix durable dans le temps, il devait montrer sa neutralité et sa non-belligérance vis-à-vis du Gondor. Il avait alors organisé une rencontre à la frontière du Dorwinion avec l’Orient, tous les royaumes orientaux y étaient conviés. Aylan avait précisé qu’une escorte maximale d’une centaine de soldats serait autorisée par royaume, et que lui-même aurait une escorte égale à tous les escortes réunies pour montrer l’égalité des partis. Il jura que rien ne leur arriverait et que c’est son devoir d’hôte que tout se passe bien, il mettait son honneur en jeu en faisant cela, ses intentions étaient pures.

Les missives avaient été envoyées, la rencontre se ferait sur une colline où quatre miradors avaient été construit afin d’avoir une vue totale sur la région, et donc voir les orientaux arriver. Des patrouilles avaient été organisés, on ne sait jamais si les orientaux venaient avec plus de troupes qu’Aylan ne l’avait imposé, les Dorwinirims auraient le temps de décamper. Des tentes avaient été dressées, la tente centrale était plus imposante, c’est là où se passerait les négociations.

Revenir en haut Aller en bas


Sauronne
Puissance Maléfique de Dol Guldur

Puissance Maléfique de Dol Guldur
avatar


Féminin
▌INSCRIT LE : 10/03/2016
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 866
▌RACE : Maia
▌CITATION : Ash nazg durbatulûk, ash nazg gimbatul, ash nazg thrakatulûk, agh burzum-ishi krimpatul

Carnet personnel
PE: 15.251,25 PE
PO: 10.833, 75 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Rencontre avec les Orientaux   Jeu 21 Juil - 18:31

MJ


Mistrand – en milieu de matinée




Un jour de plus sans le moindre souffle d’air… Un jour de plus à devoir arroser constamment les plantations, à boire des litres d’eau et à attendre le crépuscule à grands renforts de serviteurs agitant lentement de grands éventails en plumes blanches. Tous souffraient de la chaleur… Tous ? Non, pas le Roi-Dragon ni sa lignée car celle-ci descend, raconte-on, des dragons eux-mêmes qui jadis, du temps de Morgoth où les dragons peuplaient la Terre du Milieu en plus grand nombre qu’aujourd’hui, avaient épargné une tribu d’hommes, parmi lesquels son propre ancêtre, car ceux-ci les vénéraient autant que Morgoth. En leur hommage, le chef de cette tribu se nomma Roi-Dragon, et il en fut ainsi jusqu’à aujourd’hui, en 1091 du Troisième Âge, sous le règne de son descendant direct, Sandoris IV, dit le Dragon Rouge en raison de ses cheveux qu’il décolorait en rouge pour rappeler que le feu coule dans ses veines. Sandoris était donc accoudé nonchalemment dans son fauteuil, sur la terrasse du Palais royal de Mistrand. Il fixait le vide, ses cheveux ondulant au gré des mouvements des éventails. A côté de lui, sa femme, enceinte de cinq mois pour la troisième fois, grignotait des raisins lorsqu’un messager accouru vers eux, trempé de sueur, une missive à la main.

Roi-Dragon, une missive vient d’arriver par coursier, dit-il en s’inclinant.

Sandoris sortit de sa torpeur, tourna la tête vers le messager, le regarda quelques secondes, puis tendit la main vers le rouleau de parchemin que tenait ce dernier. Un bref regard vers le sceau lui fit lever un sourcil. D’un coup sec, il décacheta le rouleau de parchemin et se mit à le lire. Un léger sourire et une pointe de malice dans les yeux apparurent dès qu’il eut terminé de lire la missive. Son regard passa du messager à sa femme puis il se tourna vers l’intérieur de la pièce où se trouvait le balcon et appela son scribe tandis que sa femme avait pris le message du Dorwinion et le parcourait des yeux, surprise par son contenu. Lorsqu’il fut à ses côtés et prêt à écrire, le Roi-Dragon lui dicta le message suivant :

« Moi, Sandoris IV, Roi-Dragon du Territoire Easterling, accepte votre invitation. Cependant, si vous croyez que je vais me déplacer en territoire ennemi avec une délégation de 100 soldats, vous avez encore beaucoup à apprendre sur mon peuple et moi-même. Ma délégation en comptera le double. »

Le scribe tendit le message pour que le Roi-Dragon puisse le lire et sa plume royale pour qu’il y appose sa signature. Après lecture, il signa, tendit la réponse au scribe qui s’éclipsa en s’inclinant pour y poser le sceau royal puis se tourna vers le messager :

Renvoie cela sans plus attendre, avant que je ne change d’avis et n’augmente le nombre d’hommes à 500…

Le messager s’inclina respectueusement, prit la réponse et repartit sous un soleil de plomb.


Délégation Easterlings:
 


***


Dârhan Bakor – peu avant midi



L’heure du repas… le moment préféré du Roi des Gens-des-Chariots, Dôran X, dit le Gros, en raison de son embonpoint… quasi-intolérable…Son grand-père et son père étaient de grands guerriers qui combattirent le Gondor, mais après de cuisantes défaites, non sans avoir donné du fil à retordre aux Gondoriens, ils s’étaient retirés dans leurs cités et attendaient depuis l’heure de leur vengeance. Attendre avait toujours fort ennuyé Dôran, dixième du nom. Ainsi s’était-il mit à manger, manger et encore manger pour tromper l’ennui. Il est depuis devenu si gros qu’il faut trois pairs de chevaux (au lieu de deux comme c’est en général le cas pour les grands Seigneurs des Gens-des-Chariots) pour tirer son char ! Mais cela, Dôran s’en fichait totalement, surtout qu’il allait bientôt passer à table et que rester plus d’une heure sans manger ou boire lui était intolérable. Malheureusement pour lui, son repas n’allait pas se passer aussi calmement que d’habitude…

Alors qu’il était en train de rogner une cuisse de poulet, de la graisse plein le menton et les vêtements, un messager vint à lui, déposant un message du Dorwinion sur la table après avoir essuyé injures et contrariétés du Roi. En soupirant, il posa sa cuisse de poulet et ouvrit le parchemin de ses gros doigts gras. Soudain il se mit à rire, déclenchant des échanges de regards interrogateurs parmi ses serviteurs.

Enfin un peu d’action ! s’esclaffait-il tout seul.

Puis il se leva, convoqua son conseil personnel et son intendant et, prenant encore une dernière cuisse de poulet, il se dirigea, d’un pas lourd et trainant, vers sa Salle du Conseil…

Délégation des Gens-des-Chariots:
 



***


Anurada – début d’après-midi



Un message du Dorwinion ? Vraiment ? Que me veulent ses suppôts du Gondor ? M’offrir du vin ??

Le jeune Roi Drezdar, dit le Cruel, n’arrêtait plus d’invectiver son pauvre garde qui n’avait fait que lui transmettre le message qu’ils venaient de recevoir par coursier. La cire du rouleau était encore intacte, mais vu comme c’était parti, il y avait des chances que Drezdar jette le parchemin au feu plutôt qu’oser l’ouvrir. Après tout, il venait de l’ennemi ! Ne voulant rien savoir, Drezdar réexpédia le messager d’où il venait lorsque son conseiller principal, Zerdar, se tourna vers le Roi :

Vous permettez, mon Seigneur ? demanda-t-il.

Sans répondre, Drezdar fit un simple signe de la main qui sous-entendait son consentement et Zerdar put se saisir du message, l’ouvrit et le lut. De son côté, Drezda, étudiait avec attention les traits de son premier conseiller qui prenait un air de plus en plus surpris au fur et à mesure de sa lecture. N’y tenant plus, Drezdar lui cria :

Quoi ?!? Que lis-tu ?!?

Zerdar leva les yeux du message et répondit, encore surpris :

Mon Roi… le Dorwinion est indépendant… le Gondor ne le régente plus…

Drezdar se leva d’un bon, alla vers Zerdar à grands pas et lui arracha le message des mains. Lorsqu’il eut terminé, il s’approcha du messager et lui dit, d’un ton mauvais :

Réponds à cet Aylan. Dis-lui que le grand Drezdar viendra, mais il viendra bien accompagner.

Puis il se tourna vers Zerdar et il se mit à rire, un rire de fou, un rire de possédé. Zerdar pensa pour lui-même : « Ou c’est la fin du Gondor, ou c’est la fin du Dorwinion, ou c’est notre propre fin… »

Délégation Balcoth:
 


***


Ammu Khand – en milieu d’après-midi


Le Khanat de Khand, Perumin le Sage, était un homme d’un âge mûr. Ses cheveux grisonnant parmi ses boucles noires trahissaient les premiers signes de la vieillesse mais son visage restait serein et impassible constamment. C’était un homme réfléchi et posé, parlant peu mais lorsqu’il le faisait, c’était rarement pour dire des idioties. Aussi était-il fort respecté, tant parmi les siens que parmi les autres peuples Orientaux. Sa parole était écoutée par-delà les frontières. Seul le jeune Roi Drezdar refusait en bloc de les entendre…

Aussi, lorsque le message du Dorwinion lui parvint, il le lut avec grande attention, ses yeux noirs parcourant la missive rapidement. Lorsqu’il l’eut lu au moins trois fois, il se tourna vers son Premier Conseiller, qui assurait également la charge de son intendance lorsqu’il partait du territoire des Variags. Le simple fait de tourner la tête vers lui, lui fait se rapprocher de son Khanat sans que ce dernier n’eut à dire le moindre mot. Puis Perumin lui tendit le message et lui ordonna de le lire, après quoi son conseiller le questionna :

Avez-vous l’intention d’y aller, Grand Khanat ?

Perumin se leva de son trône et répondit :

Evidemment. Préparez ma délégation. Je pars demain. Vous prendrez l’intendance du Khand en mon absence.

Puis il quitta la Salle du Trône, laissant son conseiller incliné en signe de respect et interloqué quant au contenu de ce message…

Délégation Variag:
 




Personnages joués sur BtDD : Sauron Le Grand (x3), alias Sauronne // Legolas Vertefeuille (alias Leggy) // Denethor II (alias DD)

Personnages joués sur Le Tiers Âge
: Le Nécromancien (alias Sauronne)

DC sur le Tiers Âge : Gandalf le Gris
Revenir en haut Aller en bas


Aylan Percedragon
Roi du Dorwinion ¤ Le jeune Dragon ¤ Chevalier des vignes

Roi du Dorwinion ¤ Le jeune Dragon ¤ Chevalier des vignes
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 10/03/2016
▌VOTRE AGE : 22
▌MESSAGES : 72
▌RACE : Dùnedain
▌VOTRE RANG : Roi du Dorwinion
▌CITATION : /

Carnet personnel
PE: 63.963 PE
PO: 3978.5 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Rencontre avec les Orientaux   Lun 15 Aoû - 11:20

Le camp était dressé, Aylan avait reçu le retour de ses missives, tous les royaumes orientaux répondaient à l’appel. Quelle merveilleuse nouvelle ! Du moins il le pensait, c’était le meilleur moyen pour qu’il puisse négocier convenablement. Ses mots seraient ainsi entendus de tous, il fallait également que chacun signe le pacte qui allait les lier pour s’assurer de leur bonne foi. Cependant, il n’était pas dupe, peut-être s’étaient-ils tous venus pour l’éradiquer plus facilement, il devait garder ça à l’esprit. Bien que ça aurait été déshonorant de tirer l’acier ou trahir l’hôte pendant des négociations, il considérait que les Orientaux n’avaient pas vraiment d’honneur et que ça ne les dérangeaient donc pas vraiment. Enfin à part les Variags, c’était surement le peuple envers lequel il avait le plus d’estime pour leurs traditions et leur art de la guerre.

Le Percedragon devrait donc faire preuve de prudence, des archers étaient dans les quatre tours dressées sur la colline, surveillant les horizons afin de repérer des bannières. Des cavaliers formaient des patrouilles tout autour du camp afin de surprendre toute incursion ennemie et accompagner les délégations jusqu’au camp. Les rois orientaux l’avaient prévenu qu’ils augmenteraient la taille de leur escorte, il était vraisemblable qu’ils ne l’écouteraient pas de tout de façon, il était jeune et ils avaient bien plus d’expérience que lui. Ils n’allaient pas s’abaisser à répondre à toutes les demandes d’un prince à peine fait roi.

Le soleil se levait à peine sur le camp, les vigies dans les tours furent remplacés par de nouveaux gardes afin qu’ils puissent aller se reposer, ça permet d’avoir toujours des yeux vigilants là-haut. Aylan venait de prendre son petit déjeuner et de s’habiller quand des cors se firent entendre, différents sons…C’était eux, ils étaient là. Tous les hommes du Dorwinion accourent à leurs postes désignés, ils ne se montreraient pas hostiles, mais étaient prêts à tout. C’était de simples mesures de sécurité, il était sûr que les rois comprendraient. Les chevaliers des vignes amenèrent les délégations jusqu’aux abords du camp.

Là il fut respectueusement demandé aux rois de n’entrer dans le camp qu’avec l’élite de leur armée, en bonne foi, le Roi du Pays des Vignes faisait de même pour un souci d’équité et pour montrer qu’il n’avait aucune intention belliqueuse à leur égard. Aucun mal ne leur serait fait, ni à eux, ni à leur escorte. Une grande tente avait été dressée au sommet de la colline, à l’intérieur, de nombreuses décorations, cinq sièges avec derrière eux les bannières de chacun des royaumes présents. Au centre de la pièce était présente une table ronde taillée dans du chêne. Aylan l’avait choisi lui-même, il ne voulait pas qu’un parti soit plus imposant qu’un autre autour de celle-ci, chacun serait égal à l’autre, c’était parfait.

Aylan vint les accueillir alors qu’ils étaient en route vers la tente centrale. Le jeune roi était lui-même escorté par plusieurs gardes prétoriens, il s’arrêta devant les rois orientaux, il abaissa respectueusement la tête en guise de salut. Le protocole devrait être respecté à la lettre pour ne pas les froisser :


«- Nobles rois ! J’espère que vos Majestés ont fais bon voyage et que ce dernier ne vous a pas semblé trop long. Je suis honoré que vous avez tous répondu présent en ce jour, mais ne tergiversons pas là-dessus, entrons, vous devez avoir soif et faim…   »

D’un signe de main gracieux, il les invita à le suivre jusqu’à la tente. Toutes leurs escortes ne pouvaient pas rentrer à l’intérieur, elle était bien trop petite. Les rois entrèrent à l’intérieur, il n’eut pas besoin de leur indiquer leurs places, chaque siège était plus au moins désigné avec la bannière présente derrière celui-ci. Aylan attendit que chacun prenne place avant de s’asseoir lui-même. Plusieurs carafes de vin étaient présentes sur la table. Des serviteurs vinrent leur demander s’ils en voulaient ou s’ils souhaitaient un autre rafraichissement, et également s’ils voulaient qu’on leur donne quelque chose pour se restaurer. Le roi des vignes s’éclaircit la voix et commença :

« Après un si long voyage, je ne permettrais pas de vous faire plus attendre en ce qui concerne les raisons de ce sommet. Vous n’ignorez probablement pas la situation de mon royaume. Dorénavant il est complétement détaché du belliqueux royaume du Gondor et est donc complétement indépendant. Vous êtes nos voisins et il serait malheureux de commettre les mêmes erreurs que dans le passé… Je tends la main vers vous dans l’espoir d’instaurer une paix durable entre nos royaumes.     »


Revenir en haut Aller en bas


Elrond Peredhel
Seigneur d'Imladris, la Dernière Maison Simple

Seigneur d'Imladris, la Dernière Maison Simple
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 29/05/2016
▌VOTRE AGE : 25
▌MESSAGES : 118
▌RACE : Semi-Elfe
▌VOTRE RANG : Seigneur d'Imladris
▌CITATION : "Let him not vow to walk in the dark, who has not seen the nightfall"

Carnet personnel
PE: 32.250 PE
PO: 14.225 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Rencontre avec les Orientaux   Mer 24 Aoû - 14:51

MJ

Assis à leurs sièges, l'air songeur, les différents seigneurs de l'Orient observaient tous leur hôte avec à l'esprit une certaine impatience. Cette réunion était aussi incongrue que surprenante, et quoique leur fatuité de roi ait été dignement honorée par un décorum savamment orchestré, les quatre hommes conservaient à l'égard d'Aylan une suspicion de circonstance, mêlée de curiosité et de questions. L'indépendance du Dorwinion était certes une nouvelle des plus appétissantes, mais elle semblait si fictive ou si fragile qu'ils attendaient bien plus que ces quelques explications lancées à la volée dans l'invitation qui leur avait été faite. Comment s'assurer de la loyauté de ce roi dont on vantait l'amitié avec les peuples des montagnes ? Quel contenu donner à sa main tendue ? Quel avantage retirer d'une telle situation ? Maintenant que les quatre rois étaient réunis et se dévisageaient, ces interrogations se faisaient plus pressantes. Le voyage avait été pénible pour la plupart d'entre eux, et il régnait sous la tente une atmosphère lourde. Une tension latente se tramait et se compressait, petit à petit, à la façon d'un ressort menaçant à tout moment de sauter. Il y avait du reste quelque chose d'assez ridicule dans leur présence sous cette toile, car ils partageaient tous le sentiment d'honorer leur hôte plus que lui-même ne le faisait. Qu'était le Dorwinion aux yeux des peuples de Rhûn, sinon une province insignifiante où l'on fait du bon vin ? Qui était ce jeune Aylan, sinon un roitelet aux dents de lait tout juste sorti du giron du Gondor ? Compte tenu de toutes ces conditions, accepter de se déplacer pour le rejoindre n'avait été possible qu'en vertu des récents événements et de l'hostilité objective qui les liait tous face à la toute puissance du Gondor. De même, il était utile de sonder les forces en présences, surtout lorsque, comme c'était le cas à présent, elles rebattaient les cartes et la situation géostratégique liant les royaumes de l'Est à leurs voisins immédiats. En toute état de cause, la venue des Orientaux était nécessaire, quoiqu'il ne soit pas certain que cette nécessité soit celle qu'Aylan espérait.

Des seigneurs présents, Bârhan Bakor était sans doute le moins méfiant de tous. Immédiatement attiré par les victuailles et le bon vin du pays qui était gracieusement proposé par le jeune roi, il avait ravalé son orgueil en même temps que ses premières gorgées d'alcool. Il se prélassait sur son siège, écoutant d'un air distrait l'invitation de son hôte tandis que ses sens le régalaient. Contrairement aux codes de mise en matière de bienséance, Bârhan ne s'embarrassa guère des conventions. Il se nourrissait de façon grotesque, répugnante, imposant à l'assemblée, et surtout à son hôte, des manières toutes orientales qu'il estimait en tout point supérieures aux moeurs efféminées qui régnaient à l'Ouest. Bien sûr, il ne s'agissait pas pour lui de se goinfrer au détriment des intérêts de son royaume, mais bien plutôt de rabaisser la superbe du seigneur du Dorwinion en lui montrant que, dans l'immédiat, ses mots importaient moins que ses vivres et qu'il n'avait accepté de venir ici que pour agir à ses conditions et selon ses desiderata. En sous main, ce comportement suggérait également que l'appétit des rois de l'Est était insatiable et qu'il fallait s'attendre à leur donner beaucoup, beaucoup de choses pour gagner leur attention. Bârhan, conscient des conséquences de son comportement sur l'assemblée, fit donc semblant de ne point se formaliser des propos d'Aylan. Il bu à gorge déployée le vin qu'on lui proposait, et lorsqu'il entendit le mot "paix", il lui répondit par un rot tonitruant.

Anurada, impatient, lança un regard plein de mépris à son pair tout en laissant s'échapper de sa bouche brutale un rire sec et nerveux. En toute vérité, il n'était point disposé à céder en rien aux requêtes d'Aylan, et avait accepté de le rencontrer à seule fin de juger des compétences de son nouveau voisin. Il observa Aylan dans les yeux, son visage révéla un sourire affreux et avide. Après un instant de silence, il passa sa main sous sa barbe et répondit d'un ton provocateur :

"La rumeur disait vrai... Le pâle échanson s'est défait de son Maître... Assurément pas à la force de son bras, non... mais peut-être cette jolie chevelure d'or dissimule-t-elle quelque facilités pour se jouer de ceux qui lui sont supérieurs..."

Il n'eut pas le temps de poursuivre son propos que le Khanat de Khand leva prestement la main en guise de protestation, visiblement agacé de la tournure que prenait cette réunion. Il coupa la parole d'Anurada par ce simple geste, à la façon d'un grand seigneur indisposé par un courtisan allant trop loin. Il tourna son corps puissant et son visage grave en direction d'Aylan. Il plissa les yeux et fixa ceux de son interlocuteur. Il régnait dans le regard du roi des gens des charriots une dureté et une lumière peu communes qui, quoique silencieuses, étaient très intimidantes. Lentement, sa voix autoritaire s'éleva sous la tente à la façon d'un courant puissant :


"Seigneur Aylan, vos paroles et vos actes laissent présager de votre bienveillance, et j'apprécie la tenue de votre ambassade. Toutefois, avant de parler de la paix, vous devez en votre qualité de roi et de dissident nous assurer que vous ne nous apportez point la guerre. Je ne crois trahir le sentiment de personne ici en annonçant que la nouvelle de l'indépendance du Dorwinion fut pour nous tous une surprise. Nous avions vent des velléités qui secouaient votre province depuis longtemps, mais nous peinons encore à réaliser qu'un roi si jeune ait pu faire preuve de suffisamment de force et d'habileté pour faire céder le trône du Gondor à ses simples exigences. Qui sait si votre indépendance est actée dans les faits, et à quel prix vous l'avez obtenue ? Quelles garanties avons-nous que votre parole est sûre ? Que vous n'agissez pas par ruse sous les ordres du royaume du Sud pour nous nuire, ou que l'alliance que vous nous promettez ne nous nuira pas bientôt ? Comment puis-je m'assurer de votre légitimité en tant que roi, et de l'honneur qui fait qu'un homme ne trahit point les serments qu'il prête aux autres. Vous avez rompu l'allégeance au Gondor, qui plus que nous tous a les moyens de se faire craindre. Comment croire que vous ne romprez point le pacte que vous nous proposez à présent ? Je n'aime point à tergiverser, alors je serai franc avec vous comme j'exige que vous le soyez avec moi : je refuserai de discuter les conditions de la paix avec vous tant que je n'aurai pas obtenu de garanties probantes sur le point que je soulève, et j'invite mes pairs ici présents à me suivre dans cette voie".


Le Roi Dragon hocha la tête en signe d'approbation et prit la parole à la suite d'Ammu Khand. Son ton arrogant et impérial était désagréable car il suintait la suffisance d'esprit et l'intransigeance politique propre aux êtres les plus fanatiques.

"Le peuple du Rhûn n'entend rien à la diplomatie du vin et des coussins. Les mots s'élèvent et s'envolent et n'apportent aucune certitude. La loyauté des hommes ne se forge pas à force de traité mais à coup de sabre. Les tables de lois s'écrivent dans le sang, et il en va de même des alliances véritables, cela nous le savons tous. La sagesse d'Ammu Khand nous dicte la voie à suivre, et pour ma part je m'engage à ses côtés, car je crois qu'il dit vrai. Si le roi du Dorwinion nous propose son amitié, alors nous devons l'écouter et lui laisser une chance de nous convaincre tous. C'est là la raison de notre venue. Cependant... il est clair que la seule preuve que nous pouvons obtenir de ses bonnes intentions est son ralliement à notre cause, c'est-à-dire son allégeance au peuple du Rhûn afin de détruire notre ennemi de toujours. Aussi ne négocierai-je la paix avec lui qu'à la condition de le voir s'engager à nos côtés et sous notre commandement dans nos prochaines campagnes contre les héritiers maudits de Numenor !"


Tandis qu'Ammu Khand soufflait légèrement en guise de désapprobation, les regards des convives se tournèrent vers le jeune roi qui les avait tous réunis ici. L'hostilité de principe des Orientaux étant plus ou moins affichée, il lui revenait maintenant d'apaiser la situation et de développer son projet.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre avec les Orientaux   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre avec les Orientaux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les orientaux compatibles avec le harad
» comment peindre des orientaux
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux - Le Tiers Âge :: Administration :: Corbeille - Archives générales du Forum-
Sauter vers: