AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 Le Magicien et le Roi des Nains de Khazad Dûm (PV Furdin - Flashback)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Gandalf le Gris
L'Envoyé de Manwë Sulimo

L'Envoyé de Manwë Sulimo
avatar


Féminin
▌INSCRIT LE : 06/05/2016
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 25
▌RACE : Maia
▌CITATION : Ce que vous devez décider, c'est quoi faire du temps qui vous est imparti

Carnet personnel
PE: 0 PE
PO: 0 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Le Magicien et le Roi des Nains de Khazad Dûm (PV Furdin - Flashback)   Mar 10 Mai - 9:22

Si les gardes Nains de Khazad Dûm avaient su qu’une personne des plus atypiques allait se présenter à eux aujourd’hui, ils ne l’auraient pas cru, tant ils étaient habitués à ne voir âme qui vive à la Porte Ouest de l’immense et richissime labyrinthe qu’est Khazad Dûm. Autrefois il y avait encore des convois de marchandises qui arrivaient de ce côté de la cité en provenance de l’Eregion ou des Hommes du Nord. Mais la commerce avec les Elfes de cette région s’est arrêté brutalement en raison de griefs que l’une et l’autre race ont envers l’autre. Quant aux Hommes du Nord, ils finirent peu à peu par arrêter d’envoyer de la marchandise aux Nains, prétextant que ces derniers étaient suffisamment riches pour trouver ce qu’il leur fallait par eux-mêmes. L’Arnor n’ayant pour l’instant jamais réellement émis le souhait de commercer avec les Nains, ces derniers étaient à présent de plus en plus renfermés sur eux-mêmes, ce que le vieillard enveloppé dans un grand manteau gris et coiffé d’un grand chapeau pointu bleu nuit craignait.

Il n’avait pour l’instant encore jamais eu affaire à des Nains et ce qu’il avait entendu des Maiar servant Aulë du temps où il était encore en Valinor, ne lui laissait présager rien de bon. Bornés, ayant une fâcheuse tendance à râler, en froid avec les Elfes et obnubilés par les trésors, c’était ce qui revenait souvent dans les observations des Maiar d’Aulë. Mais ce dernier défendait ses Enfants inlassablement, rappelant à quel point le sens de l’honneur, le courage, la force et même la sagesse, peuvent être présents en eux, sans compter leur maîtrise innée de l’architecture souterraine et de la forge. Ils étaient en effet réputés pour leur adresse à la forge, tout objet et matériaux confondus, et savent travailler le Mithril, ce métal argenté que nulle lame ne peut traverser, comme personne.

Ainsi, en arrivant le long des murs de Khazad Dûm, Gandalf se préparait mentalement, se rappelant de toujours bien choisir ses mots lorsqu’ils s’adresseraient à eux, et surtout à leur Roi, Furdin Ier, car c’était lui qu’il était venu voir, lui et les siens. Il fut repéré de loin par les gardes Nains postés à la Porte Ouest. Gandalf s’approcha d’eux d’un pas lent et s’appuyant sur son bâton, levant son bras libre en signe de salutation à l’encontre des gardes. L’un d’eux lui répondit par le même geste, tandis qu’un autre s’adressa à lui de façon assez brutale :

Halte là ! Qui va là ?

Gandalf attendit d’être suffisamment proche d’eux pour lui répondre d’une voix douce, destinée à faire se dissiper les appréhensions des gardes à son encontre :

J’ai bien des noms, jeune garde Nain, mais nombreux sont ceux qui me nomment Gandalf le Gris. Je serais donc pour vous et les vôtres également Gandalf le Gris.

Il se découvrit le visage, retira son chapeau et ses cheveux gris se mirent à virevolter tout autour de lui en raison du vent qui soufflait fort ce jour-là le long des murs. Puis il reprit :

Voudriez-vous m’annoncer à votre Roi, Furdin Ier ? Celui que je sers m’envoie rencontrer tous les Peuples Libres de la Terre du Milieu. Aussi suis-je ici aujourd’hui pour me présenter à lui et lui apporter conseils et nouvelles.

Il sourit et finalement, après un moment d’un silence assez lourd, le garde qui lui avait semblé brutal au départ, lui répondit, d’un ton moins brute cette fois :

Bon attendez ici, je vais prévenir notre Roi. J’espère que vous savez être patient, Gandalf le Gris, car notre Royaume est vaste et il me faudra plus d’une journée avant d’atteindre la Salle du Trône.

J’ai tout mon temps, répondit Gandalf.

Le Nain le regarda une dernière fois puis entra dans la cité. Gandalf, lui, préféra s’asseoir sur l’une des grosses pierres au bord du lac et, son bâton tout contre lui, il se mit à fixer l’eau du lac d’un air pensif…


Gandalf le Gris, l'Envoyé de Manwë
Revenir en haut Aller en bas


Furdin Ier
Descendant de Durin ¤ Détenteur d'un Anneau de Pouvoir

Descendant de Durin ¤ Détenteur d'un Anneau de Pouvoir
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 09/03/2016
▌VOTRE AGE : 18
▌MESSAGES : 262
▌RACE : Naugrim
▌VOTRE RANG : Roi du Peuple de Durin
▌CITATION : "Khayamu !"

Carnet personnel
PE: 60.962,50 PE
PO: 8.725 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Le Magicien et le Roi des Nains de Khazad Dûm (PV Furdin - Flashback)   Mer 11 Mai - 16:19

Le Roi était seul dans ses appartements, attendant la réponse du Roi du Dorwinion. Il avait délaissé sa femme et son fils pour se replier dans son bureau. La seule source de lumière provenait de la cheminée et de quelques bougies sur la table en pierre servant de bureau. Il n'y avait aucun autre bruit que le crépitement des flammes et Furdin tenait entre ses doigts l'héritage de sa famille, l'Anneau. Son anneau. Un des sept. Cet anneau est le symbole de son pouvoir et lui apporte richesses et prospérité, jamais il ne s'en séparera. Le bijou brillait et les flammes se reflétaient sur sa surface. Il était magnifique, aussi beau que le diamant et aussi pur que le cristal. C'était son précieux, la cause de cet enfermement.
On frappa à la porte.

« Votre Majesté ! Un vieil homme barbu se faisant appelé Gandelfe ou Gandrolf, je ne sais plus, souhaite obtenir une odience ! »


Furdin referma la main pour cacher l'anneau. Il n'avait aucune connaissance du nom et si il l'avait entendu jadis, le voici oublié.

« Que me veut il ? 
-Il souhaite vous apporter conseils !
-Qu'il entre... Sans arme ni compagnon. »


Le Roi entendit les bruit de pas repartir. Il faudra deux jours avant que le vieil homme ne pénètre en la salle du trône ce qui laissera à Furdin tout le temps nécessaire pour admirer son Précieux.
Les jours ont passé. Le descendant de Durin s'était assis sur son trône, vêtu de ses plus sombtueux habits, le visage fermé et froid. Il n'aimait pas les hommes. Ou plutôt il n'aimait pas la majorité des hommes peuplant ce monde. Le Nain était un personnage renfermé, froid, n'aillant quasiment plus de contact avec le reste du monde y compris Karak Azul, ville qu'il a pourtant sous son joug (indirectement). La guerre ne l'intéressait pas, ce qu'il voulait s'était développer Khazad Dûm, créer un Royaume hermétiquement fermé, pouvant vivre sans contacts extérieurs pendant des siècles. Il souhaitait recréer son monde à lui sous terre, à l'abri des regards.
Le vieil homme entra. Il était à une trentaine de mètres, bien au fond de la salle et s'approchait peu à peu. Le Roi Nain ne parla pas et attendit que le vieillard s'arrête et s'incline pour débuter.

« Qui es-tu vieil homme pour demander à voir Furdin Ier du nom, Roi de Khazad Dûm, descendant de Durin et Protecteur de Karak Azul ?
Ne sais-tu donc pas que notre Royaume a coupé les ponts avec les Royaumes de l'ouest ? Tu as bien de la chance que j'accepte de te recevoir, maintenant parle, je técoute. »


Le Roi plissa les yeux et s'enfonça dans son trône on passant sa main dans sa longue barbe blanche.
Revenir en haut Aller en bas


Gandalf le Gris
L'Envoyé de Manwë Sulimo

L'Envoyé de Manwë Sulimo
avatar


Féminin
▌INSCRIT LE : 06/05/2016
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 25
▌RACE : Maia
▌CITATION : Ce que vous devez décider, c'est quoi faire du temps qui vous est imparti

Carnet personnel
PE: 0 PE
PO: 0 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Le Magicien et le Roi des Nains de Khazad Dûm (PV Furdin - Flashback)   Mar 17 Mai - 11:52

Durant deux jours, le magicien dut attendre dehors, dans le froid et le vent qui soufflait fort le long des murs de l’immensité qu’est Khazad Dûm. Les gardes Nains finirent par prendre pitié de lui et l’invitèrent un soir à souper avec eux, invitation que Gandalf, bien sûr, accepta. Là il put écouter maintes histoires et légendes entourant le Peuple des Nains et les Descendants de Durïn, celui qu’ils appelaient le Père des Nains. Furdin Ier, l’actuel Roi de Khazad Dûm, était son descendant direct, mais Gandalf, bien qu’étant l’envoyé de Manwë Sulimo et non d’Aulë le Forgeron (Curunir était le sien), s’inquiétait pour l’avenir de cette lignée ancienne et somme toute prestigieuse. La fortune que représentait Khazad Dûm ne pouvait seulement être due aux pierres précieuses, objets et bijoux forgés et au Mithril. Gandalf craignait que quelque chose d’autre ne soit à l’origine de cet amas de richesse. Il n’en dit cependant mots aux gardes, préférant les écouter lorsqu’ils parlaient et raconter ses propres histoires lorsque son tour de parler était venu. Cette petite rencontre avec les Nains lui fut positive, car ainsi il put réellement appréhender le caractère et le comportement des Nains et, s’il est bien une chose qu’il comprit vite, c’est de ne jamais leur couper la parole lorsqu’ils parlaient. Fiers et prompts à s’emporter vite, mieux valait ne pas les contrarier. Aussi Gandalf garda ceci et bien d’autres choses encore à l’esprit lorsqu’enfin l’on vint le chercher pour l’informer que le Roi avait donné son consentement et était prêt à le recevoir. Gandalf remercia chaleureusement ses hôtes de fortune et suivi le gardes dans les tréfonds de la cité.

Deux jours dura sa traversée jusqu’à la salle du trône où l’attendait le fier Roi des Nains. Avant d’entrer dans la salle, on lui fit retirer son épée et on voulut également lui enlever son bâton, car le Roi avait exigé qu’il se présente à lui sans armes. A la mention de son bâton, Gandalf prétexta qu’il ne s’agissait là en rien d’une arme, mais d’un simple appui pour aider « un vieillard à marcher ». Le garde leva un sourcil, marmonna quelque chose dans sa propre langue que Gandalf ne put saisir, puis le laissa entrer.

La salle était à l’image de la cité qu’il venait de traverser (et encore, il n’en avait vu que la moitié) : immense et grandiose. La sculpture des colonnes qui la soutenait était d’une régularité telle que Gandalf n’en avait encore jamais vu. Partout entre elles se trouvaient des statues de Nains, que Gandalf estima être les anciens Rois et grands Seigneurs des Nains. Arrivé à la moitié du chemin qui le séparait du Roi, il entendit la porte derrière lui se fermer avec grand bruit, mais cela ne l’avait distrait qu’un court instant, focalisé qu’il était sur le Roi de Khazad Dûm. Enfin, il fut devant lui. Il s’inclina respectueusement et, en se relevant, il entendit Furdin parler :

Qui es-tu vieil homme pour demander à voir Furdin Ier du nom, Roi de Khazad Dûm, descendant de Durin et Protecteur de Karak Azul ? Ne sais-tu donc pas que notre Royaume a coupé les ponts avec les Royaumes de l'ouest ? Tu as bien de la chance que j'accepte de te recevoir, maintenant parle, je t’écoute.


Pendant qu’il parlait, Gandalf prit le temps d’observer de plus près Furdin Ier. D’un âge avancé, il paraissait néanmoins encore vaillant et fort malgré sa longue barbe blanche finement tressée et décorée de bijoux sortis des forges des meilleurs forgerons Naugrims. Il scrutait le magicien d’un regard perçant et inquisiteur, exigeant une réponse sur son identité, ce à quoi Gandalf répondit :

Salut à vous, Furdin Ier, grand Roi de Khazad Dûm. Je me nomme Gandalf…Gandalf le Gris, ainsi m’appelle-t-on depuis mon arrivée en Terre du Milieu il y a 90 années de cela. Je fus envoyé des Valar pour apporter conseils et aide à tous les Peuples Libres en ces années qui s’assombrissent à nouveau. Je n’ai aucune allégeance envers personne d’autre que le Vala duquel je suis l’envoyé et mon ordre, qui regroupe d’autres envoyés tels que moi. Mes pas m’ont mené à vous et aujourd’hui, il est de mon devoir de vous donner conseils et de vous préserver de l’isolement grandissant qui vous guette…

Gandalf fit une pause, son regard tout à coup attiré par la main qui passait et repassait sur la longue barbe blanche. « Un Anneau de Pouvoir… J’aurais dû m’en douter… ». Il fronça les sourcils et poursuivit, pesant ses mots pour éviter de contrarier le Nain :

Vous possédez un Anneau de Pouvoir, votre Majesté. Les Anneaux de Pouvoir qui furent jadis donnés aux grands Seigneurs des Nains ont été ternis par la main de Sauron, le Seigneur des Ténèbres. Comment êtes-vous arrivés en possession d’un tel objet ?


Gandalf le Gris, l'Envoyé de Manwë
Revenir en haut Aller en bas


Furdin Ier
Descendant de Durin ¤ Détenteur d'un Anneau de Pouvoir

Descendant de Durin ¤ Détenteur d'un Anneau de Pouvoir
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 09/03/2016
▌VOTRE AGE : 18
▌MESSAGES : 262
▌RACE : Naugrim
▌VOTRE RANG : Roi du Peuple de Durin
▌CITATION : "Khayamu !"

Carnet personnel
PE: 60.962,50 PE
PO: 8.725 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Le Magicien et le Roi des Nains de Khazad Dûm (PV Furdin - Flashback)   Mer 25 Mai - 18:23

Le vieil homme semblait inoffensif au premier abord. Furdin le détaillait de haut en bas, scrutant le moindre plis de son habit, la moindre ride sur son visage, le moindre mouvement de sourcil pouvant le trahir. Le Roi se rendit compte qu'il fut trop clément d'accepter en sa demeure un homme qui pourrait raconter et rapporter l'étendue des richesses de la ville à ses seigneurs...

Salut à vous, Furdin Ier, grand Roi de Khazad Dûm. Je me nomme Gandalf…Gandalf le Gris, ainsi m’appelle-t-on depuis mon arrivée en Terre du Milieu il y a 90 années de cela. Je fus envoyé des Valar pour apporter conseils et aide à tous les Peuples Libres en ces années qui s’assombrissent à nouveau. Je n’ai aucune allégeance envers personne d’autre que le Vala duquel je suis l’envoyé et mon ordre, qui regroupe d’autres envoyés tels que moi. Mes pas m’ont mené à vous et aujourd’hui, il est de mon devoir de vous donner conseils et de vous préserver de l’isolement grandissant qui vous guette…

Eh bien, ça alors... Etait-ce un vieux fou ? Ou disait-il la vérité ? Le Roi Nain se contenta d'hausser un sourcil et de plisser les yeux. Apporterait-il la parole d'Aulë ? Celui qui créa les Naugrim il y a de cela bien longtemps avant même les Elfes et les Hommes et qui furent éveillés après ceux-ci. Furdin aurait pu esquisser un sourire -si, si il aurait pu- mais quand Gandalf aborda le sujet de l'isolement le Nain grimaça. De quel droit ce vieillard grisonnant vient-il ici à Khazad Dûm, contredisant la politique de son Roi incontesté ?

Vous possédez un Anneau de Pouvoir, votre Majesté. Les Anneaux de Pouvoir qui furent jadis donnés aux grands Seigneurs des Nains ont été ternis par la main de Sauron, le Seigneur des Ténèbres. Comment êtes-vous arrivés en possession d’un tel objet ?

Le coup de grâce. Ce fût le coup de grâce. Le sort du magicien aurait pu être scellé sur l'instant si il n'était pas comme il le prétend un envoyé des Valar. C'est la seule chose qui retînt le descendant de Durin de le mettre à la porte. Celui-ci se racla la gorge et répondit.

« Si vous avez été envoyé ici par les Valar, je ne puis que vous accepter. Néanmoins vos paroles me dérangent. Pourquoi venez vous ici, en mon Royaume pour le « préserver » de l'isolement ? Notre cité est convoité, tout comme nos richesses. Les Naugrim ne possèdent que deux forteresses en Terre du Milieu. Les Hommes, les Elfes et les Orques sont venus à bout des autres. Le Gondor lui même nous menace, me menace. Je vois d'un mauvais œil son autorité grandissante, qui l'empêchera de venir piller nos richesses quand ses caisses seront vides ? »

C'était ici son côté vénal et corrompu qui parlait. L'Anneau de pouvoir qu'il avait au doigt était la cause principale de ce renfermement. Et tous connaissent le caractère des Nains... Cet anneau ne bougera de son doigt qu'à sa mort pour aller à son fils, encore pur de magie noire. Justement, l'anneau venons en. Furdin le regarda à son doigt et tout en l'admirant il poursuivit.

« Cet anneau, cher Gandalf a été offert à mes ancêtres. Il m'a été confié par mon père, ce dernier le tenait de son père qui le tenait lui même de son père. Depuis qu'il nous a été offert, cet artefact n'a jamais quitté notre maison. Ternis dîtes vous ? Ceux qui furent corrompus ne sont pas ici Gandalf le Gris... Et ils n'étaient pas des Nains. Vous savez de qui je parle...
Notre peuple a toujours résisté à Sauron alors que les Elfes furent trompé en leur cité. Depuis des millénaires nous nous sommes battus, notre peuple a grandement diminué tandis que les Hommes se multiplient. Cette cité a su résister depuis sa création par mon ancêtre Durin, notre père. Ces anneaux sont magiques. Ils permettent à Khazad Dûm de croître et de se développer. Nul part ailleurs vous ne trouverez une ville aussi riche Gandalf le Gris. »


Emporté par son discours il s'était levé, détournant le regard de son Anneau pour admirer les murs de Khazad Dûm, la plus grande et la plus puissante cité des Nains et certainement, du monde...
Revenir en haut Aller en bas


Gandalf le Gris
L'Envoyé de Manwë Sulimo

L'Envoyé de Manwë Sulimo
avatar


Féminin
▌INSCRIT LE : 06/05/2016
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 25
▌RACE : Maia
▌CITATION : Ce que vous devez décider, c'est quoi faire du temps qui vous est imparti

Carnet personnel
PE: 0 PE
PO: 0 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Le Magicien et le Roi des Nains de Khazad Dûm (PV Furdin - Flashback)   Mar 31 Mai - 12:08

Les sourcils du vieil homme se froncèrent lorsque Furdin parla de son Royaume. Ainsi dont, se disait-il, cette volonté de rester pour soi serait donc voulu.

Vous vous méprenez, mon Seigneur,
répondit-il le plus posément possible. Vous ne voyez que des ennemis en les autres Peuples Libres, mais il fut un temps, où Hommes, Elfes et Nains combattirent ensemble le Mal. Mon ordre a été envoyé en Terre du Milieu pour également rappeler ceci à ceux qui l’auraient oublié. Vos richesses attirent forcément les yeux d’autres Seigneurs mais continuez à vous montrer suspicieux envers tous, y compris vos alliés, et personne ne viendra à votre aide au moment venu.

Gandalf fit quelques pas dans l’immense salle, son bâton résonnant dans la pièce à chaque fois qu’il touchait le dallage de pierres. Mais lorsque Furdin en vint à parler de l’héritage de sa famille, Gandalf s’arrêta net, fixa le Roi Nain de ses yeux bleus et la pièce s’assombrit, le sol se mettant à trembler légèrement. L’Istar semblait avoir grandi en taille. Lorsqu’il reprit la parole, la voix du magicien était comme amplifiée et plus caverneuse qu’auparavant :

Vous êtes déjà aveuglé par la richesse, Furdin Ier, Descendant de Durin. Votre avarice et votre cupidité vous perdra si vous n’agissez pas rapidement contre la volonté de ce que vous portez jour et nuit.

Aussi rapidement que cette étrange atmosphère était apparue, elle se dissipa. Gandalf retrouva sa taille « normale » tout comme sa voix, douce et posée :

Je ne cherche pas à vous faire peur, ni même à vous voler, Roi de Khazad Dûm. Si les Hommes ont résisté moins longtemps que les Nains, leurs Anneaux sont toutefois tout aussi corrompus. Chez vous, ils développent d’autres vices et dans votre cas, une soif de richesse démesurée. Vos descendants ont déjà amassé or et joyaux à foison. Vous persistez à creuser la montagne, toujours plus loin dans ses profondeurs. Soyez cependant sur vos gardes ; on dit les montagnes habitées par des forces maléfiques d’antan oubliées de beaucoup… Comme je l’ai dit en arrivant, j’apporte conseils et nouvelles aux Peuples Libres de la Terre du Milieu. Voici le vôtre en ce jour ; ne creusez pas plus avant.


Gandalf s’appuya sur son bâton, attendant la réponse du souverain de ces lieux…


Gandalf le Gris, l'Envoyé de Manwë
Revenir en haut Aller en bas


Furdin Ier
Descendant de Durin ¤ Détenteur d'un Anneau de Pouvoir

Descendant de Durin ¤ Détenteur d'un Anneau de Pouvoir
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 09/03/2016
▌VOTRE AGE : 18
▌MESSAGES : 262
▌RACE : Naugrim
▌VOTRE RANG : Roi du Peuple de Durin
▌CITATION : "Khayamu !"

Carnet personnel
PE: 60.962,50 PE
PO: 8.725 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Le Magicien et le Roi des Nains de Khazad Dûm (PV Furdin - Flashback)   Sam 11 Juin - 13:43

Vous vous méprenez, mon Seigneur. Vous ne voyez que des ennemis en les autres Peuples Libres, mais il fut un temps, où Hommes, Elfes et Nains combattirent ensemble le Mal. Mon ordre a été envoyé en Terre du Milieu pour également rappeler ceci à ceux qui l’auraient oublié. Vos richesses attirent forcément les yeux d’autres Seigneurs mais continuez à vous montrer suspicieux envers tous, y compris vos alliés, et personne ne viendra à votre aide au moment venu. 

Furdin fronça les sourcils. Autour de lui, dans la salle, les Naugrims présents murmurèrent entre eux et leurs regards alternaient entre le magicien et leur Roi. Celui-ci n'avait pas oublié que jadis les divers peuples luttèrent contre un ennemi commun. C'était même son conte préféré quand il était enfant. Mais aujourd'hui le mal a été éradiqué et même si il revenait, les ténèbres n'ont pas oubliées que les portes de Khazad Dûm ont tenu en échec Sauron lui même. Le Roi de Khazad Dûm était confiant, peut être même un peu trop, sur ses capacités défensives.

« Nous ne l'avons pas oublié. Nous avons toujours affronté les maléfices de ce monde... »

Le Roi allait continuer quand un sortilège peu commun s'empara de la pièce faisant peur aux conseillers. Le magicien se mit à parler d'une voix dure, presque maléfique.

Vous êtes déjà aveuglé par la richesse, Furdin Ier, Descendant de Durin. Votre avarice et votre cupidité vous perdra si vous n’agissez pas rapidement contre la volonté de ce que vous portez jour et nuit.

Un sentiment de frayeur se lisait dans les yeux du souverain qui recula d'un pas. Il n'apprécie pas du tout le ton du vieil homme mais était paralysé par la peur, ne s'attendant pas à une telle démonstration de force. Il parlait évidemment de l'Anneau, de SON anneau, à lui seul. Son précieux. Comment un bijoux pouvait avoir une volonté ? C'était absurde, les Nains sont un peuple fort qui a de tout temps résisté aux Ténèbres. D'ailleurs aux yeux du Roi les Naugrims étaient en première ligne depuis le début des Âges. Encore aujourd'hui ils doivent surveiller les Orques et les Gobelins dans les cavernes alentours.

Je ne cherche pas à vous faire peur, ni même à vous voler, Roi de Khazad Dûm. Si les Hommes ont résisté moins longtemps que les Nains, leurs Anneaux sont toutefois tout aussi corrompus. Chez vous, ils développent d’autres vices et dans votre cas, une soif de richesse démesurée. Vos descendants ont déjà amassé or et joyaux à foison. Vous persistez à creuser la montagne, toujours plus loin dans ses profondeurs. Soyez cependant sur vos gardes ; on dit les montagnes habitées par des forces maléfiques d’antan oubliées de beaucoup… Comme je l’ai dit en arrivant, j’apporte conseils et nouvelles aux Peuples Libres de la Terre du Milieu. Voici le vôtre en ce jour ; ne creusez pas plus avant.

S'en était trop. Si ils arrêtaient de creuser, leur développement serait corrompu. Pourquoi donc cesser ? Sur quoi pourraient-ils bien tomber ? Comme si il y a avait des monstres de jadis sous les montagnes ? Ce ne sont que des légendes pour enfants !

« Où sont les Elfes et les Hommes alors que des Orques hantent encore ces montagnes ? Ils nous ont laissé tomber Gandalf le Gris. Cela fait des siècles, des dizaines de siècles que nous avons été oubliés du monde extérieur. Nous combattons encore des Orques sur nos terres et ce sans l'aide de personne. Les Hommes nous jalousent tandis que les Elfes nous méprisent. Nous sommes seuls Gandalf, nous l'avons toujours été. »

Il regarda ensuite son Anneau et tout en l'observant, poursuivit son monologue. Il se sentait très diplomate en cet instant, bien plus qu'habituellement.

« Cet anneau qui se transmet de père en fils est le symbole de notre maison et de notre rang. Je suis l'héritier de Durin, le Roi de la plus puissante des maisons de notre peuple, quelle serait la réaction des autres maisons si je perdais cet anneau qui nous apporte la prospérité ? Nous savons tous les deux que la majorité de ces Anneaux ont été consumés par le feu des dragons ou repris par Sauron. En Terre du Milieu ce bijoux est certainement le dernier encore entre les mains de mon peuple. Nous le gardons, le surveillons car il vaut mieux qu'il soit entre nos mains plutôt qu'entre celles de créatures des Ténèbres. »


Il détourna son regard pour plonger ses yeux noirs dans ceux du magicien avec une détermination digne de son peuple, de sa race.

« Et pourquoi devrions nous cesser de creuser ? Cela fait des siècles que nous creusons sous ces sommets et il ne nous ai rien arrivé de pire que nous enrichir. Les créatures se trouvant aux confins du monde et dans ses profondeurs ne sont que des légendes avec pour but de faire peur aux voyageurs et aux enfants. Rien de plus, rien de moins. »
Revenir en haut Aller en bas


Gandalf le Gris
L'Envoyé de Manwë Sulimo

L'Envoyé de Manwë Sulimo
avatar


Féminin
▌INSCRIT LE : 06/05/2016
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 25
▌RACE : Maia
▌CITATION : Ce que vous devez décider, c'est quoi faire du temps qui vous est imparti

Carnet personnel
PE: 0 PE
PO: 0 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Le Magicien et le Roi des Nains de Khazad Dûm (PV Furdin - Flashback)   Mer 22 Juin - 13:08

Plus le temps passait, plus Gandalf ressentait en son cœur que la discussion n’irait pas bien loin, tant Furdin se montrait borné sur ses idées de richesses et d’opulence. Résigné, il écouta cependant chaque mot qui sortait de la bouche du Roi de Khazad Dûm, appuyé sur son bâton. Il comprit alors qu’il arrivait en ces lieux trop tard. Le mal était fait et il n’était désormais plus en son pouvoir de faire entendre raison à Furdin tant la malédiction entourant son Anneau de Pouvoir était à présent puissante sur lui. « Je ne peux plus le libérer de cette emprise ; lui seul le peut, par la force de sa volonté. » en conclu-t-il. Il décida donc de ne plus évoquer, pour l’instant du moins, l’héritage de la famille de Furdin. Quant à la haine silencieuse entre Elfes et Nains et l’ignorance, voire même l’indifférence des Hommes au sujet des Enfants d’Aulë… Peut-être y-avait-il ici encore pour lui un rôle à jouer. Cependant, avant de parler de l’idée qui venait de germer dans son esprit, Gandalf devait répondre à la question de Furdin. « Et pourquoi devrions-nous cesser de creuser ? »

Sur cette question, Gandalf sentit en lui germer le tourment, la peine et une chose qu’il ne ressentait que très rarement : la peur. L’on racontait en effet, et cela avait même finit par atteindre les oreilles de Valinor, que certains Serviteurs de Morgoth, extrêmement puissants, avaient réussi à s’enfuir à la chute d’Angband et de leur Maître. Certes la plupart furent anéantis, mais d’aucuns prétendent qu’il en resterait certains dans les montagnes. Cachés au plus profond de celles-ci, ils ont sombré depuis dans un profond sommeil. Toutefois, sommeil ne signifie pas mort. Que quelque chose, un rien, ne les réveille, et ils détruiront tout ce qui viendrait à se trouver sur leur passage. En pensant à tout ceci et au nom que portent ces créatures des ténèbres, Gandalf ferma quelques instants les yeux et baissa la tête. Lorsqu’il les rouvrit, Furdin Ier attendait toujours sa réponse et montrait quelques signes d’impatience. Aussi, dans un soupir, Gandalf répondit :

Mon Seigneur, je vous demande une dernière fois d’arrêter ou du moins de ralentir l’avancée de vos ouvriers au cœur des montagnes. Je ne doute pas du courage et de la bravoure de vos soldats pour défendre les vôtres et son souverain. J’ai pu en croiser certains, lors de ma traversée de Khazad Dûm depuis la Porte Ouest jusqu’ici. Ils se battront jusqu’à la mort, cela j’en suis persuadé. Nul doute que vous ressortiriez victorieux d’une attaque d’Orcs, de Gobelins ou même d’Hommes. Mais je ne parle pas ici de ce genre d’ennemis. Je parle d’une puissance que même moi aurait du mal à combattre. Je parle d’anciens Serviteurs de Morgoth lui-même, à une époque reculée où Sauron n’était encore que son Lieutenant. Je n’ose prononcer leurs noms mais vous devriez considérer avec plus d’égards des rumeurs qui se sont faites entendre jusqu’aux Terres Immortelles. Elles parlent de certains des anciens Serviteurs du Noir Ennemi, qui auraient réussi à échapper à la chute d’Angband et de son Maître, au temps jadis, et qui auraient trouvé refuge au plus profond des montagnes. On les dit depuis endormi mais s’ils venaient à se réveiller, il y a de grandes chances pour que moi-même ne puisse vous venir en aide…

Avouer cela l’attrista énormément. Et cela n’était de plus que la vérité. Il était certains qu’il ne pourrait, sans se mettre en grand danger, s’élever contre une force des ténèbres si puissante. Il laissa ses mots faire leurs effets avant de reprendre, un fin sourire bienveillant sur les lèvres, sourire qui éclaira son visage d’une douce aura :

Cependant je peux, si vous le consentez, vous aider concernant vos relations avec les autres peuples. J’entends vos griefs à l’encontre des Elfes et des Hommes et ne peux que les comprendre. Permettez-moi d'être votre émissaire auprès de ces peuples et j’espère qu’ainsi, par mon intervention, le jour viendra où, à nouveau, Elfes, Hommes et Nains se battront et partageront leur repas ensemble. Acceptez et je vous laisserais un moyen sûr de communiquer avec moi, et moi avec vous, cela en tout instant.

HRP:
 


Gandalf le Gris, l'Envoyé de Manwë
Revenir en haut Aller en bas


Furdin Ier
Descendant de Durin ¤ Détenteur d'un Anneau de Pouvoir

Descendant de Durin ¤ Détenteur d'un Anneau de Pouvoir
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 09/03/2016
▌VOTRE AGE : 18
▌MESSAGES : 262
▌RACE : Naugrim
▌VOTRE RANG : Roi du Peuple de Durin
▌CITATION : "Khayamu !"

Carnet personnel
PE: 60.962,50 PE
PO: 8.725 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Le Magicien et le Roi des Nains de Khazad Dûm (PV Furdin - Flashback)   Lun 27 Juin - 21:40

Le peur que ressentait le magicien n'était pas perceptible par le Roi Nain. Ce dernier examinait le vieux voyageur depuis son arrivée mais n'arrivais que très difficilement à deviner ses sentiments. Cependant Furdin cru lire le doute dans l'attitude du magicien, d'ailleurs celui-ci prit bien le temps de peser ses mots et de réfléchir puisque de longues secondes passèrent, trop longues pour le barbu qui fronçait les sourcils et se raclait la gorge comme pour lui faire remarquer qu'il y a avait un gros blanc. Enfin, Gandalf répondit... A ce moment là on ne savait plus trop si il était nécessaire d'avoir la réponse. Car les mots du magicien ne manquèrent pas de déranger notamment Furdin mais pas que ! Les gardes de la salle du trône se regardèrent avec inquiétude. Le descendant de Durin détourna le regard et se mit à marcher sans un mot, il sentait les regards sur lui mais ne dit rien. Il laissa passer de longues secondes afin d'assimiler la situation. Ainsi donc des créatures dormiraient sous les montagnes de ce monde, si tel est le cas nul n'est à l'abri. Furdin leva les yeux vers l'envoyé des Valar.

« Si même les Valar en ont entendu parler, nous devrons nous montrer prudent. Je ferai ralentir la cadence d'excavation, néanmoins je ne puis l'arrêter totalement vous pouvez le comprendre. Si jamais un jour à l'avenir nous devions tomber sur un tel monstre... Quel conseils auriez vous ? Comment pourrions nous le vaincre et surtout, vous viendrez nous en aide ? Viendrez vous en aide à mon fils ou à mes descendants ? »

Car oui, maintenant le Furdin n'est pas très serein. Peut être qu'ils réveilleront un monstre aujourd'hui même, demain ou dans un siècle, qui sait ? Ils doivent se tenir prêts. La menace est prise très au sérieux et le Roi agira en conséquence. Heureusement le magicien n'apportait pas que des mauvaises nouvelles et affirma pouvoir aider les Naugrims dans leurs relations avec les autres Royaumes. Un sourire se dessina sur le visage du vieux Nain.

« Votre aide serait précieuse Gandalf le Gris, je ne sais pas si vous arriverez à trouver grâce aux yeux d'autres Rois en parlant de nous mais si vous y arrivez... Enfin, j'espère que vous y arriverez. Laissez moi vous offrir de quoi boire et manger avant que vous repreniez votre route, vous serez toujours le bienvenue en Khazad Dûm. »
Revenir en haut Aller en bas


Gandalf le Gris
L'Envoyé de Manwë Sulimo

L'Envoyé de Manwë Sulimo
avatar


Féminin
▌INSCRIT LE : 06/05/2016
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 25
▌RACE : Maia
▌CITATION : Ce que vous devez décider, c'est quoi faire du temps qui vous est imparti

Carnet personnel
PE: 0 PE
PO: 0 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Le Magicien et le Roi des Nains de Khazad Dûm (PV Furdin - Flashback)   Mar 28 Juin - 14:18

Mon Seigneurs, ces monstres sont presque imbattables, tant leur force est grande. Par le passé cependant, les Elfes parvinrent à venir à bout de certains mais au prix de pertes indénombrables et, bien souvent, celui qui le terrassait, mourrait avec lui, à la fin du combat…

Un voile de tristesse passa sur son visage, non pas à cause d’une perspective de mort imminente si le Balrog devait se réveiller, mais pour ce que cela entraînerait comme conséquence sur les Nains. Quant à sa mission… elle serait un échec cuisant… Cependant il s’était engagé et savait en partant de Valinor qu’il sera possible que la mort et lui se rencontrent, une ou plusieurs fois. Le voile de tristesse se dissipa et le vieil homme sourit, un sourire qui se voulait rassurant et encourageant envers les Nains et leur Roi :

J’ai toutefois prêté serment envers mon ordre et devant les Valar. Si par malheur il devait se réveiller, faîtes-moi parvenir un message. Lorsque je partirais, je préviendrais un Grand Aigle de constamment survoler les entrées de votre Royaume. Les Aigles et autres grands oiseaux des Cieux sont mes amis et, tout comme moi, les Serviteurs de Manwë. Si vous avez besoin de mon aide, donnez-lui votre message. Il saura où me trouver. Quant à moi, je vous promets de venir dans les plus brefs délais. Défendez votre peuple jusqu’à mon arrivée ; mettez-les à l’abri du danger et essayer de maintenir l’avancée du… de la créature le plus loin possible des vôtres. Je crains mon Seigneur, que nombre de vos soldats y trouveront la mort. Je m’engage cependant à vous venir en aide.

Il s’inclina devant Furdin, preuve de son engagement envers lui et les siens, puis, en se relevant :

Je suis heureux que vous acceptiez ma proposition. Cela augure de bonnes choses pour votre peuple et pour tous les Peuples Libres.

Cette fois, son sourire qui vint encore plus accentuer les rides de son visage, éclaira ce dernier totalement. Une pointe de malice passa rapidement dans le bleu perçants de ses yeux et il vint à l’encontre de Furdin, s’agenouilla devant lui et prit sa main ne portant pas l’Anneau dans les siennes :

Votre hospitalité est la bienvenue, mon ami. Lorsque je vous quitterais, j’irais rencontrer le Roi de Vert-Bois et vanterais vos valeurs et celles de votre peuple, Furdin Ier, Descendant du Père des Nains, Durin, Roi de Khazad Dûm. Rappelez-vous toujours de ceci : Elfes, Hommes et Nains doivent œuvrer ensemble.

Il se releva ; l’entretien avec le Roi était terminé. A présent, tout ce qu’Olórin souhaitait, c’était de pouvoir revenir un jour en ces lieux en simple visite en tant qu’ami, et non suite à un appel à l’aide terrifié. De cela cependant, il n’en souffla mot à Furdin.


Gandalf le Gris, l'Envoyé de Manwë
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Magicien et le Roi des Nains de Khazad Dûm (PV Furdin - Flashback)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Magicien et le Roi des Nains de Khazad Dûm (PV Furdin - Flashback)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tactique gobelins contre nains
» [CONSEIL] Nains
» LES NAINS ! ( Jeu con )
» Haut les Nains ! [Messagers du Rêve - MJC Savouret, Epinal]
» Dandelo [Clown & Magicien]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux - Le Tiers Âge :: Administration :: Corbeille - Archives générales du Forum-
Sauter vers: