AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 Le premier grain de sable de la tempête

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Amasys Nakhrankh
Dit l'Eclatant
- Héritier des Terres et Empires du Sud -

Dit l'Eclatant - Héritier des Terres et Empires du Sud -
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 11/03/2016
▌VOTRE AGE : 17
▌MESSAGES : 50
▌RACE : Haradrim
▌VOTRE RANG : Chef de la Rébellion d'Amrûn
▌CITATION : -

Carnet personnel
PE: 0 PE
PO: 4.215 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Le premier grain de sable de la tempête   Sam 21 Mai - 21:59

Le vent soufflait sur la mer de sable qu’était la plaine, le désert. Ce n’était pas un vent frais, agréable lors de hautes chaleurs, mais un vent dur qui frappait la peau de ceux qui osaient l’affronter sans se protéger. Car oui, des hommes osaient s’aventurer dans les terres arides. Ils étaient enveloppés de voiles, leurs visages étaient dissimulés par des foulards, leurs yeux ne pouvaient être aperçus plus que leurs mains. Des silhouettes se déplaçant à dos de chameaux. La nuit était proche, ce qui expliquait leur départ. Car sur ces plaines, nul ne peux espérer voyager de jour, tant la chaleur est grande, et le mal insupportable de la brûlure du soleil.

Relevant du mystère et défiant la logique, c’est donc la nuit tombée que l’on put apercevoir les visages de ces centaines, ces milliers de voyageurs courageux, ou inconscients. Car ils étaient en effet plusieurs milliers, ils venaient de l’Est, de terres moins arides où pendant des années ils avaient vécus en exil. Leur voyage s’effectuait comme un pèlerinage, comme une croisade vers l’objectif que fut la ville magnifique d’Amrûn. Ces hommes du désert avaient grande patience, tant ils savaient que cette ville se trouvait encore loin, non pas dans la réalité, mais dans leurs coeurs. Car elle les avait oublié, car la trace de ces gens qui autrefois la peuplaient a été, presque dira-t-on, effacée.

C’est afin de réveiller les esprits, de refaire luire le soleil dans les esprits que Amasys était là, au milieu de ces hommes qui étaient siens, qui croyaient en lui et en qui il croyait. Il retira donc sa capuche, entra dans la tente de toile fraichement construite pour la pause d’un peu moins d’une heure autorisée, et les deux autres hommes purent découvrir son visage. Celui-ci était jeune, parfait de par ses traits. Il était accompagné de longs cheveux foncés, regroupés en plusieurs tresses regroupant eux-mêmes d’autres mèches. Il se faisait respecter avec ses yeux d’un noir de jais mais pourtant qui transperçaient les regards. Une certaine prestance se dégager du corps de l’homme, qui était toutefois limitée par sa jeunesse.

Il s’avança jusqu’à un siège et s’y assis, laissant les deux autres homme à leur place. C’est seulement quand il les eut salué qu’ils prirent place dans de plus petits fauteuils. Puis c’est encore Amasys qui reprit la parole, étouffant le silence qui s’installait dans l’oeuf et semblant précipité les deux autres :

« Nous avançons correctement. Les dromadaires ne sont rien comparés aux pures sang du sud, mais leur endurance est remarquable et relativement utile, nous le constatons. Dans moins d’une semaine nous seront arrivés aux alentours d’Amrûn, il ne faut pas nous approcher trop près des remparts toutefois. Nous savons les hommes occupant la cité encore peu aguerris et effrayés par le désert, leurs rondes et éclaireurs ne nous gêneront pas. Le campement devra être construit derrière une dune, de sorte à le cacher. Peu importe si sa position est désavantageuse s’il doit se faire attaquer. Il ne sert que de base de relais et d’organisation. Les Haradrims n’ont pas besoin de vraies habitations, se sont des hommes durs qui cohabitent avec le sable, le désert est leur maison et toute autre leur est inutile. »

Laissant sa fermeté peu à peu s’évanouir, le chef de la caravane des Haradrims indépendants se tut afin de laisser place aux questions, ses généraux devaient être bien informés, savoir que faire à tout moment, leur devoir est de porter la parole de celui en qui ils croient : Amasys Nakhrankh l’Éclatant, celui qui chassera les couards envahisseurs, celui qui apportera la liberté et vengera ses aïeuls.


Revenir en haut Aller en bas


Sauronne
Puissance Maléfique de Dol Guldur

Puissance Maléfique de Dol Guldur
avatar


Féminin
▌INSCRIT LE : 10/03/2016
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 866
▌RACE : Maia
▌CITATION : Ash nazg durbatulûk, ash nazg gimbatul, ash nazg thrakatulûk, agh burzum-ishi krimpatul

Carnet personnel
PE: 15.251,25 PE
PO: 10.833, 75 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Le premier grain de sable de la tempête   Lun 23 Mai - 13:00

MJ


Les hommes d’Amasys l’écoutèrent avec grande attention, le visage grave et fermé, les yeux soient braqués sur le jeune homme, soit sur le brasier au centre de la tente. Si les journées pouvaient être parfois suffocantes, les nuits pouvaient être très fraiches, même dans le désert. Amasys parlait de la glorieuse cité d’Amrûn et de la construction d’un camp quelque part dans le désert, derrière une dune de sorte de le cacher le plus possible de la route. Ce campement constituerait une sorte de base, de relais. Pour quoi faire ? Tous avaient leur petite idée mais à ce stade-là, personne n’osait encore en parler tout haut, de peur de s’attirer le mauvais œil peut-être… Quoi qu’il en soit, lorsqu’Amasys eu finit de parler, l’un des hommes de la caravane se leva et se tourna vers Amasys. Son visage était buriné et ridé par les années et le soleil brûlant du Harad.

Jeune Amasys, les temps sont durs pour organiser une telle construction, si petite soit-elle, sur des terres qui nous ont été volées. Le Gondor commence à sortir des sentiers sûrs du désert qu’ils connaissent. Même si nous construisons notre campement à l’abri des regards, un campement est-il suffisant pour nous organiser face aux forces ennemies qui nous occupent ?

Il se rassit péniblement, son discours approuvé à voix basse et par quelques hochements de tête par d’autres Haradrims de la caravane. Tous les regards se tournèrent à nouveau vers Amasys.




Personnages joués sur BtDD : Sauron Le Grand (x3), alias Sauronne // Legolas Vertefeuille (alias Leggy) // Denethor II (alias DD)

Personnages joués sur Le Tiers Âge
: Le Nécromancien (alias Sauronne)

DC sur le Tiers Âge : Gandalf le Gris
Revenir en haut Aller en bas


Amasys Nakhrankh
Dit l'Eclatant
- Héritier des Terres et Empires du Sud -

Dit l'Eclatant - Héritier des Terres et Empires du Sud -
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 11/03/2016
▌VOTRE AGE : 17
▌MESSAGES : 50
▌RACE : Haradrim
▌VOTRE RANG : Chef de la Rébellion d'Amrûn
▌CITATION : -

Carnet personnel
PE: 0 PE
PO: 4.215 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Le premier grain de sable de la tempête   Dim 7 Aoû - 16:15

Les généraux du jeune descendant de la famille royale paraissaient plutôt perplexes quant à ses idées. Ils l’avaient suivi presque sans demander la raison de ce voyage en terres perdues, car la raison était simple, et tous la connaissaient sans oser la prononcer. Amasys cependant allait étonner. Il n’avait en effet en sa possession qu’à peine un millier de combattant, ce qui ne devait qu’accentuer la méfiance des généraux quant à un plan de reconquête d’Amrûn. Ainsi son plan n’était pas d’attaquer, pas directement du moins. À l’image de l’emblème de sa famille, il allait se glisser dans la cité comme un serpent, et tuer leurs ennemis dans le sommeil, sans qu’ils n’arrivent à se rendre compte de ce qui venait de se passait sous leurs yeux. Le chef des exilés ne souhaitait pas reprendre sa cité, il souhaitait reprendre son peuple, la cité n’était que quelque chose en découlant ; la cité appartient en effet à son peuple. Alors que ceci lui passait en tête en un quart de seconde, son sourire légèrement présent déjà s’accentua suite à la réponse de son conseiller.

« Vous êtes portés par la raison, sage général, un campement ne serait que bien trop peu afin de servir mon idéal ; cela je le sais. Il ne s’agit que du premier grain de sable de la tempête que je vais déclencher. Le campement agira comme il le doit, un campement où résider, où surveiller pour un temps. Aussi il vous faut maintenant savoir que si nos ennemis ont l’avantage de la force, ce n’est pas avec celle-ci qu’il nous faut attaquer ; il nous faut trouver les faiblesses de nos ennemis et les exploiter. C’est ce qui a occupé mon temps durant des années, ces années où nous étions à l’est. Maintenant il me faut vous consulter, car sans vous je ne suis rien et si vous ne me soutenez pas, chers généraux, je ne peux rien. Si vous l’acceptez donc, je vous exposerai ce que je prévois de faire, et j’espère bien que vous me soutiendrez comme vous l’avez toujours fait, avec mon grand-père, mon père et moi. »

Faisant glisser son regard dans l’assistance, Amasys prit le temps d’attendre, de faire monter le suspens. Il voyait les anciens mais pourtant sages généraux qui l’avaient suivi depuis le début, s’échanger des regards interrogatifs. Seule une personne n’avait été prévenu du plan cependant, cette personne, Amasys l’avait fait demander et avant d’entreprendre son explication, il leva son bras droit et fit gracieusement signe aux gardes de faire entrer la pièce maîtresse de ses projets.

« Vous connaissez tous ma chère sœur, Euredice. C’est elle qui fera basculer le pouvoir de nos ennemis dans la cité d’Amrûn, elle nous ouvrira la voie, celle que nous prendrons pour chasser ceux qui doivent l’être, les imposteurs du nord. Accompagnée de quelques-uns de nos plus fidèles gardes, elle entrera dans la ville et prêchera ma voix auprès de notre peuple, retenu comme en otage par le Gondor. Elle ravivera les souvenirs effacés, elle sèmera le trouble dans la ville, de son statut de femme, elle se fera appeler prêtresse et Dame du Serpent. Les pouvoirs de notre Seigneur sont en elle, elle qui peut fabriquer le plus puissant poison comme le plus puissant remède, lire dans les flammes et être en contact avec l’Œil. Nous ne sommes pas assez nombreux pour attaquer de front, alors nous allons encercler notre ennemi comme le serpent, puis l’étreinte se resserrera et il trépassera. »

Tout en disant cela, Euredice s’était avancée, Amasys s’était levé et lui avait tendu la main, qu’elle avait accepté. Ses cheveux étaient semblables à ceux de son frère, d’un noir de charbon ; ils étaient ornés d’objets en or, brillant à la lumière des torches, et un diadème en forme de serpent descendait sur son front. Sa peau était d’une couleur caramel plus claire que celle d’Amasys et de la majorité des Haradrims ; elle était recouverte d’une fine robe en lin blanc, laissant très fortement ressortir ses formes, un cercle d’or la soutenait au niveau de la taille, que l’on pouvait apprécier très fine. Quelque chose de mystérieux s’échappait d’elle, une aura particulière qui mit mal à l’aise les généraux, Amasys, lui, connaissait bien sa sœur et sa présence. Il avait avec elle plus de liens que celui du sang.

« Quelle est donc votre réponse ? »

Cette réponse, elle fut donc favorable, l’assemblée venait d’acquiescer, certains moins enthousiastes que d’autres, mais soit, il s’agissait là du commencement. Il était donc temps, maintenant que tous étaient d’accord, d’établir les bases de ce campement. Amasys y avait assez réfléchit, ce campement devait être, dans tous les cas, étendu, pour pouvoir accueillir suffisamment de tentes. Si ce n’est une petite armée, une caravane allait vivre ici, il était donc nécessaire également de trouver des ressources. Plusieurs cavaliers éclaireurs avaient donc été envoyés observer les lieux, et à l’Est de la ville se trouver être, à 20 kilomètres de celle-ci, un lieu parfait. Il s’agissait d’un creux dans la platitude du désert, entouré de dunes de sables mais laissant à un endroit un passage plus clément et facile à emprunté, où les angles de monté et de descente dans le sable étaient moins raides. Cela constituait de superbes défenses naturelles. Mais ce n’était pas tout, sans doute ce creux s’était-il formé, car une petite mais incroyablement riche oasis se trouvait être dedans. Un endroit parfait où trouver eau et même peut-être gibier autre que ceux habituels du désert…

« Votre confiance m’honore, et je peux vous assurer que votre choix, celui de me faire confiance et de me suivre, ne vous apportera que bonheur et la récupération de ce qui nous fut pris, encore un acquiescement. En ce qui concerne le campement, vous êtes déjà au courant du lieux, je ne ferai qu’ajouter qu’une oasis se trouve à ses environs et qu’elle nous fournira le peu dont nous nécessiterons. Il nous faudra une vingtaine de tentes, celles que nous avons prévus et emportées seront largement suffisantes, ainsi que quelques postes de guet afin de surveiller les environs. Je sais que je pourrai compter sur votre aide pour organiser cela. Maintenant il va bientôt falloir nous remettre en route, vous pouvez donc aller vous préparer. »



Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le premier grain de sable de la tempête   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le premier grain de sable de la tempête
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dans l’eau un grain de sable et un rocher coulent de la même façon. ELEANORE ♥
» Un grain de sable dans l'oeil [PV James]
» Comme un grain de sable [quête]
» Groupe #3 : Un grain de sable ?
» Aël Sand, juste un minuscule grain de sable parmi tant d'autre....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux - Le Tiers Âge :: Administration :: Corbeille - Archives générales du Forum-
Sauter vers: