AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 [EVENT] Une volonté d'indépendance.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Amasys Nakhrankh
Dit l'Eclatant
- Héritier des Terres et Empires du Sud -

Dit l'Eclatant - Héritier des Terres et Empires du Sud -
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 11/03/2016
▌VOTRE AGE : 17
▌MESSAGES : 50
▌RACE : Haradrim
▌VOTRE RANG : Chef de la Rébellion d'Amrûn
▌CITATION : -

Carnet personnel
PE: 0 PE
PO: 4.215 PO
Troupes armées:

MessageSujet: [EVENT] Une volonté d'indépendance.   Mer 1 Juin - 18:10


Une volonté d'indépendance

Car la liberté n’a de limite que celle des autres, et car celle-ci se doit d’être respectée, par principe, se tenait en ce jour du 2 Mars de l'année 1090 l’audience du Roi du Dorwinion auprès de celui du Gondor. Le Dorwinion, cette province cultivatrice en grande quantité de boissons issues des vignes, d’une puissance plus diplomatique que militaire, se trouvait en ce jour sous le protectorat du Gondor, lui donnant en plus d’un soutient en cas de conflit, des voix et possibilités commerciales accrues. C’est pour cela que depuis des années, cette situation n’avait posé de problèmes à quiconque, puisqu’elle profitait à tous. En ces nouveaux temps cependant où le danger semblait écarté, le Pays des Vignes commençait à se lasser de l’influence du Gondor, qui ne manquait pas d’augmenter ses taxes, son influence sur la politique du pays.

Le Roi recevait dans son Palais. Cet impressionnant monument qui ne faisait que d’une trop petite manière ressortir la puissance du Pays de l’Arbre Blanc et ses possessions, qui couvraient une énorme partie de la Terre du Milieu. Avec lui avaient été conviés plusieurs conseillers et personnalités, parfois là par purs intérêts ou juste par hasard, alors qu’ils se trouvaient en voyage. Car la rencontre des deux Rois n’était pas passé inaperçu, bien que l’évènement ne relevât pas de l’exceptionnel. Mais trêve de paroles car déjà se présentait le messager apportant le Roi des Vignes à son hôte.


Revenir en haut Aller en bas


Aylan Percedragon
Roi du Dorwinion ¤ Le jeune Dragon ¤ Chevalier des vignes

Roi du Dorwinion ¤ Le jeune Dragon ¤ Chevalier des vignes
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 10/03/2016
▌VOTRE AGE : 22
▌MESSAGES : 72
▌RACE : Dùnedain
▌VOTRE RANG : Roi du Dorwinion
▌CITATION : /

Carnet personnel
PE: 63.963 PE
PO: 3978.5 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: [EVENT] Une volonté d'indépendance.   Sam 4 Juin - 13:23

C’était un grand jour, c’était aujourd’hui que tout allait décider, beaucoup de gens se reposaient sur ses jeunes épaules. Il était leur porte-parole, plus que jamais il devait être à la hauteur de leurs attentes. Il ne pouvait pas échouer, il ne le devait pas. Dans tous les cas, l’indépendance devait être obtenue, par concession…ou par la force. Le roi du Dorwinion avait donc demandé audience auprès de celui du Gondor. Il se voyait mal le faire venir jusque chez lui pour lui faire une telle demande, ça aurait été très mal perçu et de tout façon , il était certain que Hyarmendacil n’aurait même pas pris la peine de faire le déplacement, ni de lui répondre d’ailleurs. Il reçut une réponse pour l’informer que sa requête était acceptée. Il n’avait pas spécifié le sujet de l’audience, sinon ça il ne l’aurait pas reçu.

Il fallait garder la surprise, il savait que s’il était l’invité, le roi du Gondor ne pourrait pas tirer l’épée contre lui sous son toit. Il manquerait à son devoir d’hôte et médirait toutes les règles d’hospitalité en une seule action, autant dire que sa réputation en prendrait un coup dans l’aile. Aylan se mit donc en marche vers la capitale du Gondor. Mais pas seul… Son grand ami, Furdin Ier, roi sous la Montagne, l’accompagnait, ensemble ils vaincraient à coup sûr. Les nains étaient une puissance majeure en Terre du Milieu et leur appui serait considérable. L’escorte des deux rois était assez impressionnante, il fallait au moins ça pour assurer leur sécurité.  Gardes prétoriens, chevaliers des vignes, compagnons à pied et les puissants nains. Nul ne se saurait leur barrer la route. Le représentant de la chambre de commerce du Dorwinion l’accompagnait également, il pourrait être d’une aide précieuse dans ce qui allait suivre, il saurait trouver les bons mots.

La route fut assez longue, ils furent plutôt bien accueillis par les seigneurs locaux, ils leur offraient le gite et le couvert le temps d’une nuit. Sinon ça ne leur empêchait pas de festoyer à la belle étoile une fois la nuit tombée.  Le groupe ne tarda pas à voir au loin les murs de la capitale, ces derniers étaient des plus impressionnants, nul ne serait assez fou pour espérer la prendre. Tout le monde se mit en ordre de marche. Les portes s’ouvrirent devant eux, le peuple s’accumulait déjà, curieux de savoir qui ils étaient. Et sûrement très attiré de savoir ce que des nains faisaient ici.

Ils devaient se poser tant de questions. Aylan les salua brièvement d’un signe de main, puis ils reprirent leur chemin vers le palais. En bas des marches, seule une partie de leur escorte fut autorisée à aller plus loin. Les élites les accompagneraient à l’intérieur, le reste resterait stationné ici.  Ils ne tardèrent pas à pénétrer dans la salle du trône, Hyarmendacil était assis sur ce dernier, il les attendait. Les deux rois et le reste du groupe s’arrêtèrent. Le Percedragon s’inclina légèrement pour le saluer, c’était juste un signe de respect, et non de soumission, sinon il aurait ployé le genou.


«-Je vous remercie d’avoir pris la peine de nous recevoir, roi Hyarmendacil, et cela en si peu de temps. »

Il regarda brièvement autour de lui, il semblerait que de nombreux seigneurs s’étaient rassemblés, curieux de savoir quel serait le sujet de cette audience. Il prit une profonde inspiration, cela aurait sûrement l’effet d’une bombe, mais tant pis, ça devait être fait :

Pour entrer dans le vif du sujet et ne pas faire plus attendre votre charmante assemblée, je serais des plus directs. Comme vous le savez, mon royaume possède un statut bien particulier par rapport au Gondor, et cela depuis des générations. Le Dorwinion est assez indépendant dans ses choix et dans sa politique, ma maison a toujours régné sur le Pays des Vignes et vous a toujours servi loyalement.  Malgré tout, il gardait un lien avec votre royaume.

Mon royaume est reculé de votre territoire, mon peuple, ainsi que moi-même avons l’impression que vous vous occupez de nous que lorsque vous envoyez vos précepteurs percevoir les taxes exorbitantes qui nous sont imposées. Ce lien qui nous unissait autrefois s’est amoindri au fil du temps, et est quasi-inexistant aujourd’hui. Plus aucun Dorwinirim se sent lié au Gondor aujourd’hui, il ne voit pas pourquoi il devrait obéir à un souverain installé à des lieux d’eux et qui n’a cure de leur personne.

Les Percedragon ont toujours su respecter vos décisions et les faire appliquer, mais désormais, ma maison ne pourra plus aller de l’avant. Nous nous refusons à nous montrer hostiles envers notre peuple pour qu’ils acceptent de se soumettre à vos impôts et à vos décisions. Aujourd’hui, si je vous ai demandé audience, c’est pour vous transmettre la volonté de tout un peuple uni derrière moi…Si je vous ai demandé audience, c’est pour venir réclamer l’indépendance totale du Dorwinion.  
»
Revenir en haut Aller en bas


Sauronne
Puissance Maléfique de Dol Guldur

Puissance Maléfique de Dol Guldur
avatar


Féminin
▌INSCRIT LE : 10/03/2016
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 866
▌RACE : Maia
▌CITATION : Ash nazg durbatulûk, ash nazg gimbatul, ash nazg thrakatulûk, agh burzum-ishi krimpatul

Carnet personnel
PE: 15.251,25 PE
PO: 10.833, 75 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: [EVENT] Une volonté d'indépendance.   Lun 6 Juin - 11:32

HYARMENDACIL Ier


Comme de coutume, les jours calmes comme celui-ci, le Haut-Roi du Gondor admirait la magnifique carte qui pendait au mur derrière son imposant bureau en bois sculpté et vernis, montrant l’étendue de son Empire. « MON Empire… » murmurait-il souvent, un sourire de satisfaction sur son visage. Cet empire qui avait commencé sous ses ancêtres et qu’il avait lui-même mené à son apogée, poussant par là-même son égocentrisme à son paroxysme. Il pouvait se remémorer chaque jour depuis son accession au pouvoir, succédant à son père, Ciryandil. Réorganisant d’abord habilement les armées du Gondor sur tous les territoires soit sous sa protection, soit conquis (comme l’Umbar), Ciryaher (son nom de naissance) partit à la conquête du Harad, qui, sous la puissance du Gondor, ployèrent le genou devant lui. Victorieux il était, et c’est ainsi qu’il prit le nom de Hyarmendacil Ier, signifiant littéralement le Conquérant du Sud, dans la langue de ses ancêtres. C’est sous son règne que le Gondor fût à son apogée en termes d’influence et de pouvoir, et personne n’osait contester son autorité… Personne jusqu’à récemment.

Lorsqu’il reçut la missive portant le sceau des Percedragon de Dorwinion, il fût d’abord étonné car rares étaient les fois où la famille régente de ces terres viticoles en son nom ne lui avait écrit. Mais lorsqu’il ouvrit la missive et qu’il vit la demande d’audience du Roi Aylan, un doute s’immisça en lui. Il devait se l’admettre ; les relations entre le Gondor et le Dorwinion n’ont jamais été franchement amicales. Cependant, de là à dire que les deux territoires ne s’entendaient pas, étaient également trop fort. Au contraire, trop occupé par la conquête du Sud et la protection du Calenardhon et du Pays de Dun contre les raids des Gobelins des Monts Brumeux, le Gondor en était venu à oublier le Dorwinion, tant et si bien que ce dernier en a depuis manifestement profité pour doucement s’émanciper et voilà qu’à présent, leur jeune Roi lui demandait audience ! Intrigué et en même temps irrité, Hyarmendacil ne pouvait cependant refuser audience à ceux qui régentent les terres du Gondor en son nom. Aussi manda-t-il son intendant, lui fit rédiger une réponse courte et concise où il disait accepter la requête et fixer la date d’audience.

Les jours passèrent depuis que le messager était parti au grand galop pour Ilanïn, porteur de la réponse du Haut-Roi du Gondor et voilà que le jour de l’audience arriva. Hyarmendacil avait revêtit ses plus beaux atours et sa couronne afin d’en « imposer » comme il se plaisait à dire. Attendant patiemment dans la magnifique Salle du Trône d’Osgiliath et entouré de sa cour et de quelques-uns de ses Seigneurs qui avaient fait le déplacement, certains venant de loin comme le Gouverneur d’Isengard, on vint le prévenir que la délégation du Dorwinion venait d’entrer dans la cité accompagnée d’une grande délégation naugrim. « Pardon ? » se dit-il. « Que viennent donc faire des Nains dans cette histoire ? ». Enfin ils entrèrent. De loin, il vit le jeune Roi du Dorwinion, Aylan Percedragon, vêtu élégamment, avancer vers lui d’un pas décidé. A ses côtés suivaient un Nain que Hyarmendacil n’avait encore jamais vu, mais vu ses vêtements et ses bijoux, nul doute qu’il avait affaire à un grand Seigneur Nain de cette immense caverne aux trésors qu’est Khazad Dûm. Derrière eux suivaient plusieurs chevaliers et gardes d’élites qui s’arrêtèrent toutefois à bonne distance du trône, laissant Aylan et le Nain s’approcher encore un peu plus de lui. C’est Aylan qui rompit le silence en s’inclinant et en le remerciant d’avoir répondu favorablement à sa demande. Le Nain à côté, ne broncha pas. Hyarmendacil était comme figé sur son trône, attendant la suite. C’est alors qu’Aylan commença son discours et plus il parlait, plus les sourcils du Roi se plissaient et ses lèvres se pinçaient. Le coup de grâce vint à la dernière phrase que prononça Aylan. Cependant Hyarmendacil n’en laissa rien transparaître. Les yeux fixés sur ses hôtes, il claqua dans ses doigts et un serviteur accouru vers lui, un plateau d’argent soutenant une coupe également d’argent. Il la prit, en bu une gorgée tout en ne lâchant pas une seconde ni Aylan ni le Seigneur Nain qui l’accompagnait. S’accoudant nonchalamment sur un bras de son trône, la coupe à la main, son regard se fit froid et le silence lourd dans la salle. Puis il prit la parole, ce qui surprit quelque peu l’assemblée, sa voix portée par l’écho que lui renvoyait la salle :

Vous avez en effet un statut particulier, jeune Roi. Vos terres produisent de l’excellent vin après tout…

Il désigna la coupe qu’il tenait à la main et partit d’un petit rire, qui fut reprit par l’assemblée. Aussitôt qu’il cessa de rire, l’assemblée fit de même. Il but la dernière gorgée de vin qui restait dans sa coupe, rappela le domestique et lui tendit sa coupe vide en le congédiant d’un geste sec et qui montrait toute son exaspération. C’est dans la même attitude nonchalante et hautaine qu’il reprit :

Selon vous donc, le Gondor ne se soucie peu, voire pas du tout, des vôtres. Selon vous, nous vous considérons comme une grande tirelire car, comme vous le dîtes, vous n’êtes bons qu’à payer les taxes qui sont dues à l’Empire. Dois-je vous rappeler que c’est grâce au sang des miens, de mon armée, que vous vivez tranquillement aujourd’hui ? De quels hauts faits les gens du Dorwinion peuvent-ils donc se vanter pour pouvoir ainsi prétendre à l’indépendance alors qu’une très infime partie des vôtres participa à la guerre contre ces barbares du Sud que nous avons maté ?! [La colère commençait à la gagner et il s’était penché vers l’avant, quittant son attitude nonchalante] Je devrais vous accorder l’indépendance sous prétexte que nous n’avons pas assez de liens entre nous et que vous vous êtes toujours montrés différents des autres terres sous mon autorité et ma protection ? Ceci et votre argument sur votre application consciencieuse des décrets du Gondor sur vos terres m’est irrecevable. L’Isengard, le Pays de Dun, le Calenardhon, l’Harondor et j’en passe… ; tous honorent les mêmes devoirs à mon encontre que vous, Roi du Dorwinion et jamais aucun d’entre eux ne m’a fait parvenir de telles requêtes. Tous ont également une régence qui leur ait propre mais tous restent quand même volontairement sous ma protection, pour pouvoir jouir de temps de paix. Avez-vous donc une armée si puissante que vous pourriez subvenir aux assauts des Orientaux sans le soutien de l’Arbre Blanc ? [Il ricana, à nouveau imité par l’assemblée] J’en doute fort, voyez-vous…

Son regard dévia ensuite légèrement sur la droite, car à la gauche d’Aylan se trouvait toujours ce Seigneur Nain qui l’intriguait fort :

Mais je vois que vous n’êtes pas venu seul. Vous avez là réussit un exploit je dois bien l’admettre. Faire sortir un Nain, qui m’a tout l’air d’être un grand Seigneur, de sa montagne… Nous autres commencions à douter de l’existence des Nains. Je serais cependant très curieux de voir ce qui a poussé un Seigneur Nain à quitter son antre pour se tenir aujourd’hui à vos côtés…




Personnages joués sur BtDD : Sauron Le Grand (x3), alias Sauronne // Legolas Vertefeuille (alias Leggy) // Denethor II (alias DD)

Personnages joués sur Le Tiers Âge
: Le Nécromancien (alias Sauronne)

DC sur le Tiers Âge : Gandalf le Gris
Revenir en haut Aller en bas


Furdin Ier
Descendant de Durin ¤ Détenteur d'un Anneau de Pouvoir

Descendant de Durin ¤ Détenteur d'un Anneau de Pouvoir
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 09/03/2016
▌VOTRE AGE : 18
▌MESSAGES : 262
▌RACE : Naugrim
▌VOTRE RANG : Roi du Peuple de Durin
▌CITATION : "Khayamu !"

Carnet personnel
PE: 60.962,50 PE
PO: 8.725 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: [EVENT] Une volonté d'indépendance.   Lun 6 Juin - 21:29

Aujourd'hui est un grand jour, un jour pas comme les autres. Les Royaumes de Khazad Dûm et du Dorwinion s'étaient unis plus solidement que jamais. Etrangement, le jeune roi du pays des vignes avait fait bonne impression au vieux Roi Nain qui l'a d'abord considéré comme un ami, puis comme un fils et désormais comme un allié. Le Dorwinion semblait aux yeux de Furdin la seule entité digne de confiance pour la simple et bonne raison qu'ils s'opposent au Gondor. Et éventuellement car c'est un partenaire commerciaux de choix mais passons, cela date maintenant. Furdin Ier et Aylan Percedragon sont donc venus à s'allier officiellement économiquement et militairement. C'est presque un miracle au vu de l'enfermement des Nains !

Le descendant de Durin avait apprit que son allié souhaitait demander l'indépendance de ses terres, une noble cause à n'en point douter. Il voyait en cette indépendance le moyen d'affaiblir le Gondor, de lever les taxes exorbitantes et de pouvoir mener une politique commerciale et économique de grande ampleur. Le Roi avait tout prévu, tout. Et il était certain que tout pouvait fonctionner pourvu que le Gondor lâche ce territoire. L'esprit calculateur du Roi avait parlé, Furdin, enfermé dans son bureau s'était concocté tous les scénarios possibles et imaginables. Il a préparé des dizaines de répliques pour contrer l'Empereur Hyarmendacil. Et bien entendu il jouera sur son savoir et son âge avancé. Après tout, il sera le plus vieux de cette réunion avec ses deux siècles.

Alors que le vieux Nain rassemblait ses affaires, ou plutôt faisait rassembler ses affaires un intendant entra dans ses appartements. Il était l'heure. Les deux alliés devaient se retrouver sur les terres du Gondor pour ensuite marcher tel un seul être en direction d'Osgiliath, comme il en était convenu. Furdin sortit le premier, accompagné par sa garde personnelle et on dépêcha de monter ses affaires sur le dos des bouquetins. Il était l'heure de partir. Du haut de son Auroch le Nain à barbe blanche observait le monde extérieur avec doute et méfiance. Passant près des villages il s'imaginait des sauvages assoiffés d'or qui sauteraient sur lui à la moindre occasion. Pff... Heureusement qu'il n'était pas seul. Après quelques jours de marche, les deux dirigeants se rencontrèrent à une centaine de kilomètres de la capitale du Royaume de l'Arbre Blanc et ensemble, se dirigèrent vers cette dernière après avoir échangé une accolade amicale, presque fraternelle. Tout allait se jouer aujourd'hui.

La ville était minuscule en comparaison à Khazad Dûm, ce qui déçu Furdin. Lui s'imaginait une ville sublime, faite par le plus puissant empire de la région. Eh bien non, la Moria ou Cavenain restera la plus belle cité de ce monde, c'est un fait. La présence de Nains semblait en décontenancer certains tandis que d'autres se ruaient pour les voir, pour les observer dans leur armure de mithril. Boua ces paysans... La traversée de la ville se fit sans encombre, les chevaliers du Dorwinion encerclaient le noble groupe et les deux Rois étaient eux même entourés par tous les soldats possibles et inimaginables avec comme noyau dur les célèbres Gardes de Khazad, des Nains aux armures de toute beauté dont on dit que leur courage est légendaire et à l'image de la fierté de leur race dont ils sont l'emblème. Une fois dans le palais, les soldats restèrent derrière, laissant les deux dirigeants seuls face à ce petit Empereur. Evidemment Aylan s'inclina mais Furdin lui ne fit rien. Après tout il est roi lui aussi et depuis bien plus longtemps que ce Gondorien juché sur son trône.
Furdin laissa Aylan parler puis écouta calmement les paroles de l'Empereur. Surtout celles qui lui étaient destinées...

Mais je vois que vous n’êtes pas venu seul. Vous avez là réussit un exploit je dois bien l’admettre. Faire sortir un Nain, qui m’a tout l’air d’être un grand Seigneur, de sa montagne… Nous autres commencions à douter de l’existence des Nains. Je serais cependant très curieux de voir ce qui a poussé un Seigneur Nain à quitter son antre pour se tenir aujourd’hui à vos côtés…

Furdin ne sourit pas. A vrai dire il était resté de marbre. Ajustant son anneau de pouvoir il avança d'un pas lent mais décidé vers son interlocuteur. Il était son égal, d'ailleurs le Nain se considérait même au dessus d' Hyarmendacil. Nul ne lui arrivait à la cheville de toute façon. Une fois qu'il fut assez proche il répondit d'une voix claire et assurée quoique explicite de son grand âge.

« Ainsi donc vous doutiez de notre existence... ça par exemple. Ainsi donc notre politique d'enfermement a bel et bien servi. Je ne suis pas qu'un simple Seigneur Nain, Hyarmendacil Ier, Empereur du Gondor... [Il haussa la voix pour bien se faire entendre] Je suis Furdin Ier, Roi de Khazad Dûm, Défenseur de Karak Azul et descendant de Durin notre père. Ainsi donc vous n'aviez pas connaissance de mon existence ? Cela est fâcheux Empereur Hyarmendacil... ou devrais-je dire Ciryaher. Car aussi surprenant que cela puisse paraître, j'ai durant ces deux cent ans apprit le nom de tous les dirigeants de la Terre du Milieu et leur famille. Mais là n'est pas la raison de ma présence. Je suis ici pour soutenir la demande d'Aylan Percedragon, Roi légitime du Dorwinion. Vos taxes trop lourdes gênent son commerce, moi même je les trouve ahurissantes Dans la même optique, j'aimerais bien savoir si la force militaire en place là bas est bel et bien la votre et surtout si leur nombre est suffisant pour empêcher les Orientaux de passer la frontière. Le Dorwinion a une armée, je l'ai vu de mes propres yeux, elle est entraînée, fière et n'a rien à envier à la votre.
Pourquoi vous opposez vous à cette requête alors que vos terres sont éloignées des siennes et que vous n'êtes bon qu'à ramasser leur or, que dis-je, à voler leur or pour mieux envahir d'autres terres et améliorer une petite parcelle du Gondor ? Je soutiens cette requête, les Nains soutiennent le Royaume Indépendant du Dorwinion et nous ne céderons pas face à votre hégémonie. »
Revenir en haut Aller en bas


Inconnu
Aventurier

Aventurier


Masculin
▌INSCRIT LE : 01/04/2016
▌VOTRE AGE : 26
▌MESSAGES : 85
▌RACE : Néant
▌VOTRE RANG : Rien
▌CITATION : Il fait beau.

Carnet personnel
PE: 0 PE
PO: 995 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: [EVENT] Une volonté d'indépendance.   Lun 6 Juin - 23:02

Gouverneur d'Isengard : Lancelot du Lac

Aujourd'hui n'était pas un jour comme les autres en effet, alors qu'il n'était qu'un petit gouverneur d'une province aux frontières de l'empire. Lancelot du Lac premier du nom fut mandaté par le roi Hyarmendacil Ier afin de revoir les défense au Nord Ouest face aux attaques incessantes du Pays de Dun. Il s'agissait là d'un grand honneur pour le gouverneur, car en effet il était difficile de se faire accepter au sein d'une cours sans avoir le sang d'un noble.  La carrière du seigneur du Lac était des plus inhabituelle dans la hiérarchie de l'Arbre blanc. Étant né dans un petit village dans une bonne famille bien campagnarde, il était si l'on pouvait le dire le jeune garçon le plus téméraire à plus de vingt lieux. Un jour alors qu'il jouait à cache cache dans une forêt proche du village avec d'autres enfants, il avait pu constater qu'à son retour des barbares avaient décimés l'ensemble des villageois ne laissant ainsi plus que trois orphelins derrière eux. A la suite de cette tragédie les trois enfants décidèrent de rejoindre l'armée de leur partie afin de purger le pays de toute cette barbarie. Le voyage fut long pour eux qui n'avaient pas l'habitude de voyager, mais enfin à la capitale ils ne pouvaient que constater la misère et la tristesse de cette cité. Nombreux étaient les mendiants frappés alors qu'ils ne faisaient que demander du pain, et ce fut ce genre d'acte qui changea la manière dont les enfants pouvaient voir le monde. Une fois engagés dans l'armée il ne tardèrent pas aller se défouler sur les barbares et très vite les pertes furent lourdes, il ne restait plus que Lancelot du Lac. Après plusieurs batailles durant une dizaine d'année il parvint à acquérir le grade de général. Nombreux désiraient la mort de l'homme et nombreux étaient ses admirateurs. Après un certain temps il fut affecté à la garnison d'Osgiliath capitale du Gondor, dès lors il commença à rapprocher l'armée du peuple au travers d'acte généreux. Alors que les nobles souhaitaient que la nourriture en surplus soit attribuée à leurs personnes, Lancelot lui subissait les pressions tout en continuant ses actes au risque d'énerver la haute société. Un jour des assassins avaient organisés une embuscade dans l'une des ruelles de la cité, aux yeux de tous le combat se déroulait et il était évident que le général et ses trois soldats étaient en infériorité numérique. A la fin de celui-ci Lancelot avait perdu deux de ces meilleurs guerriers et par chance il n'avait pas été blessé et soudain il fut pris d'une colère à l'encontre du peuple qui n'avait pas bougé le moindre orteil pour aller porter secours à leur bienfaiteur. Depuis il était devenu, empli de haine et de méchanceté cherchant toutes les occasions pour nuire au peuple et l'oppresser.Seul le pouvoir de l'armée avait une quelconque importance, le peuple lui ne devait plus qu'à espérer un autre bienfaiteur. Puis un jour un raid de barbare eu lieu non loin de la capitale il fut alors ordonné à l'homme de prendre avec lui un petit groupe afin de ralentir l'arrivée des barbares. Et après plusieurs mois à user de stratégie toutes plus sournoises les unes que les autres tandis que  les renforts n'avaient toujours pas montrés le bout de leurs nez. Mais ayant subi trop de perte à cause de l'usure des embuscades les barbares décidèrent de battre en retraire. A son retour il remarqua que les renforts venaient tout juste de quitter la cité. Au début il fut mis lui et c'est hommes aux arrêts pour désertion, car à première vue il était impossible que le petit groupe puisse vaincre la horde. Mais après une enquête il fut prouvé le contraire et pour le remercier et s'excuser en quelque sorte de cela avec ses hommes il fut affecté en tant que Gouverneur à la défense de L'Isengard face aux hommes du Pays de Dun.

Mais tout cela n'était que des fragments d'une vie passait et à présent il fallait à Lancelot avoir le courage de demander au roi une augmentation de son budget en ce qui concernait la défense de l'Isengard. Il dépêcha donc un messager qui était chargé de transmettre la demande d’audience. La réponse fut rapide peut être un peu trop, mais la réponse était positive sans doute le roi se souciait-il de ses frontières sous le joug d'une menace constante. C'est ainsi qu'il prit la route en direction d'Osgiliath, après plusieurs mois de voyage il était enfin présent mais un des sous-fifres du roi lui annonça que celui-ci n'était pas pour le moment disponible et que l'audience était reportée au lendemain. Une chambre lui avait été offerte pour la nuit, elle était d'un tel luxe que même un roi pouvait en rougir. Au petit matin un homme frappa à sa porte  visiblement Lancelot était convoqué pour assister à une demande inhabituelle de la part d'un autre régent de province.  Alors qu'il venait tout juste d'arriver dans le hall l'ambiance était  des plus irritantes. Alors qu'une demande avait été annoncée de la part du seigneur du Dorwinion les gardes de la porte annonçaient également de nombreux nains. Un imprévu qui allait sans nul doute déplaire au roi du Gondor. Quoi qu'il en soit il y eu un grand vacarme entre toutes les troupes d'escortes et les murmures de la cours. Les portes venaient tous juste de s'ouvrir que deux personnages avançaient l'un s’inclina disgracieusement tandis que l'autre une moitié d'homme semblait manquer de respect envers le seigneur de l'Arbre Blanc. Étrangement l'un était habillé de manière convenable et l'autre se sentait obligé d’exhiber ses bijoux, sûrement pour prouver une quelconque importance. Peut importe l'homme commença à s'adresser au roi, le début du dialogue semblait prometteur mais à un moment l'homme commença à faire une demande outrageantes. Notre roi semblait bien calme face à cela et dans toute sa splendeur il s'exprima à son tour. Ne laissant apparaître qu'une puissance inégalable dans ses propos, puis il posa son regard sur le renégat qui refusait catégoriquement de s'incliner.  Puis la moitié d'homme commença à son tour à s'exprimer avec une grande disgrâce et dans un ton déconcertant. A cela on pouvait ajouter des propos osés et outrageants qui allaient sans aucun doute retomber sur sa tête en un rien de temps. Au final il semblait soutenir son compagnon de voyage tout en prêtant attention à son image.
Lancelot tout comme la cours attendait une réponse du roi qui allait devoir se montrer sévère si ce n'était pas punitif.
Revenir en haut Aller en bas


Durzog
¤ Le Créateur ¤

¤ Le Créateur ¤
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 16/03/2016
▌VOTRE AGE : 21
▌MESSAGES : 218
▌RACE : Gobelin
▌CITATION : L'âge des Hommes est terminé. Le temps des Orcs est arrivé.

Carnet personnel
PE: 0 PE
PO: 11.305 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: [EVENT] Une volonté d'indépendance.   Mer 8 Juin - 0:24

Loryn - Maître de la Chambre du Commerce du Dorwinion


Figurant parmi les hommes les plus riches d'un des pays les plus riches, le Maître de la Chambre du Commerce du Dorwinion avait été demandé par le jeune roi Aylan pour une requête spéciale. Depuis plusieurs années, depuis sa nomination à la tête de la Chambre du Commerce par un vote à la majorité, Loryn n'avait cessé de pointer du doigt les agissements du Gondor en terme de taxations et de prélèvements d'argent en général. C'était d'ailleurs pour cela qu'il avait pu accéder à ce poste convoité et admiré, mais surtout reconnu de tous comme l'une des pièces maîtresses du Pays du Dorwinion. Pour ces terres productrices de nombreux produits de qualité et de richesses en tous genres, le Directeur de la Chambre du Commerce occupait une place délicate mais confortable. On connaissait déjà Loryn à travers tout le pays - et même au-delà - pour ses fameuses échoppes « Chez Loryn » qui fournissaient toutes sortes d'équipements, de produits de haute qualité mais aussi de conseils en matière de développement financier et commercial. Ayant commencé par être artisan, il avait finalement trouvé sa vocation dans le commerce de diverses choses selon les besoins de ses clients. Ses formules « Nul trésor ne saurait m'être caché. » ou bien encore « Les vignes de Loryn. » l'avaient par ailleurs rendu célèbre.

Enfin, peu importe. Aylan convoqua Loryn pour discuter de ces rapports sur les taxations du Gondor qui avaient été étudiées par le Directeur de la Chambre du Commerce très attentivement et la décision fut prise de déclarer l'indépendance du Dorwinion afin de sauver son développement. Les Nains, bons compagnons de commerce, furent également intéressés par ce mouvement soudain bien que mûrement réfléchi, et il fut décidé d'une date à laquelle Aylan ainsi que plusieurs Seigneurs, et Loryn ainsi que ses conseillers, partiraient vers la capitale du Gondor pour annoncer cela au grand roi Hyarmendacil. Annoncer, oui, car pour le Maître de la Chambre du Commerce, l'indépendance était la seule issue. Les agissements du Gondor, que ce soit au niveau des taxes et prélèvements, ou bien au niveau de leur protection plus que dérisoire dans une majorité des territoires annexés, causeraient bientôt de nombreux problèmes. Il était grand temps de s'éclipser de ce système dépassé pour se consacrer au développement du Dorwinion.

Le voyage fut long mais pas éprouvant. Le rang de Loryn lui faisait bénéficier du confort d'un bon seigneur et ses paroles, ses conseils et son avis en matière de commerce le rendaient indispensable. Il savait en profiter mais comme tout bon marchand, il agissait principalement pour ses propres intérêts. Cette nomination à ce poste prestigieux ne l'avait pas empêché de continuer ses affaires, au contraire. Il continuait de s'enrichir, d'enrichir le Dorwinion, mais également le Gondor. Il supportait avec plaisir le fait de verser des sous à son pays, car il n'y avait pas plus fier qu'un commerçant du Dorwinion, mais ce n'était pas le cas pour les versements d'argent forcés vers les caisses du grand et imposant Gondor. Une fois arrivé dans la salle du trône, par ailleurs, et suivi par toute une file de conseillers et apprentis qui le rémunéraient pour bénéficier de son savoir, il resta en arrière pour laisser le jeune roi et le petit nain entamer les négociations. Négociations... quelle idée. Les arguments pour l'indépendance du Dorwinion venaient à Loryn par dizaines et sa maîtrise de la langue commune lui permettrait même d'expliquer tout cela en alexandrins. Toutefois, comme convenu avec Aylan, pour qui il éprouvait un grand respect et une loyauté sans faille - et avec qui il partageait l'amour de la liberté ainsi que de l'or -, Loryn ne prendrait la parole qu'à la demande d'Aylan pour amener toujours plus d'arguments et faire céder Hyarmendacil qui de toute évidence ne vivait pas dans le même monde que nous autres. Les richesses du Dorwinion avaient attiré les commerçants et les stratèges aux sens les plus affûtés de la terre du milieu, et même les meilleurs conseillers du roi du Gondor n'auraient su faire le poids contre eux. Contre nous.


Revenir en haut Aller en bas


Menethil
Gardien de la Tour

Gardien de la Tour
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 12/05/2016
▌VOTRE AGE : 18
▌MESSAGES : 345
▌RACE : Dunedain d'Arnor
▌VOTRE RANG : Seigneur
▌CITATION : La fleur en bouquet fane, et jamais ne renaît !

Carnet personnel
PE: 33.401,24 PE
PO: 11.670 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: [EVENT] Une volonté d'indépendance.   Jeu 9 Juin - 15:41

Aldagir : Bourgeois et marchand au Gondor et en Dorwinion



 Aldagir était un bourgeois tout ce qu’il y avait de plus normal, en apparence. Héritier d’une immense fortune, il avait reçu une excellente éducation qui avait développé ses dons naturels qui n’étaient autre que le commerce et la rhétorique. Son habilité langagière n’était certes pas celle des hérauts elfes, mais il pouvait convaincre l’adversaire et persuader les endurcis. Grâce à ces origines et ses capacités, il avait monté un par un les échelons commerciaux à travers le plus grand empire de la Terre du Milieu. Au bout de cinquante années de marchandage, il n’était certes pas connu du commun des mortels, mais au moins de ceux qu’il affrontait. Ses relations, très importantes chez les marchands et non moins puissantes chez les grands du Gondor lui avait énormément servies dans son milieu, qui avait beau être moins sanglant qu’une guerre armée mais qui était tout aussi redoutable pour ceux qui s’affrontaient.  Mais ces derniers temps, ses affaires étaient misent à mal par les assauts de sauvages et de gobelins. C’est pour cela qu’il était présent en ce jour du 2 mars de l’an 1090, dans la somptueuse salle du trône de la Citadelle des étoiles.

 Quelques jours auparavant, il avait reçu un message bien étrange de la part d’un de ses marchands en Dorwinion, annonçant l’arriver prochaine du jeune roi Aylan Percedragon dans la capitale du Royaume du Sud pour une audience avec son souverain, Hyarmendacil Ier. Aldagir connaissait les tensions au Dorwinion, qui laissait de plus en plus apparaître son besoin d’indépendance, et sa volonté de se séparer pour de bon du descendant d’Anárion. Mais pour notre bourgeois, ce ne pouvait être que pour demander une diminution des impôts qui, il est vrai, étaient très importants. Mais le jour même, alors que la majeure partie des dirigeants du Gondor était rassemblée à Osgiliath, entre les murs de cette salle, symbole des Royaumes Númenoréens en Exil de, que le roi-régent du Dorwinion s’avançait accompagner d’un petit être, un naugrim, race que beaucoups de gens pensaient éteinte, ou du moins, disparue. Mais cela n’attira pas réellement l’attention d’Aldagir, qui fut très vite médusé par les propos de Percedragon et du nain, qui se présentait comme le roi Furdin Ier. Tout deux défiaient l’autorité du souverain des lieux, d’un empire s’étendant de l’Umbar au Dorwinion…

 Le Haut-Roi avait déjà commencé à réprimander son vassal pour sa demande, à juste titre en lui exposant son point de vu, ce qui correspondait plus au point de vu du marchand, qui pensait avant tout à ses propre intérêts, même s’il aimait beaucoup leGondor. Mais une autre personne attira l’attention de notre personnage. Il s’agissait du maître le la Chambre du Commerce du Dorwinion, le sage Loryn, qui était un adversaire commercial de premier ordre pour notre bourgeois. Il le connaissait de réputation, et ce qu’il n avait entendu n’était pas rassurant. Mais pour l’instant, les trois rois poursuivaient l’audience qui devait se solder par la réussite du roi du Gondor.
Revenir en haut Aller en bas


Aylan Percedragon
Roi du Dorwinion ¤ Le jeune Dragon ¤ Chevalier des vignes

Roi du Dorwinion ¤ Le jeune Dragon ¤ Chevalier des vignes
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 10/03/2016
▌VOTRE AGE : 22
▌MESSAGES : 72
▌RACE : Dùnedain
▌VOTRE RANG : Roi du Dorwinion
▌CITATION : /

Carnet personnel
PE: 63.963 PE
PO: 3978.5 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: [EVENT] Une volonté d'indépendance.   Dim 12 Juin - 0:25


La première réplique du roi du Gondor ne lui plut guère, il prit sur lui pour ne pas répondre immédiatement. Les poings serrés, l’assemblée reprit le rire. Une belle bande de lèches botte qui seraient prêts à lui lécher les pieds pour obtenir ses faveurs. Cela le dégoutait énormément, il devait se retenir pour ne pas faire quelque chose de fâcheux. Mais il y avait une once de vérité là-dedans, le Dorwinion produisait bien le meilleur vin qu’on pouvait trouver en Terre du Milieu. Même les Hauts-elfes jalousaient leur talent et n’arrivaient à en produire de similaire, c’est pour dire ! Ce produit faisait assurément leur réputation, ainsi qu’une bonne partie de leur fortune. Rien ne s’exprimait sur le visage du roi, il était fermé et froid. Il ne voulait laisser transparaître aucune émotion, aucune faille, c’était un combat de titan qui avait commencé, et seul celui qui dominait le discours, remporterait la victoire.

D’ailleurs Hyarmendacil manquait à un de ses devoirs primaires en tant qu’hôte, celui de donner à boire et à manger à ses invités. Mais au vu de la situation, il pouvait percevoir que ça lui passait bien au-dessus de la tête.  Puis Aylan n’aurait pas trop confiance en la qualité des produits qui lui seraient servis, ni en ce qu’ils pouvaient contenir. Oui pour le Gondor, le Dorwinion était une bien belle tirelire où il pensait pouvoir extirper des milliers et des milliers de pièces d’or de ces pauvres gens pour pouvoir couvrir ses frais de guerre et d’expansion. Des taxes exorbitantes leur étaient soumises, les Percedragon devaient bien souvent puiser dans leur trésor personnel pour que le peuple ne souffre pas davantage. Une situation qui devenait ingérable au fil du temps.


«-Oui à nos yeux, nous sommes bon qu’à ça ! Et je suis certain que mon conseiller, Loryn, Maître de la Chambre de commerce de mon royaume pourra vous en dire davantage à ce sujet ! »

Il laissa réagir son ami nain, ce dernier avait raison sur les points qu’il avait abordés. Le dorwinion n’avait plus besoin du Gondor pour se défendre, il le faisait déjà convenablement. De plus, il avait quelques projets pour les orientaux, mais rien qui ne pouvait intéresser le Gondor, du moins il n’avait pas besoin de son approbation, il s’en passerait bien.  Aylan en profita pour renchérir pour en reprenant des propos de Harmandacil :

«Votre autorité ? Votre protection ? Ces mots sont totalement creux sortant de votre bouche. Comme l’a si bien souligné le roi Furdin Ier, le Dorwinion possède une armée professionnelle bien entraînée, elle n’a point à rougir devant vos forces et certains de ses éléments sont les unités les plus combatives des Peuples Libres.  MON armée a fait ses preuves face aux orientaux, malgré sa taille modeste, les tactiques audacieuses employées permettent de mettre l’ennemi à bas. Donc non, cessez de faire croire à votre assemblée que vous protégez encore mes terres ! Cela fait bien d’années que je n’ai point vu des étendards gondoriens à ma frontière avec l’Orient »

Une phrase du roi du Gondor le fit légèrement sourire, il avait tendance à le prendre de haut depuis le début de l’entretien. Sauf qu’il oubliait que le Percedragon était également roi.  Un léger sourire apparut sur le visage d’Aylan, sur un ton provocateur, il répondit :

« Si les représentants de l’Isengard, du Pays de Dun et j’en passe, se trouvent dans cette assemblée, qui se montre si prompte à rire à chacune des inepties qui sortent de votre bouche. Je ne doute pas alors de vos mots lorsque vous me dites qu’ils ne vous feraient pas parvenir une telle requête, ils semblent bien trop occupés à vous cirer les bottes pour entendre raison.  »

Il devait redevenir un peu plus sérieux, il était là pour transmettre la volonté d’un peuple. Il savait que ça ne serait pas facile, il devrait faire preuve de diplomatie, faire des arrangements, mais au final il aurait l’indépendance totale du Dorwinion :

«Il est certain que ma requête est des plus particulières, je le conçois. Cependant, je préfère vous avertir que le peuple du Dorwinion ne pourra subir éternellement un tel climat. Son souhait d’indépendance se renforce de jour en jour. Si vous ne concédez pas à ma demande aujourd’hui, dans des mois ou peut-être des années, que sais-je, mon peuple se révoltera. A ce moment-là, ne comptez pas sur mon armée pour faire votre sale boulot. Je n’enverrais pas mes soldats sur mon peuple, je m’y refuse. Vous devrez faire face à une rébellion sans précédent. Et si cette dernière se produit en même que des rebellions dans plusieurs provinces, que feriez-vous alors ? Aurez-vous la capacité de gérer tous cesfronts s’ouvrant d’un seul coup ? Question purement rhétorique, car vous connaissez aussi bien que moi, la réponse : non ! Le Gondor perdra, il perdra TOUT ce qu’il a construit pendant des siècles.

Est-ce cela que vous voulez, Roi Hyarmandacil ? Je suis certain que cette situation peut être évitée et que le Gondor n’en soit pas impacté. Concédez favorablement à ma demande, je suis prêt à vous assurer que lorsque le Dorwinion sera indépendant, vous n’aurez aucun danger à craindre des orientaux. Aucun d’entre eux ne traversera nos terres pour descendre vers le Gondor, je vous le promets.
»
Revenir en haut Aller en bas


Sauronne
Puissance Maléfique de Dol Guldur

Puissance Maléfique de Dol Guldur
avatar


Féminin
▌INSCRIT LE : 10/03/2016
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 866
▌RACE : Maia
▌CITATION : Ash nazg durbatulûk, ash nazg gimbatul, ash nazg thrakatulûk, agh burzum-ishi krimpatul

Carnet personnel
PE: 15.251,25 PE
PO: 10.833, 75 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: [EVENT] Une volonté d'indépendance.   Mar 14 Juin - 17:33

Hyarmendacil Ier


La suite de cette discussion se tiendra à huit clos. J'entends à présent m'entretenir qu'avec mes invités et ceux qui prennent par à cette... discussion... Les autres, SORTEZ ! DEHORS !

L'assemblée ne se le fit pas répéter deux fois. Les portes s'ouvrirent et tout ceux qui n'étaient là qu'en spectateurs, quittèrent la Salle du Trône. La mâchoire serrée, Hyarmendacil ne lâchait pas des yeux Aylan Percedragon et Furdin Ier, les deux seuls intervenants qui avaient ouvert la bouche depuis le début de cette folie. Lorsque les portes se furent refermées, Hyarmendacil se leva et descendit les marches qui séparaient ses hôtes de l'estrade surélevant son trône. Son regard s'attarda longtemps sur Aylan mais c'est finalement à Furdin qu'il s'adressa en premier:

Pour votre insolence envers moi en ces lieux et devant mes gens, Roi de Khazad Dûm, je devrais vous envoyer aux cachots jusqu'à ce qu'il me prenne la fantaisie de vous libérer pour vous regarder remper jusque dans votre grotte si précieuse. Je n'ai cure de vos richesses, si c'est cela que vous craignez de moi ou de quiconque sur mes terres. Tout ce qui m'importe, c'est le gain en terres et en sérénité et vous pourrez dire ce que vous voudrez, Furdin Ier, Descendant de Durïn, la Terre du Milieu n'a jamais connu temps de paix plus long que sous le règne de mes aïeux et sous le mien. Nous avons conquis des terres barbares, civilisés ces gens et leurs avons apporté sécurité. Nous avons maintenu en échec et à plusieurs reprises les Orientaux...

Il se tourna alors vers Aylan:

Le Dorwinion est le territoire qui tombera en premier si ces... barbares assoiffés de sangs s'en reprennent au Gondor et croyez-moi, ils le feront... Tôt ou tard. Le Sud est sous mon contrôle, le Mordor est en ruines et son Maître s'est volatilisé. Si nous devrions être attaqués, cela viendra de l'Orient et alors, Aylan Percedragon, vous et les vôtres seraient les premiers touchés. Et sauf votre respect, l'armée du Dorwinion n'est en aucun cas en mesure de vaincre celles des Orientaux. Variags, Easterlings, Balcoths et surtout les chars des Gens-des-Chariots... Mes ancêtres les ont combattus et repoussés, non sans de lourdes pertes...

Les mains derrière le dos, il fit quelques pas dans la salle, réfléchissant à tout ce qui était en ce moment en jeu... Donner l'indépendance au Dorwinion ne l'enchantait guerre, car ce serait alors la porte ouverte à des réclamations venant de chacune des provinces. Toutes voudront être indépendantes et ce sera alors du pain béni pour les ennemis du Gondor. Morcellé et affaibli, ils n'auront qu'à entrer en campagne pour que le Gondor tombe et si le Gondor devait tomber, il ne donnait pas cher des autres royaumes plus à l'Ouest, Elfes compris. Il se retourna et s'adressa à nouveau à Aylan:

Je ne peux concéder à votre indépendance... en l'état. Du moins, pas sans conditions. Ces conditions seront les miennes et si vous les acceptez toutes, alors, je vous en donne ma parole, je m'engage à signer un traiter qui désengagera totalement le Gondor de ses droits sur le Dorwinion, et vous conférera le titre d'unique dirigeant.

Il revenait vers Aylan et Furdin :

Êtes-vous prêt à les entendre? Vous seuls cependant devrez y répondre. Le Peuple des Nains, même s'il vous soutient dans cette histoire, ne pourra prendre les décisions qui s'impose à votre place. Si vous voulez réellement être Roi et tout gérer vous-même, autant commencer de suite, ne croyez-vous pas?




Personnages joués sur BtDD : Sauron Le Grand (x3), alias Sauronne // Legolas Vertefeuille (alias Leggy) // Denethor II (alias DD)

Personnages joués sur Le Tiers Âge
: Le Nécromancien (alias Sauronne)

DC sur le Tiers Âge : Gandalf le Gris
Revenir en haut Aller en bas


Furdin Ier
Descendant de Durin ¤ Détenteur d'un Anneau de Pouvoir

Descendant de Durin ¤ Détenteur d'un Anneau de Pouvoir
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 09/03/2016
▌VOTRE AGE : 18
▌MESSAGES : 262
▌RACE : Naugrim
▌VOTRE RANG : Roi du Peuple de Durin
▌CITATION : "Khayamu !"

Carnet personnel
PE: 60.962,50 PE
PO: 8.725 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: [EVENT] Une volonté d'indépendance.   Jeu 16 Juin - 16:28

Le comportement du petit Empereur fit sourire le Roi Nain. Il n'aimait pas le Gondor, il ne l'avait jamais aimé et l'hégémonie de l'Arbre Blanc, tout ça... Cela ne lui disait rien qui n'aille. Il n'avait pas confiance voilà tout. Et comment ça il pourrait l'emprisonner ? Et puis quoi encore ? On parle d'égal à égal et ce n'est pas ce petit homme qui va lui faire peur. Il en a vu d'autres. Il connaît le père et le grand père de ce Hyarmendacil. Pourtant le vieux Nain resta silencieux, trifouillant son très cher anneau de peur qu'il lui envoie des soldats le prendre. Il écouta les paroles de l'Empereur et avant qu'Aylan réponde il se racla la gorge et parla de sa voix grave.

« Cela fait des années que les Orientaux n'ont pas bougé de leurs frontières et si ces barbares de l'Est devaient franchir la frontière du Dorwinion, je serais aux côtés des Percedragon pour les repousser. »

Puis il accepta l'indépendance, du moins il acceptait cette dernière avec SES conditions. Hum ça pue tout cela. Mais soit, le vieux Nain plissa les yeux quand l'Empereur  expliqua qu'Aylan devrait prendre seul sa décision. Evidemment lui seul pouvait la prendre mais le barbu n'allait pas lâcher l'affaire si tôt. Il compte bien y gagner dans cette histoire.

« Je ne parlerai pas au nom du Roi du Dorwinion, néanmoins je compte bien faire entendre mon point de vue. Parlez Empereur de l'Arbre Blanc et révélez nous donc vos conditions pourvues qu'elles soient honnêtes. »

Non, Furdin ne sera jamais raisonnable. Comme je vous l'ai dit, il n'aime pas cet Empereur, c'est un fait. Donc il ne fera aucun effort pour lui plaire et il s'en fiche royalement que l'Empereur perde la face devant ses courtisans. De toute façon il ne le reverra pas. Il est comme ça le Roi Nain, il se fout du monde tant que les intérêts de son peuple son saufs, d'ailleurs c'est pour cela qu'il est tant aimé par les siens (en plus d'être Roi de droit divin, méritocratique, génétique, bref ce que vous voudrez).

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas


Inconnu
Aventurier

Aventurier


Masculin
▌INSCRIT LE : 01/04/2016
▌VOTRE AGE : 26
▌MESSAGES : 85
▌RACE : Néant
▌VOTRE RANG : Rien
▌CITATION : Il fait beau.

Carnet personnel
PE: 0 PE
PO: 995 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: [EVENT] Une volonté d'indépendance.   Jeu 16 Juin - 20:56

Gouverneur d'Isengard: Lancelot Du Lac

C’était un grand débat qui avait commencé aujourd’hui, qui allait décider de beaucoup de gens, d'argent et de pouvoir. Le roi du Dorwinion était le porte-parole d'après ses propos de la volonté du peuple, plus que jamais Lancelot devait être à la hauteur des attentes de roi. Dans tous les cas, cette soit distante indépendance qui masquait là un désir d'obtenir du pouvoir pouvait très bien servir les intérêts du gouverneur. Le roi du Dorwinion avait peut être le cœur mais son allié lui n'avait que faire de l'indépendance seul l'argent l'attirait. Malgré ses impressions précédentes Du Lac y avait vu une opportunité de renforcé ses frontières en prétextant  une éventuelle hostilité naine envers le Gondor. Les gens semblaient comme soulager de partir, sûrement par peur de servir de défouloir à notre empereur. Quoi qu'il en était très peu étaient restés quelques nobles de grande importance, l'entourage du roi du Dorwinion et des généraux des deux camps. La foule dehors notre glorieux empereur reprit les pourparlers. Visiblement le saint empereur du grand Arbre Blanc était de bonne humeur et ses propos semblaient dires comme une sorte d'acceptation de la demande du présomptueux suzerain. Bien que les propos de son opposant semblaient être d'une très grande arrogance, Lancelot tâcha de faire abstraction de ce détail . A mesure que le roi du Dorwinion parlait les yeux du gouverneur  semblaient  se plisser. Il était clair que les propos de l'individu dérangeaient  l'homme au plus point. Après un moment à parler et alors que l'empereur attendait la réponse du Dorwinion, le nain aussi poilu  qu'insolent adressa la parole à notre monarque. Laissant s’exprimer toute sa cupidité  vouait à son peuple et uniquement le sien sans se soucier des autres. Les propos scandaleux ne laissaient pas Lancelot indifférent. En guise de protection symbolique il commença à poser sa main sur le pommeau de son épée, puis s'avança hors de l'ombre d'une des nombreuses colonnes de la salle. Le ton du nain affichait un air condescendent, en saluant une nouvelle fois le propriétaire des lieux il se positionna sur le côté gauche du nain. Puis sur un ton loyal à son caractère et à ses convictions il s'adressa à la chose :

« Bonjour à vous seigneur du Dorwinion et le nain, je me permets d'intervenir en tant que gouverneur de l'Isengard. Je me nomme Lancelot Du Lac premier du nom. »

Il posa son regard sur le nain, les cent quatre-vingt-seize centimètres de Lancelot allaient lui servir à s'imposer et à intimider le nain.

« Vous avez beau être un seigneur nain d'une quelconque importance vous n'avez aucune autorité en ces lieux.  Tâchez de rester à votre place  sans  manquer de respecter à notre Empereur gouvernant sur de vastes lieux. Ne parlez que lorsque le roi vous le demande et pas avant.  S'il advenait que vous oubliez ce détail que dis-je cette règle, je m'en irai de ce pas vous le rappelez. Mon seigneur est plus que généreux face à une demande qui n'a normalement aucun lieu d'être. Vous vous avancez jusque ici afin  de faire valoir votre demande mais pourtant vous n'êtes pas sans savoir que les orientaux s’agitent. Les taxes que vous jugez exorbitantes n'ont subits qu'une légère hausse afin de parer l'attaque imminente de ces barbares. Votre peuple le vie très bien il  n'y a pas l'ombre d'une quelconque famine dans votre royaume. Enfin je dis votre royaume  mais il ne  s'agit que des terres que notre empereur vous prêtait ne l'oubliez pas.   »

Sur ces paroles le gouverneur s'en alla de nouveau sur le bord gauche de la salle gardant sa main sur le pommeau et observant attentivement le nain.  Toutefois Lancelot espérait ne pas avoir fait trop de zèle face au roi, car sa demande n'avait toujours pas été validé et il venait juste d'entrer dans la cour des grands politiciens qui n'avaient que l'or en bouche.  
Revenir en haut Aller en bas


Durzog
¤ Le Créateur ¤

¤ Le Créateur ¤
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 16/03/2016
▌VOTRE AGE : 21
▌MESSAGES : 218
▌RACE : Gobelin
▌CITATION : L'âge des Hommes est terminé. Le temps des Orcs est arrivé.

Carnet personnel
PE: 0 PE
PO: 11.305 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: [EVENT] Une volonté d'indépendance.   Sam 18 Juin - 19:10

Un homme d'une certaine corpulence restait depuis le début de cette scène hilarante en retrait derrière son roi, le jeune Aylan. Il portait les vêtements les plus délicats du royaume du Dorwinion et ses nombreux bijoux d'or et de diamant le faisaient paraître important. Et c'était bien le cas. Loryn était important, très important. Peut-être que certains ne le connaissaient pas encore, mais cela ne tarda pas. Il s'avança lorsque celui qui se nommait Lancelot Du Lac eut fini de parler. Il ne dit rien, mais ce nom était ridicule, probablement un nom de scène ou quelque chose du genre. Loryn l'avait déjà entendu auparavant, mais c'était lorsqu'il avait assisté à une pièce de théâtre lors d'un de ses nombreux voyages d'affaires. Tout en veillant à ce que tout le monde porte son attention sur lui, apparaissant d'un pas léger à côté d'Aylan, il prit la parole d'une voix légère, douce mais diablement condescendante.

« Messieurs, messieurs, allons, ce n'est qu'une demande d'un Roi à son Empereur parmi tant d'autres. Inutile de s'emporter. » dit-il en souriant. « Mes salutations les plus sincères, mon Empereur. Permettez-moi de me présenter, je m'appelle Loryn, et on peut dire que je m'occupe de tout ce qui se rapporte au commerce en Dorwinion, je pense. Je suis à la tête de la Chambre du Commerce. »

Après cette phrase, il parvint à attirer l'attention de tous, ce qui indiquait qu'il pouvait commencer son art.

« Tant d'importantes personnalités en cette pièce.. J'imagine que vous ne devriez pas perdre plus de temps avec cela et j'ai pu entendre que notre Empereur était disposé à accéder à la requête de notre très cher roi Aylan sous quelques conditions. C'est merveilleux ! » s'exclama-t-il.

Sur une voix plus sévère et grave, il reprit cependant son discours avant qu'un autre ne lui pique sa place.

« Comme notre roi Aylan l'a mentionné, et si toutefois vous m'autorisez à obéir à mon roi, je serai ravi de vous en dire davantage au sujet de la situation actuelle du Dorwinion. J'ai bien conscience que vous tous, grands seigneurs ou rois, êtes très occupés, aussi serais-je bref. La situation actuelle du Dorwinion, comme vous l'avez très bien dit, est plutôt bonne. Non, à vrai dire, elle est excellente. Les orientaux ont été repoussés par le passé, que ce soit par le Gondor, et nous vous en sommes reconnaissants, ou par notre propre armée, et il ne fait nul doute qu'ils essaieront encore de nous prendre nos terres. Toutefois, cela fait plusieurs années qu'ils n'ont rien tenté, si ce n'est quelques assauts misérables. Mes propres informateurs, car je m'intéresse également à la guerre, à ses tactiques.. enfin je m'égare, veuillez me pardonner. Mes propres informateurs m'ont indiqué que les orientaux se livraient parfois des batailles entre eux et qu'aucun ne combattait sous la même bannière. Cela pourrait arriver qu'ils s'unissent à nouveau, mais soyons honnêtes, ce sont des hommes et tout comme nous en ce moment, ils ne sauraient parvenir à un accord sans concessions. » dit-il avant de continuer à voix basse en regardant le roi nain. « Et nous savons tous que ces barbares n'en font aucunes. »

Il recula sans toutefois tourner le dos à l'Empereur et continua.

« Peut-être serez vous intéressés par quelques faits concernant notre cher Dorwinion. La popularité du roi Aylan n'a jamais été aussi élevée. Le commerce ne s'est jamais aussi bien porté, tout comme l'armée du Dorwinion qui recrute et forme chaque jour de nouveaux soldats grâce aux infinies richesses de ce pays. Un enfant pourrait comprendre cela, et je ne dis pas ça pour vous mes seigneurs, mais l'ère où la seule richesse du Dorwinion était son vin est bel et bien terminée. Malgré les taxes, malgré les prélèvements presque mensuels du Gondor sur les bénéfices des adhérents de la Chambre du Commerce, je suis parvenu à tripler les fonds investis de chacun de ces adhérents en seulement deux ans en moyenne. Ces mêmes adhérents sont ceux qui financent notre pays, et par conséquent notre armée. Et, fait intéressant, bien que le pays dispose déjà d'assez d'or pour bâtir une dizaine de forts ou de villes fortifiées supplémentaires, ce chiffre doublera en moins de trois ans si le Dorwinion devient indépendant et que toutes les taxes exercées par le Gondor sont levées. Tout cet argent est actuellement investi dans la défense de notre territoire, la formation de notre armée à un haut niveau de compétence et la fabrication ou l'achat d'équipement de qualité militaire. Je ne me permettrais pas de trouver quoique ce soit à redire à propos de vos décisions, messieurs, mais il est temps d'ouvrir les yeux sur la situation du Dorwinion. Je comprends que vous souhaitiez conserver ce territoire durement acquis sous la menace d'une nécessité plus que pressante, mais ce temps est révolu. » dit-il en haussant la voix sur ces derniers mots. « Venez donc voir par vous-même si l'armée du Dorwinion est incapable de se défendre contre des barbares mal équipés et dispersés, venez donc voir par vous-même si l'argent des taxes du Gondor ne serait pas plus utile à la construction d'avant-postes et à la formation de soldats d'élite. »

Il s'avança à nouveau les mains croisées dans son dos sous un grand silence qui marquerait bientôt la fin de son discours.

« Notre roi Aylan pourra appuyer mes propos, car je ne saurais me permettre de conseiller des personnalités de votre rang, mais je pense que cela vaut mieux pour le Grand Gondor de gagner un allié que de prendre le risque d'en perdre un. Accédez à la requête du roi du Dorwinion, mes seigneurs, sans conditions, et je peux vous assurer que si vous mettez autant de moyens que vous le dites dans la protection du Dorwinion, vous ferez d'énormes bénéfices en revoyant cette mobilisation à la baisse malgré la disparition des taxes appliquées au Dorwinion. Et s'il faut convaincre d'autres gouverneurs qui souhaiteraient faire de même que le Dorwinion, je vous prie de bien vouloir faire appel à moi pour les en dissuader. Ce serait alors un plaisir de vous venir en aide. » finit-il.


Revenir en haut Aller en bas


Menethil
Gardien de la Tour

Gardien de la Tour
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 12/05/2016
▌VOTRE AGE : 18
▌MESSAGES : 345
▌RACE : Dunedain d'Arnor
▌VOTRE RANG : Seigneur
▌CITATION : La fleur en bouquet fane, et jamais ne renaît !

Carnet personnel
PE: 33.401,24 PE
PO: 11.670 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: [EVENT] Une volonté d'indépendance.   Mer 22 Juin - 17:50

 La splendide salle du trône s’était peu à peu vidée pour laisser à ceux concernés par cette demande débattre sur l’acceptation de celle-ci. Aldagir en faisait parti, d’une part parce qu’il en avait reçu l’accord et d’autre par car il voulait intervenir si les évènements lui permettaient. Après l’empereur lui-même, les deux rois du nord, le gouverneur d’Isengard et le dirigeant de la Chambre du Commerce du Dorwinion, c’était autour de notre marchand d’intervenir. Il avait scruté l’assemblé pour s’assurer que personne n’allait le couper, et qu’il n’allait pas couper quelqu’un dont la parole serait plus importante.

Mes seigneurs, grand roi du Gondor, rois sous la montagne et du Dorwinion. Voilà une proposition somme toute osée, mais qui n’est pas sans fondement. En effet, le Gondor depuis bien longtemps s’est peu à peu effacer du Dorwinion. En effet, le Gondor a cessé d’intervenir réellement dans vos affaires, si ce n’est pour percevoir les impôts, dont tout les gouverneur de cet illustre empire s’acquitte sans protester. N’est-ce pas là ce que vous demandiez ? Plus d’indépendance ?

 Il s’avança, se retirant peu à peu du coin sombre dans lequel il avait commencé sa tirade. La voix claire, il continua en regardent chacun son tour tout ceux qui avait parlé, n’oubliant pas de s’incliner devant son roi.

"J’ai écouté chacun de vous en ces lieux, symboles de la puissance des hommes à travers les millénaires ! J’ai entendu que vous étiez, roi Percedragon, prêt à gouverner ferment sans le soutient du plus puissant empire que ces contrés n’ont jamais connu ! J’ai entendu, que cela était possible car les orientaux se querellaient sans cesse, laissant du répit à vos gens, qui pouvait se préparer en cas d’attaque ! J’ai entendu que vous, maître nain, vous porteriez garant et protégeriez votre nouvelle ami à vos côté si jamais ces barbares osaient ne serait-ce qu’approcher de ces vignobles, qui serait par la même défendu par une armée des plus puissantes de la Terre du Milieu ! J’ai entendu ce manipulateur de chiffre sans égale dans tout le Rhovanion, qui affirmait avec splendeur et assurance qu’une fois le poids du Gondor enlevé à ce royaume, la richesse ne ferait qu’abonder de toutes parts !"

 Il marqua une pose pour occuper l’espace physique, mais aussi sonore, puis il reprît.

"Voilà ce que nous pouvons conclure dans ce cas : le Dorwinion est bien plus puissant que les Royaumes Exilés du temps d’Elendil ! Mais voilà, en face de vous, une opposition tout aussi bien rôdée se dresse et ne compta pas abandonner quoi que ce soit, du moins sans contreparties ! L’empereur lui-même, qui a mené à son apogée depuis cette salle et sur le terrain la civilisation et le peuple qui aujourd’hui vous reçoivent en est le représentant car la première chose qu’il souhaite, c’est une paix durable et puissante qui unie les peuples d’Umbar au vôtre. Le progrès en est la clef de voûte, mais hélas cela a un prix ! Mais l’intelligence de sa majesté fait en sorte que ce ne soit pas les pauvres paysans d’Ithilien ou les simples pêcheurs d’Andras qui se ruinent à en mourir ! Non, il préfère vous demander à vous noble et riche peuple du Dorwinion, car même après cela, vous avez de quoi festoyer à votre guise dans vos palais plein de fastes !"

 Il marqua à nouveau une pause, out en continuant de marcher pour passer devant chacun des précédents intervenants.

"Mais là n’est pas le fond du problème, il est bien plus sournois ! Je suis marchand et j’ai acquis à la sueur de mon front ma richesse et ma réputation ! Payer mes impôts ne me dérange pas, au contraire, je suis heureux d’aider ceux qui en ont besoin plus que moi ! Donc je suis marchand, et depuis déjà quelques temps, et monsieur Lancelot du Lac pourra m’accorder cela, les gobelins et autres créatures repoussantes des montagnes sortent de plus en plus souvent pour attaquer et piller tout ce qu’ils trouvent sur leur chemin ! Mais cela est supportable car de braves gondoriens se battent, dehors, pour notre sécurité, à tous ! Mais les gobelins ne sont pas les pires ennemis que nous pouvons affronter… Qui dit que l’activité de plus en plus importante de ses bêtes, ne va pas montrer les premiers signes d’une activité similaire à l’Est ?! Vous dites que cela fait des années et des années que ces peuples ne s’entendent pas, mais cela peut changer d’un moment à l’autre, peut-être en ce moment même ! Vous aurez beau avoir le meilleur équipement qui puisse exister, le nombre et parfois la seul chose qui importe, hors le Gondor a une immense armée ! Pensez donc à la sécurité de votre peuple, et non à votre ego de jeune loup en manque d’adversaires ! Ne vous laissez pas influencer par la sagesse de quelqu’un qui a vécu enfermé pendant la plus grande partie de sa vie ! Pensez, réfléchissez avant d’agir, car les conséquences peuvent être des plus néfastes, même si les intentions sont des plus nobles…."

 Et su ces dernières paroles, Aldagir s’inclina devant les trois rois dans la pièce, avec plus d’insistance pour Hyarmendacil Ier, avant de regagner en reculant le coin sombre dont il était sorti pour déclamer sa harangue.


Précédemment : Hadod l''Exilé, Eaoden, Menethil, Azaghâl

Mais Menethil c'est cool, alors voilà.

Arnor contre Gondor:
 
Revenir en haut Aller en bas


Manwë Sulimo
Dieu Protecteur d'Arda

Dieu Protecteur d'Arda
avatar


Féminin
▌INSCRIT LE : 28/02/2016
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 122
▌RACE : Dieu
▌VOTRE RANG : Un Dieu n'a guère besoin d'un rang.
▌CITATION : Arda est mienne et sous ma protection.

Carnet personnel
PE: PE illimités
PO: PO illimités
Troupes armées:

MessageSujet: Re: [EVENT] Une volonté d'indépendance.   Lun 27 Juin - 13:03

MJ Aylan Percedragon



L'atmosphère commençait à devenir pesante dans la salle du trône. L’Empereur semblait s'être énervé vu qu'il jeta tous les courtisans dehors dans un hurlement qui surprit le Roi du Dorwinion. Hyarmendacil s'approchait à pas lents d'Aylan et de son allié en les fixant de ses yeux inquisiteurs mais finalement c'est à son ami Nain que le Gondorien adressa la parole. Et de façon peu respectable qui plus est... Certes Furdin n'était pas des plus fins mais lors de sa venue dans le Dorwinion, le Roi de Khazad Dûm avait bien exposé sa vision du Gondor. Mais pourtant il ne rétorqua rien à la réponse de l'Empereur, tout comme Aylan. D'ailleurs juste après le Naugrim, ce fût au tour du souverain du pays des vignes de passer sous le regard inquisiteur du vieux Gondorien. En soit il n'avait pas tord, un assaut de tout les peuples d'orient réunis serait inarrêtable, même avec le soutiens des Nains. Mais Loryn et son intervention furent de bon renfort puisque ce dernier démontra que les différents peuples d'orient étaient actuellement divisés et de ce fait, une union entre eux était peu probable ce qui laissait du temps au Dorwinion de se développer si l'indépendance devait finir par être donnée. D'ailleurs il sera toujours possible de commercer avec ces Orientaux pour tenter d'éviter tout conflit, mais ça il valait mieux ne pas en parler. Aylan passa sa main droite sur celle de gauche, une sorte de tic lié au fait que l'Empereur semblait être prêt à accepter l'indépendance avec des contreparties. Bien...

« Merci Loryn, votre science militaire et économique est toujours la bienvenue. Il afficha un sourire amical avant de se tourner vers l'Empereur. Je suis prêt à entendre ces conditions, toutefois je souhaite entendre l'avis du Roi de Khazad Dûm et je rejoins ses mots. Je suis prêt à les accepter tant qu'elles sont honnêtes, mais je ne doute pas qu'elles le seront venant de Votre Majesté. »

Et puis là, le drame. Le drame vous dis-je. Un certain Lancelot du Lac prit la parole et ce fût un manque de respect évident et provocateur. Déjà Aylan n'était pas Seigneur mais Roi, de un. On respecte l'Etiquette je vous prie. Mais le pire fut pour son ami et allié Nain qui sans aucune forme de politesse fût tout simplement appelé « le Nain »... Et connaissant le caractère de ceux-ci, Aylan douta fort que le Gouverneur de l'Isengard garde son intégrité physique durant le reste de l'échange. Et puis le Roi ne manqua pas d'oublier le placement de la main du Gouverneur... Mais le pire à ses yeux était le manque de respect flagrant qui eu lieu quand ce Du Lac déclara haut et fort que les terres des Nains étaient seulement « prêtées » par le Gondor. Ça y est c'est certain, ce pauvre homme vient de signer son arrêt de mort. Une fois qu'il eu fini de parler et qu'il tourna les talons, le jeune Roi reprit la parole de façon claire.

« Tout d'abord Gouverneur Lancelot du Lac, sachez que je suis Roi et non pas Seigneur. Ma maison a un statut particulier et je vous serais gré de vous en souvenir afin de respecter l'Etiquette. Je ne m'arrêterais pas ici, je suis dans l'obligation de défendre mon allié et ami face à des propos se rapprochant davantage de l'insulte gratuite que de l'échange d'avis ou d'idées. Vous dîtes que le Roi du Peuple de Durin devrait se plier à des règles alors que vous même vous ne respectez aucunement celles que l'Etiquette vous impose. Celui-ci mérite tout votre respect et je ne suis pas sûr qu'il apprécie que vous rabaissiez son peuple et son imposant Royaume. Vous lui devez le respect tout autant qu'à moi. Auriez vous oubliés que poser la main sur sa lame est proscrit dans ce genre de sommet ? Si j'étais vous je ne défierai pas un Nain dans un duel, vous risquerez fort d'avoir des surprises. »

Il termina avec un léger sourire en direction de son ami. Il n'était pas question de laisser paraître un moment de faiblesse dans leur alliance pour rester en position de force ! Puis ce fût le tour d'un marchand Gondorien...

« Nous voulons être libre de choisir nos politiques économiques, nous voulons avoir le choix des alliances commerciales et militaires, nous voulons surtout trouver une neutralité que le Gondor met en danger sans cesse. En guerroyant il entraîne ses provinces avec lui. Nous voulons choisir tout simplement et nous voulons l'indépendance pour se faire. Le Gondor est certes puissant mais je suis certain que le Dorwinion peut être encore plus puissant si il prenait son destin en main. »
Revenir en haut Aller en bas
http://dagordagorath-rpg.forumactif.org


Sauronne
Puissance Maléfique de Dol Guldur

Puissance Maléfique de Dol Guldur
avatar


Féminin
▌INSCRIT LE : 10/03/2016
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 866
▌RACE : Maia
▌CITATION : Ash nazg durbatulûk, ash nazg gimbatul, ash nazg thrakatulûk, agh burzum-ishi krimpatul

Carnet personnel
PE: 15.251,25 PE
PO: 10.833, 75 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: [EVENT] Une volonté d'indépendance.   Mer 29 Juin - 13:08

Hyarmendacil Ier


Des conseils et débats, il en avait déjà vécu et plus d’un, mais un comme celui-là…Fort rarement et heureusement pour lui car ses nerfs étaient mis à rude épreuve. Après avoir parlé, ce fut au tour de Furdin qu’il écouta tout en allant se rasseoir sur son trône. L’intervenant suivant, Gouverneur d’Isengard, qui parlait pour lui soi-disant, débita de telles âneries et insultes que c’est à peine s’il entendit l’intervenant d’après, qui ne parlait somme toute que de commerce. Il remercia et salua d’un signe de tête l’intervention d’Aldagir, un riche commerçant gondorien qui le réconforta quelque peu car il commença à douter de la santé mentale de certains de ses alliés… Lorsqu’Aylan eut terminé de parler, il laissa libre court à son énervement intérieur et déversa le tout sur… Lancelot du Lac :

Lancelot du Lac, vous êtes démis de vos fonctions pour outrages et insultes envers une personne de sang royal et qui plus est, en ma présence. De plus, je ne crois pas avoir souvenance que mes ancêtres aient un jour signé un traité avec les Nains des Montagnes, leur autorisant à occuper des terrains que vous pensiez qu’ils nous appartenaient… Les Montagnes Blanches, certes, mais pour le reste, il n’en a JAMAIS été le cas. Gardes ! Emmenez-moi ce parfait imbécile loin de ma vue. Mettez-le aux fers jusqu’à ce que je décide de son châtiment.

Deux Gardes de la Citadelle le saisirent aux bras et le traînèrent à l’extérieur de la salle. Lorsque la porte fut refermée derrière eux, Hyarmendacil inspira et expira longuement et lentement pour retrouver son calme et ralentir les pulsations de son cœur, qui battait fort d’énervement et s’adressa d’abord à Furdin :

Acceptez mes excuses, Roi de Khazad Dûm. Les mots de cet homme à votre égard étaient plus que déplacés et bien irrespectueux quand on voit son rang par rapport au vôtre. Il sera châtié, croyez-moi…

Il s’adressa ensuite aux marchands et autres conseillers qui avaient escortés le Roi Percedragon, et le marchand Aldagir du Gondor :

Messieurs, je salue vos interventions. Vos mots à tous ont été entendus et croyez bien qu’ils ne seront pas oubliés lorsque je rendrais ma décision…décision que je vous communique à présent à vous, Aylan Percedragon, dit-il en regardant ledit personnage.

Ce dernier avait parlé avec assurance, pour son jeune âge. La fierté et un certain orgueil l’animait et le poussait manifestement à ne pas lâcher son objectif de vue. Quant à Hyarmendacil, il avait dit qu’il accepterait l’indépendance du Dorwinion sous ses conditions. Sur cela, il ne reviendrait pas car l’Empereur, tout plein d’orgueil qu’il était, était aussi un homme d’honneur et de parole. Cependant, un mot d’Aylan le dérangeait réellement et c’était là-dessus qu’il allait faire jouer sa condition ultime :

Aylan Percedragon, vous êtes conscients qu’un traité d’indépendance signifierait pour vous la fin de nos relations commerciales telles qu’elles le sont actuellement et la fin de ma protection militaire ? Toutes mes troupes postées à Ilanïn et Riavod vous seront immédiatement retirées et rapatriées en Gondor.

Hyarmendacil fit une pause avant de poursuivre :

Je reviendrais cependant sur une phrase que vous aviez employé à l’instant, je vous cite : « nous voulons trouver une neutralité que le Gondor met en danger sans cesse ». Mmmmhh je ne vois pas en quoi nous vous mettrions en danger… à moins que vous souhaitiez vous allier avec les Orientaux ? Vous parliez d’eux tout à l’heure et il est vrai que pour nous, les Orientaux sont et seront toujours nos ennemis… Dois-je vous rappeler qu’ils furent les premiers à être convertis et corrompus par le Seigneur des Ténèbres ? On les dit encore forts adeptes des anciennes coutumes et restés fidèles à l’Ennemi, tout mort qu’il est à présent… Aussi entendez bien ce que je vais vous dire : je vous accorde votre indépendance, Roi Percedragon… Cependant, si j’entends ne serait-ce que des rumeurs d’une alliance entre votre royaume et nos ennemis, les Orientaux, et vous pourrez dire adieu à toute relation amicale avec mon Royaume. Vous serez considéré comme un parjure, un traître, qui utilisa l’indépendance gracieusement acceptée et signée par l’Empereur du Gondor pour rallier l’Ennemi car je vous le dis sans détour : ces hommes sont corrompus, à jamais. Jamais ne rejoindront-ils le Bien. Je les connais, je les ai combattus et ai vu les miens mourir face à leur barbarie. Je sais de quoi je parle, vous non.


Il frappa deux fois dans ses mains. Le bruit raisonna bien fort dans la grande salle presque vide et une porte s’ouvrit à l’arrière de celle-ci. Il en sortit un grand homme aux cheveux noirs, assez gras, qui lui tombaient sur les épaules.

Mon Seigneur m’a appelé ? dit-il en s’inclinant devant l’Empereur.

Scribe, rédige un décret royal, stipulant que le Roi Aylan Percedragon ici présent se voit conférer la souveraineté totale en Dorwinion, que je reconnais son titre de Roi et permet à sa descendance d’hériter de son titre et de ses terres, anciennement ou nouvellement conquises.

Ce sera fait Majesté, répondit-il en lorgnant sur Aylan.

Je n’avais pas terminé. Ajoute un dernier paragraphe. Le Roi Aylan Percedragon s’engage à ne jamais lier de relations quelconques, qu’elles soient commerciales, militaires ou d’intérêts personnels avec tout ennemi du Gondor. Tout acte allant à l’encontre de ce paragraphe sera considéré comme une violation du présent décret et une déclaration de guerre. C’est tout ; rédiges cela et apportes-le moi pour que je le relise, le signe et y appose mon sceau avant que sa Majesté Aylan Percedragon ne fasse de même..

Le scribe s’inclina et disparut par où il était arrivé. Durant tout ce temps, les yeux de l’Empereur du Gondor n’avaient pas quitté le visage d’Aylan une seule seconde. La décision ultime lui revenait désormais et Hyarmendacil s’en assura en lui répétant encore une dernière fois :

Signez et repartez d’ici en ami, allié et indépendant de mon autorité. Refusez de signer et repartez d’ici en ennemi avec votre requête que je refuserais d’accepter. Comprenez ceci : je ne puis tout bonnement pas tolérer la neutralité…




Personnages joués sur BtDD : Sauron Le Grand (x3), alias Sauronne // Legolas Vertefeuille (alias Leggy) // Denethor II (alias DD)

Personnages joués sur Le Tiers Âge
: Le Nécromancien (alias Sauronne)

DC sur le Tiers Âge : Gandalf le Gris
Revenir en haut Aller en bas


Aylan Percedragon
Roi du Dorwinion ¤ Le jeune Dragon ¤ Chevalier des vignes

Roi du Dorwinion ¤ Le jeune Dragon ¤ Chevalier des vignes
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 10/03/2016
▌VOTRE AGE : 22
▌MESSAGES : 72
▌RACE : Dùnedain
▌VOTRE RANG : Roi du Dorwinion
▌CITATION : /

Carnet personnel
PE: 63.963 PE
PO: 3978.5 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: [EVENT] Une volonté d'indépendance.   Mer 29 Juin - 23:16

Aylan appréciait la remontrance contre l’individu de l’Isengard, il l’avait bien mérité après tout. Un tel manque de respect était inacceptable dans une telle rencontre, où avait-il reçu son éducation cet ignare ? Il était de sang royal, son territoire était sous juridiction du Gondor pour le moment, mais ça n’empêchait pas qu’il était roi, il n’avait de tout de façon pas à s’adresser à lui de cette manière. Il n’avait pas du tout apprécié. L’empereur semblait s’être emporté contre ce vaurien, en tout cas deux gardes vinrent chercher le malotru après que ce dernier fut démis de ses fonctions. Il ne put s’empêcher d’afficher un sourire satisfait, il avait mérité ce qu’il allait subir, il n’avait qu’à réfléchir à deux fois à ses paroles. Il n’avait pas du tout aimé la façon dont il avait parlé à son ami en plus.

Les excuses de Hyarmandacil furent presque esquisses à entendre, un vrai délire. Bien sûr, il n’en montra rien pour ne pas mettre en colère le roi du Gondor, mais intérieurement il jubilait, mais d’une puissance inouïe. Il devait s’excuser et il avait surement du ravaler sa fierté afin de le faire. De tout de façon, il n’avait pas trop le choix, cet « accident » s’était passé sous son toit, c’était un de ses sujets qui avait prononcé ces mots blessants et il n’avait pas réussi à en être maître. Dans cette situation, il ne pouvait que courber l’échine en espérant que le nain accepte ses excuses. En tout cas il aurait apprécié voir Furdin se jeter à la gorge de ce Lancelot du Lac, il aurait presque payé pour voir ça d’ailleurs.

Hyarmendacil s’adressa de nouveau à lui et Aylan l’écouta donc avec attention, il se tenait droit comme un piqué. Il savait fort bien que les troupes du Gondor quitteraient son territoire, elles n’allaient pas défendre un territoire qui n’appartenait plus au Gondor. Pour les relations commerciales, il pensait qu’ils pourraient en reparler plus tard quand les événements se seront tassés, il avait conscience qu’ils seraient peu enclins à la négociation avant un moment. Il répondit donc simplement :

«J’en suis conscients, Sire Hyarmandacil.   »
Il continua d’écouter ce qu’il avait à dire, il fronça ses sourcils à plusieurs des expressions du Gondorien, il n’aimait pas trop les termes concernant les Orientaux. Mais en l’écoutant, il se disait que ses projets étaient encore envisageables, du moins il l’espérait fortement.


«Vous n’avez point à me rappeler de quoi ils sont capable, mon royaume est voisin du leur , je ne les connais que trop bien. Sachez juste que je n’enliserais pas mon royaume dans une guerre ouverte avec les Orientaux, je ne veux que le bien de mon peuple, ce qui veut dire à une « paix », ou du moins une trêve, si elle est possible, avec eux.   »

Il avait bien spécifié que le roi Aylan Percedragon s’engageait à ne pas nouer de relation commerciale ou militaire avec les Orientaux, ce qui voulait dire que sa descendance serait libre de faire ce que bon lui semble. C’était le jeu de la diplomatie, être clair et bien choisir ses mots, ces derniers pouvaient être plus efficaces qu’une épée. Le scribe revint avec le document, un exemplaire pour Aylan. Le Percedragon le lut pour voir si rien n’avait été rajouté à son dos, il vit également Furdin y jeter un coup d’œil. Il n’avait rien à redire.

Il signa le document en y apposant sa signature et son sceau, sur les deux exemplaires. Une fois que le document fut signé par Hyarmendacil, Aylan prit son exemplaire et s’inclina légèrement par le roi du Gondor en signe de respect :

«Sire Hyarmendacil, nous n’abuserons pas plus de votre hospitalité. J’espère que nos royaumes pourront un jour s’approcher afin d’échanger des marchandises.     »

Puis ils s’en allèrent.
Revenir en haut Aller en bas


thranduil.
Roi de Mirkwood

Roi de Mirkwood
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 28/04/2016
▌VOTRE AGE : 23
▌MESSAGES : 43
▌RACE : Elfe sylvestre
▌VOTRE RANG : Roi de Mirkwood
▌CITATION : “Not all those who wander are lost.”

Carnet personnel
PE: 43.463,75 PE
PO: 16.050 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: [EVENT] Une volonté d'indépendance.   Lun 4 Juil - 20:42

C'était en ce jour devenu historique du 2 Mars 1090, que le peuple du Dorwinion avait parlé d'une seule et même voix à travers celle de son roi. Bien qu'encore jeune, celui-ci avait su prouver qu'il était capable de bien des stratégies pour obtenir ce qu'il voulait, ce que son peuple voulait. Aujourd'hui, avec le roi Furdin Ier à ses côtés, Aylan Percedragon avait pris pleine conscience du caractère irrévocable de sa demande d'indépendance, qui avait abouti, non sans conditions. Contre l'indépendance, l'allégeance. Le Dorwinion se voyait interdire le droit d'alliance avec les orientaux, bien qu'Hyarmendacil ait souligné la fin de toute protection militaire et d'axes commerciaux entre eux et le Gondor. Car plus aucune troupe gondorienne ne serait postée sur leurs terres. Bien que démunis de ces privilèges,  le Pays des Vignes n'en était pas affaibli et à découvert. Il disposait d'une armée ayant depuis longtemps fait ses preuves, et son commerce atteignait son apogée. Leur nouveau statut ne ferait que décupler toutes ces forces que le Dorwinion avait acquises durant ces dernières années, malgré les taxes et les brides du Gondor. Mais aujourd'hui, les chaînes qui les empêchait de pleinement s'épanouir avaient été brisées.

Car le Dorwinion se présentait enfin à la Terre du Milieu et ses peuples comme indépendant et souverain...


Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [EVENT] Une volonté d'indépendance.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[EVENT] Une volonté d'indépendance.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi
» Aire d'entraînement de la Volonté
» Event 5 : Ecriture & Dessin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux - Le Tiers Âge :: Administration :: Corbeille - Archives générales du Forum-
Sauter vers: