AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 Les premières actions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Ossë Turambar
"Le Dévoreur"


avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 14/05/2016
▌VOTRE AGE : 22
▌MESSAGES : 74
▌RACE : Numénoéen Noir
▌CITATION : Cet homme se faisait appeler Vása, Le Dévoreur.

Carnet personnel
PE: 22.275 PE
PO: 15.375 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Les premières actions   Mar 31 Mai - 12:52

Mon accession au gouvernement de l'Umbar s'était rapidement répandue de la citée : pendant plusieurs jours, tout le monde avait parlé du nouveau dirigeant de la citée, qui était, selon le peuple, plus un roi qu'un simple gouverneur. Imecir, la Pupille du Gondor, le Fils d'Ar pharazon reprenait son dût. Voila ce que Berethion me rapportait.
J'avais envoyé ce dernier dans la citée pour informer les réseaux de rebelles : tous savaient qu'elle était désormais ma place. Tous se tenaient prêt pour les combats, cependant, mes ordres avaient été clairs : la rébellion allait attendre, je voulais, dans un premier temps, redresser la situation du pays.
La capitale était plongé dans une grande misère, et cela depuis plusieurs années. Marothir n'avait rien fait pour arranger les choses, je me devais d'améliorer la situation.

En plus des ordres que j'avais donné à Berethion, j'avais aussi convoqué les trois frères, Ramsar, Dosath et Cadilan, ainsi que les chefs des différents comités. Tous avaient répondu à ma demande, sauf le Chef de la Chambre Sainte : ce dernier ne se sentait pas concerné par les affaires économiques du pays.


Le trône n'était pas confortable. Il était dur, et cela m'obligeais à changer de position à de nombreuses reprises. Je n'occupais le trône que depuis quelques heures, et tout cela me paraissais déjà désagréable : comment Marothir avait fait pour supporter l'intendance du pays pendant tans d'années.
De nombreux gardes étaient présents dans la salle du trône : le capitaine, Valirian se tenait à coté de moi : mes ordres pour eux avaient été simples : je voulais doubler la garde dans le palais. Même si j'étais aimé du peuple, les personnes du palais elles, ne m'aimaient guère.
Le capitaine avait donc transmis mes ordres et pas moins de cinquante gardes se tenaient dans les différents coins de la salle. Dans le palais, les patrouilles étaient  nombreuses.

La porte s'ouvrit, et 6 hommes se révélèrent à moi : Cadilan, Dosath et Ramsar s’avancèrent en premier, s'inclinèrent, et se mirent à coté du capitaine. Les trois derniers hommes s'inclinèrent aussi, et se présentèrent à moi. Leurs prénoms n'étaient pas importants : seules leurs actions allaient compter.
Je souffla au capitaine un ordre, et d'un mouvement de main, il invita la garde à sortir. Lui, resta à mes cotés. Je me leva, faisant craquer mes os, et je caressa doucement le pommeau de mon épée.
Face à moi, le chef du comité militaire m'imita alors que les chefs du comité des artisans et de la chambre du commerce reculaient lentement.
Le chef du comité militaire portait une armure faîtes à partir de nobles matériaux et on pouvait voir l'écusson du Gondor. Une impressionnante épée pendait à son coté. Je m'approcha du chef du comité militaire, et je dis :

« Donc, c'est vous qui vous chargez de la défense de mon royaume.. »

Je tourna quelques temps autour de lui, afin de l'étudier sous tous les angles, et je m'arrpeta devant lui. Je saisi l'écusson du Gondor et je l'arracha. Je sentis Valirian se tendre derrière moi :

« Comment voulez vous maintenir l'ordre et la paix dans une citée si vos soldats rappellent constamment au peuple qu'ils sont occupés ? Voyons, un peu de jugeote.. Commencez donc par enlever cet arbre des vêtements de vos soldats et des drapeaux de ma citée. Et chargez vous aussi de trouver un nouvel emblème, rappelant non pas la domination du Gondor, mais l'aide que ce dernier apporte à l'Umbar. Valirian, vous serez chargé de l'aider. »

Je recula afin de voir tout e monde et je dis :

« Notre mission n'est pas d'attiser les conflits internes à la citée, mais de résoudre tout les problèmes. Vos rôles sont importants Messieurs. Sur vous repose la prospérité de notre citée ! Chef de la chambre des Artisans, pouvez vous me faire un compte rendu de nos activités ? »

L'homme s'inclina et dis d'une voix nette et assurée :

« Mon comité regroupe la totalité des Artisans vivant dans notre capitale. J'ai des forgerons, des armuriers, des constructeurs de bateaux, des boulangers.. Je vous épargne la liste complète. Nos activités sont au plus bas. Nous manquons principalement de matières premières. Comme vous le savez, notre approvisionnement vient du Gondor, et ce dernier nous envoi de moins en moins de ressources. Juste de quoi tenir le coup. Nous n'avons pas beaucoup de solution Sire. »

Je leva la main pour le faire terre et je regarda le chef de la Chambre du Commerce :

« Et vous ? Rien a me dire sur le commerce ? »

L'homme haussa les épaules et dit d'une voix nonchalante :

« Inexistant Sire. Le commerce est inexistant dans cette citée. Bien sûr, nous avons des caravanes qui sont prêtes a partir mais ne nous voilons pas la face : nous n'avons rien à vendre. Et nous n'avons pas l'argent pour acheter non plus. »


Je m'installa à nouveau sur mon trône et je réfléchis quelques minutes, avant de déclarer :

« Ramsar, Dosath et Valirian, prenez une centaine d'hommes avec vous, et prenez le Chef de la Chambre du Commerce. Partez au nord-est, à Amdûr. Si le Gondor ne nous donne pas de quoi vivre, nous allons devoir nous débrouiller autrement. Allez voir le Gouverneur du Harad, et négociez avec lui pour ouvrir à nouveau les anciennes voies commerciales. Prenez aussi le maximum de chariots, et ne revenez pas les mains vides. Je vous donne 8,000 Pièces d'Or, pas une de plus. »

Les quatre hommes s'inclinèrent et partirent sans se retourner. Il y avait encore le chef du Comité Militaire et le chef du Comité des Artisans. Je pointa le premier du doigt et je dis :

« Vous, prenez des hommes, autans que vous voulez, et organisez des patrouilles dans tout le territoire de l'Umbar. N'oubliez pas que la Rébellion peut aussi se trouer à l'extérieur de nos murs. Débusquez moi ces traîtres, et amenez les moi. Quand à l'intérieur de la citée, les patrouilles déjà existante suffisent amplement. »

L'homme s'inclina et le chef des Artisans me regarda :


« Quand à vous, je vous ordonne de vous remettre au travail, vous, et votre comité. Les matières premières arriveront bientôt, je vous le jure.  Mais en attendant, envoyez des hommes à l'extérieur de la citée, trouver des sols fertiles, et des montagnes riches en gisements. Je vous donne un budget de 3,000 Pièces d'Or. Nous avons la mer à notre disposition, nous devrions aussi l'utiliser. Envoyez des hommes trouver des eaux riches en poissons.. Et pourquoi pas des hommes chasser aussi. A cette période de l'année, le gibier pourrait être une bonne source de nourriture. Disposez maintenant. »

L'homme s'inclina et parti rapidement, me laissant à nouveau seul dans la salle.


Revenir en haut Aller en bas
 
Les premières actions
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» II,2. scores - réactions des personnages
» Aux premières lueurs du matin... [Pv Joshua]
» Aide de Jeu FR - Déroulement des Phases et créneaux d'Actions
» II,4. LA RÉVOLTE — réactions de vos personnages
» Les premières dames d'Haïti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux - Le Tiers Âge :: Administration :: Corbeille - Archives générales du Forum-
Sauter vers: