AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



Partagez | 
 

 Une rencontre fortuite.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Inconnu
Aventurier

Aventurier


Masculin
▌INSCRIT LE : 01/04/2016
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 85
▌RACE : Néant
▌VOTRE RANG : Rien
▌CITATION : Il fait beau.

Carnet personnel
PE: 0 PE
PO: 995 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Une rencontre fortuite.    Lun 9 Mai - 10:51

Avant même sa naissance Keyser était destiné à commander plusieurs légions, en effet c'était en l'an mille trente que son père avait commençait à négocier un mariage entre son premier fils qui naîtrait et la première fille  de l'autre clan qui n'était elle non plus pas venue au monde.  Alors que Keyser se reposait autour d'un feu de camp, ses paupières se fermaient lentement, et c'est alors que dans son rêve  il se rappela que son père lui avait comté ses faits et son voyage.

L'an mille trente ans après la dernière alliance des hommes et des elfes, le père de Keyser, Pluton, seigneur des terres orientales des plaines de Gorgoroth et chef du village principal avait prévu de partir vers les terres occidentales afin de signer un accord d'union entre son futur fils et la fille du village principal de l'Ouest. Avant son départ ma mère me racontait qu'il avait pour habitude de sortir une petite histoire drôle mais, là il resta sérieux ne donnant qu'un baiser aux lèvres de mère et ma phrase suivante :


« N’oublie pas, les ténèbres ne peuvent rien sur la volonté,  elles ont peu d'emprises sur l'intelligence mais, elles sont puissantes dans ton imagination. »

Bien que ces mots étaient tordus et qu'ils possédaient un nombre incalculable de sens, le père parti sans ajouter quoi que ce soit. Avec pas moins de cinq cents soldats, des artisans, des conseillers en tous genres. La caravane diplomatique ne comptait pas moins de sept cents individus. Équipait en vivres, munitions et autres matériels nécessaires à un aussi long voyage la caravane mit près d'une heure à quitter le village. Le voyage était long et même risqué avec des orcs, des trolls ou même des ouargues qui grâce à la montagne pouvait se déplacer de jour comme de nuit. De plus Pluton ne savait pas comment l'autre village allait réagir face à cette proposition. Après plusieurs jours de marche enfin, le convoi arrivait devant une ville ne possédant ni remparts ni défenses naturelles contre d'éventuelles attaques, pourtant les maisons en bordure n'avaient subis aucun préjudices. Étrange, se dit mon père à ce moment-là, en avançant un peu plus la garde de ville se secouant enfin les miches afin de sonner le cor annonçant l'arrivait de Pluton, ils dépêchèrent également quatre cavaliers afin de guider celui-ci à l'intérieur de la ville vers leur chef. Les bâtiments possédaient un style propre à l'Ouest ornés avec des tuiles de plusieurs couleurs, des vignes grimpant les murs et même une sorte d'égout en surface ressemblant plus à des canaux qui entouraient chaque maison. La rue elle était pavée des plus belles briques en terre rouge, avec une bannière flottant tous les vingt pieds et des lampadaires  se trouvaient entre chaque bannière. Cette ville devait être magnifique à observer la nuit, néanmoins cette richesse devait bien venir de quelque part. La tête de convoi s'arrêta une fois à côté de l'édifice principal de la ville une sorte de grande maison commune dont l’architecture était similaire à celle des autres maisons mais, seulement en plus grande.  Devant se trouvait un groupe d'environ trente personnes certaines en armure d'autres non. Mais cinq se démarquaient du reste de la foule, un grand homme en armure gondorienne, une jeune femme portant de magnifiques vêtements en soie et une couronne ornée de plusieurs pierres précieuses, au centre plus petit que celui à gauche mais ne portant seulement qu'une épaisse fourrure avec plusieurs symboles sur celle-ci sans aucun doute le chef du village, puis à sa droite un homme en armure de cuir tenant un arc et encore à droite un homme haut de trois mètres si ce n'est plus. Pluton avança seul vers les cinq puis une fois proche d'eux tendait la main en guise de respect et de salutation à l’autre chef. L'autre fit de même et commença alors un dialogue alors que les deux hommes se tenaient toujours la main :

« Et bien ! Vous ne deviez pas arriver plus tard mon ami mes éclaireurs m'avaient annoncé votre arrivée  que tard dans la soirée et je n'aperçois pas votre femme où est-elle ? »

« Oui nous devions mais l’empressement de ne pas subir d'attaque nous a donné des ailes. Ma femme elle se trouve toujours à l'Est je lui ai confié le village en mon absence. Mais laissez-moi vous féliciter pour votre mariage avec cette jeune femme, si ne me trompe pas il s'agit bien de la reine ? »

« Je vois que vous avez toujours l’œil comme lorsque nous chassions le ouargue, à le bon temps mais depuis que je me suis pris une flèche dans le genou je ne peux plus me permettre ce genre de loisir. »

« Vous faites bien sans quoi vous auriez des problèmes comme j'en ai. »

« Mais ne restons pas là entrons ou vous allez prendre froid. La nuit ne tardera pas à nous surprendre. »


Les cinq suivi de près par Pluton et ses plus fidèles conseiller entrèrent dans l'édifice alors que le reste du convoi guidait par des locaux entreposé les fournitures, chevaux et autres nécessaires de voyage. Le crépuscule s'annonçait déjà, tous étaient convié à un grand banquet. Les deux chefs l'un à côté de l'autre entamèrent de nouveau la discussion entourée par l'ambiance festive :

« Mais au fait, vous ne m'avez toujours expliqué la raison de votre venue, qu'elle en est le motif ? »

« Je viens humblement vers vous afin de vous demander d'accorder la main de votre première fille qui naîtra à mon premier fils qui naîtra lui aussi. Cela en vue d'unifier nos deux parcelles de terre pour ne former qu'un royaume. Qu'en pensez-vous ? »

« Vous voyez l'homme là-bas en armure du Gondor ? Et bien il m'a fait la même proposition au nom du Gondor à la différence que c'est lui qui épouserait ma fille. Et comme vous le savez au vu de mes accords avec le Gondor je ne peux pas me permettre de refuser une telle proposition d'autant plus qu'il n'hésiterait pas à raser ma ville si j'en viens à vous accorder votre demande. Et les problèmes entre le Gondor et vous ne me regardent pas. Non je suis navré mais je vais devoir refuser. Je peux toutefois vous accorder la main de ma nièce. »

« Voyez vous je  m'attendais à cette réponse, mais par le plus pur des hasards il y a de cela vingt ans n'aviez-vous pas des murs, mais je présume que le Gondor voit d'un mauvais œil le fait que vous puissiez vous défendre en cas d'attaque de leur part. Je ne peux peut-être pas vous apporter la protection ou l'or du Gondor, mais ma protection est sûre et je ne saurais vous trahir pour un simple gain de pouvoir contrairement à ces hommes aussi avides que fourbes. Et sans vouloir manquer de respect à votre nièce qui est déjà âgée d'au moins trente printemps mon fils n'est pas né et en ses terres il est difficile de survivre, chose que le Gondor ne saurait comprendre. »

« Je vois vos arguments se tiennent, très bien puisque je ne puis me décider j'organiserais donc une session extraordinaire demain avec votre maison, la maison gondorienne et la mienne. Pour le moment profitions de la fête ce n'est ni le lieu ni le moment pour parler politique. Buvons mon ami ! »


Les deux hommes profitèrent de nouveau des boissons, des courtisanes et des victuailles. La soirée se termina tard dans la nuit et le Soleil n'allait pas tarder à se lever, mais alors que Pluton regagnait ses appartements, une coupe ou peut-être un brasier tombant à même le sol provoqua un vacarme dans tout le couloir. Puis après quelques secondes de silence n'ayant entendu que le son de ses mots de ventre Pluton réussit à percevoir le son d'une épée dégainait, puis d'autres bruits étranges et maintenant de nombreux bruits de pas.  Pluton dégaina alors ses deux lames courtes se mettant en même temps en position défensive.  Il y avait un individu seul devant lui et il se mit de tel sorte qu'il empêchait le seigneur de quitter le couloir, puis après un court lapes de temps les deux hommes chargèrent en même temps. Mais après un combat qui ne dura qu'un bref instant soit environ une trentaine de secondes l'assaillant mort gisant sur le sol en pierre  froide et le seigneur blessé superficiellement à la jambe n’entamant pas sa volonté de vengeance qui venait à peine de naître. Le combat fini Pluton fouilla le corps, rien ne laissait apparaître de qui venait cet assaillant pitoyable, mais au vu de la dagues ornées de pierres précieuses forgée avec une grande habilité il ne pouvait s'agir que du Gondor. Puis cette armure était de manufacture gondorienne nul doute n'était possible, car on ne trouvait aucun cuir ou métal poli en Mordor. Pluton alla se coucher juste après avoir prévenu la garde de l'existence du corps, mais il ne ferma qu'un œil.  
Le Soleil se levant la réunion n'allait plus tarder, Pluton enfila sous ses plus beaux vêtements qui étaient aussi les plus épais une cotte de maille et il prit avec lui la dague et un des morceaux d'armure qu'il avait pu ramasser plus tôt dans la mâtiné. Un garçon mena l'homme jusqu'à la salle où se déroulait la session. Une fois assit à la table Pluton pouvait apercevoir autour de celle-ci trois individus et trois autres étaient débout collés contre les murs. Au bout de la table se trouvait le chef de l'Ouest et sa femme avec derrière deux gardes et face à Pluton le gondorien avec un garde juste derrière lui.  Mais le chef de l'Est n'avait pas pensé à amener un garde avec lui, aucune importance se dit-il intérieurement. Puis le chef de l'Ouest commença à s’exprimer avec un ton cérémonieux :


« Si je vous ai réuni ici c'est à cause d'un conflit vous opposant, chacun de vous  la maison de l'Est et le Gondor demandent la main de ma fille, mais il n'y en a qu'un seul qui puisse l'avoir.  C'est pourquoi … ?! »

Alors que le chef parlait l'homme du Gondor se leva coupant ainsi la parole, puis il proclama la chose suivante :

« Pourquoi, oui pourquoi devriez-vous accorder audience à cet homme qui ne saurait  respecter les principes liés à ce genre d'événement venant non accompagné d'au moins un garde, qui n'a rien à offrir et aucune prétention à sa demande. » Je vous le dis c'est une insulte envers le Gondor et j'exige une réparation sans quoi le haut roi Hyarmendacil Ier, né Ciryaher roi du Gondor, Roi-Navigateur, Fils de Ciryandil  aura vent de ce qui ce trame dans la région. »

Sur ton calme presque mielleux Pluton déclara à son tour :  

« Mais dites moi, vous qui venait de loin que savez-vous de nos traditions, de nos coutumes, de notre peuple ou même de notre mode de vie. Vous dites que vous êtes ici en amis prêt à négocier en revendiquant vos droits à droite et à gauche mais jusqu'à présent vous n'avez su que faire usage de violence et de menace. Vous dites que je ne viens avec aucun garde mais il ne s'agit pas là d'une coutume sur mes terres et d'autant plus que je n'en ai pas l'utilité contrairement à vous de plus votre diplomatie laisse à désirer vu que vous venez tous juste de couper la parole à notre hôte. A cela j'ajouterais que je représente les droits de mon futur fils qui à ce titre peut et même se doit d'intervenir face à cette situation afin de ne pas laisser la jeunesse et la pureté de ces terres tomber entre les mains d'hommes qui n'ont aucun sens morale. Si vous vous décidez de rentrer à Osgiliath je saurais oublier votre affront à mon peuple et même peut être mon fils pourra vous accueillir avec tout le respect que votre titre demande chose que je ne saurais faire. Puis j'oubliais, mais voici une dague et l'un des morceaux d'une des armures que votre homme qui a tenté de m'assassiner. »
Revenir en haut Aller en bas


Furdin Ier
Descendant de Durin ¤ Détenteur d'un Anneau de Pouvoir

Descendant de Durin ¤ Détenteur d'un Anneau de Pouvoir
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 09/03/2016
▌VOTRE AGE : 18
▌MESSAGES : 262
▌RACE : Naugrim
▌VOTRE RANG : Roi du Peuple de Durin
▌CITATION : "Khayamu !"

Carnet personnel
PE: 60.962,50 PE
PO: 8.725 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Une rencontre fortuite.    Dim 15 Mai - 14:53

"Pour qui vous prenez vous ? Je parle au nom du Gondor, le plus puissant empire de la Terre du Milieu ! Votre arrogance restera des les livres, une alliance entre cet homme et le Gondor permettra à son village de prospérer et le Gondor le défendra corps et âme contre ses ennemis, comme nous l'avons toujours fait avec nos alliés."

Le Gondorien était visiblement énervé, surtout quand sa tentative d'assassinat tomba à l'eau mais qu'importe, il n'était pas près à l'assumer en d'aucune façon.

"Un homme a tenté de vous assassiner et vous osez dire que c'est un de mes soldats. Calomnies, je suis certains que ce n'est qu'un subterfuge de plus de ces hommes de l'Est."

Le chef du clan se racla la gorge et se leva provoquant immédiatement le silence du Gondorien.

"Messieurs calmez vous. Reprenons... Une enquête sera portée sur cette affaire et si il s'avère que c'est en effet un soldat de l'arbre blanc qui a tenté d'assassiner mon hôte alors les émissaires du Gondor devront nous quitter. Mais reprenons. En effet mon cher ami, Pluton, ces hommes ont beaucoup à nous apporter. Nous pourrons commercer et nous développer plus rapidement. Et puis nous ne craindrons plus les pillages d'Orques ou de bandits. Qu'a tu à apporter à mon peuple mon vieil ami ?"
Revenir en haut Aller en bas


Inconnu
Aventurier

Aventurier


Masculin
▌INSCRIT LE : 01/04/2016
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 85
▌RACE : Néant
▌VOTRE RANG : Rien
▌CITATION : Il fait beau.

Carnet personnel
PE: 0 PE
PO: 995 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Une rencontre fortuite.    Dim 15 Mai - 16:43

Alors qu'il attendait une certaine réponse de la part du gondorien, celui-ci ne savait visiblement que se couvrir de honte en refusant l'offre plus que généreuse. Mais il n'était fou au point de l'attaquer dans la salle de réunion bien que sa colère ne cessait d'augmenter. Il s’essaya de nouveau puis il s'accouda au meuble lui servant de support. Afin de faire cesser les plaintes désobligeante du capitaine le chef du village de l'Ouest se leva pour l'interrompre puis il demanda ce que pouvait lui apporter une alliance alors celle avec le Gondor pourrait lui apporter une prospérité qui durait sur plusieurs siècles. Sa blessure à la jambe le démangeait mais bien que gêné sa réponse elle devait être parfaite autant sur la critique de l'accord avec le Gondor que sur le bienfait d'une union avec son fils.
Après un court moment de méditation, il se replaça plus confortablement sur le fauteuil et juste après s'être légèrement réchauffé la gorge avec sa main droite qu'il reposa sur la table, il se déclarait :


« Que puis-je vous apporter, tel est votre question ? Et bien il est vrai qu'au point de vue économique le Gondor est un meilleur choix, mais en comptant les autres facteurs vous pourrez vous apercevoir qu'il n'y a là qu'une façade. Ces terres n'ont jamais intéressé le Gondor, si cela avait été le cas il aurait aidé nos ancêtres Numenor qui après la bataille ont décidés de s'installer dans ces lieux désolés. Voyez donc le potentiel qu'il y aurait si nos enfants s'unissaient, les orcs disparaîtraient d'eux même avec le temps cessant ainsi de détruire nos cultures. Ils pourraient même devenir des serviteurs qui travailleraient pour rembourser leurs dettes envers nous et ça le Gondor ne pourrait le comprendre. De plus cet empire qui est soit disant si puissant n'est pas capable de prendre une cité si ce n'est en lui demandant de retirer ses murs afin qu'il n'ait pas à escalader. Le Gondor est source de malheur et de corruption, il ne cessera jamais de vous tenter, et lorsque vous rejoindrez son système alors il vous détruira soit physiquement soit mentalement par le biais d'actes tous aussi immoraux les uns que les autres. La survie est rude ces derniers temps plus qu'elle ne le devrait, mais si il y a bien une chose à laquelle il faut réfléchir c'est avant tout à notre honneur qui est tout simplement notre monnaie d'échange après la vie. C'est pourquoi ensemble ces terres seront prospères, grâce à nos futurs succès. A cela je me permets d'ajouter les propos suivants, qu'il est vrai que jusqu'à présent j'ai été votre amis, que je ne vous ai jamais menti ou trompé que d'en la misère ou la richesse j'étais présent ne cessant jamais d'être votre allié et couronnant chacun de nos actes d'un grand succès. Alors qu'au contraire le Gondor lui se cache derrière sa soit disant puissance car il n'est pas capable de faire face à ses échecs et il est encore moins capable de s'en relever. La preuve en est cet assassina, car on le sait déjà il n'y a nullement besoin d'une enquête pour savoir que cet assassin n'était qu'un des sbires du Gondor. Se cachant derrière des mots d'une faible ampleur, ce représentant qu'il soit un capitaine ou non ne saurait avancer des propos cohérent plus d'une dizaine de minute, il parle de protection mais si c'est lui qui apporte la ruine et la misère est-il vraiment possible alors de parler de protection. Jusqu'à présent le Gondor n'a que faire d'allié, il ne recherche que des terres riches en ressources afin d'étendre son pouvoir. La preuve est là, Umbar, le Dorwinion et bien d'autres ne sont que des terres prisonnières des taxes imposaient par un dirigeant abus de pouvoir et de richesse. Pensez vous réellement que si eux subissent des taxes il n'en sera pas de même pour vous, ces taxes ne seront que le début d'une suite de malheurs pouvant s'abattre sur votre royaume. Alors soyez confiant avec moi mon ami et soyez le avec mon fils qui saura gérer ce royaume vers un age d'or. Mon village sera votre bouclier, votre fer de lance il construira à nouveau des murs autour de votre village et apportera ainsi plus de protection que ne le pourrait le Gondor. Alors qu’en dites vous ? »

Son discours fini, il se leva et il tendait alors son bas vers le vieil homme en bout de table afin de lui serrer la main en signe de la ratification d'un accord.
Revenir en haut Aller en bas


Furdin Ier
Descendant de Durin ¤ Détenteur d'un Anneau de Pouvoir

Descendant de Durin ¤ Détenteur d'un Anneau de Pouvoir
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 09/03/2016
▌VOTRE AGE : 18
▌MESSAGES : 262
▌RACE : Naugrim
▌VOTRE RANG : Roi du Peuple de Durin
▌CITATION : "Khayamu !"

Carnet personnel
PE: 60.962,50 PE
PO: 8.725 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Une rencontre fortuite.    Lun 16 Mai - 11:42

Un long discours ininterrompue plein de vérité était en train de se dérouler. Le vieux chef du clan écoutait et jetait de temps à autre des regards sur le Gondorien de plus en plus énervé. Finalement à la fin du discours de Pluton bien entendu il répliqua.

« Comment osez vous ainsi dénigrer l'Empire...
-Silence ! Ma décision est prise. Il est vrai que le Dorwinion souffre de vos taxes et l'on dit que son peuple est peu enclin à supporter votre domination. Je m'en retourne donc vers mon ami de toujours qui a tenu sa parole dans les périodes difficiles et d'abondance. Je lui accorde la main de ma famille et je vous demanderais donc très cher émissaire du Gondor de repartir en vos terres avant la nuit.
-Quoi ?!
-Adieu Seigneur... »


L'homme voulut lui trancher la gorge mais tous ses titres étaient en jeu, il maudit les deux chefs en elfique et se leva de table dans un boucan indescriptible avant de sortir et d'appeler ses hommes pour repartir.
Le chef de clan se retourna donc vers son homologue et se leva pour lui serrer la main.


« Fêtons ce futur mariage maintenant ! »


Dernière édition par Furdin Ier le Mer 18 Mai - 13:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Inconnu
Aventurier

Aventurier


Masculin
▌INSCRIT LE : 01/04/2016
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 85
▌RACE : Néant
▌VOTRE RANG : Rien
▌CITATION : Il fait beau.

Carnet personnel
PE: 0 PE
PO: 995 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Une rencontre fortuite.    Mer 18 Mai - 11:30

La fête était des plus animées, l'alcool et les victuailles se trouvaient être en abondance malgré le peu de nourriture dont disposait le peuple de l'Ouest.  Les jongleurs ne cessaient d'impressionner le public avec des tours de plus en plus dangereux, jusqu'au moment où l'un d'eux tua un autre jongleur avec un couteau. Les servantes, ne cessaient de venir afin d'offrir de la nourriture, mais elles se voyaient également tripotées de toutes parts par les gardes et nobles ivres. Certains étaient déjà dans un état comateux vautrés sur le sol sans bouger alors qu'ils se faisaient piétiner.  A un moment vint le combat entre noble, entre garde ou même entre membre entre les membres de la troupe qui allaient encore plus animer la soirée. Au milieu de ces combats une chose courante mais toujours aussi surprenante se déroulait un homme contre un ours. Heureusement pour Pluton des gardes qui ne participaient à la soirée assurés la sécurité. Les bagarres finissant, la festivité était de retour ceux qui se battaient buvées à nouveau ensemble. Alors que la soirée était presque finie Pluton se rapprocha de l'autre chef et lui déclara si ce n'est chuchoter :

« Je vous remercie pour ce séjour, à ma prochaine venu e je serai accompagné de mon fils. En attendant d'ici quelques mois je vous enverrai une ou deux centaines de soldats afin d'être sûr que le Gondor ne tentera rien.  Je vous souhaite donc une bonne nuit demain je pars à l'aube. »

Puis il alla à la rencontre de son assistant de voyage et lui ordonna de préparer les chariots en lui annonçant qu'il partait à l'aube. Après ses paroles Pluton alla se coucher exténuer si ce n'est par la fête que par la douleur de sa blessure, pour une fois l'alcool lui avait bien servi. Alors qu'il commençait à s'endormir une personne frappa à sa porte. Sur le moment il se demanda qui cela pouvait bien être, mais il ne devait pas manquer de prudence surtout après les propos du gondorien et sa phrase en elfique qui ne devait pas être un compliment au vu du ton. Il se saisit donc de sa dague avec sa main droite qu'il cacha par la suite derrière son dos, le moment était venu d'ouvrir la porte. Pas à pas il avançait vers celle-ci et alors qu'il arrivait face à la porte près à ouvrir de nouveau la ou les personnes de l'autre côté frappèrent. Il ouvrit la porte lentement jusqu'à ne laisser apparaître que deux silhouettes, éclairaient par des torches deux jeunes femmes aux sourires plus que ravissant. Elles se courbèrent et par la suite tout en entrant dans la chambre se disaient être offerte pour la soirée de la part du chef. Combien même il aurait refusé de faire quoi que ce soit avec elles, il était forcé car on ne refuse par les cadeaux d'un autre chef. Mais heureusement pour lui il était plus que ravi de l'attention qu'il lui était porté, avant de commencer quoi que ce soit il demanda le nom aux jeunes femmes :

« Mais dites moi mes charmantes quels sont vos noms ? »

Tout en rigolant les deux femmes lui répondirent de manière détournée :

« Elle c'est Bel et moi Genesis, mais nous ne sommes pas là pour parler si ? »


A peine cela prononcait les deux femmes se dévêtirent ne laissant apparaître qu'une peau nue et blanche.

Il se dévêtit également et à peine cela fait il pressa les femmes contre lui, pétrissant par la suite chacune des parties rebondissantes afin d'en faire ressortir un certain plaisir chez elles, le désir s'alluma tel une flamme dans un phare dressant la pointe des seins jeunes mais aux tailles plus qu'acceptables.   Pluton lui se trouvait être extrêmement fier de son attirail et n’hésita pas à l'exhiber devant les jeunes femmes sans la moindre honte, il vrai qu'il n'était pas des plus décevants mais il n'y avait pas de quoi en être fier. Il ne ménagea pas les filles ne laissant à chacune qu'un bref temps de repos,  étrangement Bel semblait être sa préféré car il lui était dur de s'en séparer pour l'autre, et la malheureuse ne pouvait qu'observer  son corps lourd et pesant s'activer tant bien que mal affirmant sa peau mâte entre les cuisses pâles cela ressemblait plus à une préparation qu'à autre chose néanmoins Bel savait qu'elle devait être capable de satisfaire l'homme sans quoi les représailles n'auraient étés que plus terrible que le moment présent.

Au matin l'homme était entouré par les créatures aussi attirantes de part les émotions qu'elles lui ont procurées que par leurs beautés, mais elles se trouvaient être également terrifiantes à cause des retombés que cela pouvait avoir sur sa relation familiale. Mais qu'est ce qui pourrait m'arriver si ce n'est une récompense auprès de ma femme pour un devoir accompli. A cela s'ajouta les sentiments et impressions refoulés, étrangement elles n'avaient émises aucun son durant toute la parade sans doute était-ce le signe d'une trop extase, mais en réalité il n'en était rien les deux filles n’avaient osées émettre le moindre son de peur de trahir leurs ennuis flagrant de c va et vient.
Alors que les deux femmes faisaient semblant de dormir, Pluton ne remarquant rien enfila son armure et s'en alla s'en émettre la moindre phrase. N'ayant rien oublié, il commença à grimper sur son cheval, quand la porte de l'édifice principal s'ouvrit de nouveau alors il s'éloigna lentement de son cheval car il se rappela qu'il avait complètement oublié de saluer le chef de ce lieux. Mais il n'était pas là seule sa femme traversa le seuil, tout en s'inclinant elle expliqua à Pluton que son mari n'était pas en état de se pavaner dans les rues après la soirée d'hier qu'il avait lui aussi passé en compagnie de jeunes femmes mais certainement plus que Pluton. Il expliqua que cela n'était pas grave  et s'excusa par la même occasion de son manque de politesse mais son départ ne pouvait être retardé des affaires importantes l'attendaient à son foyer. Sur ces mots il la salua avant de partir accompagné de ses caravane, celles-ci étaient prête depuis longtemps mais Pluton se leva plus tard que prévu suite à un heureux imprévu. La route fut longue de nouveau mais il n'y avait également eu aucun accrochage avec une quelconque patrouille orc. Durant le voyage il songea à la manière dont il allait annoncer à sa femme son infidélité car  il était déjà en faute il ne fallait pas lui cacher la chose sans quoi son cas ne pourrait que s'aggraver. Il était dangereux pour un seigneur à cette époque de paraître hésitant si ce n'est soucieux, car cela pouvait remettre en question son autorité mais qu'importe ce disait-il. Arrivant au village, il passa directement à sa maison afin de s'assurer d'être le premier à l'annoncer à sa femme.  
Après cette histoire Pluton se tourna vers Keyser et tout en lui mettant la main sur l'épaule de son fils :

« Tu sais ta mère à toujours su me pardonner, car elle savait que si je lui étais infidèle c'était par devoir et non par envie. Oui c'est vrai ta mère est une bonne épouse. »

Mais alors que se rêve semblait toucher à sa fin, un mystérieux bruit sortit Keyser de son rêve.  Après un petit moment d'écoute il pu comprendre qu'il s'agissait de bruit de pas. Cinq non six, six personnes avançaient vers lui mais n'ayant aucun moyen de les surprendre ou de savoir si ce n'était là que des paysans ou alors des forces d'élites il ferma les yeux faisant semblant de dormir. Mais alors que l'une de ces personnes avançait lentement vers lui , sur ton calme mais sérieux il lui demanda :

« Alors est-ce comme ça que vous les étrangers vous vous permettez de tuer sans aucune raison ? »

Une voix féminine et aussi douce que charmante lui répondit :

« Qui es-tu pour nous traiter d'étranger ? »

« Je suis le dirigeant de ces terres suite à un accord ou plutôt une union qui aurait du avoir lieu sur ces terres. Mais vous qui êtes vous ? »
« Hélas, tu ne réponds pas à ma question tu vas donc mourir … attend tu dis que ces terres t'étaient promises ? Explique ton histoire immédiatement ! »

« Et bien un rêve assez récent m'a permis de me rappeler qu'il y a longtemps mon père négocia la main de la fille du chef d'un autre village, mais alors que sa naissance eu lieu et qu'elle était presque en âge de se marier la cité fut attaqué par le Gondor. D'ailleurs lors de cet affrontement j'y ai perdu mon maître d'armes alors qu'il était affecté à la défense de la ville. Mais en quoi cela t'intéresse-t-il ? »

« Ne serais-tu pas Keyser ?! »

« Si mais en quoi cela t'intéresse-t-il ? Et puis tu comptes me tuer ou non finalement ? »

« Bien sûr que non. »


Elle ordonna aussitôt aux cinq autres personnages de se retirer:

"Veuillez vous retirer, il s'agit d'un homme que j'aurais du connaitre il y a fort longtemps mais qui suite à nos malheurs et aux siens n'a jamais pu venir. Ne revenez pas avant une heure ou deux la discussion risque d'être assez longue."
Revenir en haut Aller en bas


Furdin Ier
Descendant de Durin ¤ Détenteur d'un Anneau de Pouvoir

Descendant de Durin ¤ Détenteur d'un Anneau de Pouvoir
avatar


Masculin
▌INSCRIT LE : 09/03/2016
▌VOTRE AGE : 18
▌MESSAGES : 262
▌RACE : Naugrim
▌VOTRE RANG : Roi du Peuple de Durin
▌CITATION : "Khayamu !"

Carnet personnel
PE: 60.962,50 PE
PO: 8.725 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Une rencontre fortuite.    Sam 21 Mai - 12:44

"Alors... est ce que tu sais qui je suis ? Est ce que tu sais ou tu es ? Est ce que tu sais pourquoi est ce que je n'ordonne pas que l'on te tue ?"

La jeune femme était sur ses gardes, prête à porter un coup si jamais l'individu se montre hostile. En son fort intérieur elle doutait encore de cet homme. Pourquoi était il venu après tant d'années ?

"Parles moi de toi... Je ne sais pas pourquoi mais j'ai encore des doutes en mon coeur."

Au fur et à mesure qu'il parlait, parlait et parlait elle baissa sa garde, rangea son arme et s'assit près de lui pour l'écouter parler religieusement sans oser lui couper la parole. Et ce jusqu'à ce qu'il termine.
Bien, elle n'avait plus de doute. C'était bien Keyser qu'elle avait en face d'elle. Heureusement qu'elle ne l'avait pas tuer plus tôt... Les soldats revinrent, toujours armés comme si l'étranger était encore une menace. Mais ils comprirent bien vite que ce n'était plus le cas. Ils avaient un nouvel "allié".
Revenir en haut Aller en bas


Inconnu
Aventurier

Aventurier


Masculin
▌INSCRIT LE : 01/04/2016
▌VOTRE AGE : 27
▌MESSAGES : 85
▌RACE : Néant
▌VOTRE RANG : Rien
▌CITATION : Il fait beau.

Carnet personnel
PE: 0 PE
PO: 995 PO
Troupes armées:

MessageSujet: Re: Une rencontre fortuite.    Sam 21 Mai - 18:42

Toujours aussi surprit par sa récente rencontre, Keyser se devait de répondre à la jeune femme car le doute persistait encore. Alors que le feu de camp commençait à s'éteindre, il le raviva à l'aide de quelques gestes et de sa dague. Puis de nouveau il fixa la princesse et il lui raconta son périple :

« Et bien je ne sais pas par où commencer, mais quelques années après l'accord passait entre nos parents mon village fut attaqué. Un vrai bain de sang le village était presque entièrement brûlé et les rare survivants étaient devenus des esclaves au service des orcs. Après quelques années les survivants et moi-même avions décidés de nous révolter, mais cela ne fut pas sans perte j'étais le seul survivant. Que cela soit les anciens, les enfants, mes amis ou même mes sœurs tous étaient morts lors de cette rébellion emportant avec eux la totalité des orcs. Après ce grand moment de ma vie je me suis mis à errer sans but durant des années à travers les plaines de Gorgoroth puis alors que la routine commença à ne laisser place qu'à la solitude, j'ai pu faire la rencontre d'une ombre aussi étrange que puissante qui me confia une tâche des plus simple rejoindre une mystérieuse cité au Nord du Mordor dès lors j'avais un but un objectif qu'il me fallait suivre peu importe ce qu'il m'en coûterait. Après plusieurs jours de marche j'étais tombé sur un certain groupe de pillard comme vous et après maintes négociations je réussis à les convaincre de se joindre à moi pour mon long voyage. D'ailleurs ceux-ci ne devrait plus tarder l'un de ses hommes m'a prévenu il y a peu de temps. Mais juste après les avoirs quittés je me suis installé ici et puis-je me suis endormi. A mon réveil vous étiez là face à moi l'épée à la main. Mais dîtes moi c'est à mon tour de douter de votre identité après tout qu'est ce qui me prouve qu'il s'agit bien de Lilith en la personne qui se trouve face à moi ? »


« Je n'ai rien à vous prouver, cependant vu qu'après vous avoir écouté j'ai une étrange envie de vous faire confiance je vais donc vous raconter rapidement mon histoire, mais n'en attendait pas trop tout de même je n'ai pas dit que ma confiance était acquise. Bref, à ma naissance je possédais tout ou presque puis alors qu'une semaine auparavant j'étais devenue une femme et que j'étais prête à épouser mon promis qui jusqu'à preuve du contraire personne que vous n'êtes pas le Gondor lança un assaut éclair sur ma ville. Tout comme ton village personne n'était épargné il n'y avait aucun prisonnier de fait que cela soit des citadins, des soldats ou même des nobles. Après deux jours de siège il ne restait plus que des cendres, mais j'avais eu la chance comme mes milles soldats d'avoir pu m'échapper durant les affrontements. Puis après plusieurs mois à réfléchir ou non sur le fait de nous venger du Gondor, mais par la suite vinrent d'autres questions comme comment ferions-nous pour survivre sans nourriture. C'est à ce moment là que nous décidâmes de survivre en pillant les routes du Gondor bien que nous nous abaissions à cela nous nous préparions au jour où nous pourrions nous venger de cet empire néfaste pour la terre du milieu. Pour le reste de mon histoire et les détails cela va devoir attendre mes hommes attendent des instructions et j'ai un bon nombre de détails à leurs expliquer. Toi et tes hommes retrouvons-nous ici puis nous t'accompagnerons pour voir si tes propos se trouvent être véridiques. »

Alors qu'elle terminait sa phrase, elle indiqua sur une carte qu'elle sortit de son sac un lieu précis, puis après accompagnée par ses hommes elle se dirigea vers son campement afin d'informer sa troupe de la prochaine destinations. Après plusieurs heures de préparations et de marche les deux hordes se croisèrent pour n'en former qu'une et une fois fait Keyser et ses hommes avec Lilith se mirent en direction de Dol Guldur.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une rencontre fortuite.    

Revenir en haut Aller en bas
 
Une rencontre fortuite.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une avarie fortuite [Elanore]
» Retrouvailles fortuite [Pv Khaleen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux - Le Tiers Âge :: Administration :: Corbeille - Archives générales du Forum-
Sauter vers: