AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 A l'aube d'une aire nouvelle [ft ...]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Ossë Turambar
"Le Dévoreur"


avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 14/05/2016
▌VOTRE AGE : 21
▌MESSAGES : 74
▌RACE : Numénoéen Noir
▌CITATION : Cet homme se faisait appeler Vása, Le Dévoreur.

Carnet personnel
PE: 22.275 PE
PO: 15.375 PO
Troupes armées:

MessageSujet: A l'aube d'une aire nouvelle [ft ...]   Dim 15 Mai - 18:47

Je me réveilla lentement, et un sourire se dessina sur mon visage en sentant les rayons de soleil posé sur mon corps. J'étais dans ma royale chambre, dans le palais de la citée d'Umbar : en tans que Pupille de Marothir, je jouissais d'un grands nombres de privilèges. J'étais l'une des personnes les plus respectées dans ce palais. J'étais aussi la personne la plus crainte : mes origines Numénoréennes faisaient de moi une personne extrêmement grande. De plus, pendant des dizaines d'années, les nobles de ce palais avaient perdu l'habitude d'avoir affaire à des descendants de Numénor.
Comme tous les matins, mes serviteurs avaient préparé mon bain. Je me glissa dedans : le bain était disposé de sorte à ce que je puisse contempler  la ville a travers le balcon. Je ne voyais que misère et désolation. Comment un lieu aussi noble, et aussi riche en histoire avait-il pu tomber aussi bas. Je ne voyais qu'un seul facteur : l'arrivée des Gondoriens, en 933 du Troisième âge : ils avaient épuisé nos réserves, et se plaisaient a vivre richement, malgré la pauvreté du peuple d'Umbar.
Cette pauvreté et cette misère, voilà ce qui m'avait poussé à avoir une deuxième identité : je ne voulais pas ça pour le peuple d'Umbar. Je ne voulais pas ça pour mon peuple.

Je suis Imecir, héritier d'Ar-Pharazon lui même.

Aujourd'hui était un grand jour : j'allais voir Marothir pour lui parler de l'avenir. Ce dernier se faisait vieux, et il n'allai pas tarder à mourir, d'une façon naturelle ou de la main de la révolution. Je devais à tous prix m'entretenir avec lui afin de lui demander de céder face au peuple, et de se retirer lui et ses troupes. Je comptais lui parler de Vása, et lui dire que je l'avais rencontré. Lui dire qu'il m'avait parlé de tous ces projets pour l'Umbar : il voulait faire revivre Numénor à travers cette citée. Je savais éperdument que Marothir, fier d'avoir des racines Numénoréennes, ne resterait pas de marbre face à cet argument.


Alors que j'étais plongé dans mes pensées, je n'entendis pas Beretion rentrer dans mes appartements. Le jeune homme, à moitié Numénoréen, me servait depuis maintenant plus de 20 ans. Il se racla la gorge et il dit :


« Imecir, il va falloir y aller, le Gouverneur Marothir t'attend ! Tiens, il ouvrit un coffre et en sorti des vêtements, mets toi ça pour aller le voir. Allez, dépêche toi ! »


Je soupira. Beretion ne changerait jamais. Après tout, je considérais cet homme plus comme un ami que comme un serviteur. Je me releva et, pendant que je me retournais, il m'envoya une drap pour m'essuyer. Il s'approcha de moi et il dit tout doucement :

« J'ai aussi reçu un message de Pellardur. Ils ne sont pas aussi nombreux qu'ici, ni aussi équipé, mais ça viendra. Leur chef voudrait te rencontrer. »

Je rigola et, après m'être séché, je commença à m'habiller. Quand j'eu fini de lacer mes bottes, je m'approcha de Beretion et je l'attrapa fermement par l'épaule en lui disant :

« Brûle le message. Et passe le mots à nos amis. Et surtout, ne parle de ça ici. Tu sais très bien ce que je risque. Allez, laisse moi maintenant, tu as une chose à faire. »

Beretion se dégagea de mon emprise et s'inclina : depuis plusieurs mois maintenant, Beretion m'aidait à tout organiser. Il jouait un rôle clé dans la révolution qui se tramait en Umbar. Je saisi mon poignard que je passa à ma ceinture : j'étais prêt. Aujourd'hui, la révolution commerçait sérieusement. Et même si les négociations échouaient, j'avais encore un ultime moyens pour prendre la tête de la citée. Dans tous les cas, ce n'était plus qu'une question de temps : bientôt, Numénor renaîtrait de ses cendre.

Je sortis de mes appartements : plusieurs Gondoriens montaient la garde. Je leur dis bonjours d'un signe de tête, et ils répondirent en frappant fermement leur lance sur leur bouclier. Je souris, et je  me dirigea vers la salle du trône.

Quand je pénétra dans cette dernière,je fus époustouflé par la beauté de l’endroit : le sol était de marbre, les colonnes aussi. De chaque cotés de la salle, d'immenses fenêtre laissaient rentrer la lumière du soleil. Cela faisait plus de 100 ans que je côtoyais cette salle, età chaque fois que je rentrais, j'étais impressionné.
De nombreux gardes se tenaient dans la salle, et Marothir était assis sur son trône. Je souris et je commença à avancer : il fallait que je sois charmant, la discutions durait d'être longue, et surtout peu plaisante.
En m'avançant, je remarqua le capitaine de la garde, un vieil ami. Enfin, ami, le mots est peut être trop fort. Nous étions des rivaux. Il était bien plus jeune que moi, mais je n'avais pas connu d'homme aussi valeureux et talentueux avec une lame dans les mains. Cependant, malgré cette rivalité, une certaine forme de respect et de sympathie s'était établie entre nous.
Je lui fis un signe de la tête : comme les gardes qui se tenaient devant mes appartements, il me répondit en frappant son bouclier. Je lui fis un signe de la tête, qu'il comprit : il regarda ses hommes et il leur ordonna de se retirer.

Alors que le dernier garde venait de passer la porte, je m'inclina devant Marothir et je dis, d'une voix chaleureuse et respectueuse :


« Gouverneur Marothir, je te salut.J'espère que tu vas bien, et que le royaume se porte bien. Je suis ici pour m'entretenir avec toi d'une affaire étrange et préoccupante »


Revenir en haut Aller en bas


Nôrin Ier
Descendant de Durin ¤ Libérateur de Karak Azul

Descendant de Durin ¤ Libérateur de Karak Azul
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 12/03/2016
▌VOTRE AGE : 21
▌MESSAGES : 137
▌RACE : Nains
▌CITATION : ...

Carnet personnel
PE: 64.262,50 PE
PO: 3.088 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: A l'aube d'une aire nouvelle [ft ...]   Lun 16 Mai - 9:06

Marothir


Gouverneur d'Umbar



Depuis maintenant plusieurs années les Gondoriens ont pris la possession des terres d'Umbar.  Les corsaires étaient privés de leurs bateaux, qui pourrissaient sur les quais. Quelques-uns étaient encore en marche, mais ils ne servaient qu'au transport des marchandises et à d'autres choses qui n'étaient pas au niveau de ces bateaux de guerres. Les temps de guerres étaient très difficiles pour l'Umbar. Après la chute de Sauron, les Gondoriens ont saisie leur chance et ils étaient arrivés à leur apogée. Personne ne pouvait rivaliser avec eux de nos jours, malgré la volonté qu'avaient les corsaires et leur amour pour leur peuple, ils n'ont pas pu défendre leur terre contre l'armée de l'arbre blanche. Les pertes étaient grandes pour le peuple de l'Umbar, ils étaient obligés de mettre un terme au combat pour le bien de leurs familles. En ce moment, les commandes de l'Umbar étaient aux mains d'un très vieux gouverneur. Marothir était autrefois un guerrier digne de ce nom qui faisait tout pour défendre ses terres, mais suite à la mort de sa femme bien aimé dans une bataille le jeune homme a totalement changé. Aujourd'hui, il est devenu un vieillard qui se déplaçait de son trône seulement pour dormir ou pour aller aux toilettes. Il faisait que recevoir les ordres du Gondor et les appliquer pour gouverner sur l'Umbar. Marothir a choisi la solution facile pour son pays, pour lui la révolte contre le Gondor n'était pas une bonne solution, mieux vaut perdre son indépendance plutôt que de mourir. Il a choisi ce qu'il pensait être le mieux pour l'Umbar et il savait que beaucoup des siens n'était pas d'accord avec lui.

Cela faisait quelques mois que le gouverneur vivait en boucle le même scénario banale chaque jour. Après avoir pris son petit-déjeuner fait par les meilleurs cuisiniers d'Umbar et après avoir peigné sa barbe longue de treize centimètres lui donnant l'air d'être un Istari. Marothir se dirige vers la salle de trône, où il passait sa journée en train de contempler la beauté de ce hall et d'écouter ses serviteurs. Pour changer de la routine, le gouverneur avait décidé de faire venir des musiciens pour lui jouer quelques bons morceaux.

<< Où sont mes musiciens ? Tu sais bien que je n'aime pas les gens négligent. >> Dit-il à l'un de ses serviteurs.

<< Pardonnez-moi de leur retard mon roi , je vais tout de suite allé les ramener. >> Réponds le serviteur tout en prenant la direction de la porte pour sortir.

Plus les années passaient, plus Marothir perd ses habitudes de gouverneur. Cela fait maintenant plus de six mois qu'il n'a plus porté sa couronne et tout cela parce qu'elle lui grattait son crane, mais même s'il ne l'a mets plus sur sa tête, il se considérait toujours comme étant le roi. Il ne laisserait personne prendre sa place tant qu'il est en vie, parce que lui il savait comment gérer les problèmes de l'Umbar. Il fallait seulement laisser les commandes au Gondor. Cinq minutes après que le serviteur aie quitter la salle, la porte se rouvrit.

* Ce n'est pas trop tôt ! Ah non, ce ne sont pas les musiciens. C'est lui...*

Son bras droit venait d'entré dans la salle, Imecir a toujours pris soin de lui-même. Il était costaud, costaud, brun aux yeux clairs et sa barbe était toujours bien taillée. Il portait une magnifique tunique en soie et un pantalon et bottes en cuir qui s'illuminaient grace à la lumière du soleil qui entrait par les grandes fenêtres du Hall. Merathor aime ce garçon, il était respectueux, serviable et savait faire la différence entre le bien et le mal pour son peuple. Avec sa démarche royale, Imecir s’avança vers le trône de son gouverneur. Il fit un signe aux gardes de quitter la salle, puis s'inclina respectueusement devant son roi.

<< Bonjour mon garçon ! Quelle magnifique journée n'est-ce pas ? Une affaire étrange ? je t'écoute Imecir. >> Répond-il aux mots du garçon.


Précédemment sur BTDD: Derathor, Thranduil, Le Roi sorcier d'Angmar.

Précédemment: Varon

Revenir en haut Aller en bas


Ossë Turambar
"Le Dévoreur"


avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 14/05/2016
▌VOTRE AGE : 21
▌MESSAGES : 74
▌RACE : Numénoéen Noir
▌CITATION : Cet homme se faisait appeler Vása, Le Dévoreur.

Carnet personnel
PE: 22.275 PE
PO: 15.375 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: A l'aube d'une aire nouvelle [ft ...]   Lun 16 Mai - 19:37

Le regard bienveillant de Marothir se posait sur moi. J'aimais cette homme, et je lui vouais un profond respect. Même si il se faisait vieux, il qu'il devenait malheureusement de plus en plus impuissant, je ne pouvais me résoudre à le blesser, voir à le tuer consciemment. Il avait pris soin de moi dés son ascension au trône. Alors que de nombreuses personnes lui avaient conseillé d'abattre tout simplement l'héritier d'Ar-Pharazon, lui, avait préféré me garder auprès de lui. Peut être vouait-il lui aussi un profond respect à l'héritage de Numénor. Peut être que lui aussi était prêt à prendre les armes, pour faire revivre notre peuple.
Ces nombreuses pensées m'avaient amené à ignorer totalement le vieil homme. Un raclement de gorge de sa part me fis prendre conscience de la stupidité de la situation : j'étais cloué devant lui, les yeux dans le vague, avec un sourire idiot au lèvre.
Je fis encore quelques pas vers lui et je dis, en le regardant dans les yeux, afin qu'il comprenne à quel point la situation était inquiétante :


« J'ai reçu la visite de Vása »

A ces mots, il se releva d'un coup et ouvrit la bouche pour parler. Je lui fis signe d'attendre et je repris :

« Non, s'il te plaît, ne me coupe pas. Donc, j'ai vu Vása, le « Dévoreur ». Étonnant d’ailleurs,il respire la noblesse et la paix.. Comme tu le sais très bien, il m'arrive parfois de sortir du Palais, pour aller dans la ville. Ce soir là, je suis sorti avec Beretion, juste une ballade, rien de plus : j'en ai marre de toujours marcher dans le palais et dans ses jardins. Nous étions dans une taverne, et autans te dire que je ne suis pas passé inaperçu. Tout le monde me regardaient, c'était déplaisant. Un homme est venu s'asseoir à notre table : il avait son capuchon de rabattu sur la tête, je n'ai pas pu voir qui il était. »

Alors que je parlai, je me mis à faire les cent pas, tout en regardant Marothir de temps en temps : il semblait étonné par cette histoire. Je souris, avant de reprendre :

« Il s'est présenté en tans que chef de la rébellion de l'Umbar. Chose étrange n'est ce pas ? Enfin, nous savons tous deux que notre terre va mal, et que le peuple veut se soulever, mais de là à ce que la Rébellion s'organise. Je suis respect bouche bée un certains temps ! Et donc, il m'a parlé de ses projets. J'étais étonné. Vraiment. Généralement, une rébellion veut l'anarchie, la destruction, l'abolition d'un système en place et la mort de toutes les personnes soutenant ce système, mais là, non, ce n'est pas le cas. Ce Vása m'a parlé de l'Umbar tel qu'il aimerait la voir : une nation forte, et puissante, ne courbant pas l'échine devant un ennemi, ou un allié. »

Je m'arrêtai subitement, pour regarder le visage de Marothir : après l'étonnement, il semblait étrangement intéréssé, mais allez savoir pourquoi. Pour les projets que j'avais ? Pour les informations que je pouvais apporter sur la Rébellion ?
Je saisi une chaise qui reposait non loin de moi, et je m'assis dessus. Je patientai quelques seconde, avant de reprendre :


«Marothir, je te considère comme mon père, sache le, et jamais je ne te trahirais, mais l'heure est plus que grave. Tu es un Numénoréen, ça, tout le monde le sait. J'en suis un aussi. Ne sens tu pas en toi couler une gloire passé, et l'héritage de millier de personnes ? Notre peuple pleure, il pleure car il n'a pas de quoi manger, se loger ! Le Gondor exige des choses que nous ne pouvons nous permettre de lui offrir ! Essayez de négocier avec eux. Je vous en supplie. Faîte quelque chose pour le bien de tous. Si par miracle vous y arrivez, vous serez le sauveur de l'Umbar. Le peuple ne demande rien d'infaisable : il veut de quoi se nourrir, de quoi dormir, et surtout, il veut la liberté ! Je sais que pour cette dernière, nous ne pouvons rien y faire. Le Gondor est là, et grand bien nous fasse, mais essayer au moins de dénicher de la nourriture. Si seulement nous avions l'autorisation de récupérer quelques navires pour la pêche et ouvrir de nouvelles routes commerciales, je suis sûr que ça serais déjà énorme pour notre peuple.. »


Revenir en haut Aller en bas


Sauronne
Puissance Maléfique de Dol Guldur

Puissance Maléfique de Dol Guldur
avatar


Féminin
▌INSCRIT LE : 10/03/2016
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 866
▌RACE : Maia
▌CITATION : Ash nazg durbatulûk, ash nazg gimbatul, ash nazg thrakatulûk, agh burzum-ishi krimpatul

Carnet personnel
PE: 15.251,25 PE
PO: 10.833, 75 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: A l'aube d'une aire nouvelle [ft ...]   Mar 24 Mai - 11:49

MJ



Si Marothir avait écouté avec grande attention le discours d’Imecir, intérieurement, le vieux gouverneur était passé par tous les sentiments. La surprise et l’étonnement d’abord, puis un certain intérêt s’étaient dessinés sur son visage ridé. Selon Imecir, ce fameux Vása n’exigeait en rien une rébellion (chose qu’il était impossible de concevoir de toute façon), mais simplement de meilleures conditions de vie pour le Peuple d’Umbar, ce que lui-même désirait car il entendait de plus en plus dire que le Peuple avait faim. A cela s’ajoutait l’insalubrité grandissante des quartiers d’Umbar, ce qui commençait à faire se développer des maladies qui touchaient surtout les enfants et les nouveau-nés. Quant à Pellardur, la cité était touchée par la saleté, la famine et la maladie depuis encore plus longtemps que la capitale. Rien de bon augure pour le territoire qu’il devait, en tant que Gouverneur, protéger et rendre prospère. Or, les choses n’étaient pas aussi simples. Vérifiant qu’il était bien seul avec Imecir, Marothir prit la parole et sa voix reflétait sa lassitude :

Imecir, ce que ce Vása revendique, je le souhaite également et crois-moi, je voudrais revoir un jour notre Peuple grand et puissant comme autrefois. Mais vois la réalité en face. A cause de notre puissance navale et militaire de jadis, nous avons écopé de la plus lourde garnison du Gondor pour nous protéger, soi-disant… [Il toussa] Je dirais plutôt pour nous surveiller moi…

Marothir lâcha un long soupir :

Pas plus tard qu’hier, je reçus une missive signée de sa main et portant le sceau du Haut-Roi du Gondor, Hyarmendacil Ier. Savais-tu ce que disait cette missive ? Que dorénavant il nous était également interdit d’accéder même à nos plus petits navires de transport. Autrement dit, nous dépendons entièrement du bon vouloir de la flotte marchande de l’Arbre Blanc. Ils savent très bien que nous commençons à manquer de vivres et ils jouent là-dessus pour nous maintenir à leur merci. Je suis peut-être vieux et plus bon qu’à écouter de la musique sur mon trône en attendant que le jour passe, mais je sais reconnaître les signes. Si nous commençons à transgresser leurs règles, les vivres se feront de plus en plus rares à arriver sur nos quais. Plus les nôtres seront nombreux à mourir de maladie ou de famine, plus les Gondoriens seront nombreux à s’installer en Umbar et à Pellardur, pour finir par nous envahir totalement. Quant à moi, j’irais dans la tombe avant l’heure, condamné à mort pour trahison par le Gondor, et saches mon garçon, que mon heure n’est pas encore arrivée.

Il se leva et invita Imecir à faire quelques pas avec lui.

Tu parlais de routes commerciales avant… Je t’ai dit que nous sommes très surveillés en raison de notre puissante flotte mais le Gondor est moins présent sur des territoires plus à l’Est et au Sud d’ici… Les Terres du Harad sont trop suffocantes pour les Hommes du Gondor. Leur garnison est plus petite et la chaleur les rend plus lents et moins attentifs. Il fût un temps où nous combattîmes aux côtés du Seigneur du Mordor, des Haradrims et des Mahuds. Ces deux derniers ont des oasis et y ont leur propre agriculture. Ils dépendent donc moins des livraisons gondoriennes…comme nous… Il faudrait aller parlementer avec eux mais je ne me sens plus la force de le faire…

Ils s’arrêtèrent de marcher et Marothir fit face à Imecir :

Qu’en dis-tu ? Irais-tu parlementer en mon nom avec le Gouverneur du Harad ?




Personnages joués sur BtDD : Sauron Le Grand (x3), alias Sauronne // Legolas Vertefeuille (alias Leggy) // Denethor II (alias DD)

Personnages joués sur Le Tiers Âge
: Le Nécromancien (alias Sauronne)

DC sur le Tiers Âge : Gandalf le Gris
Revenir en haut Aller en bas


Ossë Turambar
"Le Dévoreur"


avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 14/05/2016
▌VOTRE AGE : 21
▌MESSAGES : 74
▌RACE : Numénoéen Noir
▌CITATION : Cet homme se faisait appeler Vása, Le Dévoreur.

Carnet personnel
PE: 22.275 PE
PO: 15.375 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: A l'aube d'une aire nouvelle [ft ...]   Mar 24 Mai - 13:18

Imecir



Écouter Marothir devenait de plus en plus désagréable pour moi. Malgré l'affection que j’avais pour ce vieil homme, le fait qu'il se laisse dominer ainsi me faisait me dire qu'il n'était pas de taille, ou plus de taille à gérer une ville, ni un royaume d'ailleurs. Cependant, j’acquiesçais à chacune de ses paroles : il avait beau être vieux et dominé, il savait encore me parler. Marothir me connaissait mieux que n'importe qui dans cette ville, il savait me parler. Il savait qu'en me donnant des responsabilités, il  enlevait en même temps toutes les sombres pensées de mon esprit.
Mais il ne savait pas. Il ne connaissait pas l'étendu de mon pouvoir et de mon influence à l'intérieur même de sa ville. Les gens jubilaient en entendant le nom de Vása. Vása était un héro, et la foule allait se lever pour son héro.
De nombreux plans naissaient dans mon esprit : j'étais seul, avec Marothir, je pouvais l'abattre, me proclamer Gouverneur, et rendre à l'Umbar sa richesse d’antan. Je pouvais me retirer, et partir pour le Harad, pour faire ce que Marothir voulait.
Il n'en était pas question. Je refusais de demander l'aide à un autre Royaume. Pour qui allions nous passer ? Des faibles, incapables de survivre. Nous étions le sang de Numénor, nous devions y arriver seul.
Je ne devais pas être vindicatif, ni prendre une décision trop hâtive, c'est pour cela que je fis quelques pas en arrière pour pour réfléchir. Pas un seul mot sortit de ma bouche, et pendant plusieurs longues minutes, la salle du trône fût plongé dans un silence total.
N'était-il pas temps que Marothir se rende compte de qui j'étais ?

Je souris tristement et je dis, d'une voix noble et fière :


« Non Marothir. Je ne puis me permettre de partir ainsi. Je ne peux pas, et je ne dois pas te laisser seul en Umbar. J'enverrais quelqu'un de confiance négocier en mon nom au Harad. »

Alors que je m'approchais de Marothir d'un pas décidé, je le vis commencer à blanchir : était-il entrain de comprendre ? Du coin de la main, je le vis essayer d'attraper le pommeau d'une arme inexistante. Je me mis à seulement quelques centimètres de lui et je dis, dans un souffle :

« Tu sais très bien pourquoi tu m'a choisi comme Pupille Marothir. Je suis l'héritier d'Ar-Pharazon, je suis le sang de Nùménor, je suis la chair des Vieux Rois. Tu ne peux même pas concevoir a quel point le peuple de notre Royaume peut être attaché à moi. »

Je fis quelques pas en arrière et je déclara à nouveau, afin que Marothir comprenne bien :

« Et si je suis aussi précieux pour le peuple, imagine a quel point je suis précieux pour le Gondor : si jamais, par malheur il m'arrivait quelques choses, nombreuses seraient les personnes du peuple à me soutenir. Ce n'est pas une menace Marothir, c'est une évidence que je t'expose.  Tu me dis que tu veux le meilleur pour le peuple d'Umbar ? Bas toi pour ça, arrête de subir encore et encore. Si tu voulais, tu pourrais arranger les choses, tu pourrais donner du pain à cette ville, et ça, malgré la présence des Gondoriens ! Tu me dis que, à cause de la puissance militaire de MON peuple, nous avons écopée de la plus grosse garnison ? Grand bien nous fasse, car si tu le désire réellement, et pour le bien de tous, la défaite du Gondor sera encore plus écrasante.  Le fait est là, Marothir, si tu veux réellement le bien pour le peuple, alors agit, arrête de subir. Ton influence est certaine dans cette citée, tu peux changer les choses, et toi seul le peut. Tu es notre représentant à tous. »

Je me tus quelques seconde et, m'approchant de lui, je posa ma main sur son épaule :

« Mes propos ne sont pas là pour te blesser, ou pour te rappeler ton impuissance. Mes propos sont là pour te faire agir, et je te soutiendrais, Marothir. Je te soutiendrais, peu importe ce que ça me coûte. J'ai fois en toi, et en l'Umbar. J'enverrais des hommes de confiance parler non pas en mon nom au Harad, mais en notre nom. Nous voulons la même chose, cependant, je ne suis pas sûr que tu sois prêt à faire le nécessaire. C'est malheureux, mais le jours viendra où nous devrons faire un choix. Nous allons devoir choisir entre être dominé, ou bien nous battre, que ce soit par la parole ou par les armes. Et quand ce jour viendra, l'histoire de l'Umbar s’écrira à nouveau. Je ne te demande pas de soutenir Vása, ni même de soutenir le Gondor, je te demande simplement de soutenir le peuple. L'Umbar est sous occupation, mais combien de personnes rêvent de voir le royaume  nouveau libre ? Peut être existe t-il encore, dans ces murs, des hommes qui savent se battre. Peut être existe -il encore des artisans qui produisent des armes, et des armures, pour une armée qui nous libérera. »

Je fis quelques pas en arrière et je fis signe à Marothir de se replacer sur son trône :

« Mais avec des peut être et des si, nous serions libres. La liberté n'attend pas Marothir, nous devons rapidement saisir notre chance. Crois moi, tu es plus doué que moi avec les mots. Le Roi du Gondor nous interdit d'accéder à nos navires ? Bien, sans problèmes, charge toi de négocier avec lui. Demande lui trois navires, de taille moyenne, sous contrôle Gondorien bien sûr. C'est un homme sage, il comprendra que nous devons survivre, pour le bien de tous. Si jamais tu y arrive, tu aura la reconnaissance du peuple. »

Je me rapprocha du Gouverneur à nouveau, et je lui glissa à l'oreille :


« Nous n'avons donc pas le droit d'accéder à nos navires à nous ? Il me semble que le Roi n'a rien dit sur leur navires à eux. Je suis persuadé que cette information peut intéresser la Rébellion, qu'en dis tu ? »


Revenir en haut Aller en bas


Sauronne
Puissance Maléfique de Dol Guldur

Puissance Maléfique de Dol Guldur
avatar


Féminin
▌INSCRIT LE : 10/03/2016
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 866
▌RACE : Maia
▌CITATION : Ash nazg durbatulûk, ash nazg gimbatul, ash nazg thrakatulûk, agh burzum-ishi krimpatul

Carnet personnel
PE: 15.251,25 PE
PO: 10.833, 75 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: A l'aube d'une aire nouvelle [ft ...]   Jeu 26 Mai - 16:49

Lancé de dé !


1 à 3 : Marothir se sent trop vieux pour gouverner; il passe le relais à Imecir en sa qualité d'héritier d'Ar-Parazôn

4 ou 5 : Marothir demande à rencontrer Vása

6 : Marothir appelle sa garde rapprochée et décide de faire emprisonner Imecir pour trahison envers l'Empire du Gondor (et oui le vieux aime bien la tranquilité et la vie pépère qu'il a depuis que le Gondor occupe l'Umbar Razz )


Que la force soit avec toi jeune Padawan tongue




Personnages joués sur BtDD : Sauron Le Grand (x3), alias Sauronne // Legolas Vertefeuille (alias Leggy) // Denethor II (alias DD)

Personnages joués sur Le Tiers Âge
: Le Nécromancien (alias Sauronne)

DC sur le Tiers Âge : Gandalf le Gris
Revenir en haut Aller en bas


Manwë Sulimo
Dieu Protecteur d'Arda

Dieu Protecteur d'Arda
avatar


Féminin
▌INSCRIT LE : 28/02/2016
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 122
▌RACE : Dieu
▌VOTRE RANG : Un Dieu n'a guère besoin d'un rang.
▌CITATION : Arda est mienne et sous ma protection.

Carnet personnel
PE: PE illimités
PO: PO illimités
Troupes armées:

MessageSujet: Re: A l'aube d'une aire nouvelle [ft ...]   Jeu 26 Mai - 16:49

Le membre 'Le Nécromancien' a effectué l'action suivante : La destinée des Héros


'Dé basique' : 2
Revenir en haut Aller en bas
http://dagordagorath-rpg.forumactif.org


Sauronne
Puissance Maléfique de Dol Guldur

Puissance Maléfique de Dol Guldur
avatar


Féminin
▌INSCRIT LE : 10/03/2016
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 866
▌RACE : Maia
▌CITATION : Ash nazg durbatulûk, ash nazg gimbatul, ash nazg thrakatulûk, agh burzum-ishi krimpatul

Carnet personnel
PE: 15.251,25 PE
PO: 10.833, 75 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: A l'aube d'une aire nouvelle [ft ...]   Jeu 26 Mai - 17:01

MJ


Marothir était décidément trop vieux pour tout ça... Les intrigues, le chantage, la guerre même... Ce n'était plus pour lui. plus il écoutait Imecir parlé, plus il se félicitait intérieurement de l'avoir prit pour pupille lorsque son père parti pour aller affronter les Valar sur les encouragements de Sauron. Dès son plus jeune âge, Imecir avait prouvé son assurance, son adresse au combat et, à présent homme fait, il était aimé des hommes et son charisme ne faisait qu'accroître cela. Il prit alors une décision, une décision à laquelle il avait commencé à réfléchir il y a quelques semaines, lorsque son médecin personnel lui avait annoncé que son coeur se trouvait faible, plus faible que de coutumes. Aussi avait-il commencé à songer à son successeur. Et il n'y avait pas 36.000 solutions. Sa femme l'ayant laissé sans héritier et lui ne s'était jamais remarié, il ne lui restait que peu d'autres choix. Cependant il se félicitait d'avoir eu la présence d'esprit de prendre Imecir si tôt sous son aile.

Il s'approcha d'Imecir, un faible sourire sur son vieux visage ridé, et, lui posant une main tout aussi faible sur son épaule:

Je crois mon garçon, que tout ceci n'est plus pour un vieil homme comme moi. Je suis las et faible vois-tu... Notre peuple cependant, n'est ni las, ni faible. Il a besoin d'un meneur vigoureux qui, je l'espère, le conduira vers la lumière, et pourquoi pas l'indépendance.

Il fit une courte pause puis reprit :

Je ne vois pas meilleur meneur que toi, Imecir, Fils d'Ar-Pharzôn, Gouverneur d'Umbar.

HRP:
 




Personnages joués sur BtDD : Sauron Le Grand (x3), alias Sauronne // Legolas Vertefeuille (alias Leggy) // Denethor II (alias DD)

Personnages joués sur Le Tiers Âge
: Le Nécromancien (alias Sauronne)

DC sur le Tiers Âge : Gandalf le Gris
Revenir en haut Aller en bas


Ossë Turambar
"Le Dévoreur"


avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 14/05/2016
▌VOTRE AGE : 21
▌MESSAGES : 74
▌RACE : Numénoéen Noir
▌CITATION : Cet homme se faisait appeler Vása, Le Dévoreur.

Carnet personnel
PE: 22.275 PE
PO: 15.375 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: A l'aube d'une aire nouvelle [ft ...]   Ven 27 Mai - 16:43

Les mots du vieil homme raisonnèrent longtemps en moi : moi Imecir, fils d'Ar-Pharazon, je venais de prendre les rênes de la citée. Marothir était faible, et vieux, il ne pouvait plus assumer son rôle, et il me choisissait moi, pour le remplacer. Il était certes dans un piètre état, mais il voulait l'Indépendance. Je le sentais dans sa voix, tout son être le criait : il voulait lui aussi voir le Royaume d'Umbar à nouveau unifié, et libre. Telle allait être ma mission.
La rébellion venait de prendre un tournant certain : son chef et créateur se retrouvait à diriger la citée. Renverser les forces Gondorienne allait être un jeu d'enfant.
Les autres parties de Vása  allaient se réjouir de la nouvelle : nous avions une place de choix. Nous allions investir le Palais, de manière pacifique.
Cependant, je savais que la guerre ne pourrait être évité, tôt ou tard, il allait falloir prendre les armes, et exécuter les défenseurs du Gondor. L'ennemi s'attendait à une menace extérieure à la ville, il n'était pas prêt contre une attaque de l'intérieur. Mais les combats pouvaient attendre : j'allais devoir redresser la situation de la capitale avant de combattre.

Je saisi la main de Marothir et je lui souris : ces yeux se plissèrent de joie et je dis :


« Voila une sage décision Marothir, le peuple tout entier te remercie. La Rébellion aussi, sois en certains. »


La stupeur marqua son visage et je lui dis :


« Oui,tu as compris, je compte bien appuyer cette rébellion : bientôt, et grâce à toi, nous allons être libres. Tu es le véritable héro de cette histoire : nous nous souviendrons longtemps de toi. »

Je l'aida lentement à se relever et je l'éloigna un peu de trône. Je pris le vieil homme dans les bras : sa vie allait bientôt s'arrêter, et il était comme un père pour moi : il m'avait éduquer, et offert bien plus qu'une vie de rêve. Le vieil homme, ému, s'accrochait à moi.

Je poussa un long soupir de soulagement avant d’appeler la garde. Cette dernière arriva rapidement, et je dis, en m'asseyant sur le trône d'Umbar :


« Raccompagnez Marothir dans ses appartements, et veillez sur lui. Il est faible, vous le savez tous. Amenez moi aussi le chef du Comité Militaire de la ville, ainsi que ceux du Comité des Artisans et de la Chambre du Commerce. »

Étonnés, les gardes ne réagirent pas instantanément. Cependant, le capitaine poussa un ordre et ils se mirent en formation, encadrant Marothir. Je dis une dernière chose :

« Attendez. Saluez le nouveau Gouverneur de la ville. »


Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A l'aube d'une aire nouvelle [ft ...]   

Revenir en haut Aller en bas
 
A l'aube d'une aire nouvelle [ft ...]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TSW] Test de personnalité de l'Aube Nouvelle
» Une Aube Nouvelle [Danaelle] Partie 2
» Le début d'une nouvelle aire [Jessy]
» Petite nouvelle du Renard
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux - Le Tiers Âge :: Administration :: Corbeille - Archives générales du Forum-
Sauter vers: